Mon AlloCiné
    Laurence Anyways
    note moyenne
    4,2
    2733 notes dont 300 critiques
    24% (72 critiques)
    41% (124 critiques)
    17% (52 critiques)
    8% (24 critiques)
    3% (9 critiques)
    6% (19 critiques)
    Votre avis sur Laurence Anyways ?

    300 critiques spectateurs

    danielle19470
    danielle19470

    Suivre son activité Lire ses 26 critiques

    1,5
    Publiée le 19 juillet 2012
    long trop long. trop de plans séquences. la fin n'est pas mal du tout. on se laisse prendre un peu au jeu et franchement j'ai regarde l'heure. j'en avais marre ça tourne beaucoup en rond et on en voit pas le bout. le film aurait duré 1h30 c'était largement assez pour traiter du sujet. mon étoile et demie va à l'acteur principal
    Marc  Panofsky
    Marc Panofsky

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 203 critiques

    5,0
    Publiée le 3 août 2012
    Après un début laborieux, passage obligé d'assener le discours habituel (classique) de la différence, normalité, pas normalité... Le film prend son ampleur et transcende son sujet. Ça devient sur la difficulté de changer de vie, de quotidien face au refus des autres (ici le changement est radical). Le film est superbement réalisé qu'on ne voit pas le temps passé. Les acteurs sont excellents et Melvil Poupaud devient un grand comédien. A voir et à revoir.
    betty63
    betty63

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 315 critiques

    2,5
    Publiée le 11 mars 2015
    Déçue, j'ai été très déçue par ce film dont on ne dit que du bien. Déçue par le manque de profondeur de l'interprétation masculine. Melvil Poupaud a plus l'air d'un homme déguisé en femme en route pour un carnaval que dans la peau d'une femme ; ça manque cruellement d'authenticité. Par contre le rôle de la femme, joué merveilleusement bien par Suzanne Clément est vrai, on sent bien la douleur et le déchirement qu'elle éprouve à ne pouvoir se satisfaire d'une relation qu'elle n'a pas choisie et que l'être qu'elle aime lui impose. Xavier Dolan mêle trop de musiques, c'est trop long et pas crédible. Dommage.
    Gilles G.
    Gilles G.

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 21 mars 2015
    Surement un des pires films que j'ai vu dans ma vie; horrible à tout point de vue; ce qui est le plus troublant c'c'est le concert d'éloges universels pour ce navet qui me permet de jeter un regard trouble et inquiétant sur cette société que je dois subir et qui finance de telles horreurs. Si Dolan est un génie, il faudra trouver un autre mot pour désigner Hitchcock, Spielberg, Scorcese, Truffaut....
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 529 abonnés Lire ses 1 390 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juillet 2012
    Super doué, super poseur, super brillant, super agaçant, superficiel ? Le seul (très) jeune cinéaste qui répond à la définition, c'est bien évidemment le québecois Xavier Dolan, lequel, à 23 ans, en est déjà à son troisième long-métrage. Laurence Anyways est de loin le plus ambitieux, un pas de plus vers la maturité, qu'il devrait atteindre dans une vingtaine d'années, si tout va bien. On y retrouve les constantes de son cinéma, cette stylisation extrême, ces ruptures de ton, ces images façon clip, cette utilisation effarante d'un véritable melting pot musical ... Le tout, étiré sur 2 heures 45, durée excessive, qui n'échappe pas à un certain nombre de tunnels, rattrapés par des scènes époustouflantes, poétiques, métaphoriques ou tout au contraire hystériques. Laurence Anyways est un film militant, pour l'abolition des frontières sexuelles et l'intolérance induite, et romantique au possible, puisqu'il ne décrit rien d'autre qu'un immense amour, balloté et chahuté, soumis à des choix de vie radicaux (le changement de sexe pour l'un des deux partenaires), à la dépression, à l'usure et au regard des autres. Comme d'habitude, Dolan jette pêle-mêle ses idées sur l'écran. Ce n'est pas un long fleuve tranquille, plutôt une rivière torrentielle qui charrie tout ce qu'elle trouve sur son passage. Tout le contraire d'un film hollywoodien, dans l'imprévisible et le chaos amoureux. Malgré tout, le réalisateur use parfois de ficelles plus classiques, scénaristiquement parlant, comme s'il grandissait ou s'assagissait. Enfin, c'est tout relatif. Laurence Anyways est avant tout un maelström de sensations, plus souvent dans la gravité et le drame, contrairement à l'acidulé Les amours imaginaires. La performance de Melvil Poupaud sera à juste titre applaudi mais l'incendiaire Suzanne Clément, dans un rôle très complexe, n'est pas loin de lui voler la vedette. Et Nathalie Baye, formidable, parvient encore à surprendre.
    Piaf
    Piaf

    Suivre son activité Lire ses 123 critiques

    1,0
    Publiée le 23 juillet 2012
    Melvil Poupaud et Nathalie Baye s'en sortent bien et ils ont du mérite. Nous pensions voir un film sur un problème de société, ce n'en est qu'une triste caricature qui sert bien mal sa cause. On ne nous épargne rien : c'est horriblement long, très laid (décors, vêtement, maquillages...) avec des ralentis, des poncifs visuels, des scènes ridicules le bouquet étant la douche sur canapé. Ces gens voudraient nous faire croire qu'ils s'aiment ? c'est raté.
    Dédégirl
    Dédégirl

