Notez des films
Mon AlloCiné
    My Week with Marilyn
    note moyenne
    3,4
    2327 notes dont 327 critiques
    répartition des 327 critiques par note
    17 critiques
    82 critiques
    127 critiques
    72 critiques
    24 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur My Week with Marilyn ?

    327 critiques spectateurs

    dai72
    dai72

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 2 131 critiques

    4,0
    Publiée le 5 mai 2013
    Ni trop court, ni trop long, ce film offre un agréable moment et une interprétation sans défaut de tous les comédiens. Un scénario qui aurait pu mal tourné, qui aurait pu tomber dans l'ennui ou des longueurs agaçantes mais qui au contraire reste assez dynamique, assez vivant, assez captivant. Plongé dans une histoire et un moment teintés de romantisme et d'un brin de folie, le spectateur ne décroche pas de l'écran, est fasciné par ce personnage qu'était Marilyn Monroe !!
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 5 avril 2012
    Armé d’un bon casting et d’une mise en scène toute simple, My week with Marilyn se révèle être une petite surprise pleine de fraîcheur. Si le film n’est pas un biopic sur la diva blonde, il est néanmoins une très bonne chronique sur le tournage du film The Prince, The Showgirl and Me. L’idylle qui va se former autour de tout ça demeure simple et sans ambigüité, grâce au personnage très fragile de Marilyn qui contrairement à ce que l’on peut croire était une femme manipulatrice mais également très peu sûre d’elle. Ce n’est pas réellement dans le récit que le film trouve toute sa force mais plutôt dans les interprétations de ses acteurs, Michelle Williams est une Marilyn Monroe touchante et juste, elle donne vraiment vie au personnage si bien que ce n’est plus Williams mais bien Monroe qui semble être à l’écran. Eddie Redmayne que l’on connaît moins s’en sort admirablement, Kenneth Brannagh campe un rôle pour lui et nous montre une bonne performance niveau charisme. N’oublions pas Emma Watson qui même sans baguette magique parvient à délivrer une bonne interprétation, Harry Potter semble bien terminé pour la jeune actrice. My week with Marilyn est donc une belle chronique, tout simple mais juste, on passe un agréable moment.
    yohanaltec
    yohanaltec

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 764 critiques

    3,5
    Publiée le 30 août 2013
    Un bon biopic, une excellente Michelle Williams. Dommage que le film soit si court.
    DarioFulci
    DarioFulci

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 1 300 critiques

    3,0
    Publiée le 28 juillet 2012
    Un instant de la vie d'une icône, perdue dans la folie d'un succès sans précédent pour l'époque. Comment être crédible aux yeux d'artistes subjugués mais pas dupes ? comment rester soit-même et profiter de la gloire ? Une ligne directrice pour ce biopic qui tente de s'éloigner de l'académisme inhérent à ce genre de projet. Ce qu'il ne réussit pas à tous les coups: le drame d'une vie, l'hystérie collective et l'attachement d'une star, la naïveté du jeune premier, la fascination des aînés... Des lieux communs que l'on tolère volontiers. Loin d'être fasciné, l'intérêt est pourtant présent. Un tel mythe méritait un film. Si ce n'est pas le long métrage définitif, c'est déjà un bon film où l'anecdote rend compte d'une partie décisive d'une vie.
    keating
    keating

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 582 critiques

    3,0
    Publiée le 14 août 2012
    Au milieu de cette grande vague de biopics qui attaquent nos écrans depuis quelques années, il était presque étonnant de ne pas encore avoir vu flotter l'image de Marilyn Monroe, tant son image fascine encore bien des esprits. Même s'il ne révolutionne pas le genre, il faut reconnaitre à Simon Curtis le mérite de ne pas emprunter les sentiers battus : le cinéaste refuse le choix de la biographie débutant par la naissance et finissant par la mort du personnage ; bien au contraire, il concentre son hommage sur seulement une semaine. Le titre annonce bien la couleur : il s'agit d'une période brève, et la subjectivité de son regard est totalement assumé. Le choix est très pertinent. En effet, à travers cette petite histoire méconnue, on en apprend beaucoup sur la grande, et tous les éléments qui nous fascinent chez Marilyn se retrouvent là. La mise en abyme du tournage du "prince et la danseuse" est très intéressante et permet de créer une belle tension entre les deux mythes que sont Marilyn et Laurence Olivier. La classe de la star hollywoodienne face à la puissance théâtrale britannique. Deux façons de concevoir l'acteur qui s'affrontent avec humour. Et puis le regard intermédiaire du personnage de Colin, sympathique rêveur qui ne comprend pas trop comment il est rentré dans ce monde. Le film est évidemment bien aidé par un casting parfait, où tant Michelle Williams que Kenneth Branagh se font totalement oublier pour nous donner l'illusion totale de voir les vrais Monroe et Olivier face à nous. La caméra de Curtis, très classique, parvient plusieurs fois à sublimer encore Marilyn, mais se fait bien plus maladroite lorsque son icône n'est pas à l'écran. Le film aurait mérité également plus de temps, et plus de travail sur les personnages secondaires, dont on s'interroge sur la réelle utilité (la petite amie de Colin, Arthur Miller, la vieille actrice, ...). On se consolera en admirant chaque entrée de Marilyn et de Laurence Olivier, duo passionnant entre la star hollywoodienne voulant devenir grande actrice et le grand acteur voulant devenir une star.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 22 juillet 2012
    Ce que j'ai préféré dans le film : L'envers cauchemardesque de la vie de Marilyn. Sa douleur et sa détresse sont presque belles et le film les a mises en avant. Je conçois que l'histoire du film ait été tirée d'un livre mais la romance entre elle et Clark était facultative à mon avis. J'appréhendais un peu de voir une autre actrice interpréter la femme la plus célèbre du monde, mais Williams s'en est magiquement bien sortie. Pour finir : Marilyn est immortelle, et c'est ce qui fait d'elle la personne la plus malheureuse au monde.
    belo28
    belo28

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 1 130 critiques

    3,0
    Publiée le 13 avril 2012
    N'est pas Marilyn Monroe qui veut! C'est bien dommage! Car si Michelle Williams est une bonne actrice, elle n'a pas les épaules pour interprété Monroe... Cependant Kenneth Brannagh est très convaincant en Sir Laurence Olivier surtout lorsqu'il cite du Shakespeare! Que dire du reste du film? Adaptée la vie réelle de Monroe semble véritablement casse gueule (et si on laissait les biopics au placard!), cependant le film s'en sort relativement avec les honneurs choisissant non pas le point de vue de la Star mais celui d'un assistant qui en tombe raide dingue! Un film calibré pour les Oscars, qui marche bien en soi, mais qui s'attaque à un mythe plus grand que le film ne peut faire qu'effleurer... Vivement Blonde!
    TommyDuke
    TommyDuke

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 273 critiques

    4,0
    Publiée le 18 juin 2012
    Un film très intéressant sur un épisode de la vie de Marilyn. Un joli petit film sur les rapports entre une star et un jeune homme de l'ombre, sur ce qu'est un acteur et une star. Kenneth Branagh livre une belle performance en Lawrence Olivier et Michelle Williams, même si sa ressemblance avec la star ne crève pas les yeux, elle adopte la voix, les mimiques et la gestuelle de la star sans la caricaturer au point qu'au bout d'un moment, on voit Marilyn à l'écran. Un jeu d'actrice impeccable pour une reflexion sur le métier d'acteur.
    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 644 critiques

    2,5
    Publiée le 29 avril 2017
    POTICHE. Une vie inachevée. L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux. Les hommes préfèrent les blondes, I wanna be loved by you. Sensible, stressée, le clown triste joue avec son public et devient l'amant de son sauveur. Un pur week end de détresse et de gentillesse. Une carrière c'est fantastique mais on ne peut pas se blottir contre elle la nuit quand on a froid.
    Charles R
    Charles R

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 391 critiques

    4,0
    Publiée le 18 avril 2012
    Qui est Simon Curtis? Un émule de James Ivory? On pourrait le croire tant l'univers recréé dans ce film "so british" porte l'élégance et la mélancolie du maître qui, bien qu'américain, est un habitué du style anglais et de son sens de la retenue. Pudique, le film l'est d'autant plus que la rencontre d'un assistant de troisième zone avec la star la plus vénérée de la planète eût pu inspirer à d'autres metteurs en scène un déluge de sensualité et d'érotisme. Or ici il n'en est rien. Colin, le jeune assistant de Laurence Olivier, tombe sous le charme de Marilyn durant le tournage du film "Le Prince et la Danseuse". A des circonstances exceptionnelles le film oppose l'émotion de Colin (Eddie Redmayne) qui vit cette rencontre comme un premier amour. Quelques baisers furtifs, une baignade en toute complicité dans une rivière illuminée par une jolie lumière et une nuit où le jeune homme joue plus le rôle de protecteur que celui d'amant: il n'en faut pas plus pour évoquer cette rencontre privilégiée. Le film vaut bien sûr par l'histoire racontée, mais aussi par le jeu des acteurs et des actrices en tête desquels il convient de saluer la prestation de Michelle Williams qui ne cherche pas à singer le jeu de Marilyn - sauf dans l'épisode du collège d'Eton - mais plutôt à vivre de l'intérieur un personnage auquel elle ressemble étrangement. Saluons aussi les habitués de la scène britannique: Kenneth Branagh (splendide Laurence Olivier), Judi Dench, Julia Ormond et n'oublions pas la touchante Lucy, incarnée par la jeune Emma Watson débarrassée des sorcelleries de Poudlard. Enfin cerise sur le gâteau: une musique signée Alexandre Desplat avec un certain Lang Lang au piano. Tout un poème...
    Don Keyser
    Don Keyser

