Mon AlloCiné
    La Grotte des rêves perdus
    note moyenne
    3,5
    300 notes dont 74 critiques
    12% (9 critiques)
    28% (21 critiques)
    22% (16 critiques)
    22% (16 critiques)
    14% (10 critiques)
    3% (2 critiques)
    Votre avis sur La Grotte des rêves perdus ?

    74 critiques spectateurs

    emily_g
    emily_g

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 130 critiques

    3,5
    Publiée le 16 octobre 2011
    Fidèle à lui-même, Herzog signe un documentaire qui fait l'école buissonnière : s'y mêlent une magnifique captation 3D, une narration filandreuse et parfois laborieuse, des considérations philosophiques et de l'absurde. C'est un peu l'auberge espagnole - charme et limite du film. Mais cette grotte touche parfois au sublime : déjà par la force incroyable de ces dessins, magnifiquement restitués dans une ambiance lumineuse "originelle" et dans cette 3D qui souligne l'intégration des peintures à la roche - ou comment l'homo sapiens avait inventé la vision en relief. Mais ce qui est frappant, en voyant cette grotte dans une salle de cinéma, c'est l'analogie entre les deux lieux, comme si 35000 ans plus tard, l'homme avait toujours ce besoin impérieux et vital de se raconter une histoire sous forme de théâtre d'ombres, de s'abandonner à un récit mythique. C'est même cette quête spirituelle à travers le récit pictural qui pourrait avoir fondé l'homme - comme le dit un scientifique : plutôt que "Homo Sapiens", on devrait dire : "Homo Spiritus"... Bref, malgré quelques imperfections (la musique élégiaque est un peu envahissante), le film est un bouleversant voyage au cœur de nous-mêmes.
    DarkKnight74
    DarkKnight74

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 217 critiques

    3,5
    Publiée le 8 octobre 2011
    Franchement, je crois que j'ai du mal avec le cinéma documentaire d'Herzog. Déjà je ne m'intéresse pas à ce point là aux peintures rupestres, et je comptais sur le film pour cela. Mais malgré tout, le gain d'intérêt pour cet aspect de la préhistoire n'a été que mineur. Ce qui m'a surpris et que j'ai trouvé de meilleur à cette exploration de la grotte Chauvet, c'est la magnifique mise en relation entre les images et la musique. Une musique ni classique, ni moderne, mais une sorte de mélange de mélodies langoureuses et de chants grégoriens qui donnent un charme inexprimable à ces peintures,. Herzog a réussi pour ce coup-ci à m'envoyer des images que j'ai saisie avec mes sens intellectuels mais aussi (et surtout) avec ma conscience. C'est assez abstrait et dur à décrire, mais on est pénétré plus ou moins par ces images en collaboration étroite avec la musique. Les interviews qui coupent les passages dans la grottes sont moyenne en terme de quantités d'informations diffusées, mais nous montrent des gens profondément liés à la grotte en nous faisans comprendre cet attachement, nous incitant nous aussi à nous fondre avec la grotte. La peinture de femme cachée par une stalactite sera révélée plus tard avec astuce par Herzog. Autre coup d'astuce : la fin avec les crocodiles albinos, que personne n'attendais, qui glisse en douce un message écolo de façon suggéré et farfelues. Un documentaire qui vaut son pesant d'or, sans être non plus aussi exceptionnel (à moins d'avoir voulu voir la grotte pendant longtemps...) que le réalisateur le prétend. Si on devait le comparer aux grands du genre tel que Home ou Un jour sur Terre il ne ferait pas le poids, mais face à Grizzly Man c'est un bond en avant. Je vois des critiques ultra-positives partout, peut-être fallait il que je le vois en 3D pour être autant transporté...mais je n'avais pas le choix.
    loic7360
    loic7360

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    1,5
    Publiée le 10 octobre 2011
    Documentaire affligent de commentaires inutiles. Décidément déçu par celui ci. A regarder sur TF1 un jour de plui
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 696 critiques

