Mon AlloCiné
Le Petit Prince
note moyenne
4,1
3406 notes dont 394 critiques
27% (106 critiques)
39% (153 critiques)
19% (76 critiques)
9% (34 critiques)
4% (16 critiques)
2% (9 critiques)
Votre avis sur Le Petit Prince ?

394 critiques spectateurs

Fenouil du samedi

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 12 critiques

4,0
Publiée le 30/07/2015
Un film dans lequel les héros refusent de grandir. Une belle leçon de vie sur une enfance qu'il ne faut pas oublier et une satire de la société bien assumée.
Marcel D

Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 197 critiques

5,0
Publiée le 30/07/2015
Le défi était de taille, s'attaquer à un monument... Créer une histoire originale, sans dénaturer l'oeuvre d'origine. Force est de constater que le défi est remporté haut la main ! Un savant dosage entre la narration du livre de Saint Exupéry, avec une histoire qui met tout ça en valeur et qui se permet même le luxe d'offrir une suite au livre... Quel bon moment !
INCA R.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 30/07/2015
Un vrai petit bijou. Un dessin animé très poétique. C'est magnifique!! Vraiment, il faut aller le voir car ça change des dessins animés actuels.
Sabrina F.

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 58 critiques

5,0
Publiée le 21/07/2015
J'ai eu la chance de le voir en avant-première. Un film magique, une histoire incroyable, des métaphores sur la vie. On passe par toutes les émotions et la petite larme à la fin est inévitable. Un moment unique. À voir absolument. Un réel chef d'œuvre.
acheiropoiete

Suivre son activité Lire ses 4 critiques

5,0
Publiée le 27/05/2015
S'attaquer à une œuvre comme que Le Petit Prince est risqué. Un exercice d'une telle envergure est d'ailleurs souvent "casse-gueule", c'est dur de toucher à un classique et de ne pas se le faire reprocher l'imprécision ou au contraire la copie de tel ou tel chapitre, tel ou tel plan. J'étais mi-anxieuse, mi-curieuse à l'idée de voir ce film. Je l'ai pris comme un film d'animation à part entière, pas comme "celui-du-réalisateur-de-Kung-Fu-Panda". Dès les premières minutes et sans ne rien voir venir Le Petit Prince est venu, m'a prise par la main et m'a emmenée dans son monde. Si vous ouvrez bien vos yeux et votre cœur vous trouverez un tas de métaphores à chaque coin d'écran, autant d'appels à l'imaginaire qui font de cette adaptation qu'on pourrait penser personnelle une œuvre terriblement collective. Exigeante en matière de graphisme, je n'ai pas été déçue. C'est superbe et parfaitement adapté à l'histoire. Si vous voulez une virée dans les étoiles oubliez les fusées les et avions à réaction, un ticket pour Le Petit Prince suffira. Votre âme d'enfant vous en remerciera :-)
Blog Be French

