Notez des films
Mon AlloCiné
    Only God Forgives
    note moyenne
    2,3
    8657 notes dont 1619 critiques
    répartition des 1619 critiques par note
    147 critiques
    292 critiques
    233 critiques
    294 critiques
    267 critiques
    386 critiques
    Votre avis sur Only God Forgives ?

    1619 critiques spectateurs

    Nadège L.
    Nadège L.

    Suivre son activité 12 abonnés Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 22 mai 2013
    Lent, ennuyeux, sans actions, une dobe ! Vraiment déçu, je ne conseil absolument pas ce film, ne dépensez pas votre argent pour ça !
    Gleurayy
    Gleurayy

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 30 mai 2013
    5/5!!! Enfin un bon film! Une pépite cinématographique comme on en voit peu en ce moment. Une atmosphère feutrée, intimiste où la sobriété prime. Le scénario est solide, étudié et sans failles. Alors oui, on est loin de "Bienvenue Chez Les Ch'tis" et de la beaufitude tant recherchée par le public français. On est face à un chef d'œuvre! Seule l'élite pourra comprendre les références et interpréter la symbolique de cette superproduction. Un Ryan Gosling à l'apogée de sa carrière signant certainement son meilleur film. J'en prend pour preuve l'intensité des dialogues et les rythme effréné du film. À voir d'urgence. Sur ce, à bon entendeur salut!
    margauxperso
    margauxperso

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 50 critiques

    2,5
    Publiée le 3 septembre 2013
    Grosse déception au global pour ce film que j'attendais tant. Je suis cinéphile dans l'âme. J'ai adoré Drive, j'aime le cinéma qui sort de l'ordinaire mais la... Un scénario super naze, des scènes à la limite du supportable, un film très court. Malgré cela, l'esthétique du film est superbe, la musique et les acteurs très bien mais sinon... Le néant total!
    HTG
    HTG

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 18 critiques

    0,5
    Publiée le 25 mai 2013
    Immense déception. Attisé par la bande-annonce prometteuse, je m'attendais à un Drive version Bangkok de la même envergure que son prédécesseur, esthétique à souhait, épuré, et d'une violence aussi jouissive que parcimonieusement et savamment utilisée. Il ne s'agit en réalité que d'une pâle copie de ce dernier, dont les codes, qui s'étaient avérés auparavant payants, sont ici bouffis d'un snobisme étouffant. Certes c'est beau. Les jeux de lumières et les plans font honneur à ce que j'estime être la patte de Winding Refn. Mais le reste est à pleurer : -le scénario est complètement inexistant, décousu, et du coup absolument dénué d'intérêt -les jeux d'acteurs laissent vraiment à désirer, avec une mention spéciale à un Gosling complètement transparent (que je trouve par ailleurs bien trop utilisé dans le rôle du muet au regard vide dans beaucoup de ses derniers films) et dont on ne peut sérieusement affirmer qu'il tient ici le premier rôle, ceci revenant à un Vithaya Pansringarm totalement hors de propos. Soyons gentils, disons de Kristin Scott Thomas remonte péniblement le niveau, mais c'est dans un rôle très caricatural qui n'est pas à la hauteur de ses compétences. -les dialogues : quels dialogues? -les musiques sont sans intérêt. On a parfois quelques embryons de bons sons (on se fait d'ailleurs la remarque), mais à peine commencent-ils à nous porter qu'ils s'arrêtent, et notre espoir de voir le film décoller s'effondre avec. -la violence : c'est du Refn, ça? Aucune intensité, aucun choc. Le côté "armes blanches only" ne fait penser qu'à un kill bill du pauvre. Je m'attarde sur la scène de torture, grotesque à souhait, voire même nanardesque, qui fait plus sourire qu'autre chose. -et qui n'a pas été à plusieurs fois surpris par ces moments complètement surréalistes, que ce soit les phases pseudo-mystico-psychanalytiques ou, mieux encore, le karaoké à mourir de rire, qui ne font que brouiller davantage le peu de sens qu'avait le scénario, avec une palme d'or dans cette catégorie à la fin, aussi brutale que confuse, qui, si le film avait été bon, nous aurait laissé sur notre faim, mais qui là apparaît comme la seule bonne surprise du film, annonçant le terme de cette infâme torture. En résumé, Only God Forgives est un échec complet, un film écrit sous ecstasy, joué par des acteurs sous héroïne, appréciable uniquement sous cocaïne, et sonne dans la carrière de tous ses participants comme un requiem rythmé par les pas lourds de Vithaya Pansringarm. Nicolas Winding Refn a, en revanche, admirablement bien choisi le titre de son film, car il n'y a bien que Dieu pour lui pardonner une telle horreur.
    J-M-M
    J-M-M

