Notez des films
Mon AlloCiné
    Donoma
    note moyenne
    3,8
    409 notes dont 77 critiques
    répartition des 77 critiques par note
    24 critiques
    31 critiques
    7 critiques
    6 critiques
    5 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Donoma ?

    77 critiques spectateurs

    Vareche
    Vareche

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 175 critiques

    4,5
    Publiée le 6 décembre 2011
    Vu il y a déjà 8 mois à Lille pour le Festival du film Indépendant, je l'ai donc revu, témoignant avec joie de ce qu'une seconde vision n'altére pas...Donoma est un film qi ose tout, la télèréalité n'est pas loin, le clip, Lelouch sans doute, Cassavetes beaucoup, Twilight et Miranda July...de ce film de jeunes (puisqu'ils ont tous moins de 35 ans) Carrenard façonne une somme bizarre, qui change, mute, monstre autant que prodiges sous l'effet de curieux psychotropes...le film commence extrêmement fort, prend du ventre, flatule, se ridiculise, revient au galop...ils sont peu nombreux les films à refuser de s'économiser, à refuser l'efficacité comique et à parvenir à multiplier les pics émotionnels, les moments de grâce (cette histoire improbable d'une jeune fille bien remontée, sa rencontre avec un garçon exhaltée par sa croyance, c'est Hadjewich en 10 minutes, sans la densité moniste de Dumont); les acteurs sont génialement dirigés, Carrenard comme David Dusa pour le encore muet les Fleurs du Mal, multiplie les images batardes, les lumières changeantes, la dv sale. Juste comme aucun film français depuis longtemps (du déplorable Journée de la jupe au récent et cacatoésque POLISSE), Donoma parle de l'humain comme jamais. Il ouvre un champs dans la perspective de parler de réalité que le cinéma français laisse au documentaire (voir l'incolore Tous au Larzac), il permettra peut être enfin à la marginalité, aux sensibilités, d'avoir sa place dans un pays qui fait du cinéma comme il fait du béton, d'abord pour le prestige.
    vuvuzela
    vuvuzela

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 324 critiques

    5,0
    Publiée le 28 novembre 2011
    La publicité autour de ce film, incluant les paroles du réalisateur lui-même, tourne autour du côté bout de ficelle, fraîcheur et enthousiasme de la jeunesse libérée du carcan productiviste des apparatchiks du 7ème art français. O.K. Pourquoi pas. C'est pas faux. Peu courant. Un tel naturel des relations blancs/non blancs dans une réalisation française est hélas suffisamment notable pour habiller encore plus Donoma d'une aura de rattrapage de culpabilité sociale de la part des encenseurs du film. Pourtant, il s'agit avant tout à mon humble avis, sous son faux bordel formel, d'une oeuvre rigoureuse de fin moraliste. On y évoque l'aspect financier du désir sexuel le plus pur, au niveau de vers qui tend notre âme, par idéalisme rebelle ou conformisme sociale, en effet si avec la certitude absolu que le/la clodo crasseux/se au coin de la rue était notre âme soeur, la personne sur terre avec qui de toute notre vie, nous nous entendrions le mieux, 1 semaine ou bien une vie, qui sait, l’emmènerions nous à la maison ou voudrions nous quelqu'un d'un peu moins raccord mais mieux "normal"? On y évoque le fameux malaise jeune produit de sous-culture de banlieue, et on y montre que dans la génération aux âges précédant ceux-là sans en faire partie, mais juste avant, il y avait déjà en germe tout cet égoïsme, cette volonté agressive de se mettre en scène, cet effacement entre intime et socio-professionnel dans le but de s'accomplir soi-même en en demandant beaucoup trop. Ouf depuis le temps que je partage cette analyse, sans jamais l'avoir vu aussi bien illustré au cinoche. On y évoque, l'ennui du quoi faire de sa " life ", au milieu des humains qui n'ont pas l'air doués pour nous conduire dans des états d'élévations spirituels qui comblent, du sens que l'on veut donner et qu'on peut réellement y mettre, et de celui qu'on a l'illusion de partager. Dans l'intime ou le public. D'ailleurs quelle en est la limite? Bref Dieu. Ou pas Dieu. Mais le divin. Ou pas. Le spirituel. Le sang. La famille. Sa naissance; l'amour. Ni éloge lyrique, ni dissection psychologique, la claque du réel. Bam! Que ce film soit fait avec des millions ou 150 euros lançant un mouvement massif de réalisateurs bouts de ficelles, un très bon film (et c'est donc le cas) est rare. Celui-ci novateur et original est donc: PRÉCIEUX. Allez-y c'est du Dumont avec le style des Blues Brother. Un tissage tragique/comique, rire et abysse intérieur, solide comme une oeuvre majeure, dont l'éclat futur indiscutable nous importe peu tant le plaisir ressenti présent nous agrippe.
    Alexis Seignot
    Alexis Seignot

    Suivre son activité 22 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 22 novembre 2011
    Tout ce qui manque au cinéma français se trouve dans ce film : fraicheur, spontanéité, dialogues réalistes et parfaitement ciselés, acteurs "vrais"... un film VIVANT !!!
    Alexandra C.
    Alexandra C.

