Notez des films
Mon AlloCiné
    My Week with Marilyn
    note moyenne
    3,4
    2330 notes dont 327 critiques
    répartition des 327 critiques par note
    17 critiques
    82 critiques
    127 critiques
    72 critiques
    24 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur My Week with Marilyn ?

    327 critiques spectateurs

    ffred
    ffred

    Suivre son activité 443 abonnés Lire ses 3 145 critiques

    3,0
    Publiée le 8 avril 2012
    Dans la mode non déclinante des biopics de stars, voici Marylin Monroe. Enfin ce My week with Marilyn n’en est pas vraiment un. Plutôt un portrait, un petit moment de la vie de l’actrice lors du tournage du film de Laurence Olivier Le prince et la danseuse à Londres. Ce premier film de Simon Curtis est tout sauf innovant, d’un académisme et d’un certain classicisme un peu désuet. Mais voilà c’est extrêmement bien fait. On l’aime beaucoup et il passerait presque pour une belle surprise. Peut être est-ce dû à la côte d’amour de l’icône blonde, toujours très haute aujourd’hui, au charme et à la réussite de la reconstitution ou à la performance de son actrice principale. Sans doute un peu tout cela à la fois. L’histoire (vraie) est simple, pleine de candeur, d’humour et de tendresse... La suite sur : http://lecinedefred2.over-blog.fr/article-my-week-with-marilyn-103010502.html
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 855 abonnés Lire ses 5 462 critiques

    2,0
    Publiée le 16 avril 2012
    My Week with Marilyn (2011) relate l’histoire (vraie) entre Colin Clark, 23 ans (jeune idéaliste qui ne rêve que d’une chose, travailler dans le cinéma) et la star glamour de l’époque, Marilyn Monroe. L’intrigue se déroule en 1956 et suit le tournage houleux du dernier film de Laurence Olivier : Le Prince et la danseuse (1957). Un tournage très attendu en Angleterre où Marilyn Monroe se rend pour la première fois et dont sa venue attise toutes les convoitises. L’ennui, c’est que la star est en pleine crise existentielle, incapable de retenir correctement son texte, le tournage sera un vrai calvaire pour Sir Laurence Olivier, qui en plus d’assurer la réalisation se charge aussi de lui donner la réplique. A travers l’adaptation des deux romans écrit par Colin Clark ("Le Prince, la danseuse et moi" & "Une semaine avec Marilyn"), Simon Curtis (dont c’est le premier long-métrage de cinéma) réalise ici un biopic aux allures de téléfilm dont on préfèrera faire abstraction de la mise en scène (conventionnelle) pour se focaliser plutôt sur les excellentes prestations des acteurs, à savoir Michelle Williams & Eddie Redmayne dans les rôles titres, aux côtés de Kenneth Branagh, Judi Dench & Toby Jones.
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 306 abonnés Lire ses 1 848 critiques

    4,5
    Publiée le 9 avril 2012
    UN bonheur cinéphile que ce film.....La vie de Marylin pendant le tournage du film "le prince et la danseuse" de Laurence Olivier...Le film force le trait des difficultés de l'actrice dans la première partie, les prises à refaire, les erreurs de texte, les caprices, les comprimés sans raison......Michelle Williams campe magnifiquement ce personnage habité qu'était Marylin Monroe.....La force du film c'est de nous faire entrer dans l'intimité de l'actrice, dans sa faiblesse sur les plateaux de cinéma et en dehors....Mise en scène nuancée, c'est à mon avis la meilleure partie du film, informée de ses relations avec Henry Miller l'écrivain et de certaines de ses relations amoureuses....Beaucoup d'émotion donc, un peu comme un feu qui crépite.....La seconde partie du film, la romance m'a semblé moins intéressante, mais reste chargée d'émotions....La philosphie du cinéma que dégage le film est riche et le metteur en scène a quelques idées brilantes dans deux ou trois scènes...Il a aussi l'humour subtil de faire réciter du Shakespeare à Kenneth Branagh (je cite de mémoire : l'homme est fait de l'essence de ses rêves)...Il y a aussi d'autres clins d'oeil au cinéma et à Marylin, égérie de bien des artistes et qui au fond continue de faire rêver....A voir sans aucun doute....
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 247 abonnés Lire ses 1 078 critiques