    4,0
    Publiée le 26 avril 2012
    Un film qui fait de nous les visiteurs privilégies d'un lieu unique chargé d'Histoire fermé au public. La mise en scène est très sommaire et ne fait que refléter l'urgence du projet (genre : vite ! on filme tout ce qu'on peut dans le peu de temps dont on dispose...) mais accentue l'aspect exceptionnel du documentaire. Les images sont superbes, pleines de mystères tout en apportant énormément d'informations et magnifiée par une 3D utile car elle rend le spectacle presque palpable... On pourrait tout juste reprocher une musique quelque peu envahissante et quelques interventions qui font un peu remplissage (la séquence du parfumeur notamment...), mais l'ensemble des intervenants apportent des précisions vraiment intéressantes, illustrant au mieux les images proposées. Une opportunité qui ne se refuse pas...
    Uncertainregard
    Uncertainregard

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 935 critiques

    2,0
    Publiée le 17 mai 2012
    Un docu d'Herzog assez sympa étant donné les difficultés encourues pour photographier ces belles peintures d'un autre temps. Pour obtenir une durée suffisante, il a su combler entre les séquences de contemplation par des interviews intéressantes des nombreux scientifiques impliqués dans ces recherches qui nous apprennent quelques nouveautés sur cette époque. Musique agréable et quelques plans en extérieur avec un hélico modèle réduit suffisent à savourer cette expédition dans ce lieu que nous n'aurons jamais l'occasion de visiter...
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 1 627 critiques

    3,0
    Publiée le 10 janvier 2013
    Depuis le début des années 90, le réalisateur Werner Herzog tourne plus de documentaires que de long métrage de fiction. C'est donc un documentaire sur la grotte de Chauvet et ses peintures rupestres qui se cache derrière "La Grotte des rêves perdus". Les informations que nous livrent les intervenants sont trés intéressant et Werner Herzog, par sa caméra, nous fait partager les beautés anciennes (datant de plus de 32 000 ans !!!) de la grotte. Le problème résulte justement de ces prises de vue s'attardant trop longtemps sur les mêmes peintures et sur les stalactites/stalagmites sans aucun commentaires de fond, ce qui a plutôt tendance à ennuyer le profane que je suis. De plus, le texte de narration de l'ami Werner aurait mérité d'être plus élaboré pour ainsi éviter certaines banalités. En gros, "La Grotte des rêves perdus" aurait pû être meilleur dans les mains d'un autre réalisateur.
    jeny06
    jeny06

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 30 critiques

    5,0
    Publiée le 10 septembre 2011
    Un documentaire magnifique, envoutant et intéressant. Les trésors laissés par nos ancêtres sont incroyable! La 3D apporte vraiment un plus au film.
    dixieland75
    dixieland75

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    1,0
    Publiée le 3 septembre 2011
    Seul intérêt de ce documentaire la 3D ! elle s'impose en effet mais que ce documentaire est emmerdant, j'ai d'ailleurs piqué du nez à un moment . C'est beaucoup trop long, les même plans reviennent sans cesse, les questions que pose Werner Herzog sont limite scolaires, certains intervenants sont totalement inutiles (le parfumeur par exemple) bref je n'ai pas aimé du tout d'autant qu'un reportage sur le même sujet passé sur Arte ou la cinq il y a une quinzaine de jours et en 50mn en disait beaucoup plus et avec une rigueur sans commune mesure.
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 989 critiques

    4,0
    Publiée le 4 septembre 2011
    Après Wenders, Herzog concilie avec bonheur documentaire et 3D, dans un film très connoté produit culturel mais proche de la thématique de l'auteur de "Aguirre, la colère de Dieu".
    Jean-François Boyé
    Jean-François Boyé

