Mon AlloCiné
    La Grotte des rêves perdus
    note moyenne
    3,5
    300 notes dont 74 critiques
    12% (9 critiques)
    28% (21 critiques)
    22% (16 critiques)
    22% (16 critiques)
    14% (10 critiques)
    3% (2 critiques)
    Votre avis sur La Grotte des rêves perdus ?

    74 critiques spectateurs

    Urbain-F
    Urbain-F

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 96 critiques

    2,5
    Publiée le 14 octobre 2011
    Pour noter "La grotte des rêves perdus", j'ai procédé ainsi : 5/5 pour les hommes préhistoriques qui avaient un sens artistique aussi développé que le nôtre (voire plus développé), et ... zéro pointé pour Werner Herzog. Moyenne : 2,5 sur 5. Quel gâchis... ! Le pire, c'est la musique omni-présente absolument horripilante, qui empêche de profiter pleinement des images magnifiques. Lamentable. Il faut supporter beaucoup de longueurs, dont des interviews de scientifiques français... qui s'expriment laborieusement en Anglais. Autre impression après le film : d'un côté, on est heureux d'avoir découvert ces chefs d'oeuvre peints il y a 32000 ans, d'un autre, qu'est-ce qu'on a souffert pendant la projection ! Monsieur Michu avec son camescope basique et un CD de sa collection perso aurait fait mieux ! Il y a quand même trois grands moments dans le film : le commentaire de la conservatrice de la grotte, la musique jouée par un archéologue avec une flûte vieille de plus de 30000 ans, et les travellings sur les sublimes fresques. Mais comment est-il possible qu'au montage le réalisateur n'ait pas compris qu'il fallait au moins procéder à quelques coupures, et revoir la musique. Reste à espérer que ce film n'ait rien coûté au contribuable...
    stillpop
    stillpop

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    2,5
    Publiée le 16 octobre 2011
    L'histoire de l'art vue à sa source Il faut commencer par ce qui fâche. On subit trois qualités d'images différentes, et avec des lunettes 3d et sur très grand écran, c'est très lourdingue. Quand on ne voit pas les pixels, on voit les effets de grain et de fluidité par paquets typique des mauvais capteurs et mauvaises compressions. En plus, il faut qu'il en rajoute avec des incrustations foireuses en ... 3d ! Après, on subit les couleurs délavées au possible, avec ou sans lunettes. Bref, la qualité d'image est très en dessous de ce que l'on pouvait attendre d'un documentaire en 3 dimensions. Ensuite, la manière de filmer est très ... limite. La scène du crocodile est d'un tel niveau youtube qu'on se demande si ce n'est pas le petit fils du réalisateur qui l'a filmé. Le reste ne vaut pas beaucoup mieux. Même les plans fixes sur les peintures sont trop rapides. Ensuite, le fait d'avoir tout tourné en anglais alors que 99% des interviewés sont français est plus énervant que ridicule, mais ça ne vaut pas mieux. On peut finir avec les fautes de goût des grands intellectuels ou des amateurs égocentriques, la musique certes intéressante et bien choisie mais trop exigeante et présente pour le sujet. Sans parler du fait qu'un montage qui passe des voix féminines entêtantes pendant qu'un protagoniste s'exprime n'est pas du meilleur effet. On pourrait faire deux pages avec tout ce qui ne va pas, alors autant aller à l'essentiel : ce film est incontournable à cause de son sujet, tout simplement ! On finit par oublier tout cet édifice suffisant autant qu'amateur malgré la prétention du réalisateur car le peu qu'il nous donne à voir est extraordinaire. Comment les hommes des cavernes ont pu créer il y a 30000 années des œuvres aussi graphiques, élaborées et finalement modernes sinon contemporaines, c'est une surprise aussi réconfortante que la croyance dans le progrès futur. Ces peintures sont superbes et pouvaient simplement se laisser admirer en silence et sans effets spéciaux à petit budget « à la française ». Et c'est vraiment dommage. Car le propos pseudo intellectuel pouvait tenir en 5 minutes de commentaires. Néanmoins, pour ceux qui ont peur d'être déçus, attendez la parution d'un bouquin.
    Michel Bezbakh
    Michel Bezbakh

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 31 critiques

    4,0
    Publiée le 18 mars 2012
    En allant filmer les peintures rupestres de la grotte Chauvet, vieilles d’environ 30000 ans, Werner Herzog n’a pas uniquement montré au commun des mortels ce qu’il n’est pas autorisé à voir (seuls les scientifiques et, exceptionnellement, la petite équipe du réalisateur peuvent pénétrer dans la mystérieuse caverne). Il a profondément intellectualisé sa démarche en faisant de la grotte Chauvet l’ancêtre de la salle de cinéma. D’où l’intérêt manifeste de d’aller enfiler des lunettes 3D pour contempler un film aux potentialités multiples, qui concentre effectivement une bonne partie des rêves de l’humanité. Dans cette grotte, les hommes préhistoriques avaient effectué un premier acte de création ayant fait franchir un pas monumental à l’Homme dans sa manière de penser le monde, de se représenter la réalité, de concevoir les choses. En utilisant le relief, Herzog cherche à nous faire comprendre que le cinéma fait la même chose. A l’instar de Martin Scorcese, qui a comparé la 3D aux inventions visuelles extraordinaires de Méliès dans Hugo Cabret, Herzog joue de la même technique pour revenir aux sources de la création. La critique complète sur le blog Ecran Total: http://ecran-total.over-blog.com/article-la-grotte-des-reves-perdus-aux-sources-de-la-creation-100522211.html
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 991 critiques

    3,0
    Publiée le 23 octobre 2013
    Le réalisateur nous offre d'abord un plaisir d'enfant, celui de pénétrer dans un lieu secret, pour y découvrir des trésors. Il nous propose également un voyage dans le temps, à l'époque de l'homme de Neandertal, dans une contrée alors peuplée d'ours des cavernes, de mammouths, de rhinocéros, de lions, de chevaux... Tout cela se dessine au gré des incursions dans la grotte et de divers témoignages scientifiques. Outre la 3D, la forme de ce documentaire est hélas très classique, voire un peu vieillotte : voix off pédagogique, nombreuses interviews de spécialistes dans le cadre de leurs recherches... On sourit lorsque l'un d'entre eux tente de reproduire des gestes de chasse ancestraux ou quand un autre revêt une peau de bête à l'occasion du tournage. Bref, on se sent parfois un peu dans un film des années 1980, à la Cousteau. La version française, pas très heureuse avec son doublage et la voix de Volker Schlöndorff en narrateur, n'arrange rien. Heureusement qu'il y a la 3D. Son apport est considérable. La technologie rend compte du relief des parois et montre comment nos ancêtres artistes en ont joué pour créer des effets de volume et de mouvement. Faisant varier ses éclairages, Herzog nous montre des représentations presque mouvantes, qu'il qualifie de "protocinéma". Ce spectacle est d'une grande beauté. Dommage que le réalisateur n'ait pas sacrifié davantage la dimension scolaire et une certaine bavardise pour développer cette veine plus contemplative et personnelle, en un mot : poétique. Son film n'en demeure pas moins un témoignage exceptionnel sur un lieu exceptionnel. À voir, donc.
    CrazyMox
    CrazyMox

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 80 critiques

    2,5
    Publiée le 25 novembre 2014
    Les images de ce documentaire d'Herzog sont absolument magnifiques. Herzog a le mérite de nous immerger assez rapidement dans de beaux documentaires, excellemment choisis pour les thèmes qui sont abordés. Les images sont belles, mais la narration et le contenu de cette même narration sont assez frustrants. On ressent bien que le but recherché par Herzog est de s'approcher au plus près de l'objectivité. Ne pas donner son avis, laisser libre cours à la pensée du spectateur. Pour parvenir à cette fin, les questions posées par Herzog sont souvent très conventionnelles et protocolaires. Les réponses le sont donc également et peinent à nous surprendre. Ce documentaire s'approche presque du film éducatif pour écolier, mais sans précision scientifique. Puis la chronologie du documentaire est peu recherché. Cela manque de ligne directrice et manque de pertinence au niveau du montage. Les documentaires d'Herzog sont prometteurs avec l'amorce des images et des commentaires puis éclatent bien souvent en plein vol. L'impression général est d'avoir vu un documentaire très intéressant mais mal présenté.
    Tamino75
    Tamino75