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 262 critiques

2,0
Publiée le 17/06/2015
Qu'on se le dise tout de suite, cette adaptation du Petit Prince de Saint-Exupéry n'en est pas une… Dans ce film, le spectateur suit plutôt la vie d'une petite fille formatée qui va découvrir l'histoire du Petit Prince par le biais d'un aviateur loufoque. Bon… admettons que l'idée de base souhaite se démarquer d'une adaptation littérale. Le début est d'ailleurs plutôt drôle et réussi, incorporant cette fable à une situation contemporaine où les enfants s'éloignent de plus en plus de leur monde imaginaire et où l'excellence devient le point d'orgue. Mais le problème réside surtout dans le fait que Mark Osborne se contente d'utiliser le roman comme d'un outil pour émanciper son héroïne et non comme le cœur de son œuvre. Les passages du livre de Saint-Exupéry ne représentent que 25 minutes (réussies) sur 1h50 de film ! L'animation en stop motion y est remarquable, les personnages sont dessinés aux crayons et constitués de papier mâché, apportant ainsi toute l'authenticité des illustrations du livre. Mais concernant l'heure et demie restante, elle s'avère n'être qu'une accumulation de dérives scénaristiques couplées à un sacrosaint de sentiments dégoulinants. Toute la poésie, toute la beauté, tout l'aspect philosophique du texte de Saint-Exupéry est jeté aux oubliettes, broyé sous un amas de bêtises pro-hollywoodiennes ! Si le renard, la rose ou le vaniteux sont présents, on met de côté toute l'explication de la présence des épines sur les roses, on ne ressent pas la moindre émotion lors de l'apprivoisement du renard, tandis que les personnages de l'allumeur de réverbère, de l'ivrogne ou bien encore du géographe sont tout bonnement absents… Tout ce qui fait l'intérêt du conte a été amenuisé pour être remplacé par une histoire idiote où la notion de rêve devient grossière au lieu de se montrer subtile. Le film manque de nuance dans un univers trop caractérisé qui préfère ériger l'école en fléau de l'enfance plutôt que de montrer son lien à la littérature. Et puis ça ne vous dit rien l'histoire d'un vieux bonhomme qui fait découvrir l'aventure à un enfant abandonné par ses parents ? Plutôt que de suivre le principe de Là-haut qui présentait une ode subtile à l'aventure et au rêve, Mark Osborne choisit d'en plagier les grandes lignes pour constituer un film d'animation alternant deux histoires parallèles, mais dont celle qui n'est pas de Saint-Exupéry reste en somme assez banale. Le texte est interrompu par des twists insignifiants entre le pilote et la lectrice, tandis que la mère constitue une menace constante. Le réalisateur va même jusqu'à bafouer l'image du Petit Prince en l'affublant du nom de « Mr Prince », et transformant ce dernier en un adulte (évidemment!) totalement pathétique. Quand on vous dit que le manichéisme fait des ravages, faut nous croire ! Les valeurs y sont déplacées, insultant la démarche initiale que cherchait à créer Saint-Exupéry sur l'enfance, et le résultat est donc logiquement raté. Avec cette adaptation du Petit Prince, Mark Osborne passe complètement à côté de son sujet et nous livre une des plus grandes déceptions de ce Festival de Cannes. Pas du tout inspiré, le film ne fait que survoler la poésie du texte de Saint-Exupéry pour y déposer la bouillie habituelle proposée aux enfants dans n'importe quel dessin animé ! « On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux » disait le Renard… Hélas, dans cette adaptation le cœur n'y est pas et rien n'est essentiel. Retrouvez cette critique et bien d'autres sur Be French !
Nyns

Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 749 critiques

3,0
Publiée le 30/07/2015
Déjà que la constante qui dit que les livres sont plus réussis et complets que leur représentation cinématographique est souvent juste, alors là on s'attaque à un monument, que dis-je? Un chef - d'œuvre de la littérature française! Tous les enfants devraient avoir un exemplaire du petit prince dans leur bibliothèque, cette histoire est tellement magique! La bonne idée qu'à finalement eu Mark Osborne, c'est de ne pas utiliser le petit prince comme protagoniste principal mais comme échappatoire à notre petite héroïne qui vit dans un monde organisé et bien trop sérieux pour elle. Les morales du livre sont quasiment toutes survolées, mais c'est majoritairement le fait de garder son âme d'enfant en grandissant qui l'emporte. Les passages en stop motion sont les meilleurs du film, car il s'agit ni plus ni moins que l'histoire de St Exupery en version animé (comme quoi il suffisait d'ouvrir le livre et de laisser faire son imagination pour mettre 5 étoiles, ceux qui comprennent l'idée du petit prince valideront). Mais les aventures de la fillette avec le vieil aviateur attachant sont aussi plaisants et pour le coup, c'est la valeur ajouté du film. Alors je ne sais pas, ils en ont trop rêvé de ce film, donc ils en ont peut être trop fait. C'est vraiment long au final, l'aventure s'emmêle un peu les pinceaux à la fin pour nous rabâcher ce que l'on avait déjà compris au début avec plus de subtilité. Le graphisme des personnages rappelle trop les Pixars. Et il manque peut être un peu d'humour pour les plus jeunes? Plein de "petits" défauts, un film qui n'était pas utile pour ma part mais l'émotion est là grâce à l'histoire originale et sa portée philosophique universelle.
Housecoat