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    4,0
    Publiée le 18 septembre 2011
    La Grotte des rêves perdus Dans « La Grotte des rêves perdus », Werner Herzog nous présente quelque unes des 420 figures qui furent découvertes, le 18 décembre 1994, par Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hillaire à Chauvet en Ardèche. Interdite au public, pour éviter les déboires de Lascaux, le site recèle le plus ancien ensemble de peintures pariétales (35 000 ans avant notre ère). Il émane de ces rhinocéros, lions et bisons, …, figurés sur les parois, une saisissante beauté brute, une force jaillissante. L’utilisation du modelé de la roche et des contours de la pierre leur donne vie. Mais ce qui rend encore plus magistrale ici la représentation de ce bestiaire, c’est l’étonnante fraicheur du trait. Le recours à la technique de l'estompe et les effets de perspectives permettent une grande expressivité et une prodigieuse qualité narrative. On pressent tout ce que l’émergence de cet art monumental a dû marquer de tournant dans la représentation du monde que se faisait ces hommes. Il y a probablement là le signe d’une invention majeure dans leur culture. Le film s’attarde sur le panneau des Chevaux. Cette fresque, la plus magistrale du site, couvre sur plus de 6 mètres carrés une paroi sur laquelle ont été représentés des aurochs, des rhinocéros estompés et quatre majestueuses têtes de chevaux. Le film nous guide dans cette traversée dans le temps à l’aide de nombreuses interviews de scientifiques qui balisent de leurs commentaires utiles la visite. Mais Werner Herzog ne s’en remet pas à la seule science pour nous décrypter le sens profond du site. Le réalisateur ne manque pas d’ailleurs de relativiser sa portée en soulignant les piètres capacités de lanceur de javelot d’un spécialiste, le discours précieux de la conservatrice ou les dangers que représente pour l’écosystème local la centrale nucléaire de Cruas-Meysse toute proche. Ce beau documentaire nous invite à ressentir ce que les premiers vivants de notre espèce, les homos sapiens, ont pu éprouver et ont voulu exprimer. Mais cette quête semble veine car l'imaginaire de ces hommes préhistoriques nous apparait sans que nous puissions jamais répondre aux questions qu’elle appelle. C’est donc finalement à une sorte de rêverie chamanique que nous incite ce film, à un songe à travers les cavités, une espèce d’hymne à la création dont est singulièrement capable l’espèce humaine. La Grotte des rêves perdus Réalisé par Werner Herzog Avec Werner Herzog, Dominique Baffier, Jean Clottes Long-métrage français, américain, britannique, canadien, allemand Genre : Documentaire, Historique Durée : 01h30 min Année de production : 2010 http://www.jeanboye.fr/index.php?option=com_zoo&view=category&Itemid=57
    Charles R
    Charles R

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 207 critiques

    4,0
    Publiée le 19 septembre 2011
    On connaissait cette passion de l'exploration qui amena jadis Werner Herzog à filmer dans des conditions extrêmes. Ici il s'agit d'une grotte qui en dit long sur les origines de l'art et sur son rapport viscéral à la nature. La 3D épouse ainsi les reliefs des rochers sur lesquels ont été peints il y a plus de 30000ans chevaux et lions, rhinocéros et bisons. Toute une faune rupestre qui dormait depuis des milliers d'années jusqu'à ce qu'en 1994 elle fût tirée de sa léthargie par d'audacieux archéologues. Accompagnée d'une musique toute d'intériorité, l'image capte les secrets de l'âme humaine dans les profondeurs de la roche. Il y a bien du Jung dans ce décryptage des archétypes.
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 388 abonnés Lire ses 686 critiques

