Mon AlloCiné
La Solitude des nombres premiers
note moyenne
3,1
376 notes dont 81 critiques
14% (11 critiques)
21% (17 critiques)
28% (23 critiques)
19% (15 critiques)
16% (13 critiques)
2% (2 critiques)
Votre avis sur La Solitude des nombres premiers ?

81 critiques spectateurs

RENGER

Suivre son activité 313 abonnés Lire ses 5 433 critiques

1,0
Publiée le 27/05/2011
Le seul et unique conseil qui nous vient à l'esprit après avoir vu le film de Saverio Costanzo, c'est "armez vous de patience" ! Car si le film ne dure à peine 120 minutes, il nous paraît bien plus long, assommant et contemplatif. Véritable somnifère à lui tout seul, le film a le dont d'embrouiller le spectateur (sauf pour ceux qui auraient déjà pris connaissance du livre éponyme de Paolo Giordano dont le film est adapté), car il est important de rappeler que le film se déroule sur quatre années différentes (1984, 1991, 1998 & 2007), alternant les flash-backs, ils faut être constamment aux aguets si l'on ne veut pas perdre le fil de l'histoire. Si le scénario s'avère rapidement inintéressant, heureusement ce qui nous poussera à rester jusqu'au bout, ce sont les prestations des jeunes acteurs ainsi que la B.O qui contrairement au film, est très rythmée (et loin d'être déplaisante).
stebbins

Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 783 critiques

1,0
Publiée le 04/05/2011
Le film plaira certainement aux spectateurs peu exigeants qui attendent en priorité du cinéma un postulat scénaristique solide. Pour les autres La Solitude des nombres premiers ne sera que le faux-remake insipide des Amants du Cercle Polaire de Julio Medem, l'originalité et la poésie en moins. Les images sont d'une laideur effrayante, les personnages n'ont pas d'épaisseur, l'utilisation du montage morcelé - bien qu'ambitieuse - ne fonctionne pas du tout. Ratage artistique particulièrement vain et rébarbatif, le film de Saverio Costanzo concentre la maigre substance de son film dans un titre pompeux, aguicheur certes, mais finalement superficiel. Tout repose sur ce montage démonstratif, réductible à une thèse maladroite voire ridicule consistant à appuyer la réunion symbolique de deux entités maladives... Alors l'ennui s'installe, implacable, pour ne s'effacer que très rarement au détour de deux ou trois instants efficaces mais paresseux ( scène de teuf timidement énergisante, humiliation dans les vestiaires, et plus globalement esbroufe maniériste ). Creux et plat.
Jerem69tt

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 304 critiques

1,5
Publiée le 01/11/2018
Bof, bof, bof, … Le découpage dans le temps de l’histoire est pourtant pas mal, mais l’histoire en elle-même est vague, c’est mou, beaucoup de non-dit (parfois intéressant, parfois non) notamment avec la sœur, peu de dialogue et même si c’est intéressant sur la partie enfant, on se demande toujours à quoi sert la partie adulte. Au final, on ne sait pas trop quoi penser du but de se film. L’histoire est confuse, sans profondeur, sans but. C’est mou, un peu long. Heureusement que les différentes époques viennent découpe un peu… Le synopsis résume finalement assez bien le film. Le titre était intéressant, et c’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à le regarder, mais il n’y a aucune connexion avec les nombres premiers, la solitude en revanche c’est une autre histoire.
Captain fantastic

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 285 critiques

2,0
Publiée le 23/03/2015
Film vraiment trop spécial pour être abordable !! Le sujet était pourtant intéressant (des ados mal dans leur peau qui vivent l'enfer au collège) mais le film est trop un OVNI et il ne se passe vraiment rien du tout !! les relations entre les personnages ne sont pas réalistes et il y a parfois 10 à 15 minutes sans dialogues !!! C'est trop long, vraiment trop long !!!
Gonnard

Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 925 critiques

2,0
Publiée le 19/03/2014
Si le film bénéficie d'une interprétation sans faille et d'un scénario habilement construit ménageant un certain suspense, il peine toutefois à nous emballer. Première faiblesse de "La solitude des nombres premiers", l'esthétique. Le travail sur la photographie est bel et bien réel mais il est démoli par une qualité d'image qui rappelle les films des années 90. Second regret, les trop nombreuses longueurs. Le film aurait nettement gagné à tenir dans un format d'1h30. Certains passages sont si longuets qu'ils découragent le spectateur d'aller plus loin. Enfin, l'intrigue manque de volume. On devine assez rapidement les dessous du traumatisme de chacun des deux personnages, mais l'intérêt n'est pas relancé ensuite par d'autres éléments.
Noémie D