    Suivre son activité 21 abonnés

    1,5
    Publiée le 4 décembre 2014
    Vu sur Arte hier soir. Je suis restée plantée devant ce film indigeste et agaçant jusqu'à 3 dum (quasiment jusqu'à la fin). C'était la pleine lune ou quoi?? Était-il nécessaire qu'il durât plus de 2h?? A part un montage plutôt fûté et une jeune comédienne qui sort du lot (rôle de Salma), le contenu de ce film est horripilant. Sans parler du fait qu'il faille tendre l'oreille et ne surtout pas manger de pain grillé ou de crakers pour pouvoir deviner certains passages inaudibles, ce qui rajoute une dose d'agacement. Des personnages féminins agressifs, tout en force, revendiquant une position sociale et intellectuelle de domination sur l'homme. Des hommes lâches, vils, parasites, fuyant leur responsabilité. Pourquoi être aussi dur vis-à-vis des hommes aussi gratuitement??? Et l'image qui est rendue de la femme indépendante, tellement clichée, ne nous rend pas vraiment service. Le personnage de la prof est irritant. Ça pue le film revenchard. Un film ensensé par la critique uniquement grâce à son coup marketing du "film à 150€" selon moi. Je reste perplexe face à cet engouement infondé et doute de la véracité du "film qui a coûté 150€". Mais c'est bel et bien un film à 2 balles.
    Cineseba
    Cineseba

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 260 critiques

    3,5
    Publiée le 25 juillet 2014
    Le film "Donoma" est une réflexion philosophique sur la communication qui permet aux interlocuteurs de réagir mais aussi qui les perturbe à cause des quiproquos, il montre aussi qu'on peut se communiquer sans voix ... Intéressant mais une seule reproche : sa grande longueur ... Mmmhhh ... Et enfin, un énorme bravo pour sous titrer ce film pour les sourds et malentendants !
    AlexTorrance
    AlexTorrance

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 486 critiques

    4,0
    Publiée le 4 février 2012
    Partisan du film-guerilla, Djinn Carrenard a su en étonner plus d'un avec une des oeuvres les plus ambitieuses de l'année 2011. Avec son budget de 150 euros, Donoma se distinguait des autres productions avant même sa sortie. Le destin croisé, on peut se dire que c'est du vu et revu. Malgré tout, Donoma arrive y à apporter une saveur nouvelle avec plusieurs segments parfaitement bien partagés entre les diverses émotions qu'un spectateur peut ressentir au cinéma. Avec une caméra à l'épaule, les plans improvisés et souvent flous résument brièvement l'état d'esprit du film. Des acteurs inconnus, mais pourtant excellents et sentent le naturel à plein nez, sont les personnages de ces histoires de jeunesse contées de façon inédite pour une très grande surprise cinématographique qui ne suscite pas ne serait-ce qu'une once d'ennui et réussit à ne jamais tomber dans le banal. Un réalisateur qu'il nous tarde de revoir dans les salles obscures.
    Pier-paolo
    Pier-paolo

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 16 critiques

    4,5
    Publiée le 30 novembre 2011
    Je l'ai vu à marseille lundi soir. C'est un travail magnifiquement aboutit. On sent que tous les moyens financiers et techniques dont ils manquaient ont été compensées par des moyens de temps et de créativité sans limite. On a l'impression au début d'un film film crypto-féministe trés cru où les femmes ont systématiquement l'ascendant mental sur des personnages masculins sans complexité avant que les choses se retournent spoiler: (au sens propre comme au figuré pour la prof) . Les systèmes de narration (la prof qui parle avec ses copines, la mystique qui parle avec sa psy, ou la photographe qui fait la voix off d'une relation muette) permettent d'approfondir le traitement de chaque histoire sans faire un film de 6heures. Un certain nombre de scene font se succeder le registre humoristique et choquant spoiler: (la sainte et le skin, le contrôle de la caf, les séances chez le psy, la branlette de la prof...) de manière à ce qu'on se sente mal à l'aise juste après avoir rigolé c'est un procédé trés fort et qui caracterise une jeune génération de cinéaste qui va de gaspard noé à romain gavras. C'est un film qui semble etre construit par le bas où chaque scene est extrement réaliste jusque dans ces moindres détails. Par contre leur lien et l'idée générale du film si c'est simplement la reflexion sur une relation amoureuse incontrolable quand le jour se leve est sans grand intérêt contrairement à ce que fesaient le duo Inarritu Arriaga dans leur films chorales (esthétiquement la comparaison n'est pas anodine). Cette unique reserve prend son sens dans la fin qui m'a laissé sur ma faim précisemment. Qu'on le veuille ou non après deux heures et quart aussi intense on s'attend à une ultime scene qui donne un éclairage different sur le sens du film, où qui offre des ouvertures innattendues au lieu de celà on a l'impressioion que le cineaste ferme la porte et s'enfuit. Après la projection le cineaste a précisé qu'il avait fait 5 versions différente de cette scene finale je suis surement tombé sur celle qui me déplait le plus.
    Victor Grimaldi
    Victor Grimaldi