    3,5
    Publiée le 4 avril 2012
    Premier intérêt, les coulisses du tournage d’un film avec deux stars aux antipodes. Deuxième avantage l’histoire d’une belle rencontre. Bémol le sujet est effleuré et manque de réelle profondeur. La mise en scène est sans surprises mais les dialogues réservent quelques bons moments. Beaux décors et lumières adéquates agrémentent ces presque deux heures de cinéma. Kenneth Branagh est magnifique dans le rôle de Laurence Olivier. Les quelques apparitions de Judi Dench restent un régal et un réel plaisir de revoir cette grande actrice. Julia Osmond est une merveilleuse Vivien Leigh en proie aux doutes et le jeune et beau Eddie Redmayne est plus que convaincant dans le rôle de Colin Clark. Michelle Williams ? Éblouissante et bouleversante. Tour à tour paumée, farouche, élégante, défaite, fragile, aimante, agressée ou manipulatrice elle incarne avec panache et retenue une inaccessible Marilyn. http://cinealain.over-blog.com/article-my-week-with-marilyn-101369053.html
    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    2,5
    Publiée le 7 décembre 2013
    Une bien belle déception que voilà avec ce film nous faisant explorer une vulgaire histoire d'amourette durant le tournage d'un film . C'est dommage de ne pas avoir une vraie biographie sur la carrière de Marlilyn Monroe car il devait y avoir plus de chose a dire et a montrer que ça . Ensuite j'ai eu l'impression que ce film était là pour rabaisser l'actrice a chaque instant en la faisant passer pour une garce détestable niaise au QI d'huitre, nymphomane, manipulatrice, folle, dépressive, il manque juste un passage ou elle se ferait exorciser par un prête et on aurait eu la totale . Non vraiment son personnage est trop caricatural pour réussir a s'attacher a elle . De plus l'actrice qui l'incarne Michelle Williams ne lui ressemble pas vraiment et semble pas coller, les autres acteurs tombent a plat car tout le film se concentre sur le couple . Décevant donc de s'attarder sur une histoire aussi infime et peu intéressante d'une grande actrice qui aurait pu avoir un jolie biopic, décevant dans son personnage poussé a fond dans le ridicule et au final il n'en reste pas grand chose . Quitte a vouloir voir Marilyn Monroe autant regarder un de ses films > Certains l'aiment chaud !
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 1 465 critiques

    4,0
    Publiée le 6 avril 2012
    Aprés J. Edgar, La Dame de fer et Cloclo voici le quatrième biopic de cette année : My Week with Marilyn. Et comme son nom l'indique, ce biopic est consacré à Marilyn Monroe ou plus particulièrement à un moment précis de sa vie, celui de sa rencontre avec le jeune Colin Clark avec lequel elle entretiendra une relation brève mais puissante. Si Michelle Williams crève l'écran en interprétant la jolie blonde, il ne faut pas pour autant oublier tous les autres rôles, assez bien interprétés dans l'ensemble. La réalisation de Simon Curtis est correcte et le Londres des années 50, en particulier les studios Pinewood, sont très bien retranscrits. Des 3 biopics cités précédemment (je n'ai pas vu Cloclo), My Week with Marilyn est l'un des meilleurs avec La Dame de fer. A noter la présence d'Emma Watson, la fameuse Hermione Granger de la saga Harry Potter, dans son tout premier rôle post-Harry Potter.
    Requiemovies
    Requiemovies

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 153 critiques

    3,0
    Publiée le 31 janvier 2012
    L’icône, Marilyn se devait d’avoir son étendard cinématographique. Incarné à merveille par Michelle Williams, le film du réalisateur Simon Curtis donne une impression partagée de réussite et d’inachevé, l’ensemble se reposant sur la prestation majestueuse de sa comédienne principale. L’idylle d’une icône. De l’exercice de style, au genre en devenir, le biopic est presque devenu un effet de mode que différents studios s’attachent à produire de manière régulière. Marilyn, icône d’une époque, mythe de la gent masculine (et féminine ?), est un personnage cinématographiquement fragile, comme-ci, autour d’elle, était né quelque chose d’intouchable avec l’impossibilité de le narrer de manière formelle. Simon Curtis tombe sous le charme des deux livres de Colin Clark, racontant son expérience de 3ème assistant réalisateur sur « Le Prince et la Danseuse » et décide d’en faire l’adaptation. S’ajoute sans doute l’impossibilité de ne pouvoir réduire sa vie à un seul film, tant le personnage s’avère complexe. En résulte le choix de ne filmer qu’une courte période de sa vie. Curtis est un metteur en scène de renom de la scène anglaise, également réalisateur fidèle de la BBC avec ce quelque chose de palpable, cette marque so british de réalisation. Et c’est en cela que le film apporte une ambivalence profonde. Ambivalence entre la richesse de jeu et la faiblesse de mise en scène. Le réalisateur à aucun moment ne séduit par son sens de la dramaturgie, comme ci l’énergie portée à ses comédiens, déjà forts de leur jeu, laissait de côté une once d’envolée visuelle. Curtis se satisfait d’une réalisation pataude et télévisuelle dans les mauvais sens du terme. Il réussit à nous sortir d’un ennui cinématographique par une séduisante photographie ajouter au fait de savourer des scènes de film dans le film que nous rappellent « Le Prince et la Danseuse ». En cela My week with Marilyn donne à ressentir une légèreté marquée de mise en scène, heureusement un panel de comédiens est présent pour donner au film un souffle d’une autre teneur. Une interprétation incarnée. Michelle Williams, icône d’un certain cinéma indépendant (allez jeter un œil sur son travail avec Kelly Reichardt) semble par son physique et son jeu précis comme une évidence pour interpréter ce rôle. Prestation validée dès les premiers plans, l’actrice se moue dans un personnage qu’elle modèle à sa façon sans en oublier les origines. Loin de caricaturer « l’originale » Michelle Williams trouve le parfait équilibre, dans une parfaite mesure pour s’imprégner de Marilyn. Là est la force de son interprétation. On ne connaît nullement le comportement privé et professionnel de Marilyn mais entre rumeurs, faits réels et avérés, Michelle Wiliams nous projette de façon immuable dans un rôle marqué et marquant. Explorant alors des visages et comportements opposés d’une même personne, ce rôle au jeu risqué laisse place à la confirmation d’un talent maintenant imposé. Interpréter sans caricaturer, jouer et s’imprégner, sans se perdre. En somme Williams, s’approprie le rôle tout en respectant l’image laissée par l’icône. Le reste du casting est empreint du sceau anglais avec l’agréable « retour » de Kenneth Branagh dans une parfaite interprétation de Sir Laurence Olivier au mimétisme quasi parfait. Eddie Redmayne apporte ce qu’il faut d’innocence à son rôle et les quelques apparitions de Judi Dench se savourent de manière élégante. Michelle Williams, par son rôle et son interprétation « trône » alors au-dessus de cette envolée artistique d’une unité évidente. My week with Marilyn reste un film à la mise en scène mineure portée par une prestation majeure. Simon Curtis peine à mettre en scène avec grandeur et technique ce que cette adaptation devait être. Reste alors en parfait contrepoids l’interprétation élégante, majestueuse, tourmentée, juste et habitée de Michelle Williams nous démontrant une fois de plus tout le talent qu’on lui connaissait. http://requiemovies.over-blog.com/
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 2 778 critiques

