La prima cosa bella
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,5 pour 131 notes dont 34 critiques  | 
  • 3 critiques     9%
  • 10 critiques     29%
  • 8 critiques     24%
  • 10 critiques     29%
  • 3 critiques     9%
  • 0 critique     0%

34 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Zorba Le Grec

0 abonné | Lire ses 20 critiques |

  4 - Très bien

Super film du début à la fin , bon scénario, belle réalisation, émouvant sans tomber dans le pathos, très bon jeu d'acteur!pas une seconde d'ennui ,du vrai bon ciné italien moderne.

mst667

0 abonné | Lire ses 9 critiques |

  4 - Très bien

Un beau film où j'ai souvent versé ma petite peut lire dans les critiques des spectateurs que certains se sont ennuyés et j'en suis très pense qu'il faut connaître un peu la culture italienne pour apprécier pleinement et le réalisateur rend un grand hommage à ses relations familiales y sont légèrement mélodramatiques mais si sincères. Et,très important:à regarder en doublage français est très mal fait et le film en perd de sa saveur. Je comprends que le cinéma italien lui ai attribué trois donattello,l'équivalent de nos césar.


tortue64

1 abonné | Lire ses 146 critiques |

  2 - Pas terrible

Film à gros succès en Italie, mais qui a du mal à me transporter..l'histoire d'une mère face à la difficulté d'assumer ses enfants..bof

Wouppa

0 abonné | Lire ses 82 critiques |

  1 - Très mauvais

l'affiche de ce film m'a tout de suite donné envie de le voir, j'ose même dire que j'en avais un peu hâte ce qui m'a pousser à lire les différentes critiques, de voir la sélection aux Oscars..cela m'a encore plus motivé: mais quelle déception: le film est un défilé de séquences où les allers et retours entre les années sont pas très bien faits, rien de construit, quelques bribes d'humour qui font juste sourire: on ne s'attache ni à la jeune femme, ni a elle plus vieille et encore moins aux enfants. Des idées intéressantes (le frère qui apparait, la dépendance à la drogue, la relation frère/soeur) sont présentes mais aucune d'elles ne sont développées: je me suis ennuyée presque dès le début et presque jusqu'à la fin où j'ai néanmoins apprécier dix minutes dans le dernier quart d'heure: libre à vous!!

DAVID MOREAU

17 abonnés | Lire ses 1026 critiques |

  2.5 - Moyen

RESPIRO. Comme au bon vieux temps du cinéma italien populaire. C'est frais , joyeux et Micaela Ramazzotti est pétillante.

conrad7893

16 abonnés | Lire ses 642 critiques |

  2 - Pas terrible

je me suis ennuyé dans ce film retraçant la vie d'une femme belle et frivole et une mère aimante film en flahsback je pense qu'en VO ce film doit être plus intéressant belle actrice

Mike G.

