Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Sur la plage de Chesil
note moyenne
2,9
152 notes dont 21 critiques
5% (1 critique)
19% (4 critiques)
38% (8 critiques)
33% (7 critiques)
5% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Sur la plage de Chesil ?

21 critiques spectateurs

dominique P.
dominique P.

Suivre son activité 405 abonnés Lire ses 1 926 critiques

4,0
Voilà un très joli film sensible, émouvant et touchant. Il est lent, classique et ce style de film de temps en temps cela est vraiment agréable. spoiler: La fin est très émouvante. Je recommande cette belle histoire dramatique.
Kap d.
Kap d.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 14 critiques

5,0
Comment vous dire, un chef d’oeuvre comme en fait tant saoirse ronan ces 4 dernieres annees! Il fait dire qu’elle a la particularite de bien choisir ses films et ses scenar. Meme si le film est tiré d’une oeuvre littéraire le real propose un travail tt en délicatesse et retenue, necessaire pour faire fonctionner un duo qui de tte évidence se connait et joue a merveille. On sort de la sale le coeur legé, lesprit ailleurs, la larme a l’oeuil. J’ai adoré! Une bouffée d’air de littérature comme on souhaite en voir plus souvent au ciné . Mercu
AM11
AM11

Suivre son activité 283 abonnés Lire ses 4 791 critiques

3,5
Premier film de Dominic Cooke qui adapte le roman de Ian McEwan qui s'est lui-même occupé de l'écriture du scénario. Je ne connais pas du tout le roman donc la découverte de cette histoire fut une surprise totale. "On Chesil Beach" commence comme un film romantique classique seulement l'histoire va prendre une direction inattendue. Alors qu'ils sont en lune de miel, ce jeune couple très stressé à l'idée de passer à l'acte se remémore des souvenirs sur leur rencontre ou encore sur leurs vies. On suit donc cette journée qui va faire basculer l'existence de ces deux jeunes gens. Pour sa première, le réalisateur a fait un film plein de sensibilité et de tendresse qui met bien en avant le contexte de l'époque avant que la révolution sexuelle ne redistribue les cartes. Florence et Edward forment un couple attachant, ils sont vierges dans tous les sens du terme : timides, maladroits et inexpérimentés. Cette timidité les force à explorer leurs souvenirs qui à chaque fois stimulent quelque chose. Ces nombreux flashbacks sont intéressants parce qu'ils permettent de mieux connaitre les personnages et surtout ils apportent quelque chose à cette situation qui a du mal à se débloquer. L'amour exige un sacrifice et demande un travail parfois humiliant, mais qui peut mener au bonheur. Seulement, l'amour ne suffit parfois pas, car d'autres éléments entrent en compte. L'avantage de cette histoire est que tout le monde peut y voir quelque chose de différent, car on n’aurait pas tous fait les mêmes choix. "On Chesil Beach" est un joli film avec de beaux personnages parfaitement interprétés et une histoire qui réserve quelques moments d'émotion.
desiles ben
desiles ben

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 192 critiques

4,0
Très beau film qui exige un peu de patience car l'histoire ne devient véritablement intéressante que dans la dernière demi-heure mais la patience est récompensée. Belle réflexion sur ces mots, ces gestes qui, sous le coup de l'émotion ou de l'orgueil font des ravages et infléchissent tragiquement le cours d'une vie qui eût pu être tout autre. Emouvant...
Delpha07
Delpha07

Suivre son activité Lire ses 15 critiques

2,5
Je suis ressorti de cette séance avec un sentiment mitigé. Si les personnages sont attachants et leur histoire d'amour juvénile est touchante, le film est plombé par des longueurs et par un procédé des flashbacks académique et artificiel. Quant à l'histoire en tant que telle, le "twist" (bien qu'il ne soit pas tout à fait final) fait sens, révélant avec justesse tous les dangers auxquels s'exposaient ces jeunes couples impréparés. Mais l'extrême fin du film m'a laissé de marbre, sans parler du vieillissement de l'acteur principal, indigne d'une production de 2018.
Jenny M.
Jenny M.

