Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
How to Make a Monster
note moyenne
3,1
10 notes dont 3 critiques
0% (0 critique)
33% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
67% (2 critiques)
Votre avis sur How to Make a Monster ?

3 critiques spectateurs

Simon1310
Simon1310

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 193 critiques

4,0
Publiée le 14/03/2018
How make a monster est un film produit dans le cadre d'une collection de films de monstres visant à rendre hommage à un réalisateur de films de série B des années 50: Samuel Arkoff. Cette collection comprend plusieurs remakes de ces films, ainsi on a Earth vs The Spider, She Creature, The Day the World Ended, et pour la critique actuelle How make a monster. Le film nous raconte le recrutement de trois informaticiens de génie mais à l'égo sur dimensionné dans une boite de développement de jeu vidéo, pour sortir le jeu avec le monstre le plus terrifiant. Mais un court circuit va tout chambouler, et le groupe se retrouve coincé avec la créature qu'ils ont crée. Le réalisateur Georges Huang a réalisé avant ce film swimming with shark avec Kevin Spacey et Franck Whaley , qui montrait les dessous du milieu de la production a Hollywood dénoncant les humiliations et la violence physique et mentale que subissait un assistant de production fraichement embauché ( Franck Whaley) par un patron sadique ( Kevin Spacey). Ici dans How make a monster, on a la même dénonciation mais étendu au monde du travail tous court, le développement d'un jeu vidéo servant plus de prétexte à disséquer les rapports humains et ce qu'il montre n'est pas très reluisant. Si dans Swimming with shark, c’était plus le patron qui en prenait pour son grade, ici ce sont les employés en l’occurrence les trois informaticiens et la stagiaire naïve qui se fait exploiter par les trois autres qui sont dans le viseur. A la violence des rapports dominants/ soumis se substitue celle de la compétition impitoyable et sans pitié entre collègues, passant plus leurs temps à se saboter mutuellement, qu'a travailler ensemble, l'individualisme prime sur une solidarité inexistante et la quête d'une prime substantielle à celui qui atteindra le premier ces objectifs causera leurs pertes. Leurs avidité les aveuglera face à la menace qui se prolifère et même face à celle ci, ils continueront à se tirer dans les pattes. How make a monster raconte bien la fabrication d'un montre mais pas celui que l'on croit, l’être humain y étant plus abominable dans ses rapports humains, que sa création virtuelle, reflet de leurs monstruosités. Georges Huang a voulu avec ce film dénoncer la violence des rapports humain dans le monde du travail prolongement de sa dénonciation sur Hollywood et ses méthodes de production dans swimming with shark; l'intention était louable mais il a pour cela négligé le film de monstre, qu'il était en train de réaliser, et cela se voit tant le film parait peu inspiré dés qu'il s'agit de dérouler le massacre dans un deuxième partie. Au vu du résultat on ne peut lui reprocher tant il a su se démarquer du film de monstre lambda pour offrir une dénonciation pessimiste des relations humaines.
estcetony1
estcetony1

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 641 critiques

0,5
Publiée le 03/12/2014
L'idée de départ n'est pas trop mauvaise mais les effets spéciaux et les acteurs sont tellement mauvais que le film en devient vite insupportable. De plus l'amoncellement de clichés classiques aux films d'horreur de ce genre est relativement agaçant! A jeter
Cuzion
Cuzion

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 170 critiques

0,5
Publiée le 30/03/2010
Mais qu'est-ce que c'est que ce truc débile. Bah, un pseudo-film d'horreur pour geeks. Tous les personnages sont stéréotypés à souhait, un noir qui meurt en premier (un classique), un geek boutonneux amoureux de la blonde, un gros bourrin sociopate et amoureux des armes (en plastique ici), un patron avide de pognon et une stagiaire blonde et que l'on devine comme grande gagnante de l'histoire et il faut aussi ajouter une nana qui nous montre ses seins en se demandant si la scène n'est pas une vieille excuse pour qu'elle se mette à moitié nue. A tout ça, il faut ajouter "le monstre" qui est un gros mixte de Robocop et du logo de Motörhead. Là, à l'inverse de Tron, le jeu vient à nous et pas les créateurs qui y vont. Ce film est donc pénible à la longue, mal réalisé et pas du tout angoissant ou horrible. Vrais amateurs de films d'horreur, passez votre chemin et ne perdez pas de temps avec ce long métrage.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top