    1,0
    Publiée le 3 avril 2015
    Eh bien, si c'est avec ça qu'ils veulent rendre hommage à Marilyn Monroe... C'est tout simplement vide de sens, Michelle Williams est carrément irritante dans ce rôle, on a envie de la claquer pendant toute la durée du film... Les admirateurs de la star, fuiront cette Marilyn qui n'absorbe pas une seule seconde. En tout cas le film porte bien son nom, seule une semaine est retranscrite dans le film, et elle concerne plus précisément la vie d'un jeune homme qui côtoya la vedette ; autant dire que l'on apprend rien sur Miss Monroe. On s'ennuie de ce faible flirt, digne d'être diffusé le dimanche après-midi sur NT1. Un film peu abouti, au sujet simpliste, qui n'a aucune valeur tant sur l'écriture que sur l'incarnation de la lady.
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 3 262 critiques

    4,0
    Publiée le 15 avril 2012
    Tout d'abord une interprétation extraordinaire de Michelle Williams. Tout simplement bluffante, on croirait voir Marylin en personne. L'histoire est originale et nous permet de voi run peu l'envers du décor de ce personnage unique et si controversé. Une icône qui le restera bien encore après ce biopic, une belle idée de ne pas avoir choisi la voie classique de la bio avec le fil de la vie du début à la fin. Un très beau pari réussi.
    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 647 critiques

    1,5
    Publiée le 6 avril 2012
    Sous des allures a priori intéressantes, cette tranche de vie à visée symptomatique finit par lasser plus que par séduire. L'incarnation de l'icône -presque infaisable- s'avère ratée, pas totalement mais force est de constater le caractère artificiel de l'épreuve, ainsi que le manque de grâce et de magie (difficilement retranscriptibles) en comparaison avec l'original. Marylin Monroe avait un minois beaucoup plus fin, une allure plus percutante et une aura complètement différente de Michelle Williams, qui assure la tâche sans éclat; autant dire que la prétention à l'incarner se trouve d'avance condamnée. À la limite, en l'état plus jeune, Madonna aurait fait l'affaire. Mieux vaut encore se retaper un de ses bons films plutôt que de se complaire dans une resucée de vieux clichés. L'impression vient d'une sorte de gâchis cinématographique (au vu des moyens), qu'on peut attribuer à un scénario ronronnant ainsi qu'à la piètre originalité du réalisateur, un producteur spécialisé dans d'insipides séries TV. À cet aspect laborieux, du moins factice, redondant, qui nuit à l'émergence de l'émotion, s'ajoute une dimension classiciste lourdingue et une multiplication fâcheuse, inutile, des plans-focale, en particulier sur les scènes d'intérieur. La lumière reste agréable mais la remarquer en cours de route révèle la vacuité de l'oeuvre. Eddie Redmayne, qui avait marqué l'écran dans SAVAGE GRACE, s'en sort moyennement bien avec ses beaux yeux, limite merlan frit. Il se trouve limité par le faible relief de son personnage (associé à une pauvreté de dialogues), ce sous-sous assistant à la réalisation, un joli cœur timide qui se laisse envelopper par le mystère de Norma Jean. Autre acteur montant, Dominic Cooper campe efficacement son rôle secondaire antipathique. Par contre, fraîchement débarquée d'Harry Potter, Emma Watson ne parvient guère à exprimer la jalousie; son jeu trop lisse sonne pas terrible. Le gras Kenneth Branagh apporte une certaine prestance ; plaisir de retrouver aussi Jim Carter, malgré un rôle qui confine à la figuration, sans oublier Judi Dench. Mais on en reste au défilé de galerie et le film tarde à se fixer sur Marylin, au-delà des scénettes fadasses. Cette fiction somme toute poussive, sans punch et très prude, focalisée autour d'une romance contrariée légèrement fleur-bleue, aurait dû en rester au niveau du téléfilm. Finalement Scarlett Johansson, qui aurait été plus appropriée à l'incarnation du personnage, a bien fait de ne pas tourner dans ce navet qui se regarde bovinement.
    annastarnomberon
    annastarnomberon