Suivre son activité Lire sa critique

3,0
Film lent certes mais à la même vitesse que le processus qui s'installe dans l'esprit des protagonistes. On sent que la cocotte minute va exploser à un moment ou un autre.... L'histoire traumatisante sous-jacente est très dure et montre les tabous instaurés de l'époque qui tendent ou du moins qui sont poussés vers la sortie à l'heure d'aujourd'hui. L'évolution des mentalités, l'inexpérience, le déni, la honte....des sujets pas facilement abordables dans une histoire d'amour d'un jeune couple tout fraîchement mariés. Film à voir, so british dans ses convenances.
AZZZO
AZZZO

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 268 critiques

3,0
Difficile de parler de ce film sans en déflorer l'histoire (joke). Juste une histoire d'amour, d'amour pur, au-dessus de la sexualité et des contingences sociales. Le film est lent mais brille par la beauté de ses images et l'intelligence de certains plans. Car derrière cette histoire très simple, Dominic Cooke veut rappeler aux nostalgiques la réalité corsetée de l'Angleterre des années 60. Brexit oblige.
Gfa Cro
Gfa Cro

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 512 critiques

4,5
Vu et avis le 20180817 Les tourments de deux personnes timides et maladroites qui veulent bien faire. Très réussi sauf la conclusion. J ai trouvé le film exceptionnel jusqu a ce qu ils se retrouvent sur la dune. Ce qui se passe en haut m a semblé peu crédible au vu de leurs personnalités. Le dîner entre amis où il raconte son histoire est de façon trop explicite l histoire que le réalisateur voulait raconter. Je l ai un peu reçue comme si le réalisateur avait voulu plaquer une interprétation qu il n’ y avait pas à son film. Je suis bien conscient que les deux serveurs du repas sont annonciateurs de cette fin, (leur amusement indique qu ils ont compris que les mariés avaient une histoire commune particulière). Ou encore le livre, et de mémoire le curé, me semblent montrer qu elle est consciente d une envie de faire un effort, mais que les conseils reçus ne lui conviennent pas, la brusquent, l indisposent. De plus, je n’apprécie pas du tout la façon de vieillir les personnages dans les dernières scènes. J ai trouvé cela particulièrement laid et en plus mal fait par rapport aux vieillissement que les acteurs sont supposés avoir (a l image ils font bien plus vieux qu ils ne devraient au vu du nombre d années passées. C est dommage, tout le film fonctionne par petites touches de couleurs, et subitement on a la fin des tubes avec de l explicite appuyé. * * * * * * Reprise de l avis le 20180821 Je n ai pas eu le temps de finir mon avis, de donner des exemples de ce que j ai apprécié aussi j y revient. J ai beaucoup apprécié tout le début. Comment cette gêne partagée est ce qui les rapproche, ce qui leur permet d oser car ils savent/sentent que l autre est aussi gêné. Que la maladresse, le différence n est absolument pas un obstacle pour qui veut bien ne pas s y arrêter. Il y a une très belle complicité. Le film montre bien que la différence peut être une complémentarité ou la possibilité pour chacun d exister en lui-meme dans leur relation. Qu ils aient des goûts musicaux différents leur permet de se faire découvrir l un à l autre leur préférence, de s enrichir l un de l autre. Même des années plus tard, elle continue à être attachée à (Chuck Berry ?). Lorsque il explique ce qui est arrivé à sa mère, ce qu’il dit est superbe, en particulier que c est la première fois qu il a compris sa différence : sensations mélangées - soulagement de pouvoir mettre une explication sur ce qu il ressentait depuis longtemps, culpabilité de son soulagement, plaisir de ne pas être commun, gêne du regard des autres, satisfaction de savoir qu on a quelque chose d indicible, d inaccessible aux autres personnes / que jamais elle ne pourront vous comprendre. Tout ce mélange est superbement rendu dans mon souvenir. J ai aussi apprécié que certaines choses ne soient pas expliquées : lorsque elle fait peindre la mère, il pleure et cela n est pas expliqué ce qui laisse libre cours à l imagination. Plaisir que ça se passe bien entre sa bien aimée et Marjorie (la mère d edward). Plaisir de voir sa mère heureuse, de retrouver une mère normale. Plaisir de voir sa famille insouciante (avec ses sœurs). Plaisir de découvrir son empathie, sa capacité à ne pas juger. Révélation qu elle est unique; que c est celle qu il lui faut. ... J aurais apprécié que le film soit un peu plus équilibré dans le couple. C est quasi toujours elle qui le pousse à se découvrir, à parler ( a quoi penses-tu ? Raconte moi quelque chose sur toi, ...). Je n ai pas remarqué qu’il y ait la réciproque, qu elle se raconte en retour. Elle aurait eu à dire avec sa sœur admirative, sa mère rigide, son besoin de paraître et de plaire parfois à son détriment. J ai aussi beaucoup apprécié la variation que ce film peut être de une partie de campagne de Maupassant.
traversay1
traversay1