    Suivre son activité 26 abonnés Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 22 mai 2013
    Amère déception! Moi qui adore Gosling, je trouve ce film idiot, extrêmement violent. Il y a une scène de torture très très très limite. Enfin bref, pour moi, c'est un navet réservé aux gens qui ont deux neurones... et encore, pour ceux-là, un conseil: n'activez qu'un seul neurone, ce sera suffisant pour comprendre.
    samy-44
    samy-44

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    0,5
    Publiée le 23 mai 2013
    Très simple a surtout ÉVITER film grotesque,scenario et dialogue inexistant bande son horrible musique thaï en boucle
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 351 abonnés Lire ses 1 775 critiques

    0,5
    Publiée le 26 mai 2013
    Film polémique assurément : ou on le note "5 étoiles", ou on le note au minimum. Après avoir balancé, j'opte pour le minimum. L'esthétique est fabuleuse - en dominante crépusculaire rouge pour espaces souvent confinés, poisseux de sexe et de sang, peu de dialogues et une musique très "signifiante", plans ciselés, épurés à la façon estampes extrême-orientales... En situation, la scène étant en Thaïlande, réduite cependant au milieu interlope de la nuit et des trafics de la capitale, là où la plus grande misère côtoie le luxe et le crime, (misérables ne survivant souvent qu'en seconds couteaux de la plus impitoyable pègre). L'argument est à la fois mince (une vengeance aveugle met aux prises un flic local, Chinois d'origine, ripou mais bon père de famille et fan de karaoké, et un tandem dénaturé d'Américains - un cadet "expat" et dealer, et sa mère, accourue en renfort, après la mort de l'aîné) et tortueux dans le traitement. Les images sublimes ne sont pas au service du récit, mais carrément l'inverse. Et l'on doute de l'excellence de ce nouveau "long" (heureusement assez bref - 1 h 30 - car la fascination visuelle, au bout d'un moment...) du Danois très américanisé Winding Refn, avec encore Ryan Gosling, après le très remarqué (et pour moi très surfait) "Drive" en 2011.
    paulo35
    paulo35

    Suivre son activité Lire ses 55 critiques

    1,0
    Publiée le 24 mai 2013
    Attention naufrage ! Une ambiance pesante et des lenteurs tout le film ne suffisent pas a faire un bon film. Pas de scénario, violence un peu gratos. 1 étoile pour les 3 mots de vocabulaire de Ryan gosling... Faudrait qu'il commence a changer de registre quand même
    Pierre d
    Pierre d

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 23 critiques

    0,5
    Publiée le 23 mai 2013
    Certains films ayant le moins d'intérêt sont également les plus prétentieux. Deux défauts ici presque autant réunis que dans l'indigeste Cosmopolis. La même presse s'est emparée de son monocle pour encenser les deux navets. Terrible.
    Donsalustre
    Donsalustre

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 25 mai 2013
    Un OVNI...aussi troublant qu'esthétique.A ne pas manquer.
    romu33
    romu33

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juin 2013
    A ne pas mettre en toute les mains, excellent, sans compromis
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 1707 abonnés Lire ses 5 587 critiques

    4,0
    Publiée le 8 juin 2013
    Avant d'écrire ma critique je tiens à faire une petite remarque, en France parfois on traduit les titres parfois non et ici c'est dommage de ne pas l'avoir fait car Only God Forgives aurait donné en français "Seul Dieu pardonne" (ou encore "Dieu seul pardonne") c'était tellement facile et le titre serait resté fort joli, bon je ferme la parenthèse. Je suis assez surpris de voir autant de critiques négatives envers Only God Forgives oui c'est sur que ce film n'est pas très abordable mais sans doute que la plupart des spectateurs ont été déçus de ne pas avoir eu "Drive à Bangkok" ; ici Refn revient au style de Valhalla Rising c'est-à-dire du cinéma ambitieux mais obscur. Only God Forgives c'est pleinement du 7ème Art qui travaille uniquement sur son atmosphère comme la violence qui est très graphique, de ce point de vue c'est très beau et l'ensemble envoûte et nous trouble, des fois on ne comprend pas tout comme la fin assez frustrante. Pour ma part ce voyage m'a plu, fasciné et intrigué ; le seul truc qui m'a un peu dérangé c'est Kristin Scott Thomas qui en femme ou look de pute et jurant comme un charretier n'est pas très crédible par contre sa prestation est bonne mais ça reste un avis personnel. Sinon c'est mon premier Refn vu au cinéma il était temps car j'accroche bien à son univers.
    williamdekeating
    williamdekeating