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 239 critiques

    2,0
    Publiée le 22 avril 2012
    Je suis sortie perplexe de ce Week with Marylin... Très lent à entrer dans le vif du sujet (j'ai passé mon temps à m'assoupir les 30 premières minutes et quand je me suis définitivement réveillée, Colin commençait son flirt avec Marylin et j'avais l'impression de n'avoir rien loupé), on passe finalement à côté. Le film dresse trop grossièrement le portrait d'une femme mal dans sa peau, en perpétuelle recherche de considération malgré sa gloire immense, pour que cela en soit touchant. Le message de fond et l'image de Marylin que l'on veut nous montrer, comme une femme à la fois fragile et manipulatrice, sont intéressants (bien que pas originaux) mais c'est fait sans subtilité. On sait où on veut nous emmener, c'est bouclé d'avance, et en compensation on n'a même pas la possibilité de s'attacher aux personnages car ils sont trop clichés pour que l'on s'y identifie ou intègre leur psychologie. S'ajoute à ce problème de traitement du sujet un problème de caméra. Le début du film surtout, est furieusement énervant. Filmé comme une sorte de clip vidéo, avec des plans sans cesse coupés, des ralentis, et une musique de fond lourde, on a beaucoup de mal à entrer dans le film. Alors peut-être (ceci n'est bien qu'une hypothèse) que ces choix de réalisation sont censés nous montrer à quel point Marylin Monroe n'est que paraître, que sa vie n'est qu'un perpetuel défilé et que l'image que le monde entier a(vait) d'elle est celle d'une show woman et non d'une femme. La volonté de dénoncer l'effet de mode qui a fait de la personne de Marylin Monroe un personnage pourrait expliquer cet effet "clip vidéo" ou "bande annonce" que l'on retrouve souvent dans le film. Mais pour moi ce n'est pas une réussite, car l'impression qui en ressort est plus grossière qu'autre chose. Les dialogues ne sont pas bien profonds non plus, et on a droit à un bon paquet de lieux communs et de formulations clichées (qui peuvent passer dans un autre film, mais ne passent pas dans un film censé montrer l'envers du miroir et la face cachée d'une icone). Pour le jeu des acteurs, je suis assez mitigée. Je n'ai pas d'avis sur Eddie Redmayne, qui ne dégage rien et livre une prestation assez insignifiante (quoi qu'il a le don d'énerver par son flegme et sa naïveté, mais c'est le personnage qui veut ça me direz-vous). Michelle Williams n'est pas bluffante mais son jeu reste satisfaisant. Le maquillage est bon, il aurait peut-être pu être meilleur... En fait j'ai un peu eu l'impression qu'on lui a posé une perruque platine sur la tête, blanchi le visage, dessiné une mouche et demandé de faire 2/3 déhanchés avec un sourire coquin et l'affaire était réglée. J'exagère un peu mais je n'ai pas été frappée par l'aura exceptionnelle à laquelle je m'attendais (dommage, car j'avais hâte de voir comment serait porté à l'écran un premier rôle féminin aussi intéressant et complexe). Elle interprète une Marylin très versatile qui, à mon avis, n'a pas horripilé que moi. Il y a des fois où j'aime détester les personnages (quand c'est bien fait), et d'autres où cela me fait détester le film. Bon, sans aller jusqu'à un rejet de tout le film, je dois quand même dire que je suis très déçue. Le seul passage que j'ai vraiment aimé, c'est celui où Emma Watson (que j'ai pour l'instant bien du mal à voir autrement qu'en apprentie sorcière) demande à Eddie Redmayne si Marylin lui a brisé le cœur, où il lui répond "un peu" et où elle lui dit qu'il en avait besoin. Et ce n'est même pas pour la qualité de la scène que je l'ai appréciée, mais plus pour la satisfaction personnelle que j'ai éprouvé à entendre enfin ce personnage molasson se faire moucher. Bon, ce film m'a plutôt blasée si on résume. Pourtant les scènes de spectacle sont pas mal, et il y avait du potentiel (le fait de faire une biopic sur une partie minime de la vie d'une célébrité, et en prenant un point de vue extérieur au sien), mais hélas rien qui ne fasse décoller. Une expérience soporifique et décevante en somme, que je déconseille.
    Filmosaure
    Filmosaure