Suivre son activité 485 abonnés Lire ses 3 044 critiques

3,0
Le dernier quart d'heure de Sur la plage de Chesil cherche l'émotion à tout prix et la trouve, malgré des maquillages outrés pour vieillir les deux personnages principaux. Cette fin n'est pas celle du roman dont est adapté le film de Dominic Cooke, d'autant plus surprenant que son auteur, Ian McEwan, est aussi le scénariste. Avant ce dénouement, Sur la plage de Chesil se concentre sur un dîner et nuit de noces, dans un hôtel miteux du Dorset, autour de deux jeunes gens sexuellement inexpérimentés et victimes malgré eux des conventions désuètes de l'Angleterre du début des années 60, à la veille d'être "pervertie" par la musique des Beatles et la libéralisation des moeurs. Haché par une foultitude de flashbacks, le film s'acquitte proprement de sa description d'une société vieillissante où les écarts de classe régissent son fonctionnement. Non-dits, délicatesse, pudeur, Sur la plage de Chesil coche toutes les cases pour évoquer un amour naissant mais cela manque de vie et de rythme, mis en scène par un réalisateur débutant qui a passé la plus grande partie de sa vie à diriger au théâtre. On peut y percevoir un soupçon d'humour mais là aussi peu agissant et retenu, laissant la place au drame intime des deux jeunes gens qui s'exprime dans cette interminable soirée après le mariage. L'interprétation sauve en partie les meubles : comme d'habitude, Saoirse Ronan est parfaite et Billy Howle s'impose tout en nuances.
zorro50
zorro50

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 168 critiques

3,5
Un joli film à propos d’une romance obsolète car ce genre de comportements est totalement révolu de nos jours. A réserver à un public du 3e âge !
Kévin B
Kévin B

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 7 critiques

2,0
-Avis : 2/5 Ni décevant, ni pour le moins plaisant, ce film nous raconte la romance d'un jeune époux maladroit envers sa femme qui elle se garderait bien à l'idée de consommer son mariage. Le jeu des acteurs semblent tout comme leurs sentiments assez vident face à cette réalisation trop classique. Pas le moindre rebondissements sur le sujet pourrait-ton dire devenu contemporain, je veux dire par là l'asexualité, traité de façon insuffisamment inexploité. De par ses flash back, l'histoire perd toute son énergie tandis qu'elle aurait sûrement dû se focaliser sur les tourments de l’identité sexuel. Une jolie scène tout de même entre les deux jeunes époux, l'un comme l'autre cherchant au plus profonds d'eux leurs propres vérités, c'est avec pudeur qu'ils devront se mettre à nue afin d'établir leurs visions respective d'un couple. C'est sur une plage de petits cailloux que la jeune Saoirse Ronan (Lady Bird ou encore Brooklyn) nous prouve fort heureusement que son talent d'actrice reste intact.
Robert M
Robert M

