Mon AlloCiné
    Week-end
    note moyenne
    3,1
    138 notes dont 26 critiques
    12% (3 critiques)
    23% (6 critiques)
    15% (4 critiques)
    15% (4 critiques)
    19% (5 critiques)
    15% (4 critiques)
    Votre avis sur Week-end ?

    26 critiques spectateurs

    Spiriel
    Spiriel

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 318 critiques

    4,0
    Publiée le 13 septembre 2008
    Travellings et panoramiques sans fins, bande-son insupportable (le travelling de l'embouteillage, plus de 10 minutes, est couvert de bout en bout par les klaksons) qui couvre en grande partie les flots de paroles, souvent insensés, film conscient (ou pas) d'en être un ("fait chier ce film", "un film c'est la réalité"...), Week-end est du pur Godard dans ce qu'il a pu avoir de plus extrême. Mais c'est aussi son seul film aussi violent et cru, qui provoque un vrai malaise (il m'a coupé l'appétit, au sens propre). Godard tend clairement vers le pamphlet surréaliste bunuelien, mais son obsession de la formule en particulier empêche le film d'être halluciné. En fait ce film fait surtout penser au Salo de Pasolini (qui sera tourné 8 ans plus tard). Bien sûr Week-end n'est pas aussi violent et intolérable, rien que parce que Godard ne s'est pas impliqué aussi pleinement et sincèrement que Pasolini, mais la volonté de rejeter tout un man de l'humanité est là. Comme tous les films de Godard (sauf peut-être Pierrot le fou), on ne peut pas parler de chef d'oeuvre tant le film n'est pas abouti. Cependant le film n'est pas gratuit, et l'indifférence totale de JLG à l'idée de plaire lui permet une liberté totale. L'horreur (torture, cannibalisme) côtoie l'absurde (le front de libération du Val d'Oise!, les tabassages qui viennent de nulle part) dans ce film apocalyptique insensé, mais qui dégage la négation de l'être que constitue cette obsession individualiste matérialiste, les gens étant totalement indifférents aux cadavres qui jonchent les bords des routes. Un film éprouvant, qui provoque des rires cyniques...
    max6m
    max6m

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 180 critiques

    5,0
    Publiée le 12 août 2007
    Voici un film qui divisera sûrement les spectateurs en deux catégories: ceux qui adorent et ceux qui détestent. Film charnière dans la filmographie de son auteur, film de la rupture, "Week-end" est sûrement, en effet, l'un des films les plus expérimentaux et les plus radicaux de Godard qui affirme ici toute sa liberté de créateur. C'est pour moi un chef d'oeuvre, bien que je n'accroche pas toujours forcément aux films de Godard dont l'hermétisme, la froideur, et l'incessant flot de paroles qui noient certains d'entre eux ont le dont de m'agacer. Réalisé à la veille de mai 68, "Week-end" est une violente fresque anticapitaliste, une caricature cynique de la société moderne, apogée de la consommation à outrance et de l'individualisme. Discours qui n'a rien de nouveau chez Godard mais qui est ici traité avec une folie totale(aussi bien dans le fond que sur la forme). Chef d'oeuvre surréaliste exposant la fin absurde de notre civilisation, le film brille d'abord pour son audace et sa virtuosité formelle (travellings interminables, panoramique à 360° de la ferme). On y trouvera notamment le travelling "le plus long de l'histoire du cinéma". "Week-end" est sûrement aussi le film le plus violent de Godard qui y cultive une esthétique de l'horrible à l'immoralité sadienne (nombreuses citations et références à "Histoire de l'oeil" de Bataille et "Les chants de Maldoror" de Lautréamont). Le film, de part sa totale absurdité, n'est pas pour autant dépourvu d'humour. Un humour certes grinçant, mais l'on rit beaucoup à la vision du film. Bref, malgré certaines scènes pénibles, une omniprésence épuisante du son, des torrents de paroles interminables, "Week-end" reste à mon sens un chef d'oeuvre, sans compromis, dont la folie et l'extravagance, évitant tout didactisme, sert à merveille le propos. A vous d'en juger.
    Ash-D
    Ash-D