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 93 critiques

    3,5
    Publiée le 19 juillet 2012
    My Week with Marilyn est un biopic basé sur le roman éponyme de Colin Clark, The Prince, The Showgirl And Me, relatant l’épisode furtif de la rencontre de l’auteur avec Norma Jeane Baker, a.k.a. Marilyn Monroe. A cette époque, la star a 30 ans et est probablement la jeune femme la plus célèbre du monde ; une célébrité qu’elle semble avoir de grandes difficultés à gérer. SYNOPSIS 1956. Colin Clark, passionné de cinéma, parvient à trouver une place d’assistant sur le tournage du dernier Laurence Olivier : The Prince and The Showgirl. La star donnant la réplique au réalisateur n’est autre que Marilyn Monroe. En quelques jours seulement, Colin se rapproche de la diva et découvre une femme fragile, tourmentée et paralysée par la peur de ne pas être à la hauteur de ce que le monde entier semble attendre d’elle. Harcelée par Laurence Olivier afin d’effectuer une prestation sans faille, bloquée dans un pays inconnu, et nouvellement mariée avec un homme qui semble ne pas l’aimer, Marilyn tourne ses confidences vers le jeune homme, malgré leur différence d’âge et le jugement de son entourage. “A CAREER IS WONDERFUL, BUT YOU CAN’T CURL UP WITH IT ON A COLD NIGHT” Cet angle choisi par Simon Curtis pour ce premier film permet à l’oeuvre de se focaliser sur un instant donnée de la vie de Marilyn Monroe, comme si elle en capturait l’essence sur une seule photo, échappant aux sujets vus et revus par de précédentes biographies. Ici, elle est décrite à travers le regard émerveillé de Colin lors d’un passage furtif dans l’existence du jeune homme de 7 ans son cadet. Déjà lasse d’une célébrité lourde à porter, elle a besoin de sa fraîcheur et surtout, d’être aimée pour qui elle est vraiment. Car ce n’est pas Marilyn qu’aime Colin, mais Norma Jean. Michelle Williams (Shutter Island, Brokeback Mountain), bien que légèrement moins gracieuse que la star, est radieuse en Marilyn (d’où un Golden Globes mérité et une nomination aux Oscars). L’on sent à travers sa prestation le nombre incalculable d’interview et de films qu’elle a du se farcir afin d’incarner son personnage à la perfection : cette pétulance mêlée de langueur qui faisait son charme. Pour ma part, je trouve que son jeu manquait de la légèreté qui pouvait caractériser Marilyn Monroe, mais il s’agit peut-être d’un choix délibéré de la part du réalisateur : à 30 ans, elle est déjà sous de lourdes doses de somnifères (et autres drogues ?). C’est une période difficile qui précède 5 années de déchéance sur les plans personnel et de la santé, se soldant par un décès controversé (suicide, overdose, assassinat ?). Marilyn Monroe arrive en Angleterre avec son mari Arthur Miller. 1956. (Source : lancastria.net) Pour comprendre le mal-être de Marilyn, il faut comprendre que ses statuts de sex-symbol et de star mondiale, interdépendants et entretenus par ses rôles au cinéma, représentent une énorme pression. Sa vie privée, tumultueuse et soldée par de nombreux échecs, la rend malheureuse et insatisfaite. A l’époque de My Week With Marilyn, elle est récemment mariée à Arthur Miller qui, après avoir été fascinée par elle, écrit déjà les pires confidences sur sa femme, “monstre narcissique” qu’il accuse de l’avoir “vidé de son énergie et de son talent”. Le film sous-entend également que durant ce tournage s’est déroulé un autre drame très personnel pour elle, que je ne révèlerai pas pour ne point spoiler. D’autre part, j’ai remarqué un écart immense entre les louanges adressées en permanence à Marilyn Monroe et ses prestations critiquées lors du tournage – en attend-on trop d’elle ? On a le sentiment que l’on devrait voir une actrice au talent sûr, incontestable, mais l’on se retrouve avec une petite fille apeurée, qui a le trac, et sans cesse prône à imposer ses caprices à son entourage. Face à la double contrainte de se sentir utilisée en tant qu’actrice,, objectifiée en tant que sex-symbol d’une part, et l’adulation dont elle est l’objet d’autre part, elle a dû ressentir un profond malaise et un énorme sentiment de solitude. Ce qui la rend non seulement touchante, mais également insupportable. Quant au jeune Eddie Redmayne (Deux soeurs pour un roi) – en réalité plus vieux que son personnage, il parvient à incarner cette sorte d’innocence et naïveté propre à un jeune premier confronté au mythe Marilyn. En conclusion, un bien joli film qui, sans faire partie des réalisations qui marqueront Hollywood, feront passer un moment agréable et touchant en compagnie d’une légende. Quant au livre de Colin Clark à l’origine du film, l’on ne saura jamais s’il s’agit d’une histoire vraie ou des délires mythomanes d’un type qui a pris ses rêves pour la réalité. Mais on s’en fout un peu.
    bou77
    bou77