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 304 critiques

5,0
Publiée le 08/06/2015
Le Petit Prince. Inspiré du célèbre livre d'Antoine de Saint-Exupéry. Je n'ai pas eu la chance de lire le livre (d'ailleurs voir le film m'a donné envie de le lire) mais je pense que le film offre autant que le livre en terme de leçon pour les enfants. Si il y a quelque chose que j'ai remarqué c'est que c'est un film pour enfants qui doit être analyser et non critiquer. (je compte écrire une analyse plus approfondis sur senscritique dés que je le reverrais). Car Le Petit Prince ce n'est pas qu'un livre pour enfant, c'est un livre qui enseigne la vie à travers un livre pour enfant (ça peut vous sembler bizarre que je dise ça alors que je n'ai jamais lu le livre, mais je suis sûr que c'est ça). Le film est original en soi. Il ne montre pas l'histoire du Petit Prince mais une petite fille qui se met à la connaître grâce à un vieil aviateur. Et le message principal du film est le même que le livre communique "Grandir ce n'est pas ça le problème. Le problème c'est d'oublier". Mais ce le film possède également d'autres messages. Car on pouvait déjà se douter que ce n'est pas un film de divertissement (c'est pas parce que c'est un film d'animation que ça ne veut rien dire) c'est un film qui s'analyse. On ne peut pas le critiquer pour son niveau d'humour ou sa narration. Ceci est donc une analyse du film. Déjà spoiler: le fait que les personnages n'aient pas de nom connu est je pense un choix réfléchi pour le film, car cela peut permettre aux personnes du public de s'identifier à eux. Les personnages ne sont pas des personnages de film mais ce que tous les enfants, les personnes âgées et les parents peuvent êtres dans la réalité. Parce qu'il existe des parents exigeants et inquiet pour l'avenir de leurs enfants. Et la mère de la fille remplie parfaitement bien ce rôle. Elle travaille beaucoup et a prévu à l'extrême "Le Chemin de Vie" de sa fille pour qu'elle puisse avoir un bel avenir. Elle n'est pas méprisable, elle fait ce que n'importe quel parents feraient. Evidemment c'est peu plausible qu'un parent minute précisément l'été de sa fille mais il est clair que c'est pour que le l'élément du parent "trop adulte" puisse passer. Je vais parler de la petite fille maintenant. Disons qu'elle peut représenter tous les enfants qui découvrent le livre, mais elle le découvre. Elle est une fille qui passe à côté de son enfance à cause de sa mère qui prépare son avenir et l'originalité est qu'elle rate son enfance sans s'en rendre et sans se plaindre. Elle veut faire sa fierté, elle prépare son avenir comme une adulte (il n'y a qu'a voir le mimétisme d'adulte qu'elle a avec sa mère). La petite fille est une adulte et elle ne connaît pas l'enfance. Maintenant je vais parler de l'Aviateur. Il est un vieil homme très "enfant", il est un homme "qui n'a pas oublié". Il enseigne à la petite fille ce qu'est l'enfance à travers l'histoire qu'il a écrite, celle du Petit Prince. Et on aussi les personnages du livre qui sont importants à suivre tout au long. Mais le Businessman sort du lot du fait qu'il est l'antagoniste du film. Enfin quand je dis antagoniste, je veux dire qu'il est plus l'outil qui montre le malaise du monde adulte, et je pense que c'est pour ça qu'il est l'antagoniste dedans alors qu'il fait un simple passage important dans le livre. Les personnages véhiculent l'histoire. Et l'environnement est très précis visuellement sur ce que le film montre. spoiler: On est au début du film, tout est carré, tout est nette, terne, droit, tout est "adulte". Même les voitures ont des formes carrés et même le trafic routier quand on voit le quartier vu de dessus, on voit même que le trafic routier semble chronométré vu à quelle moment les voitures roulent et s'arrêtent (on pourrait presque se dire que c'est une dystopie morale adulte). Et là on voit la maison de l'Aviateur qui se différencie totalement des autres : elle est colorée, haute, excentrique et quand on voit les pigeons se poser sur la maison de la mère et de la fille à leur