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 333 critiques

    5,0
    Publiée le 21 janvier 2012
    Jean-Luc Godard est devenu une sommité dans le monde du 7ème Art, une célébrité qui le dégoute et qui va le pousser à s'affranchir de ce qui a fait son succès. Il refuse de se complaire dans un cinéma plus traditionnelle, il veut continuer à mener sa révolution cinématographique. Et c'est avec ce "Week-end" que JLG va véritablement marquer un tournant dans sa carrière, c'est avec ce film qu'il va annoncer, alors que ses compères de la Nouvelle Vague montreront leurs limites, son souhait d'aller toujours plus loin. Personnellement, je suis complétement fan et je le compte parmi ses meilleurs. Y a deux éléments qui me font particulièrement aimer ce film. Déjà, le plus évident, c'est ce véritable portait à l'acide d'une société en déconfiture, d'un système en perdition, d'un monde au bord du gouffre et en pleine déshumanisation. Un mode de vie où l'on voit des gens se marcher dessus, s’entre-bouffer. Plus de respect, plus de tolérance, plus de patience, plus de compréhension. Un monde où c'est la loi du plus fort qui règne et où l'égocentrisme prévaut absolument sur tout. JLG nous livre sa vision de la société, une vision brutale mais pourtant tellement pertinente. On est d'ailleurs frappé par la forte présence de sang tout le long du film. Et deuxièmement, ce que j’apprécie aussi avec Week-end, c'est cette sensation que Godard justifie son souhait de s'affranchir de toute règle. Comme s'il voulait s'excuser d'avance et s'expliquer. On comprend avec ce film, que pour lui le cinéma ne doit plus être forcément la Vie, mais il doit la représenter, l'imager, la symboliser. Comme si on pouvait en parler, sans être à tout prix réaliste, mais au contraire très poétique et très métaphorique. Et je rajouterais aussi le petit moment tiers-mondiste avec les deux éboueurs vraiment bien foutu. Sinon techniquement, on le sait, le prestigieux réalisateur adore lancer des défis à son équipe et on retiendra par dessus tout l'un des plus grands et des plus réussis travellings du cinéma ( - 300m si je me souviens bien). Un film annonciateur d'un nouveau Jean-Luc Godard, une belle réussite et finalement assez abordable, un vrai régal !
    woodywaters
    woodywaters

    Suivre son activité Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 12 avril 2007
    Chef-d'oeuvre d'un des grands maîtres de la Nouvelle Vague, Jean-Luc Godard. Rappelant souvent le théâtre de Beckett, le récit se veut absurde au plus haut point et soutenu par un traitement cinématographique absolument fabuleux. Les très longs plan-séquences amènent souvent à s'esclaffer et les intertitres viennent couper le rythme, de manière à déstabiliser le spectateur, et l'effet est totalement réussi. Les personnages sont colorés et le tout est magistralement dirigé par un Godard en pleine forme, aussi cynique que critique face à la classe bourgeoise. Chapeau.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1562 abonnés Lire ses 8 725 critiques

    4,0
    Publiée le 31 janvier 2009
    "Un film perdu dans le cosmos et trouvè à la ferraille"...Un an avant les èvènements de mai 68, le cinèaste Jean Luc Godard se rèvèle ici un sociologue visionnaire dans cette farce vengeresse et virtuose! On n'est pas près d'oublier ses couleurs heurtèes, ses images chocs et surtout cette interminable sèquence de l'embouteillage au bord d'une petite route dèpartementale dans l’un des plus longs travellings de l’histoire du cinéma! Les acteurs sont tous remarquables: de Jean Yanne, ègoïste et fier de ce qu'il possède à Mireille Darc, futile, coquette et soumise à son mari, sans oublier Jean-Pierre Lèaud, en rèvolutionnaire post-soixantuitarde! Un film qui dènonce la frènèsie de la voiture dans des scènes d'une extraordinaire violence! Une chose est sûre, avec "Week-end", Godard est au sommet de son art...
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 694 critiques