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 1 640 critiques

    4,0
    Publiée le 12 mars 2012
    "My Week with Marilyn" est une oeuvre qui offre un véritable hommage à Miss Monroe. D'une part, Michelle Williams est tout simplement extraordinaire et envoûtante dans son rôle, de plus les autres acteurs sont aussi très convainquants. Par ailleurs le scénario est solide et le film dans le film révéle des perspectives de travail intéressante. D'autre part, la réalisation reste bonne et réussie. Au final, c'est un long-métrage plaisant, divertissant qui relate une belle histoire interprétée par Michelle Williams et Eddie Redmayne.
    adicte
    adicte

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 700 critiques

    2,5
    Publiée le 7 septembre 2012
    Pour commencer, l'actrice principale n'a ni l'étoffe, ni la grâce, ni la légèreté, et encore moins la beauté de Marilyn, donc déjà, c'est mal barré. A sa décharge, je dirais que, tout de même bonne actrice, elle réussit à nous apprivoiser au long du film et on s'y fait malgré nous... Concernant le film en lui-même, et bien très bof : très prévisible, "femme enfant" qui joue avec les sentiments de ce petit assistant idiot que l'on voit venir à des km à la ronde, seconds rôles inutiles, dialogues qui tournent en rond et des enchaînements pas terribles. Reste la découverte d'une facette du sex symbol qui peut donner envie d'en apprendre davantage mais ça s'arrête là. Avis aux réalisateurs et scénaristes : quand on touche à la légende, il faut être solidement armé, sinon, il vaut mieux leur lâcher la grappe et s'en tenir à la fiction. A bon entendeur...
    nestor13
    nestor13

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 1 222 critiques

    4,0
    Publiée le 29 avril 2012
    Il fut une époque, du temps de la splendeur et de la jeunesse de Madonna, où l'on nous avait annoncé qu'un jour elle incarnerait Marilyn Monroe au cinéma. Le temps a passé, seules restent les pensées et la prophétie ne s'est finalement pas réalisée, la chanteuse s'étant contentée de l'obscur d'Eva Peron dans un film qui n'intéressât pas grand monde. Ouf ! En définitive, celle qui s'y colle c'est ici Michelle Williams pour une oeuvre qui n'est d'ailleurs pas une biographie de la blonde pulpeuse, mais juste l'évocation de quelques jours comme l'indique d'ailleurs son titre. Si la jolie Michelle livre une belle performance, c'est surtout Kenneth Branagh dans le rôle de Laurence Olivier qui m'a le plus marqué et qui donne le plus de sel à cette histoire. Celle-ci est à la fois très intéressante et très significative, nous plongeant dans l'envers du décor, au coeur d'un de ces inombrables tournages où comédiens et réalisateur se mettent dessus (pour parler vulgairement) sans que cela transparaisse dans la salle de projection pour le spectateur. "My week with Marilyn" nous entraîne également à nouveau au plus profond de la solitude de l'artiste qui a beau avoir la gloire, la célébrité et l'argent mais qui demeure un être torturé, lunatique et capricieux. Brisé par le star system qui l'expose et le donne en pâture au public qui voudrait en faire sa chose, il ne peut pourtant pas vivre sans. Ce n'est au final que ça, par-delà la relation spéciale entre l'actrice et cet anonyme troisième assistant réalisateur décrite ici mais qui n'est presque qu'anecdotique, que nous montre le metteur en scène. Ah, Norma Jean Baker : troublez-moi ce soir...
    Nicolas S.
    Nicolas S.

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 1 230 critiques

    3,0
    Publiée le 6 septembre 2012
    Malgré les acteurs talentueux, l'idée de base ne se prêtait pas à un scénario bien intéressant et cela se vérifie une fois le film visionné. Il n'est pas mauvais mais simplement on le regarde sans aucune émotion, le film étant trop lisse. Heureusement, le réalisateur sauve le film d'une classification de "film moyen" par certains plans travaillés et très beaux, la plupart du temps en extérieur.
    Mike G.
    Mike G.