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 68 critiques

    4,5
    Publiée le 1 septembre 2011
    Enfin un film où la 3-D a sa raison d'être. Les images de la caverne sont tout simplement époustouflantes. Si le miracle de "Grizzly Man" ne se reproduit pas tout fait, c'est que la partie documentaire est moins riche et la galerie de personnes interrogées moins pittoresque. Mais, pour le reste, c'est somptueux et souvent émouvant. A voir absolument en 3-D.
    Amra139
    Amra139

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    3,5
    Publiée le 1 septembre 2011
    L'immense intêret de ce film est de pouvoir admirer l'intérieur de la grotte. Les images en 3D sont bluffantes, c'est étonnant et pour un fois je trouve que la 3D donne sa pleine mesure. Découvrir le relief des parois sur lesquelles sont peintes les fresques procure une expérience nouvelle par rapport aux photos connues de tous. Profitez de cette visite, car cette grotte restera fermé au public. Pour moi, le seul point négatif est la musique qui m'a agressé les 3/4 du film, trop forte, trop présente. Il faut croire que je ne suis pas fan des violoncelles (enfin je crois que c'en était un ...). Pour les interprétations évoquées dans le film, pourquoi tel animal, pourquoi tel paroi peintes dans la grotte, quelles étaient leurs motivations ? C'est secondaire car il faut garder à l'esprit que nous n'aurons jamais de réponse à ces questions.
    christiane1957
    christiane1957

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 2 septembre 2011
    J attendais beaucoup......trop peut etre! Si la beauté du site n est pas en cause trop de commentaires inintéressants et la musique insupportable . Juste la Grace d un moment de silence pour admirer ces chefs d œuvre!
    rolandetisseyre1
    rolandetisseyre1

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 2 septembre 2011
    Grrrrrrr….. Verdict : 1/2* Je sors de ce film, bouillante de rage. En gros, voici pourquoi : Grotte Chauvet : 5 étoiles ! Spectacle et intérêt uniques au monde. Vaut le voyage. Merci les ancêtres. Mais le reste ! Niveau cinéma : la télé de Pépé 1980 - Niveau scientifique : Science et Vie Maternelle ou CP1. On sort de là – je le jure – moins instruits qu’avant nos 14 ans sur l’archéologie et la préhistoire. Poncifs à la tonne, clichés surdimensionnés, dialogues à pleurer, genre (je résume) : « On est émus à la pensée que des hommes ont vécu là il y a 30 000 ans » … Ennui colossal, quand il a fallu (pour des raisons de co-productions, bien sûr) raccrocher un wagon à l’archéologie allemande sur les Vénus antiques : bureaux, explications de profs indigestes et inpigeables, tentative pathétique d’humour. Et le pire, bien pire : la musique ! Après une heure, j’ai quitté. Ami cinéphile, si tu veux voir le film quand même, surtout n’oublie pas ton iPod. Avec casque, de préférence.
    gfseh
    gfseh

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    1,0
    Publiée le 4 septembre 2011
    Un documentaire chiant à mourir, commentaires de Herzog inintéressants et images de qualité médiocre, que j'ai eu la surprise de voir en 2D et non 3D, de surcroît. Dommage, car les peintures et concrétions sont magnifiques et ce documentaire était le seul témoin possible de cette grotte fermée au public...
    faisgaffeatoi
    faisgaffeatoi