    4,0
    Publiée le 21 janvier 2009
    Pour être spécial, c'est un film spécial... Jean-Luc Godard n'a jamais et ce n'est pas peu dire cherché le consensus. Tout au long de sa carrière, il s'est violemment attaché à détruire tous les codes qui avaient pu être établis jusqu'à son époque. Pleins de rage, ses films respirent la nouveauté et la création mais également parfois l'abstraction et l'absurde. "Week-end" fait partie de ceux-là : il s'agit en effet très certainement du long-métrage le plus déjanté que j'ai pu voir de son auteur. Sans réel scénario, avec une seule idée en tête (celle d'un week-end particulier), il aspire à remettre en cause, mieux à passer à l'abattoir la société Occidentale dans laquelle nous vivons. La crudité de l'existence d'une population aux sentiments inhumains est passée au crible : obsédée par le sexe et sa pratique dans des conditions bestiales, dominée par des pulsions mortelles incontrôlables, celle-ci connaît finalement une décadence des plus totales. L'itinéraire sanglant d'un couple de petits bourgeois servira à illustrer la thèse de Godard, la route étant peuplée d'êtres décérébrés, tous plus fous les uns que les autres. Le cinéaste n'a de plus jamais caché ses affinités avec un marxisme radical, ici développé et argumenté par l'intermédiaire de longs et violents discours. L'auteur de "Week-end" a toujours considéré qu'un réalisateur ne réussissait que deux ou trois bons films au maximum dans sa carrière et que le reste comportait de belles scènes, de bonnes idées mais était nécessairement inabouti : c'est un peu l'impression que l'on a ici, tant les libertés prises sur la forme comme sur le fond offrent de purs moments d'anthologie mais également d'autres séquences nettement moins inspirées, hachant ainsi le rythme d'un film passionnant, seulement ô combien inégal. Une fois cette expérience conclue, on se dit qu'un tel décalage entre les jeunes idéalistes de ce type et la France très conservatrice de l'époque ne pouvait que déboucher sur les événements de Mai 68...
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,0
    Publiée le 20 avril 2011
    Bien dans la manière de Godard dans la forme : du cinéma distancié, déconstruit, truffé de morceaux rapportés culturels (Mozart, Bataille, Lautréamont…). C’est par moment drôle, plus ennuyeux quand le réalisateur se lance vers l’agit-prop tiers-mondiste. Ce qui distingue vraiment le film c’est la violence virulente du fond. Le couple J. Yanne-M. Darc est un couple de bourgeois arrivés, de beaufs au dernier degré de l’ignominie. Ils déambulent sur des routes de campagne livrées au grotesque cauchemardesque, pleines d’épaves de véhicules accidentées et de cadavres, où la violence individualiste insensée est partout. Un croquis poussé à la caricature de la barbarie moderne. On pourrait dire que ce tableau de société est plus dans l’air de temps actuel que dans celui de la fin des années 60. Le film a vraiment quelque chose de prémonitoire. Le fond rejoint la forme dans l’aspect apocalyptique, et c’est là que le film touche au grand art.
    JeffPage
    JeffPage

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 533 critiques

    4,0
    Publiée le 21 janvier 2013
    Après "La Chinoise", film profondément et ouvertement politique, Godard signe un film politiquement moins engagé (du moins pas en apparence) sur un couple qui part en vacances. La première chose qui frappe et la façon qu'a le film de tranché avec le travail précédent de Godard au niveau des couleurs : fini les couleurs criardes rouge, blanc et bleue et place au couleurs réalistes, parfois sombres. Ensuite, c'est la violence du film qui interpelle. En effet, le sang, les meurtres et les morts y sont légions, faisant du film un tableau apocalyptique, appuyé par les rencontres étrange et glauque qui ponctueront ce road movie et les personnages parfaitement détestable campé par Jean Yanne et Mireille Darc. Enfin, l'audace de la mise en scène en font un incontournable de la filmographie gardiennage. Le film s'articule autour de 4 plans séquences de 10mn chacun dont cet impressionnant travelling de 300 mètres, véritable prouesse technique et visuel.
    Autrui
    Autrui

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 206 critiques

    4,0
    Publiée le 3 mai 2009
    Comme un WEEK END. Le vendredi et le samedi pleins d'espoir. Godard nous surprend alors, et le qualifier de génie visuel et sonore serait un bel euphémisme. Le dimanche arrive. Triste réalité ; et les moments que nous aimions tant, pleins de vie, d'inventivité, d'absurdité touchante et de révolte nécessaire, sont déjà loin ; tout n'est plus que longueur et nihilisme, un message confus qui emprunte une autoroute dont on ne voit ni la direction, ni la vitesse, ni le début ni la fin. Godard nous offre un surprenant non-film ; le concept est aussi exaltant durant la première heure qu'il est horripilant durant la seconde. 3 étoiles, parce qu'autant être absurde jusqu'au bout, et ne pas céder à la tentation du moitié-moitié. Et puis, parce que, quand même, il y a des images...qu'on ne voit qu'une fois dans sa vie.
    Martin Brucker
    Martin Brucker

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 35 critiques

    1,5
    Publiée le 25 janvier 2014
    C'est ennuyeux, c'est même très ennuyeux. C'est ridicule par moment. Mais le respecté et adulé (seulement par la critique) Jean-Luc Godard est malin ! Pour faire passer cette purge qui est également un film, il nous sert 2 ou 3 beaux plans, quelques idées de mise en scènes originale, des écrans titres bleus (parfois drôles) et bien évidemment pour Week-End : beaucoup de couleurs pétantes qui rendent le film un peu plus facile, divertissant et moins ennuyeux. Un des seul point vraiment positif est la façon dont JLG montre tout la stupidité des gens égoïstes, superficiel et hautain. Si vous voulez voir des séquences ridiculement interminables et des voiture accidentées CE FILM EST FAIT POUR VOUS !
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 1 803 critiques

    0,5
    Publiée le 14 juillet 2009
    Un délire brouillon et pénible de plus d'1h30. Pourtant le film commence bien. C'est indéniablement innovant, on retrouve Jean Yanne dans son rôle fétiche de brute épaisse et malpolie, enfin humour et sensualité sont au rendez-vous. Mais très vite, cette bonne impression s'étiole, pour finalement laisser place à un ennui mortel voire même à du dégoût. Le raz-le bol est surtout sonore : trop de discours à la con, de bruit de voiture, ... La satire sociale est louable, mais trop confuse. La violence ? Elle ne m'a pas choqué, même la scène lors de laquelle ils zigouillent les animaux (sales bêtes...). Une déception donc.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 994 critiques

    1,0
    Publiée le 16 juin 2013
    Critique de la bourgeoisie, de la société de consommation et de loisirs, appel au discours révolutionnaire... Sur le papier, c'est prometteur. Mais Godard ne ménage pas le spectateur : déconstruction narrative, jeux sonores tonitruants, symbolique outrancière... C'est inregardable et inécoutable.
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 462 critiques

    0,5
    Publiée le 8 octobre 2011
    A chaud j’avais écrit une critique bien sanglante envers ce film et Godard mais avec le recul je me calme un peu, même si mon opinion sur Week-end reste intacte : J’ai vraiment passé un des moments cinématographiques les plus désagréables de ma vie. En fait mon opinion de Godard a toujours été spéciale chez moi. J’avais adoré Vivre sa vie mais par la suite j’ai vu A bout de souffle que j’ai trouvé vain et Le Mépris qui selon moi avait gâché un excellent potentiel de départ à cause d’expérimentations chiantes et d’une Brigitte Bardot absolument irritante. Week-end est, je dirais, dans l’expérimentation plutôt que dans la fiction. Qu’est-ce que raconte ce film ? A vrai dire j’en sais rien et je m’en fous, pour moi c’est de la branlette intellectuelle de premier plan qui ne m’a strictement rien apporté si ce n’est de la souffrance. Bon Dieu que c’est long… Et pénible à souhait, forcément Godard modifie toutes les règles cinématographiques à sa guise dans une tentative vaine et prétentieuse de se démarquer de l’académisme primaire sauf que c’est chiant. J’ai beau me retourner dix mille fois la question dans la tête, à quoi bon foutre de la musique assourdissante pendant un dialogue intéressant à la base ? Je veux bien qu’on me dise que ça a une symbolique, que ça marque la déconnection du dialogue de l’autre protagoniste sauf que là c’est hors-sujet, je ne vois toujours pas comment on pourrait décrocher de la conversation à ce moment-là. Ou alors c’est une critique incroyablement subtile (Ironie bien sûr) de la censure. Quoi qu’il en soit c’est à chier. Bon après le film a selon moi une bonne qualité, il est très bien mis en scène. Le travelling sur l’embouteillage est visuellement impeccable mais, héhé, une fois n’est pas coutume, Godard qu’est-ce qu’il fait ? IL TE CASSE LES OREILLES POUR MONTRER LE CRI DE REVOLTE, OLOL KOM C SUBTIL ! Pour moi c’est pas de la recherche cinématographique, c’est du sabotage, je me demande sérieusement où est le génie là-dedans. Ce film me donne franchement l’impression que Godard n’est juste qu’un imposteur, enfin j’attends de voir ses films les plus réputés (Pierrot le fou, Le petit soldat notamment) avant de me fixer sur cette idée car pour moi ce film n’a aucun intérêt. Entre les dialogues à s’arracher les cheveux (Les camionneurs et le pianiste dans la ferme… OMG), les sons assourdissants, les acteurs qui font semblant de mal jouer, j’ai vite décroché… Au point que vers la fin je hurlais sur mon écran tout en me frappant la tête. Week-end m’aura poussé dans mes derniers retranchements, allez suivant, et tâchons d’oublier cette grotesque mascarade.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 2 564 critiques

    2,5
    Publiée le 15 mai 2008
    Une belle expérimentation de ce qui pourrait être qualifiée de la + longue bande-annoce du monde : Toutefois, Godard semblant " cracher dans la soupe " ; le film peut lasser par sa oisiveté apparente & ses situations quelque peu absurdes mis bout à bout sans lien évident.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    2,5
    Publiée le 16 octobre 2011
    Mouais, bon alors y a une scène qui est très bien c'est celle de l'embouteillage. Ce très long travelling sur un embouteillage (faut arriver à intéresser le spectateur pendant environ 3 minutes sur un bouchon quand même quoi !) est le meilleur moment du film (même si je ne vois pas le côté "affaire morale" là dedans, mais passons). Bref, après ça m'a pas passionné plus que ça. J'ai des idées d'interprétations quant au film (mais faut-il vouloir à tout prix comprendre Godard ?) mais ça m'a laissé un peu de marbre.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top