arrivée, on pourrait se dire que la maison va déjà influencer la fille, et ensuite la mère chasse les pigeons et la fille fait une tête déçu comme si le film voulait dire "pas de changement dans le monde adulte". Et ensuite on a encore des détails de ce genre : la fille a des boules à neiges qui montrent des immeubles carrés et elle imagine des bureaux à l'intérieur comme si la vie qu'elle mène la prive d'imagination (même son père lui donne la même boule à neiges à chaque anniversaires). Et quand la fille se trouve sur la planète du Businessman, tout est droit, carré et terne mais aussi plus sombre que l'environnement du début du film. C'est le monde adulte poussé à l'extrême. Mais si l'environnement du film véhicule un message à lui seule, l'histoire fait autant. spoiler: La fille fait la connaissance de l'aviateur et commence son changement pour connaître l'enfance car elle ne sait pas vraiment ce que c'est au fond. Et dans la scène de rencontre, au moment où le parachute tombe sur eux, elle est émerveillée par les couleurs qui lui tombent dessus. Et après avoir lu la première partie du Petit Prince elle a aimé mais relève quand même les incohérences de l'histoire qui sont normalement sans importances dans cette histoire. Elle cherche comme une adulte en gardant l'esprit fermé à l'imagination. Elle continu de lire l'histoire et entame une grande amitié avec l'aviateur. Au fil de l'histoire elle vit une vie d'enfant et tisse un lien fort avec l'aviateur (le tout mis en scène en parallèle avec l'amitié entre le Petit Prince et le Renard). Mais après l'arrestation, elle continu de lire l'histoire et veut rencontrer le Petit Prince avec l'aviateur mais celui-ci lui dit qu'il devra "partir seul" et lui raconte la fin de l'histoire. Le Petit Prince veut rentrer s'occuper de sa rose mais son corps est "trop lourd", alors il laisse le Serpent le mordre et il meurt. La fille horrifiée de la fin de l'histoire met fin à son amitié avec l'aviateur. En fait, elle n'a pas compris que la fin voulait dire une chose : faire le deuil. Quand l'aviateur disait qu'il pouvait entendre le Petit Prince rire dans les étoiles, ça devait être pour dire que sa "mort" ne sera pas la fin de leur amitié. Leur lien existe toujours, "l'important est invisible pour les yeux". Et quand l'aviateur est à l'hôpital, la fille part rencontrer le Petit Prince et c'est la partie la plus originale du film. spoiler: Elle utilise l'avion de l'aviateur réparé pour demander de l'aide au Petit Prince, et à partir de là, le film donne libre cours aux interprétations que l'on peut avoir de lui. Sa peluche Renard prend vie, elle arrive sur une planète "trop adulte", et elle rencontre les autres personnages du livre. Et elle rencontre Mr Prince, qui est le Petit Prince qui a "oublié" son enfance. Elle lui rappelle ce que c'est, et libère les étoiles prisonnières du Businessman. Bon je dois admettre que le message passe moins bien puisque le livre enseigne de grandir sans oublier ce que c'est d'être un enfant mais la séquence sur la planète du Businessman montre un manichéisme enfant=bien et adulte=mal. Je n'avais pas compris sur le coup mais en fait le message passe bien, car même si les enfants ne comprennent pas sur le coup, je suppose qu'ils ne voudront pas devenir comme ça, alors ça passe. A la fin, spoiler: le Petit Prince se "souvient" et on a l'honneur de le voir en vrai. La Rose est morte mais la fille comprend enfin la dernière leçon de l'histoire de l'aviateur. Elle vient se réconcilier avec lui et on a droit à l'une des meilleures fin qu'un film d'animation puisse offrir. Pour conclure cette analyse. Le Petit Prince est un super film. Je n'ai pas lu le livre mais je pense que le film offre autant, et je suis fier de l'avoir connu à travers ce film. Il a plusieurs messages et les enfants pourront apprendre qu'il ne faut pas oublier car grandir est inévitable, mais on peut garder l'enfant qui est en nous. Un des meilleurs films d'animation de l'année qui offre quelque chose de différent et qui a réussi. Antoine de Saint-Exupéry doit être fier.
pagtram