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 82 critiques

    0,5
    Publiée le 24 mai 2013
    Very bad trip Avec des velléités d'Esthétique qui tournent vite à des prétentions tant le fond manque à l'histoire, ce film transpire ce qu'il y a de pire dans l'activité créatrice : le vide, un vide impardonnable même par un dieu quelqu'un soit
    Nokutoken
    Nokutoken

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 24 mai 2013
    Tellement de chose à dire ... pour ou commencer, cette critique n'est pas une liste exhaustive des critiques que l'on peux émettre sur ce film . sachez j'ai franchi le pas et créer un compte allocine, grâce, a cause? de ce film . mettre 0.5 c'est encore surévaluer ce film !!!!!! je pèse mes mots , je pensait qu'on ne pouvais produire un film plus lent que contagion, je me suis trompé ! on se retrouve bien souvent à l'ère des frères lumière avec un cinéma muet et sans aucune action pour un film répertorié : thriller !!!!!! Les 2 acteurs principaux on t"il été payé au nombre mots prononcés ? Un sourd apprécierai et comprendrai le film aussi bien qu'une personne doté de tout ses sens !!!!!! Une trame d'un grand classicisme mais on s'attend à passer un bon moment . pdt tout le film on s'attend à un départ, mais qui n'arrivera jamais. vous avez vu la bande annonce ? alors vous avez vu toute l'action du film le reste n'est que néant que les acteurs tentent de faire oublier avec quelques éructations, agrémenté de musique pour combler ce vide !!! Nous pourrions encore épiloguer pdt des longues pages , mais je ne tiens pas à mon tour à vous endormir. Et que Dieu nous pardonne :D, pour avoir gâcher 2H de notre temps avec ce film . Après si vous êtes insomniaque, c'est peut être votre remède .
    Patrick Braganti
    Patrick Braganti

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 375 critiques

    1,5
    Publiée le 22 mai 2013
    On avait pressenti depuis plusieurs films que le réalisateur danois n'était qu'un piètre faiseur, surfant pour le bonheur de ses jeunes spectateurs incultes et façonnés à l'uniformisation du goût (par ailleurs très discutable) sur les codes de la transgression et de la violence, le tout emballé avec prétention et ostentation, révélant au final la vacuité abyssale de l'ambition. Si on pouvait reconnaitre à Drive une première demi-heure pleine de promesses, hélas non tenues, on n'aura même plus ici la possibilité d'une rémission inaugurale tant le film nous plonge dès les premières minutes dans l'accablement, l'ennui et l'incompréhension. La relecture du complexe œdipien dans une Bangkok des trafiquants de drogues et gangsters se voudrait une expérience mystique. Elle n'est cependant qu'une succession de posters léchés où domine le rouge flamboyant. Entre cette esthétique de pacotille bâtie autour de la répétition des plans en enfilade et en perspective et l'omniprésence d'une musique surlignant le tout, on ne parvient jamais à s'intéresser au destin de ce fils mal aimé par une mère castratrice et dominatrice. Toujours retranché derrière son statut iconique résumé en un physique magnétique, Ryan Gosling livre le jeu désormais rebattu de l'homme seul et mutique,sans ici la moindre once de mystère et de séduction. Blonde platine, la comédienne britannique Kristin Scott Thomas se rêve en clone de Madonna à qui elle emprunte cette attitude savamment vulgaire et provocante, qui suscite à peine le sourire. Continuant à mettre en scène avec une complaisance de plus en plus écœurante une violence inutile qui finit de remettre le film à sa place - celle d'un divertissement vain et prétentieux - le réalisateur montre du coup les limites vite atteintes d'un talent largement surestimé, mais qui réussit à faire illusion puisqu'il fait partie de la sélection officielle de Cannes. On ne voit pas un meilleur moyen pour décrédibiliser le festival français.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top