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 219 critiques

    3,0
    Publiée le 7 septembre 2011
    Eh bien moi, j'ai bien aimé ce film. Du moins la première partie car après, j'avais un RV. Je me demandes si je n'ai pas vu le meilleur car au moment ou je suis parti, ils parlaient d'une autre grotte ( en Allemagne je penses). J'ai bien aimé, car ça nous montre une grotte jusque là, complètement inconnue au grand public, car le ministère de la culture la garde précieusement pour ne pas l'abimer. (ne parlons pas des passes droit car il doit y en avoir dans ce milieu ci.) En tout cas, les peintures rupestres sont exceptinonnelles. Je verrai la suite sur Arté un de ces jours. je vous conseilles, du moins la première partie car il faut voir ce film sur grand écran.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 9 septembre 2011
    Petite déception que le dernier documentaire de Werner Herzog sur la grotte Chauvet. Le sujet et les images sont évidemment d’un intérêt culturel et historique indéniable, mais on a parfois l’impression d’assister à un cours magistral sur la préhistoire ; ayant une licence d’Histoire, et gardant de ces cours un souvenir de profond ennui, je n’ai pu qu’être déçu du manque de rythme du film. J’avais adoré « Encounters at the end of the world », magnifique documentaire sur une base scientifique en Antarctique. Le ton décalé et volontiers iconoclaste d’Herzog étaient bienvenus dans ce genre documentaire parfois ennuyeux. Je n’ai pas retrouvé cela dans « La grotte des rêves disparus », à part peut-être dans la séquence géniale où un archéologue habillé en Inuit joue l’hymne américain sur une reconstitution de flûte préhistorique. A l’inverse, le « postscriptum » sur la Ferme des Crocodiles vire un peu à la philosophie de comptoir. Mais le vrai gros défaut du documentaire, c’est le fait que les interviews d’Herzog (qui ne parle pas français) sont faites en anglais avec des scientifiques français, qui parlent l’anglais de façon très… française. Soit. Au lieu de mettre des sous-titres comme cela aurait été logique, Herzog a eu l’idée faramineuse de faire doubler en français les entretiens en anglais. Lui-même étant doublé… par son collègue Volker Schlöndorff. C’est un peu ridicule. Quant à la 3D, son rendu à l’intérieur de la cave est intéressant. C’est déjà ça, car les images sont franchement exceptionnelles.
    cristal
    cristal