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 24 critiques

1,5
Publiée le 22/07/2012
Je ne sais comment expliquer ma déception pour le film, peut-être est-ce parce que j'ai lu le livre ? Le début du film pour moi est très bien, acteurs bien choisi, bon jeux, bon scénario, l'intrigue du film, tous les ingrédients pour un bon film. une fois que les personnages de l'histoire grandissent, le physique des acteurs est totalement différent, regardez par exemple Alice qui petite est maigre, visage fin etc et plus tard elle a un visage carré ... incohérent ... pareil pour ses parents, on en devine même a chaque nouvelle scène que ce sont ses parents. Sinon, du cinéma italien, ca change, la façon dont le film est fait. Je reste quand même très déçue.
Caine78

Suivre son activité 698 abonnés Lire ses 7 180 critiques

3,0
Publiée le 14/02/2012
C'est drôle : alors que j'en garde un bon souvenir de cette « Solitude des nombres premiers », je me rends compte que je n'ai aujourd'hui quasiment plus une image en tête, preuve que s'il a su me séduire sur le coup, il ne m'a pas pour autant marqué... Reste que cette façon d'échapper aux conventions, de proposer un univers très personnel et des personnages que l'on a peu l'habitude de voir au cinéma m'a touché, tandis que l'oeuvre sait nous surprendre par la direction qu'elle prend tout en nous offrant quelques scènes saisissantes... Le résultat est imparfait et moins mémorable que l'on aurait pu penser en sortant de la salle, mais l'expérience demeure intéressante : une jolie curiosité.
defleppard

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 2 233 critiques

1,0
Publiée le 15/09/2011
D'un ennui , d'une lenteur . Inintéressant.......................
Ashtray-Man

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 143 critiques

3,5
Publiée le 13/09/2013
Attention film spécial en approche ! Adapté du roman éponyme de Paolo Giordano, ce film d'auteur italien de presque 2 heures parle de l'évolution de deux personnages marginaux de la société contemporaine, qui préfèrent vivent et rêver dans leur tête loin des autres. Ces deux personnes dont le destin va être changé par leur rencontre sont Mattia et Alicia. Mais ne vous attendez pas à une histoire d'amour classique, du style les petits oiseaux qui chantent et la queue qui sort à la moitié du film. Non, ce qui est intéressant dans ce film (Pardonnez la flemme de dire le nom en entier), c'est le parcours et l'évolution de ces personnages, et de la répercussion de leur acte sur 4 époques : 1984 où ils vivent tous les deux une expérience traumatisante, 1991 où ils vont en cours ensemble, 1995 où ils ont une aventure et enfin 200è où il se retrouvent -pour le meilleur et pour le pire-. Vous l'aurez compris, le film ne respire pas la joie, et sa morbidité accablante nous transmet ses remords, portés par des jeunes et moins jeunes acteurs (En fonction des époques). Vous l'aurez aussi compris, pas d'action, peu de dialogues, beaucoup de scènes de contemplation sur des paysages et couleurs fades, le tout pour un maximum d'émotion, au risque de perdre certains spectateurs en route ! Autre point fort : des scènes crues qui ravive l'esprit parfois somnolent, comme lorsque Alicia (Attention santé mentale en approche) veut s'ôter un tatouage en se découpant un bout de peau à l'aide d'un morceau de verre brisé...Ouais bon okay, dis comme ça ça donne pas franchement envie...Mais c'est cool, je vous assure ! :) Enfin le réalisateur met un point d'honneur à tout peaufiner, jusqu'au travail du corps de ses acteurs. En effet l'anorexie d'Alicia n'est pas simulée, Alba Rohrwacher a vraiment du perdre un max de poids pour passer d'une corpulence normale à une corpulence...un peu moins normale ! Malheureusement "La Solitude des Nombres Premiers" n'a pas bon sur tous les tableaux et n'est pas un chef-d'oeuvre; sinon ça se saurait ! Effectivement, même si la musique permet souvent de souligner l'émotion ou le caractère malsain de certaines scènes, des fois c'est un peu abusé...Comme cette scène de boîte de nuit (Une scène de boîte e nuit ne dis pas forcément de la joie, hein...) où l'ambiance techno des années 90 est un peu trop palpable. Aussi, et beaucoup l'ont remarque : la ressemblance des acteurs choisis pour incarner les personnages durant les différentes époques n'est pas franchement flagrante ! Pour le reste des points faibles, ou un peu moins bon ; vous pourrez voir le film vous-même pour voir les différents moments ou "La solitude des nombres premiers" va un peu trop loin dans son idée, ce qui donne des fois une idée de too-much (Ouais moi je parle anglais, ouais ouais !)
Sebmagic

Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 1 116 critiques

3,5
Publiée le 07/04/2013
Un film perturbant à l'ambiance très froide. Les différentes parties de l'histoire sont toutes aussi passionnantes les unes que les autres, même la partie adolescente qui aurait pu devenir lourdingue mais frappe le spectateur où il faut. Les parties concernant l'âge adulte des protagonistes sont excellentes et les différents liens faits entre les diverses époques savoureux à voir. De même, j'ai adoré l'étrange subtilité et mystère qui se cachent derrière le lien entre les deux personnages principaux. En presque deux heures, le film raconte la vie de deux êtres isolés, traitant à la fois les drames de leur enfance et les conséquences de ces drames sur leur vie. Les regards souvent dénués de dialogues sont hypnotisants, pour moi la mention revient à Arianna Nastro qui campe son personnage à merveille, à la fois mûr et torturé. Malgré tout, je suis resté sur ma faim et j'ai trouvé que le film manquait d'une fin un peu plus explicite.
selenie

Suivre son activité 365 abonnés Lire ses 4 637 critiques

3,0
Publiée le 06/10/2012
Adapté du roman éponyme (2008) du romancier Paolo Giordano le film suit l'histoire d'un garçon et d'une fille sur quatre épisodes en 1984, 1991, 1998 et 2007. Le montage alterne les flash-backs entre les différentes époques sans réelle cohérence, surtout parce que le récit n'ets pas enrichi par ce procédé. Optant pour des procédés proche du giallo (pas toujours très probant) notamment pour la musique (synthé et techno) il ne semble pas que ce choix ait été des plus judicieux, ça ne colle pas au propos ni au thème du film. Néanmoins la justesse et la subtilité parsème le film, le scénario laisse une place prépondérante à la psychologie et offre un drame sur la culpabilité, les remords comme la solitde extrême de deux êtres particulièrement fragiles. Aucun bonheur de transpire de ce film, un film qui broie du noir de façon presque morbide. Bémol sur le choix de acteurs aux différentes époques, la ressemblance physique n'ayant, semble-t-il pas été une priorité. Un film atypique et original, peut-être trop aseptisé et froid, ça manque de chair mais pas d'émotion. on reste ébranlé par ces destins égarés voir damnés.
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 3 095 critiques

3,5
Publiée le 29/05/2012
Costanzo Saverio suit sur plus de 20 ans le parcours de deux jeunes adultes qui fortement traumatisés dès leur enfance ont des difficultés à s'immiscer dans le monde des adultes. On navigue entre les différentes époques de la vie des deux jeunes gens par de multiples flashbacks qui déroutent un moment le spectateur mais montrent bien l'impact de tout ce que l'on vit sur la construction de nos personnalités d'adultes. Hors normes tous les deux, Alice parce qu'elle boîte suite à un accident de ski survenu dans l'enfance, Mattia parce qu'il est surdoué et porte un lourd secret lié à la mort de sa sœur jumelle, ils se sont réfugiés dans un mutisme qui les empêche d'aller l'un vers l'autre. L'amour est pourtant bien là et il finira à triompher malgré les difficultés imposées par ces deux personnalités complexes. La démarche de Constanzo originale mais parfois déroutante est une manière tout à fait convaincante d'aborder les tourments de l'adolescence qui souvent isolent l'individu de ses parents tellement les modifications qui s'opèrent à l'intérieur du corps et de l'être absorbent toute l'attention du sujet. Costanzo montre très bien cette cloison opaque entre le monde des adolescents celui des adultes, filmant ces derniers comme des ectoplasmes représentant un au-delà inaccessible pour les héros de son film. "La solitude des nombres premiers" sélectionné à Venise a reçu quelques prix dans des festivals mineurs montrant ainsi que cette œuvre difficile d'accès pouvait recevoir un écho favorable auprès de certains publics. De ce film somme toute assez cohérent dans sa structure il faut ressortir la remarquable prestation de la jeune actrice italienne Alba Rohrwacher qui n'est pas allemande comme son nom semble l'indiquer et qui certainement se fera un nom dans le cinéma européen.
hitmanaltair

Suivre son activité Lire ses 30 critiques

1,0
Publiée le 12/02/2012
Film horrible et débile. Très long et ennuyeux, surement un gros délire pour le réalisateur qui n'a pas appris a divertir mais plutot à choquer
xavierch

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 1 166 critiques

1,5
Publiée le 29/09/2011
Ce film est bizarre, démarre pas trop mal, mais on ne voit jamais vraiment où il veut arriver. C'est lent, étrange, pas ma tasse de thé en résumé.
Looping Ardeche

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 141 critiques

1,0
Publiée le 25/10/2011
2/20 Un bon film FRANCAIS (on rigole pas , pas d'action, pas d'évasion mais par contre on broie du noir ) Quand je regarde un film ce n'est pas pour voir la vie de tous les jours au contraire c'est pour m'évader en résumé ce n'est pas ma tasse de thé.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top