Mon Allociné
Kinshasa Symphony
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News

Commentaires

  • jacquelinel

    j'ai vu , il y a quelques mois, une vidéo au sujet de cet orchestre symphonique. C'est à couper le souffle!!
    Si je retrouve les réf. je vous les soumets : film à voir... exemple fabuleux de beauté, de volonté, de l'esprit de débrouillardise Kinois !! J'ai hâte de voir ce film sur nos écrans....Avez-vous une date?? Cordialement. JL

  • jacquelinel

    [b]Voici le lien pour voir la vidéo "kinshasa symphony"

    http://www.dailymotion.com/pol... orchestre-symphonique-de-kinshasa music

    J'espère que vous y trouverez autant de plaisir que le mien..JL

  • lacameraobscura

    superbe Film vu en Festivlal a Montreal, il était aussi à la Berlinale cette année, une belle aventure humaine très positive , semblable au film sur Benda Bilili avec la meme passion et une joie de vivre malgré la précarité qui exite au congo.

  • Rodin Luyindula

    C'est exceptionnel

  • Nelly M.

    Vu à Univerciné Nantes Cycle Allemand 2011. Des pionniers dans leur genre au vu des réticences locales assimilant probablement musique classique et classes bourgeoises blanches... La mention de "cordes frottées" est précisée, que l'autochtone différencie bien ce premier orchestre de musique classique noir africain officiel de "la fanfare"... Organisés sur le tas (dans le brouhaha de la vie trépidante locale), avec un chef d'orchestre juste mais ferme, ils doivent dépasser leurs soucis personnels (la faim ?), les journées harassantes pour leurs répétitions, où chacun travaille sa spécialité, au luthier de dénicher le meilleur bois pour les instruments par exemple. De beaux plans rapprochés sur les visages féminins les plus accrocheurs... Peu de ratés pour l'oreille, l'harmonie entre instruments et voix est question d'ajustemnet pour ces passionnés. Le feeling ancestral coule dans leurs veines. Et voilà que ça "décolle" avec un choeur d'Haendel, ces yeux grand ouverts sur l'éternité créent la première grosse émotion en s'appropriant le genre. On suit crescendo d'autres temps forts jusqu'à la consécration (ces vêtements féminins dorés !) et un public conquis. La récompense au plan moral car, pour le reste (contrairement à "Benda Billili"), on ne sait pas trop, l'ensemble se veut surtout reportage...

Voir les commentaires