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 789 critiques

    4,0
    Publiée le 10 septembre 2011
    C'est toute la mysticité d'Herzog, de l'aventurier Aguirre au flic pourri de "Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle Orléans" , qui semble ressortir dans ce documentaire lointain de tout type de filmographie, et finalement si proche des obsessions d'Herzog. Pourtant il ne semble pas si important, à la vue du film, de relier cette plongée spéléologique et philosophique à la carrière du cinéaste, car le film vaut aussi pour lui-même, débarrassé de toute comparaison d'ordre théorique. Peu importe Herzog ou un autre, "La grotte des rêves perdus" est avant tout un testament de la culture, un film-somme qui doit être vu à tout prix pour les nombreuses pensées qu'il soumet au spectateur. C'est tout d'abord l'unique possibilité de voir en mouvements la naissance de l'art chez l'homme, à travers les fresques peintes dans la grotte de Chauvet, à ce jour la plus ancienne découverte artistique au monde, soit plus de 30 000 ans avant nous. C'est aussi la possibilité d'être le visiteur d'une grotte inaccessible, dont les voutes splendides et l'écho humain des traces artistiques demeurantes lui confère une dimension qui dépasse toute notion habituelle d'humanité, de science et de métaphysique. C'est aussi l'occasion d'un vertige, d'un questionnement sans fin et sans fond, l'occasion de comprendre que l'homme a toujours été homme et non primate. Et l'occasion à la 3D, idée géniale du cinéaste, de prendre enfin tout son sens et d'arborer à l'aube de cette nouvelle technologie un sens philosophique profond qui en fait le miroir parfait de ces peintures immémoriales, d'une perfection et d'une imagination qui dépasse nos esprits de supra-évolution. Cet art rupestre et mystique (car il semble fondé sur un temps si lointain et des croyances de métamorphoses animales) est mis en lumière par la fluidité du système de la tri-dimension, non pas en tant qu'effet de déformation mais au contraire, pour une fois, en tant qu'honnêteté visuelle face à la position d'un spectateur contraint à n'être que derrière l'écran, c'est-à-dire contraint de voir sans ressentir, ou du moins à une échelle moindre qui n'implique aucune présence physique. Ce passage de l'autre côté de l'écran est ainsi une véritable trouvaille fonctionnelle qui donne tout son sens à la technologie ; les pierres semblent sous notre nez et à combien de moments voudrions-nous y laisser glisser notre paume sur ses contours! Les atmosphères hors des âges semblent restituées comme si ce décor de la Nature était le dernier endroit du monde à n'appartenir qu'au passé. Herzog filme comme un scientifique, et les scientifiques parlent, expliquent, argumentent comme des artistes. Le rapport entre art et science est assurément la force du film tant la caméra et l'analyse humaine sont un seul et même outil de découverte et de compréhension. La musique du film, superbe avec ses sonorités de contrebasse ou de violoncelle surgies du fond des âges, rappelle une musique première. Le film accumule, au-delà de l'extase proposée, une véritable tension d'archéologue et de spéléologue tant la grotte regorge de coins, de voûtes, d'oeuvres, d'ossements. Les matières et les traits artistiques, tout comme la structure de la roche et les ouvertures qui lui donnent un sens de 'visite' laissent l'impression d'un temple extra-terrestre. Une seule porte, fabriquée après la découverte de la grotte, donne accès à l'intérieur, et c'est par cette même porte que l'on en ressort. C'est comme enfermé dans un autre monde que l'on pénètre dans la grotte comme dans le film, scandé d'explications passionnantes de scientifiques à la compétence stupéfiante et rarement montrée au cinéma. Tout est filmé avec le temps qu'il faut, en détails contemplés et recueillis, la caméra suivant les courbes des dessins comme si elle tentait d'en retraduire l'histoire. Reportage exclusif et passionnant (aucune caméra n'avait été autorisée à entrer à l'intérieur auparavant), ce document rare, d'une haute importance publique et artistique, est une preuve du génie humain et animal, de l'essence de la vie au-delà de toutes considérations contemporaines. La seule question actuelle que pose Herzog se situe dans son Post-Scriptum inquiet, tentation hasardeuse d'élever un autre débat tout à fait naturel et cohérent mais qui n'appartient pas tout à fait au reste du film, gravé dans cette même roche. La boucle est bouclée, en attendant le chapitre suivant.
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 1 064 critiques

    3,0
    Publiée le 18 septembre 2011
    La grotte des rêves perdus est un bon documentaire qui nous imprègne de la magie d'un lieu auquel peu de gens auront accès aujourd'hui et dans le futur. La 3D recrée plus ou moins la matière en relief qu'ont utilisée nos ancêtres il y a 30000 ans (la notion du temps nous paraît invraisemblable) et fait taire le spectateur face à une empreinte aussi fraîche et pourtant si éloignée du temps où des rhinocéros à poils longs peuplaient l'Ardèche. Vallon pont d'arc est un incroyable repère qui a vu passer tous les représentants de l'espèce humaine, certains eurent très tôt dans la préhistoire cet incroyable esprit créatif. Le documentaire prend toute la mesure de l'importance de ce fragment de l'histoire de l'humanité.
    skenderb
    skenderb

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 32 critiques

    2,0
    Publiée le 26 septembre 2011
    Un bon réalisateur ne fait pas forcement que de bons films. En voici une preuve! Ce qui aurait pu être un magnifique voyage dans l'art rupestre se transforme en un laborieux récit confus et désordonné où les lubies du réalisateur passent avant l'intérêt historique et artistique du sujet.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top