    1,0
    Publiée le 23 septembre 2011
    Je voudrais commencer par m'adresser à mes ancêtres d'il y a 32 000 ans qui ont peint les chefs-d'oeuvre que montre le film : la frise des chevaux et le panneau des lions, en particulier. Je voudrais leur dire (et je pense tout spécialement à celui qui a un petit doigt tordu, et qui s'amusait à imprimer une trace de sa main sur un gros rocher) que leur travail m'a absolument sidéré, et que je leur donne un millier d'étoiles : 4e 4e ... Penser à eux m'emplit d'une sorte de nostalgie liquide, je m'enfonce dans des rêveries qui ... la suite ici : http://chris666blogsallocinefr.over-blog.com/article-la-grotte-des-reves-perdus-84621367.html
    Biloba63
    Biloba63

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 644 critiques

    3,0
    Publiée le 22 juin 2012
    De superbes images, des informations enrichissantes et bien distillées. Ce film ravira les curieux et les passionnés. Pour les autres, il reste un documentaire intéressant, dont on regrette beaucoup cette narration lente qui manque cruellement de tonus, et ces musiques à s'endormir. Et cela nuit vraiment à ce très beau documentaire.
    PandorineBox
    PandorineBox

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 300 critiques

    4,0
    Publiée le 1 février 2013
    Un retour dans le passé de l'art. 38000 ans avant nous, une grotte s'ouvre pour notre plus grand plaisir et nous charge d'émotions. Le documentaire tourné de façon amateur nous permet d'être au plus prêt. Nous avons l'impression de faire partie de l'équipe. Mené avec passion, ce film respecte le passé et fait alors un travail de mémoire.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 686 critiques

    4,5
    Publiée le 20 octobre 2014
    Dans un monde bousculé par la civilisation à outrance, par un progrès technique incessant, faisant, depuis peu, de chaque décennie une révolution, de chaque année le théâtre d'incroyables changements, de chaque seconde l'histoire d'un déchaînement mondial, que penser de ces discrets dessins, immobiles et prisonniers de grottes? On les regarde souvent comme des archaïsmes, heureux de notre propre technologie, déplorant ces hommes qui ne savaient que reproduire les figures animales sur le mur infécond des grottes. C'est dans cette vision que se produit le renversement de Werner Herzog. Il ne s'agit ici nullement de prétendu jugement a priori, mais de la constatation d'une certaine incompréhension, et d'une certaine fascination: que signifiaient de tels dessins, pourquoi nous paraissent-ils si lointain, mais aussi pouvons-nous en connaitre tous les secrets? Ainsi, à la lumière du feu, dispositif d'éclairage utilisé il y a des milliers d'années, les animaux étaient dessinés de telle manière qu'ils semblaient se mouvoir, délivrant comme une impression de cinéma. Il est temps d'ouvrir les yeux et de regarder ces dessins, non plus d'un coup d’œil supérieur qui, en réalité, ne peut les comprendre; mais de les voir comme nos égaux, comme les œuvres d'un homme qui est nous-mêmes, mais que le temps historique sépare. C'est vers nos origines, vers notre propre énigme qu'il s'agit de remonter; et c'est consternés que nous devons désormais nous demander ce que nous sommes devenus, nous, aujourd'hui, si différents. Il ne faudra pas non plus blâmer notre évolution, mais ressentir cet étonnement consubstantiel à l'homme qui est celui de sa propre existence, de son propre dépassement. Subitement, les peintures sur les murs revêtent l'apparence d'une extraordinaire symphonie où nous pensons, espérons, en vain, renouer avec nous mêmes; mais où nous demeurons fascinés, comme des enfants naïfs, par le spectacle de notre vie. Dans le même temps c'est aussi le vertige historique qui nous apparaît, ce qui change et ce qui reste; nous sommes passés de la stagnation, temps où il était encore possible de faire la même chose à plus de 5000 années d'écart, à l'accélération, à l'essoufflement. Où sommes-nous, où-allons nous? Tellement de questions que pose "La grotte des rêves perdus". Mais le génie de Herzog dépasse ces seules interrogations. Sa caméra filme la grotte à merveille car ce qui est reste encore plus incroyable c'est que ce bouleversement et cet éblouissement n'émanent que des seules peintures.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top