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 585 critiques

    3,5
    Publiée le 9 avril 2012
    "My Week with Marilyn" est une bonne surprise. Invitant le spectateur dans les coulisses du tournage du film "Le prince et la danseuse", on suit avec plaisir l'aventure de Colin Clarks (Eddie Redmayne) en compagnie de Marylin Monroe (Michelle Williams). A la fois comique et surprenant de par la personnalité de Maylin, ce biopic se regarde avec plaisir.
    Guillaume182
    Guillaume182

    Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 1 194 critiques

    3,5
    Publiée le 5 avril 2012
    C'est l'histoire d'un jeune homme qui rêve de faire carrière dans le cinéma. Il réussit à devenir le troisième assistant réalisateur pour le film "Le prince et la danseuse" ou il côtoie d'immense star comme Laurence Olivier, Vivien Leigh et la plus grande star du monde Marilyn Monroe avec qui il devient proche. Il s'agit donc d'un biopic qui se démarque un peu du lot en ne racontant qu'une petite partie de la vie de Marilyn pendant le tournage d'un film. La mise en scène est classique ( j'ai pensé au film "le discours d'un roi"). Un film très instructif sur ce qu'était la personnalité de Marilyn et sa manière de jouer un personnage. On découvre aussi que derrière la plus grande star du monde se cache quelqu'un de triste et qui manque de confiance en elle. Elle fascine tout le monde, elle suscite de l'admiration, mais aussi de la peur et de la crainte. D'ailleurs l'interprétation de Michelle Williams est formidable. Rien d'extra-ordinaire, mais on passe un bon moment. Un film de qualité.
    heathledgerdu62
    heathledgerdu62

    Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 1 613 critiques

    4,0
    Publiée le 24 novembre 2014
    Un excellent biopic sur Marilyn Monoroe avec Michelle Williams qui l'interprète avec brio. Avec de grands acteurs comme Judi Dench et Kenneth Brannagh dans le rôle du légendaire Laurence Olivier. Emma Waston est charmante dans le rôle d'une assistante sur le tournage du film Le Prince et la Danseuse.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top