Suivre son activité Lire ses 8 critiques

3,0
Une film un peu trop long, sur l'incapacité de deux jeunes mariés du début des années 60 de se parler de manière intime. Le sexe est tabou, surtout pour l'héroïne et son jeune mari n'a pas la patience d'apprivoiser son épouse, de se donner du temps pour trouver enfin l'intimité des corps, ... qui va souvent avec l'intimité de l'esprit. Film irritant en raison même de cette incapacité de se parler, de se découvrir, d'où l'impression de longueur et de plans interminables. Très bons acteurs et actrices.
sylounette
sylounette

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 61 critiques

1,0
Un film long, long, long, trop académique, sur une rencontre ratée entre 1 homme et 1 femme timides et coincés. J'ai eu du mal à rentrer dans la 1ère partie du film que j'ai trouvé ennuyeuse et lente, trop lente, avec peu de dialogues et quels dialogues !!!! Surprise que ces 2 tourtereaux ne se soient pas rendus compte avant que leur relation était aussi coincée… Surprise de la découvrir ensuite avec une famille nombreuse … La fin du film me semble un peu bébête car ils se rencontrent 40 ans plus tard (affreusement maquillés et grimés), se reconnaissent bien sur et pleurent…...
Yves G.
Yves G.

Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 1 636 critiques

2,0
Dans l'Angleterre encore corsetée par une morale victorienne, Florence et Edward viennent de se marier. Elle est la fille d'un petit industriel conservateur et d'une enseignante en philosophie à Oxford ; il est issu d'un milieu plus modeste. Leur inexpérience - ils sont vierges l'un et l'autre - n'a d'égale que leur fébrilité quand vient leur nuit de noces qu'ils passent dans un hôtel sur la plage de Chesil dans le Dorset. Ian McEwan est à la mode cet été. Deux semaines seulement après "My Lady" - tiré de "L'Intérêt de l'enfant" - voici l'adaptation éponyme d'un autre de ses romans. On y retrouve toutes les qualités de son œuvre : le soin porté à la psychologie des caractères, la reconstitution minutieuse d'un temps révolu, la description des rapports de classe, portrait en creux d'une société anglaise plus lente à évoluer qu'on ne le pense. Toutefois, et en dépit de la remarquable interprétation de Saoirse Ronan - qui n'est pas sans rappeler le rôle qu'elle tenait dans l'excellent "Brooklyn" - "Sur la plage de Chesil" pâtit de deux défauts rédhibitoires. Le premier est sa mise en scène pataude, théâtrale, languissante qui en ralentit inutilement le rythme. La nuit de noces des deux jeunes époux est entrecoupée de flashbacks qui racontent leur rencontre et leur amour naissant. Le procédé, trop académique, devient vite lassant. Le second est l'épilogue que le réalisateur a cru bon d'ajouter à l'histoire. Deux courtes scènes sont rajoutées censées se dérouler en 1975 et en 2007. Les acteurs y réapparaissent, odieusement grimés pour donner l'illusion de leur âge. Plus grave : cet épilogue dénature le roman qui se terminait différemment. Trahison d'autant plus étrange que Ian McEwan en personne a supervisé le scénario du film.
I'm A Rocket Man
I'm A Rocket Man

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 1 683 critiques

2,0
Mon Dieu quelle déception ! Je m'attendais à un film romanesque émouvant, prenant et triste et je suis resté bien bête devant le ton léger des dialogues et des situations, devant les personnages loufoques et pas attachants deux secondes ! Bref une énorme déception d'autant plus que ma belle mère avait décidé de regarder ce film avec nous (et c'était une première et elle s'en faisait une joie) et elle est tombée de bien haut aussi ! Ce film me restera en travers de la gorge !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top