Mon AlloCiné
    La Dernière Femme
    note moyenne
    3,3
    37 notes dont 5 critiques
    0% (0 critique)
    20% (1 critique)
    40% (2 critiques)
    40% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur La Dernière Femme ?

    5 critiques spectateurs

    Spiriel
    Spiriel

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 318 critiques

    4,0
    Publiée le 1 février 2008
    Ferreri, pas réputé pour son tact, met les pieds dans le plat. Que deviennent les relations entre hommes et femmes à la suite de la marche des femmes de 1972? Depardieu joue le rôle d'un chômeur, largué par sa femme féministe, mais ayant la garde de son jeune fils. Dégoûté devant le changement radical des femmes, il se terre dans son appartement et ses préjugés. Ornella Muti, jeune et sublime, débarque. L'homme s'aperçoit alors qu'il est prisonnier de son désir sexuel (dont il essaie de se libérer dans une dernière scène horrible mais mythique), qui détruit la relation qu'il avait avec la jeune femme. Le film est cru mais rend compte du côté obscur de la libération de moeurs d'après 68 (Pasolini ira beaucoup plus loin encore dans Salo...). Car pour la grande majorité, cela passe uniquement par l'apparence, la superficialité. La ville dans laquelle se passe le film (tourné à Créteil...^^) est déprimante, et pèse terriblement sur les esprits. D'une façon certes différente, japonais et russes vivent quelque chose de semblable en ce moment, face à l'émancipation récente mais brutale des femmes. Il ne s'agit bien sûr pas d'un film à thèse machiste, mais un constat sur les conséquences pas toujours visibles d'une évolution ultra rapide de la société. Un film qui ne s'oublie pas.
    Cthulhu Mantis
    Cthulhu Mantis

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 14 mai 2015
    Le sexe à très souvent été le thème favori de Marco Ferreri. C'est sans doute un des films les plus ambigus qui a été réaliser sur et la vie de couple. Gerrard au chômage est séparer de sa femme qui la quitter pour un mouvement féministe doit élever seul son fils, il rencontre la troublante Ornella Muti avec qui il vivra une relation charnelle et passionnelle. Banni et interdit aux Etats-Unis, Marco Ferreri est un provocateur, pas réputé pour son tact, met les pieds dans le plats avec une grande décontraction. Que deviennent les relations entre hommes et femmes à la suite de la marche des femmes de 1972? Dégoûter devant le changement radical des femmes, Gerrard se terre dans son appartement et ses préjugés, il s’aperçoit qu'il est prisonnier de son désir sexuel, qui détruit sa relation qu'il a avec la jeune femme. ce film pousse très loin la provocation. Aussi bien dans les plans sexuels explicites que dans le langage cru qui rappelle du Blier en Hardcore. Depardieu est nu pendant plus de la moitié du film. Il faut le voir se masturber devant une glace tout en engueulant Ornella Muti parce qu'elle le déconcentre.(Ornella elle aussi filmée nue sous toutes les angles notamment dans les scènes de sexe très crues.). Plus tard, le même Gérard, toujours nu, dans une joute verbale sur le MLF glisse un énorme saucisson entre ses jambes en déclarant que c'est ça que cherche les femmes. Juste après il engueulera Ornella qui s'est coupé une tranche de saucisson "mange pas ma b... toi! Un film cru mais montre le coté obscur de la libération des mœurs de d’après 68, l'ambiance du film est déprimante,poisseuse et pesante. Ferreri inconsciemment veut pousser et secouer le spectateur. Il ne s'agit bien sûr pas d'un film à thèse machiste, mais un constat sur les conséquences pas toujours visibles d'une évolution ultra rapide de la société. Un film hélas retomber dans l'oubli.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1504 abonnés Lire ses 8 650 critiques

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2010
    Le sexe est de nouveau le thème central de "La dernière femme" de Marco Ferreri, un des films les plus aigus et les plus pènètrants qui aient jamais ètè rèalisès sur le couple! Gèrard Depardieu y incarne un jeune ingènieur, qui, sèparè de sa femme, vit seul à Crèteil avec son enfant! il va rencontrer la magnifique Ornella Muti avec laquelle il a une liaison très passionnèe! En fait, c'est le rôle de la sexualitè dans la vie du couple qui sous-tend la totalitè de ce film à la fois pessimiste - le hèros choisit de s'èmasculer lui-même à l'aide d'un couteau èlectrique afin de supprimer les dèsirs physiques qui l'obsèdent et l'aliènent - et pourtant optimiste (dans la mesure où l'oeuvre annonce l'imminence de grands changements dans les rapports entre les hommes et les femmes, l'avènement d'une nouvelle conception du couple)! Les scènes èrotiques jouèes par Depardieu et Muti sont d'une vèritè saisissante! Le film de Ferreri est un constat, un film tèmoin...
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 12 septembre 2008
    Film noir très cru, une rencontre intéressante entre Ornella Mutti et Gérard Depardieu.
    Ywan Cwper
    Ywan Cwper

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 11 critiques

    2,0
    Publiée le 18 mars 2018
    septiemeartetdemi.com - Il faut un certain temps pour rentrer dans cette œuvre, dont il est difficilement compréhensible qu'elle se soit laissée aller au X, qui n'y est même pas un outil cinématographique, et qui sert seulement à établir une sorte d'intimité fade entre le spectateur et le couple. Cela pouvait se faire sans les bribes érotiques dont Marco Ferreri fait usage. De plus, le personnage de Depardieu est présenté comme un égoïste sans nuances, et c'est lourd à supporter comme à comprendre pendant une heure et demi. En fait, le réalisateur emploie ces moyens pour s'ouvrir l'opportunité d'un fort symbolisme final qui va renier toutes les croyances instillées jusque là chez le spectateur. Il ne reste alors qu'à décider si tout ça en valait la peine, mais on tendra le plus souvent à dire que non ; tout un film n'est pas au service de sa fin.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top