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 47 critiques

5,0
Publiée le 31/07/2015
Voilà un dessin animé qui fait du bien dans une journée. Oui un moment sympa en famille ou seul. Oui ce film est différent. Oui ce n'est pas un Pixar ou Disney (ce qui ne veut pas dire que ceux-ci sont nuls) Oui il y a deux histoires dans le film. Certains puristes du petit prince seront peut être interloqués mais comment faire un film de plus 1h30 sans sortir du texte ? Alors le choix des scénaristes d'ajouter l'histoire de la petite fille est malin. En Sortant de la séance nous avons discuté avec nos 3 enfants et cela a été un moment bien sympa, donc encore un plus à ce film. Les enfants habitués aux dessins animés rapides seront obligés à se poser et cela n'est pas un mal dans nos vies pleines de choses qui ne sont pas toutes essentielles. Aller n'hésitez pas aller rêver devant le petit prince.
Julien D.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 28/07/2015
Le réalisateur réussi la transition parfaite entre l'imaginaire de l'univers du petit prince et la réalité d'une relation entre une petite fille et in vieille homme. Très émouvant et très beau (aussi bien sur le fond que sur la forme)
Coralie C

Suivre son activité Lire ses 5 critiques

5,0
Publiée le 31/07/2015
Un magnifique chef - oeuvre, envoûtant, prenant, réaliste, emouvant et troublant, tellement magnifique et qui nous fait ne pas oublier qu'il faut encore rêver. Félicitations! Si j'avais pu mettre plus d'étoiles je l'aurai fait. A voir et à revoir.
Franck B.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 30/07/2015
On ne pouvait rêver mieux pour une adaptation. D'ailleurs, plus qu'une adaptation, ce film propose une "suite" qui sert de grille de lecture aux adultes qui ne comprennent rien et sont décidément vraiment bizarres. Cette mise en abîme de l'oeuvre sert totalement le propos et enrichit cette histoire que j'ai déjà lu plus de 20 fois. Ce film est à voir et à revoir sans modération. Même si je sais que comme pour le livre, j'aurais les larmes aux yeux.
colombe P.

Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 597 critiques

5,0
Publiée le 31/07/2015
Il ne faut pas prendre le film pour une escroquerie de l'oeuvre originale. Avant d'aller voir le film il faut se documenter un peu pour savoir de quoi il retourne, sur Allociné notamment. Moi et mes deux enfants nous avons tout simplement compris l'enjeu de ce film et nous avons adoré. C'est très beau, charmant et émouvant.
maxou599