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 126 critiques

    2,5
    Publiée le 12 mars 2014
    Ce film n'a pas réussi à me toucher quoique les acteurs étaient très bons. L'histoire manque un peu de crédibilité et le film laisse l'impression d'être un peu brouillon.
    kermalec
    kermalec

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 25 octobre 2014
    Xavier Dolan nous propose de nouveau un film artistique, émouvant et profondément intelligent. Il fait partie de ces rares cinéastes qui ne se contentent pas de raconter une histoire mais préfère donner forme aux sentiments, aussi confus soient-ils. Il signe ici, selon moi, son film le plus abouti à ce moment de sa carrière : un film contemplatif éminemment artistique. Son expertise dans le maniement de la musique, des lumières, des décors et costumes et de la photographie m’a rappelé le talent de Wong Kar-Wai. Et quel casting ! Melvil Poupaud, Suzanne Clément et Nathalie Baye sont magnifiques de sincérité. Ce film est bouleversant, sans être abusivement bien-pensant : le spectateur est pris aux tripes et se retrouve aussi tiraillé que les personnages centraux. N’ayons pas peur des mots, ceci est un chef d’œuvre. Bravo l’artiste !
    Black-Night
    Black-Night

    Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 52 critiques

    4,0
    Publiée le 26 mai 2015
    Laurence Anyways est un très bon film. Voilà un très beau film sur un sujet pas forcément simple à mettre en œuvre et à l'écran, celui notamment de la différence. Présenté à Cannes en 2012 dans la sélection Un certain regard où il reçut le prix d'interprétation féminine Un certain regard pour Suzanne Clément qui est amplement mérité. Le film nous raconte l'histoire d'un amour impossible et nous fait suivre le parcours sur 10 ans de Laurence, professeur de littérature et de sa compagne Fred. Alors qu’il vient de fêter ses 30 ans, Laurence annonce à Fred son intention de devenir une femme, celle-ci décide de l’accompagner dans cette troublante métamorphose pour le meilleur et pour le pire. Un sujet fort et sensible qui en demeure très intéressant grâce à la magnificence du métrage en général, à sa très belle réalisation et mise en scène. Dans ce même sujet plusieurs thèmes dont la transsexualité, l'acceptation de la différence et la marginalité sont abordés, très bien traités et exploités. Le côté technique est maîtrisé par une belle réalisation assez atypique sur un format 4:3 comme dans les vieux films mais avec ici la couleur, pour un très bon rendu au final. Les retours en arrières sont eux aussi bien maîtrisés où l'histoire se base sur ce procédé. L'ensemble d'une durée d'un peu moins de 3 heures reste captivant dans cette quête de l'amour impossible entre les deux personnages principaux. Les dialogues sont très souvent percutants dans le langage franco-québécois. Le gros point fort ira pour sa bande son, rendant hommage à la magnifique mise en scène et aux décors. Une superbe bande son électrisante et très éclectique, aux allures de musiques classiques, de musiques électroniques et années 80 entre autres. Le casting et les acteurs font des prouesses avec : Melvil Poupaud excellent dans son rôle complexe, Suzanne Clément excellente méritant son prix, Nathalie Baye excellente, Monia Chokri excellente, Susie Almgren un brin dans le sur-jeu qui joue la journaliste, Mylène Jampanoï très bien, Yves Jacques très bon, Sophie Faucher très bien, Magalie Lépine-Blondeau très bien. A noter un petit caméo rapide de quelques secondes du jeune réalisateur Xavier Dolan qui nous signe ici son troisième film, ma première découverte du cinéaste avec ce très beau film fortement recommandable. Ma note : 8.5/10 !
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 138 abonnés Lire ses 997 critiques

    5,0
    Publiée le 5 janvier 2017
    Avec son troisième film, Xavier Dolan s'attaque à un sujet difficile : le changement de sexe. Et franchement, sortir un film sur un tel sujet à 23 ans à peine, moi je dis chapeau. Avec Laurence Anyways, Xavier Dolan livre un film fort, beau, parfois cruel sur un couple qui, malgré tout leur amour, ne pourra résister au désir que l'homme a de devenir femme. Le couple en question est magnifiquement interprété par Melvil Poupaud et Suzanne Clément. Les deux acteurs se donnent superbement la réplique et nous offrent des prestations vraiment remarquables. Le film aborde beaucoup de sujet et Xavier Dolan les traite de façon adulte et mature sans tomber dans la caricature. La réalisation est propre à celle du cinéaste tout comme l'utilisation de la musique qui est chère à Dolan. Un grand film et un des meilleurs films du cinéaste québécois.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 918 abonnés Lire ses 2 630 critiques