    Suivre son activité 17 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 7 novembre 2011
    Super film, je ne me suis pas ennuyé une minute ! On passe du rire à la tristesse en l'espace de quelques secondes, c'est assez troublant et très touchant ! Une belle claque !
    boueverte
    boueverte

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 43 critiques

    2,5
    Publiée le 22 février 2013
    les archétypes de ce film me filent de l'urticaire. J'ai préfréré arrêter avant la moitié pour économiser une séance chez le dermato.... Je mets quand même la moyenne pour l'interprêtation et la réalisation.
    Marianne Longatte
    Marianne Longatte

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,0
    Publiée le 21 novembre 2011
    Vu en avant première, j'ai adoré. Un bon compromis entre le cinéma d'auteur souvent fermé au public et un film que tous peuvent apprécier. Et des acteurs géniaux, en plus !
    VEVO225
    VEVO225

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 20 critiques

    5,0
    Publiée le 26 novembre 2011
    Donoma! que dire de cet ovni.. déja bravo au réalisateur parceque son film s'approche du chef d'oeuvre! l'histoire est un véritable puzzle et totalement captivante. Le film aborde pleins de sujet casse-cou mais s'en sort presque indemne sauf à la fin ou le scénario est un peu poussé, surtout avec le peu de moyen technique du film. Dans tout les cas Donoma est géniale et est à voir absolument!!!!!
    Audrey G.
    Audrey G.

    Suivre son activité 12 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 30 novembre 2011
    Donoma est un excellent film ! Bravo à Djinn Carrénard et à son excellente équipe de comédiens-techniciens-marketeurs... Allez-y et longue vie à Donoma !
    Jean-Philippe Simonnet
    Jean-Philippe Simonnet

    Suivre son activité 12 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 7 novembre 2011
    Un sous-titrage de superbe qualité (merci à Nice Fellow) incrusté dans le film et assumé totalement, au point de l’utiliser dans le film pour les entendants, et enfin, et surtout la preuve fulgurante que le sous-titrage n’est pas réservé aux grosses productions. Se soucier des autres comme de soi-même, et finalement c’est un peu le sujet de ce film hors-norme, qui me fait rêver d’un nouveau genre pour le cinéma français. Images superbes et étonnantes (un contrepied fabuleux du numérique qui ramène le cinéma plus proche de la photographie, sans dénaturer le sujet), et surtout des histoires qui vous emportent. Une vision adulte de la complexité de nos relations. On est dans un conte moderne, où les scènes d’amour sont crues sans voyeurisme, où les filles ne sont pas dénudées et plus époustouflantes que jamais et où les hommes sont enfin mis à poils … au sens propre et figuré, tout ça dans un seul film, Bravo. Tout ça, sans chichi, avec énergie, et un humour fin dans un langage si vrai et si précis. Le premier qui me parle de film de jeunes de banlieue, je lui fais regarder Derrick jusqu’à ce que mort s’ensuive …
    Gabith666
    Gabith666

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 350 critiques

    3,5
    Publiée le 17 décembre 2014
    Ce film est très bon malgré son tout petit budget, 150€ paraît-il, pour le "réaliser"! Comme quoi tout le monde peut faire un film, une caméra, des acteurs amateurs. Mais bon pour faire un film comme Donoma, il faut quand même du talent. Ce qui est chouette c'est que les acteurs sont naturels, y'a eu un seul moment ou j'avais l'impression de regarder une série française à la tv mais sinon j'ai ressenti de l'authenticité et puis certains dialogues sont très bien écrits. J'ai adoré la partie du film ou on vois la relation entre un cancre et sa professeur d'espagnol, j'ai trouvé ça captivant. Après j'ai un peu moins accroché au reste mais j'ai passé un bon moment sans me soucier du temps qui passe.
    llehuede
    llehuede

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 298 critiques

    4,5
    Publiée le 2 février 2012
    C'est un film en mode "Almodovar" .Avec un scénario brillant et original on se laisse porter allégrement pendant ces quelques deux heures.Pour son premier c'est un coup de maître!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top