Suivre son activité 260 abonnés Lire ses 261 critiques

4,0
Publiée le 30/07/2015
Le Petit Prince, vous en avez surement entendu parler ne serait-ce qu’une fois même si vous ne vous souvenez pas du conte sur le bout de la langue. C’est probablement le livre le plus connu de Antoine de Saint-Exupéry et nombreux sont ceux qui s’en souviennent pour sa poésie et ses morales que sont la préservation de l’enfance et le droit de rêver. Alors en faire une adaptation en animation se révèle tout sauf aisé, surtout quand on sait que d’une manière ou d’une autre il y aura forcément des mécontents ou des fanatiques qui iront crier au scandale pour tout ou rien. Moi n’ayant que les grandes lignes en tête et ne me souvenant pas entièrement du conte bien qu’on me l’ait conté il y a longtemps, je partais dans le but de redécouvrir ce conte. De plus, en voyant que le projet était entre les mains de Mark Osborne, le réalisateur du premier et excellent Kung-Fu Panda et qui a donc travaillé chez Dreamworks, et le voir s’attaquer à une production française était loin d’être inintéressant. J’ai donc été le voir en salle, et j’en suis ressorti avec le sourire. Il y a certes des défauts évidents, même très évidents, mais globalement les bonnes idées l’emportent et la manière qu’a choisie l’équipe du film de nous raconter cette histoire m’a étonnamment plu. Les choix artistiques et scénaristiques intéressant sont nombreux, et on commence tout de suite avec les personnages. Le premier choix ici c’est de ne donner aucun nom aux personnages du film, mais juste de les identifier par ce qu’ils sont et si je me trompe pas, le livre faisait de même avec ses protagonistes mais comme j’ai en quelque sorte découvert une version adapté, je parlerais du film et non pas du livre en question. Notre héroïne ici est une petite fille (appelez là comme vous voulez, le nom de votre sœur, de votre mère, de votre cousine, à vous de voir), ou plutôt LA petite fille. Et le personnage est suffisamment bien introduit et écrit pour qu’on puisse vouloir s’y identifier et s’y attacher, il est même intéressant de voir spoiler: comment elle s’intéresse à l’aviateur et à l’histoire du Petit Prince, comme tout enfant qui lui ressemble, on a juste ce qu'il faut pour vouloir s'identifier à la place de l'enfant. Ce procédé est également repris avec le personnage de l’aviateur, un vieillard fantaisiste mais pas moins aimable et sympathique qui sait encore rêver comme un enfant et vit dans un drôle d’univers. A lui seul il déclenchera pas mal de sourire et on se prend rapidement de sympathie pour lui, Mark Osborne se permet même d’en faire spoiler: le personnage du conte du Petit Prince et donc de raconter une partie de l’histoire comme il l’a vécu au côté du fameux personnage, j’en reparlerais parce que ce détail semble faire gueuler pas mal de fanatique du conte dont il est question. On a aussi la mère de la jeune fille, également sans nom et plus en retrait, inventée pour les besoins de la morale du film et également du conte indirectement adapté. Elle fait plus figure maternel spoiler: qui pousse sa fille vers la réussite scolaire et son avenir sans prendre le temps de lui accorder du répit ou de la laisser souffler et prendre du bon temps, alors certes c’est un cas bien cliché mais vu que le cliché est utilisé ici pour faire fonctionner les messages du film, je laisse passer. Pour le reste, on retrouve la plupart des personnages déjà présents dans le conte : à commencer bien sur par le fameux Petit Prince qui reste la figure centrale de l’œuvre, ainsi que certains personnages qu’ils rencontrent au cours de son périple, spoiler: ceux étant retenu sont le monarque, le vaniteux et l’homme d’affaire pour les adultes. La rose spoiler: qui le pousse à quitter sa planète est également présente, de même pour spoiler: le serpent et le renard qui sont les principaux éléments du livre retenu. Chacun ayant un sens à donner à la fameuse phrase : On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. Et donc, tout ces personnages sont appelé uniquement par ce qu’ils sont, et non pas par leur nom, dans un sens pour avoir un rapport certain avec l’œuvre, et dans l’autre pour permettre de s’intéresser d’une manière intéressante à la petite fille et au vieillard (ainsi qu’à la mère). Hans Zimmer, qui avait déjà collaboré avec Mark Osborne pour le premier Kung-Fu Panda, était en charge de la musique avec Richard Harvey en partenariat. Et le résultat est très maîtrisé, créant même une ambiance à la fois charmante, étrange et mélancolique à l’histoire et au conte que l’on découvre à travers nos protagonistes. Certains morceaux me sont même restés en tête, et si ce n’est évidemment pas la meilleure partition que le compositeur des The Dark Knight ou du Roi Lion nous ait donné, on ne pourra pas bouder le travail qui a été fait pour rendre ce film plus séduisant dans son petit monde. On notera aussi la présence de Camille qui a écrit et chanté trois chansons pour le film, mais à part Suis-moi que je trouve personnellement très joli à entendre et qui, je trouve, donne un sens à une scène, je ne pense pas que L’équation et Le tour de France en diligence étaient nécessaire, surtout quand on voit que le second est oubliable et n’est utilisé qu’un court instant. Et malheureusement, s’il y a un point qui m’a beaucoup divisé pour ce film, c’est le choix de l’animation pour le mélange des scènes en Stop-motion et en image de synthèse 3D. Concernant les images en 3D, j’ai trouvé la texture des personnages pas très finalisé comparé à beaucoup d’autres films d’animation en 3D, même Kung-Fu Panda qui est sorti en 2008 me semble plus peaufiné sur cet aspect alors qu’il est sorti 7 ans plus tôt. Quand on le compare à des films également plus récent et en 3D comme Les Nouveaux Héros ou Vice-Versa, c’est nettement inférieur en terme de qualité (mais ça reste toujours plus jolie que cette daube d’En Route). Bon après ça reste quand même bon, soyons pas vache non plus, les expressions et la gestuelle des personnages restent maîtrisé mais ce n’est juste pas la meilleure animation qu’on ait pu voir. Après il reste les décors et les environnements variés qui sauvent cet aspect non abouti, spoiler: comme la maison aux goûts très excentrique du vieil aviateur ou les plans finaux sur la planète du Petit Prince qui sont assez joliment fait, mais visuellement ça n’est pas non plus la claque qu’on pouvait attendre. En revanche, pour l’animation image par image destiné à rendre hommage au conte de Saint-Exupéry, c’est loin d’être mal fait, c’est même une intention charitable de la part de l’équipe du film. Le but étant de rendre hommage au style graphique du roman, et en général c’est très bien fait, et c’est aussi aidé pour un très bon doublage français. Andrea Santamaria est impeccable en Petit Prince, la voix et le ton collant parfaitement au personnage. Clara Poincaré et André Dussolier faisaient du très bon travail pour la petite fille et l’aviateur, de même pour Florence Foresti méconnaissable au doublage ou encore Vincent Cassel, Laurent Laffite et Guillaume Gallienne. Par contre, pourquoi avoir prit Marion Cotillard pour doubler une rose vu le peu de temps que la rose parle ? Pas qu’elle fasse un mauvais doublage mais à part pour prendre une célébrité locale, ça n’avait aucun intérêt. Enfin bref. Il me reste à parler de l’histoire, et c’est là qu’on se retrouve face à ce que plusieurs puristes considèrent déjà comme une insulte voire un massacre envers l’histoire du petit Prince. Parce que pour beaucoup d’entre eux, quand un film pour enfant se nomme Le Petit Prince, c’est directement l’histoire du Petit Prince que le film se doit de raconter et ceux en étant totalement respectueux du conte. Et le fait même que ça soit l’aviateur du conte qui raconte l’histoire à une petite fille n’a pas aidé apparemment. Personnellement, je ne vois pas en quoi c’est une trahison ? Le sujet central reste Le Petit Prince et son aventure, mais le tout spoiler: raconté par justement un personnage du conte à une enfant qui n’en a pas connaissance et qui grandit trop vite en oubliant de vivre son enfance. On suit diamétralement deux histoires, celle d’un enfant découvrant l’histoire du Petit Prince par la bouche d’un personnage du conte, et le conte en lui-même qui, logiquement est respecté à la lettre jusqu’à la fin du deuxième acte. On découvre (ou redécouvre, dans mon cas) même l’esprit du roman à travers une certaine poésie qui s’installe avec la bizarrerie du conte, de la maison du vieillard et les réactions de perplexité du Prince durant ses rencontres au cours de son voyage. Les réactions de la jeune fille et ses questions face au conte restent logique et crédible et tout se déroule bien jusqu’à la fin du deuxième tiers. Et je dis bien jusqu’à la fin du deuxième parce qu’ensuite… je ne sais pas ce qui s’est passé mais : soit le film a fait n’importe quoi avec son dernier tiers à cause d’un choix de producteur, soit Mark Osborne avait une autre idée à exploiter mais c’est tellement mal fait que ça en devient très confus, même pour les bonnes intentions qu’il peut y avoir derrière. Pour vous résumer facilement le contexte : spoiler: La petite fille et le renard en peluche qui prend inexplicablement vie, prennent l’avion de l’aviateur pour partir à la recherche du petit Prince afin de le ramener auprès de l'aviateur mal en point à l'hôpital et arrivent sur une planète étrange qui fait énormément penser à une boule à neige de l’enfant ou l’on voit des employés dans un immeuble et de la grisaille partout, afin de retrouver Le Petit Prince qui est devenu adulte et à oublier son aventure d’enfance et ce qu’il était vraiment. Une seule et unique question : pourquoi ? Pourquoi rajouter ce tiers complètement fantaisiste si ce n’est que pour ajouter un dilemme inutile ? A la fin du conte que l’aviateur avait conté à l’enfant, spoiler: on savait que le Petit Prince mourrait après avoir été mordu par le serpent et était sans doute mort dans le silence dans le désert, ce que la petite fille devrait comprendre par elle-même avec le temps. Alors comment on a pu en arriver à avoir Le Petit Prince (ou plutôt Monsieur Prince) devenir ramoneur et se retrouver sur une planète grise qui symbolise le monde adulte et gris sans rêve ou beauté que désire tout enfant ? Et en plus, avec toutes les incohérences et question sans réponses que cela entraîne, ça n’aide pas à entrer dans ce délire : spoiler: déjà, comment le vaniteux, le monarque et l’homme d’affaire ont fait pour se retrouver sur cette même planète alors qu’ils n’ont aucun moyen de locomotion avec leur astéroïde ? Et surtout d’où vient cette planète ? Et même pour un monde volontairement fantaisiste, comment peut-on avoir obtenu près de 371 emplois alors que la planète est si petite (on s’en fout royalement mais ce détail, je l’ai bizarrement retenu) ? C’est con parce que jusqu’à présent tout le film se tient bien, et ce dernier tiers vient vraiment foutre un bordel inutile et qui n’a pas sa place dans une histoire comme Le Petit Prince. Surtout quand le film se permet d’avoir un méchant en fin de film alors que… non, non et non. L’histoire du Petit Prince n’a rien d’un film manichéen ou quoique ce soit, c’est un film d’aventure philosophique sur un enfant qui voit de son œil le monde des adultes et fait des rencontres, alors ce tiers n’a juste rien à faire là. Après, ça ne veut pas dire que tout est mal fait, la scène finale a retenu toute mon attention d’ailleurs : spoiler: à la fin, on voit que la jeune fille a fait de l’histoire de l’aviateur et du Petit Prince un livre avec chaque page dans l’ordre, ce qui amène à penser clairement que l’aviateur serait autre que Antoine de Saint-Exupéry qui aurait lui-même écrit cette histoire, ce qui fait que les aventures de ce cher aviateur perdure à travers les époques. Quelque part c’est très beau et ça renforce mêmes les messages du livre et du film, grandir en sachant continuer à rêver et à se remémorer son enfance ! Le troisième acte tente de renforcer cet aspect spoiler: en essayant d’exploiter l’idée que Le Petit Prince a perdu son enfance et a oublier ses souvenirs quand il était gosse mais, c’est tellement grossier et mal amené que cette partie ne sert qu’à rallonger le film inutilement et de manière superflu, peut être que j’ai mal compris ce passage et que tout cela n’était qu’une allégorie de la petite fille en train créer le livre de l’aviateur, mais quand sa mère passe dans sa chambre on voit bien qu’elle n’a pas été nulle part donc encore une fois, ça ne servait à rien de faire cette dernière-demi heure. Mais malgré cela et une animation qui aurait pu être meilleur, cette version animée du Petit Prince reste très plaisante, maladroit et superflu dans son dernier tiers mais très réussi et maîtrisé dans ses deux premiers actes, notamment grâce à l’aviateur et la petite fille, une belle musique et une première heure très séduisante. Ça n’en fait surement pas le meilleur film d’animation de cette année ou une adaptation nickel chrome, mais ça vaut le coup de le voir au moins une fois je pense.
ngnengnay

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 7 critiques

4,5
Publiée le 30/07/2015
Un film magique emprunt de poésie ! Une petite perle vraiment ! Étant une fan du Petit Prince, j'ai trouvé que le film respectait son histoire tout en l'incluant dans notre monde, notre présent, avec des personnages réellement attachants ! A ne pas louper surtout si vous avez gardé votre âme d'enfant ;)
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top