    1,0
    Publiée le 6 janvier 2019
    Bon je crois que je n'en peux plus de Xavier Dolan, j'aime en général un film sur deux, mais là je commence à en détester plus que j'en apprécie. En fait je conseillerais à Dolan d'arrêter le cinéma et de ne faire que des clips car c'est la seule chose que j'ai aimée dans le film : les clips. Dolan met de la musique à fond, pousse le kitch a son paroxysme et franchement ça marche, c'est même beau. Mais le reste, c'est d'un ennui... Je veux dire que ça dure quasiment trois heures et en vrai une heure vingt pour raconter ça, ça aurait été pas mal du tout. Et pourtant le sujet m'intéressait, comment vivre une histoire d'amour lorsqu'on décide de devenir une femme. Le partenaire reste ? part ? reste amoureux ? Comment il le vit ? Mais là j'ai juste vu un film où ça gueule, avec des gens incapables de parler... franchement c'est du cinéma d'hystérique je déteste ça. Et puis je sais pas, mais Poupaud qui fait des clins d’œil, j'y crois pas, à aucun moment. Je me demande vraiment ce que c'est censé vouloir dire. J'ai juste l'impression qu'il a un tic. Et puis le discours pompeux sur Proust et Céline au début, ça apporte quoi ? C'est confus et c'est juste une manière gratuite de les tacler... Vraiment je n'en vois pas l'intérêt... Et je ne parle pas de tout le discours sur la norme et les marginaux qui ouvre le film, ça me désespère tant c'est stupide. Le mec s'interroge sur les droits et l'utilité des gens qui se disent normaux... (alors oui je comprends bien l'inversion pour provoquer), mais c'est tellement vide. Disons que ça me rappelle une interview de Vincent Cassel où on l'interroge sur la une des cahiers du cinéma où il y a marqué le vide politique du cinéma français avec une photo de lui en couverture pour le film un moment d'égarement et où il répond : le vide politique de la critique française... Inverser une phrase n'en fait pas tout à coup un truc pertinent. Vraiment c'était le calvaire ce film, alors qu'en vrai l'histoire d'amour aurait pu être très belle, j'aime notamment la lettre que Fred écrit pour dire à Laurence de la retrouver, c'est simple, c'est écrit en lettres flashy sur l'écran, ça pète... J'ai trouvé ça grandiose... et puis retour à l'ennui absolu... Disons que le film a l'intelligence de raconter une histoire ordinaire mais vécue par un transsexuel, sauf que vu qu'elle est ordinaire je l'ai déjà vue plein de fois cette histoire du couple qui se perd et se retrouve... chez Pialat, Bergman... et ça me semblait plus pertinent, plus juste... moins pompeux et plus vivant... Bref, Dolan, non merci.
    Paul Raspail
    Paul Raspail

    Suivre son activité Lire ses 11 critiques

    0,5
    Publiée le 19 juillet 2012
    Il n'y a rien dans ce film qu'une volonté trop affichée de faire "un grand film" ! Alors qu'au final, c'est une toute petite chose qui se déroule sous nos yeux lassés par tant de crânerie veine... A fuir !
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 362 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    4,0
    Publiée le 22 octobre 2012
    Xavier Dolan réutilise ici la force d’évocation et la qualité plastique qui avaient fait de ses deux premiers films de pures réussites artistiques. Son scénario n’est cette fois pas basée sur sa propre expérience mais évoque un autre thème propre à la communauté gay dont il s’ait fait le porte-étendard dans le cinéma québécois, celui de la transsexualité, et en lui donnant une approche unique, celle de la relation amoureuse hétéro confronté au changement de sexe d’un des deux conjoints. En étirant son récit sur 10 ans, et son film sur 160 minutes, le scénario se devait de creuser la psychologie des personnages, et là encore il s’agit d’une réussite littéraire grâce à l'écriture de dialogues passionants. Outre la mise en scène utilisant un style visuel lyrique plein de couleurs vives et de splendides ralentis romanesques, l’usage ingénieux de la musique et les interprétations des acteurs participent à nous faire passer un très bon moment de romance agitée.
    Hipfil
    Hipfil

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    1,5
    Publiée le 4 août 2012
    Film décevant,long et répétitif et qui n'arrive pas à sortir de son intention "vive la différence" pour en faire une oeuvre intéressante. On enfile donc les clichés sur l'amour (complicité de Laurence et Fred filmée comme une pub, pour qu'on comprenne bien qu'ils s'aiment), sur l'étroitesse d'esprit ('il se maquille ?! C'est un cataclysme, tout s'effondre). Tout est surjoué, (sauf Melvil qui ne fait rien de précis, une fois qu'il a assumé son "switch") souligné deux fois, et on baille en attendant une inspiration qui transcende toute cette platitude, mais la plupart des scènes, bien sûr, sont filmées sur un mode hystérique pour dramatiser la faiblesse du propos. C'est un peu comme dans les sitcoms : on se crie dessus en se traitant... C'est comme certains profs : au lieu de dire des choses qui ouvrent l'esprit, ils répètent les mêmes, mais plus fort.
    RogerPaul
    RogerPaul

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 29 août 2012
    Moi je n'ai cru à rien et adhérer à rien. Seul intérêt : N. Baye, toujours formidable. Aucun intérêt à cette succession distendue de clips.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top