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 264 critiques

    3,0
    Publiée le 9 avril 2012
    Étincelante. À peine a-t-elle posée les pieds sur la terre anglaise que les flashs crépitent et que le peuple s'agenouille à ses pieds. Marilyn, l'icône du star system américain, vient tourner pour la première fois en Angleterre. Mais, loin derrière les strass et les paillettes se cache Norma, la petite fille blonde qui n'aspire qu'à la simplicité. Partagée entre sex symbol et jeune femme perdue, personne ne la comprend : ni ses fans, aveuglés par son image, ni ses proches, exigeants et dédaigneux. Elle force l'admiration, le respect, mais aussi l'exaspération et l'incompréhension. C'est grâce aux souvenirs, contés par Colin Clark, que nous découvrons tout, ou presque tout. Si la serviette tombe et dévoile Marilyn aussi nue que fragile, les mystères restent présent, les contours ombrés ancrés en elle, et le chemin de la vérité est encore parsemé d'obstacles impérissables. Nous sommes plongés dans les coulisses du tournage de son prochain film, et nous nous glissons telle une petite souris entre tous ces personnages. Colin est cette souris là, allant et venant de personnage en personnage, de décor en décor, toujours motivé par son admiration incommensurable pour Marilyn, son amour du cinéma, et son désir de bien faire. Sa finesse n'a d'égale que sa pureté de jeune homme respectacle, et son comportement finit par déteindre sur tout le plateau. Lui, le troisième assistant du réalisateur, l'homme à tout faire, qui est censé apprendre au contact de tous ces professionnels, va en réalité donner une leçon d'humanisme à tous. Surtout à Sir Laurence Olivier, cet homme mystérieux, rongé par le temps qui passe et vibrant de ce terrible sentiment d'amour/haine envers Marilyn. Elle représente tout ce qu'il désire, et donc tout ce qui lui manque, sorte de frustration éternelle, aussi douce que cruelle. Son comportement, autoritaire, voire tyranique, n'est motivé que par son professionnalisme si rigide, qu'il déteste lui-même. Marilyn est à l'opposée, ingérable, imprévisible, capable d'enchaîner des prises médiocres avant de faire l'apparition parfaite, ce qui rend tout le monde dingue. Comme le dit si habilement un des personnages :"Dès qu'elle y arrive, on ne voit plus qu'elle." C'est une étoile filante, ni plus ni moins. Son talent est si rare, si ephémère, si étincelant, qu'il fait d'elle une femme et une actrice unique. Loin de se voir avec des yeux si émerveillés, Marilyn ne cesse de douter. Son souhait de devenir une grande actrice lui insuffle cette pression quasi-constante, qui la transforme en véritable boule de nerf, incapable de bouger, incapable de trouver le repos. Lassée, esseulée, déprimée, elle ne cherche qu'à retrouver ce goût pour la vie, doux et innocent. C'est au contact de Colin qu'elle arrivera à retrouver un semblant de bonheur. À la recherche de la fillette qui sommeille en elle, elle verra en lui la personne capable de la faire retomber en enfance. L'illusion va donc se former, petit à petit, le rêve va finir par prendre vie, faisant d'une femme une enfant et d'un enfant un homme. Au détour d'une journée printanière, passée à se prélasser près d'un lac, les troubles de la vie réelle vont être oubliés, éclipsés par cette magie naissante. Mais rien n'est plus incertain qu'un rêve, et quand il côtoie le cauchemar de si près, il devient difficile d'y voir clair, comme si une poussière incrustée dans l'œil nous empêcherait d'ouvrir pleinement les yeux. Marilyn se met donc à nue devant le seul homme qui semble capable de la comprendre. Enlever sa serviette sous le regard ébahi de Colin, ce n'est pas offrir son corps, mais son âme. Et elle est ici offerte avec beaucoup de précautions, de délicatesse, comme le film nous la livre avec pudeur et respect. Simon Curtis enveloppe donc tout son long-métrage de ces teintes naturellement brillantes, aussi claires et soyeuses que la chevelure de Marilyn, tout en gardant à l'esprit cette pénombre impénétrable, renfermée dans une chambre, cachée derrière les portes d'un placard. Si l'intimité semble percée, il reste malgré tout des zones d'ombres, des précieuses vérités secrètement dissimulées, qui ne permettent jamais de savoir véritablement qui est cette femme si envoutante. Le conte de Colin s'en tient à l'ephémère, au rêve devenu réalité, pour de brèves semaines, et au partage entre deux êtres qui avaient beaucoup à s'apporter l'un et l'autre. Porté par un duo d'acteurs concerné et resplendissant, le film s'avère être une ballade appréciable. Malheureusement, le rythme, notamment dans la première partie, est assez inégal, et l'intensité dans les moments sombres a du mal à troubler le spectateur comme cela aurait du être le cas. Un biopic gentillet en somme, comme la prestation d'Emma Watson, assez désuète. Mais malgré tout, il possède des qualités indéniables, dans la légèreté du récit, et dans les prestations des acteurs, qui font de lui un biopic agréable, à défaut de se révéler incontournable, comme on aurait pu l'espérer.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top