30 abonnés | Lire ses 263 critiques |

  4.5 - Excellent

Une vie. De la rose éclatante à la rose fanée, de la douceur de la peau à son dessèchement, de la joie à la tristesse, de la vie à la mort. La Prima Cosa Bella n'est autre que la représentation d'une vie dans son entièreté, de ses hauts et de ses bas, la plume du réalisateur parcourant le chemin d'une famille originaire de Livourne sur plusieurs décennies. L'élément central de cette famille en est la mère, l'épouse, la femme. Son caractère frivole mais aimant, irresponsable mais touchant, va contribuer à créer ce qu'on pourrait appeler une implosion au sein de son couple, dont les conséquences s'abattent inévitablement sur les deux enfants : Bruno et Valeria. Deux jeunes enfants qui vont être trimballés dès leur plus jeune âge au gré des courants, tumultueux et virevoltants, de leur mère. C'est à travers les yeux de Bruno, ce garçon devenu un adulte froid et distant que va s'opérer le récit. Lui qui avait décidé de se refaire une nouvelle vie va devoir, à l'annonce de la maladie avancée de sa mère, replonger dans des souvenirs qu'il avait souhaité oublier pour toujours. C'est en tant que spectateur complice, lié à ce personnage attachant, que nous allons nous-mêmes découvrir les évènements qui ont conduit la famille à une telle conclusion, dévoilés à travers une chronologie et un montage d'une véritable qualité, ne perdant jamais l'attention de son spectateur et ne le troublant à aucun moment malgré les diverses ellipses temporelles. C'est ainsi que l'on va découvrir cette famille à quatre, ou plutôt à trois, le père étant rapidement isolé malgré lui. C'est la beauté indéniable de la mère qui va être la raison de crises perpétuelles, objet constant de désir, image dont elle n'essaiera pas vraiment de se défaire, malgré son rôle de mère et l'attention qu'elle porte à ses enfants. Voir une femme à la fois si aimante envers ses enfants et pourtant si indépendante, devient touchant dans le sens où l'on comprend le malaise qu'elle instaure de manière inévitable chez eux, sans qu'on ne puisse pour autant lui en vouloir. Elle n'est pas diabolisée, bien au contraire, même si les séquelles de cette éducation élastique se ressent dans le présent des personnages. Elle est perçue comme un être humain, un vrai, avec ses défauts et ses qualités, ce qui en devient une grande source d'empathie. Il en est de même pour le duo de frère et sœur, très touchant à tout âge, lié par cette autonomie précoce et ce vide émotionnel. Ce sont des moments de vie intenses qui nous sont montrés, sur trois décennies, avec des acteurs pour chaque période qui font vivre leur personnage aussi bien les uns que les autres. L'humour qui se dégage des relations, et son rapport étroit avec le drame, les diverses tragédies, est parfaitement dosé au point que les deux sentiments se rejoignent et que nous les ressentons à merveille l'un comme l'autre. Le regard posé sur leur vie, avec ses moments joviaux et ses moments tristes est comme un regard posé sur un vieil album de famille : Un condensé de souvenirs, certes pas toujours heureux, mais ineffaçables car ils font partie de nous, ils ont déterminé qui nous sommes et il n'y a pas de raison d'en regretter un seul. Cet au revoir inévitable devient la dernière chose à faire ensemble, comme le dernier chemin d'un long voyage, qui aura été éprouvant mais où chaque pas aura eu son importance. Le film sonne donc comme la transition d'un voyage à un autre, comme si Bruno et Valeria devaient terminer celui effectué avec leur mère pour pouvoir commencer le leur. Les procédés esthétiques sont à la hauteur du récit, à la fois colorés et sombres, nous plongeant dans une Italie galvaudée, hésitante, torturée de l'intérieur, mais qui respire pourtant la vie. Les choix artistiques renforcent l'émotion plurielle du film et traverse les âges avec une virtuosité incontestable. Paolo Virzi livre un film aux profondeurs intimistes et aux aspects grandioses, ambitieux dans le fond et dans la forme, sans jamais se trahir à un seul instant. La comédie rejoint la tragédie avec une simplicité étonnante, faisant figurer La Prima Cosa Bella aux côtés des chef-d'œuvres du genre, ce qui prouve une nouvelle fois qu'en terme de comédies dramatiques, les italiens sont très certainement les meilleurs. Le film est semblable à une chanson d'enfance, aux sons inoubliables et aux notes nostalgiques : Impérissable.

quillou1

0 abonné | Lire ses 160 critiques |

  2.5 - Moyen

La comédie italienne tente difficilement de renaître de ses cendres ; partant d'un principe assez classique "La prima cosa bella" retrace la vie mouvementée d'un frère d'une soeur et d'une mère frivole à la veille de sa mort dans l’Italie des années 70. Sans être désagréable le film manque de cocasserie et d’intérêt.

tuco-ramirez

11 abonnés | Lire ses 596 critiques |

  2.5 - Moyen

Eté 1971 au bord de la mer en Toscane, Anna est la gagnante d’un concours de beauté…Il est vrai que Micaela Ramazzotti est ravissante. 30 ans plus tard, on retrouve ses 2 enfants à son chevet. A coup de flash back, le film des 30 dernières années se déroule devant nos yeux afin de nous faire comprendre l’état actuel des relations mère-enfants et frère-sœur. Le problème est que l’on ne comprend toujours pas à la fin du film la position de chaque membre de la famille. Louvoyant entre mélodrame larmoyant et comédie gentillette ; l’émotion se retrouve sacrifiée sur l’autel d’une pâle copie des comédies italiennes des 60’s. Trop de personnages, le réalisateur perd le fil rouge de son histoire et aussi ses spectateurs. Son intrigue est brouillonne et aucun personnage ne parvient à attirer franchement notre attention. Dommage, l’entame était pourtant très agréable. Comédie de mœurs à la manière d’Ettore Scola, la comparaison s’arrête là. Plébiscité par les italiens, ce film a remporté 3 Di Donatelo (équivalent des César) en 2010 et a même représenté l’Italie aux Oscar. Sympathique, mais gentillet ; agréable, mais poussif ; intéressant, mais brouillon : pas indispensable… même pour des italophiles comme moi

Gino F.

1 abonné | Lire sa critique |

  4 - Très bien

Film emblématique du cinéma italien des dernières années. La tension émotionnelle ne retombe pas tout au long du film, mais elle est quand même entrecoupée de nombreux moments de légèreté et d'humour. Le cinéma italien n'arrête pas de nous montrer qu'on peut sourire ou rire même dans un contexte dramatique. C'est la vie dans toute sa splendeur.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Playlists
7 vidéos
20 ans après : Qu'a dit le cinéma du génocide rwandais ?
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #8 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos qu'il fallait voir cette semaine
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné