Mon AlloCiné
    Laurence Anyways
    note moyenne
    4,2
    2733 notes dont 300 critiques
    24% (72 critiques)
    41% (124 critiques)
    17% (52 critiques)
    8% (24 critiques)
    3% (9 critiques)
    6% (19 critiques)
    Votre avis sur Laurence Anyways ?

    300 critiques spectateurs

    Tom A.
    Tom A.

    Suivre son activité Lire ses 15 critiques

    3,0
    Publiée le 7 juin 2014
    Un film long qui s'inscrit, qui s'imprime, qui dure. 1h30 tapante, on sent qu'on arrive dans un creux du film où l'on sent que le récit pourrait s’arrêter ici, mais au lieu de ça le film se relance et redémarre. Le film se redéfinit, les histoires et les personnages aussi. Ils ont tous, reçu un souffle neuf. C'est donc comme une suite que l'on voit dans un deuxième temps Équilibriste du montage et du tournage, Xavier Dolan s'amuse de tout, des points de vues kaléidoscopique, des tonalités des gens, de leurs couleurs, la multiplication des acteurs (qu'on à plaisir de retrouver de film en film). Il constitue un groupe de travail, comme une troupe autour de lui, une équipe qui lui permet d'approfondir ses questionnements de plus en plus en profondeur. Ces mêmes personnages se retrouvent alors plongé dans les visions "sentimentales" de son réalisateur, mais aussi dans les costumes vintage dans lesquels il a plaisir de les habiller. Ce film est un questionnement sur l’amincissement de ce qui constitue est la norme et la marge dans notre société, et ce que sont nos vies et sommes nous sûr que nous ne les vivons pas qu'à moitié. Ce film est l'histoire d'un homme qui change de sexe sans vouloir perdre la femme dont-il est amoureux.
    SebLefr3nch
    SebLefr3nch

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 95 critiques

    3,5
    Publiée le 8 novembre 2014
    Dans Laurence Anyways, Xavier Dolan donne la plupart des codes du film qui le fera primer à Cannes, aussi bien pour l'histoire que pour la réalisation. La tumultueuse histoire d'amour que vit ce couple est originale par son propos. Le point de vue est traditionnel. La réalisation reste fidèle à Dolan ce qui la démarque et tant mieux car on l'apprécie. Seul un manque de rythme perceptible aurait pu être évité. Malheureusement, Melvil Poupaud n'est pas le bon comédien pour ce rôle. Même s'il se prête au jeu du début à la fin, il n'est pas assez convainquant. Par contre, Suzanne Clément est tout simplement incroyable et époustouflante. Elle vole la vedette à tout le casting et elle nous fait incroyablement ressentir ses émotions. La bande son est entrainante, comme toujours chez Dolan. Un bon film qui annonçait l'arrivée d'un chef d’œuvre. A noter, au début du film, le petit clin d’œil au Amours Imaginaires et plus tard dans le film, Fred croise un personnage ressemblant très étrangement à la mère dans Mommy.
    E.nigma
    E.nigma

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 70 critiques

    4,5
    Publiée le 13 novembre 2014
    Laurence Anyways est superbement sinistre, caustique et très esthétique. Jamais je n'ai vu un film à la mise en scène aussi gracieuse et poignante. Xavier Dolan ne tombe jamais dans la caricature avec ce sujet de la transsexualité pourtant si tendancieux. Alors que la première parti du film s'organise autour de l'émergence, de la transformation et de l'assimilation de cette nouvelle apparence de l'excellent Melvil Poupaud en femme, la seconde partie nous bouleverse encore plus puisque elle nous transporte au gré des identités de chacun des protagonistes dans cette délirante histoire d'amour d'un transsexuel pour la gente féminine. La relation lesbienne qui se crée n'impacte jamais n'autre jugement puisque elle n'est jamais explicité ni sous entendu à aucun moment. C'est là qu'on retrouve le génie de Xavier Dolan, prendre l'homme et le traiter comme un homme, sans jamais le juger ni l'influencer, seulement lui montrer que la différence n'existe pas quand elle s'illustre et s’oriente autour du bonheur et du ressenti de notre corps. L’accompagnement sonore est bien entendu unique puisque en plus de nous faire vivre la scène en puissance il nous transporte dans cet univers "élitiste" auquel n'importe qui d'entre nous révons d'appartenir. Comme toujours, le jeune réalisateur s'amuse à jouer avec les œuvres d'art afin de servir toujours au mieux son oeuvre à lui.
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 1 073 critiques

    4,0
    Publiée le 15 mai 2015
    De beaux plans, des effets de style remarquables, Xavier Dolan sent bon le regard neuf et percutant. De plus, son format d'image, ainsi que l'extrême justesse des acteurs (Suzanne Clément sur la première marche du podium), rendront la chose encore plus immersive. "Laurence Anyways" ou une femme dans la peau d'un homme. Cet individu mal dans sa peau, et en désaccord avec son physique naturel, décide, après avoir souffert dans un long et profond silence, de faire éclater la vérité au grand jour. Son entourage, aussi bien personnel que professionnel, passera donc du stade de l’incompréhension, à celui de l’acceptation. Tout ce parcours sera finement développé, et en ressortira donc complet sur ce thème si particulier. Bien sûr, il faudra une certaine ouverture d’esprit pour se laisser emporter par ce sujet délicat. "Laurence Anyways" dispose de véritables qualités cinématographiques, son cadrage, ses scènes imagées, ses acteurs qui libèrent des émotions saisissantes, ses dialogues... Un poil long, mais tellement riche. Un prodige est né !
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 57 critiques

    4,0
    Publiée le 24 avril 2016
    Dolan est un sacré garnement, doué naturellement, on a l’impression qu’il est né une caméra à la main. Ce n’est pas simple ni très grand public d’aborder le thème de la transsexualité. Mais il donne l’impression d’avoir déjà une maturité et un recul tels qu’il peut se lancer sans filet en équilibre précaire sur un fil tendu au –dessus du vide. Cela relève du génie à l’état brut, avec ses imperfections, du déchet et des scènes inutilement longues ou répétitrices. Mais à côté de cela, il y a une telle explosion de vie, une inventivité sans limite, une poésie des images que la majorité des créations françaises se trouvent ringardisées et d’une platitude à mourir. Le scénario est de Dolan, les costumes c’est Dolan, le chef-monteur c’est encore lui, on pressent qu’à défaut de savoir agglomérer et fédérer les talents, c’est lui avant tout qui exprime ce qu’il a dans les tripes. La caméra est créative, passant de perspectives d’intérieur allongées, à des mouvements lents enroulant les personnages, entrecoupés de plans serrés ou de détail. Elle s’agite ( parfois un peu trop) en suivant l’affrontement des personnages comme une balle de ping-pong lors d’un échange rapide. Le film foisonne dans tous les sens, mentionnons au passage cette galerie de portraits féminisés dans la "famille Rose". Mais l’essentiel repose sur les épaules de ce couple devenu impossible, Laurence et Fred ( deux prénoms ambigus…) interprétés par Une Suzanne Clément et un Melvil Poupaud en état d’ébullition sous la baguette de petit canadien. La musique est variée, hachée, protéiforme. Impossible de s’endormir ni de prévoir ce qui va se passer, on passe du Beethoven au hard-rock sans coup férir. Si Dolan devient demain un grand monsieur du cinéma, Laurence restera quoiqu’il en soit une œuvre de jeunesse excitante mais imparfaite qui marquera le début de son parcours. avril 2016
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 1 620 critiques

    4,0
    Publiée le 25 décembre 2016
    Troisième long métrage pour Xavier Dolan dont on retrouve indubitablement la patte stylistique dans les thèmes abordés et la mise en scène. Fort en émotions, "Laurence Anyways" nous prend aux tripes et cela malgré quelques longueurs. Le jeu des acteurs est excellent, à l'image de leurs nombreux échanges. Le scénario est original et évite les raccourcis faciles surtout pour un tel sujet (le changement de sexe). La transsexualité n'est pas, ici, synonyme d'homosexualité et c'est sur cette base que va se dérouler cette romance compliquée mais intense. Hymne à la différence et à la tolérance, ce film est une nouvelle réussite de Xavier Dolan. .
    Khaleesi57
    Khaleesi57

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 30 janvier 2017
    Magnifique film ! Les deux acteurs principaux jouent à merveille, et le thème principal, la transsexualité, est évoqué avec une extrême justesse. Pas de cliché, juste la réalité. Un de ses meilleurs films.
    jiejie
    jiejie

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 2 novembre 2017
    Ce film est juste magnifique. On ne voit pas le temps passer malgré les (presque) 3h de film, les personnages sont attachants, on croit vraiment à leur histoire. Suzanne Clément est juste dingue, La réalisation est géniale. pour moi le meilleur Dolan avec Mommy.
    Floriane D.
    Floriane D.

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 28 janvier 2018
    De prime abord, un amour inconditionnel des 80's ; format cathodique non sans évoquer la grande époque du Polaroid, déco et accessoires vintage, une vraie machine à remonter le temps nous plonge dans un contexte valorisant le courage de ses personnages aspirant à rester, être, devenir eux-mêmes, pour mieux le relativiser ensuite. Un film autour du genre plus que de genre, à l'esthétique soignée, aux paradoxes reflétant la complexité d'un sujet qui bien que justement effleuré pour éviter la stigmatisation, n'en évite pour autant pas certains poncifs, sans aller vraiment au fond des incohérences et en dégager l'essence, préférant questionner comment la révélation de l'un entraîne celle de l'autre, comment l'anticipation du regard de l'autre sur soi peut orienter sa réaction et révéler sa propre problématique, ce qu'elle dit de ce soi mouvant... Une histoire où un homme qui se sent femme s'efforce parfois de garder malgré tout juste assez de masculin pour ne pas la perdre, par loyauté envers son histoire personnelle et familiale, parce qu'il le retrouve et l'aime en elle, aussi. Il amène ainsi "sa" femme à reconsidérer sa propre féminité en accompagnement son prétendu changement. L'idée transpire déjà du synopsis : la manière dont la femme, témoin de la révélation du féminin de "son" miroir masculin, lui permet d'évoluer une féminité assumée non plus à la manière d'un homme mais d'un être composé en parts variables des deux polarités. La supposée impossibilité de l'amour est doublement réfutée, le dénouement additionnel, qui enfonçe le clou comme on persiste et signe, dont le caractère presque injustifié constitue en soi une justification de sa propre existence. Malgré tout, l'amour reste, tenace, latent, immanent. Mais même véritable, il ne fait pas la relation qui fluctue au gré des limites que chacun s'impose par peur, fierté, incompréhension, possessivité, manque de recul... Terrible constat de l'œuvre de Dolan d'où émane aussi et surtout un vrai plaisir pictural richement référencé et une réflexion sur les transactions en jeu, ici sur le thème de la révélation, plus que du changement car le sentiment de féminité préexistait à la décision d'assumer publiquement son expression, qui provoque le rejet ostensiblement attendu et bouscule ses relations, mais conduit avec le temps à son épanouissement d'être libre de s'être choisi, entraînant à des degrés divers les siens dans son sillage, mais aussi aux dépens d'autrui, par dépit de n'avoir su vivre de manière plus intime et légère sa relation à lui/elle même dans le cadre de leur relation de couple. Dolan livre donc une œuvre sensible, intelligente et nuancée, propice à l'ouverture d'une réflexion et au dialogue quand les thèmes abordés interdisent de facto une analyse arrêtée.
    NarnoNarno
    NarnoNarno

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 94 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juillet 2018
    “Laurence Anyways“ ne déroge pas à la règle du surdoué X.Dolan quant à sa maîtrise aléatoire tout en finesse bourrine et en puissance de velours. On aime fortement “Laurence Anyways“ comme on déteste certains passages ennuyeux, une certaine arrogance du réalisateur et la longueur démesurée de son film. Mais on reste béat par tant de rage plus ou moins contenue qui explose par une certaine démesure ou par une certaine poésie. Il y a beaucoup de grâce dans le coup de poing que X.Dolan nous afflige. Peut-être aussi, encore plus ici, une sagesse de traitement, qui colle parfaitement à la peau de M.Poupaud: en rendant son personnage sincère dans sa démarche, il évite au film une débauche malsaine que le transgenre aurait pu transparaître. Il n’est jamais question de sexe, ni trop d’apparence, juste un changement de mode de vie vécu/subi par le personnage principal et ses proches. S.Clément est particulièrement touchante en portant tous les stigmates de ce films (et de son réalisateur), fougueuse, passionnée et meurtrie, collant parfaitement à l’amour torturé aux apparences impossibles cher à X.Dolan. Fidèle à ses écarts extrêmes et à ses films aux accents passionnément détestables, X.Dolan perce encore notre coeur en tournant le couteau dans le bon sens de la grâce.
    fresh-BUZZ
    fresh-BUZZ

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 687 critiques

    4,0
    Publiée le 18 janvier 2013
    Laurence Anyways est une fantastique histoire d'amour, filmé avec une fureur et une classe pas possible, le film de Xavier Dolan prend le temps d'existé (il s'étale sur 10 ans!) de raconté son histoire de nous émerveillé avec ses plans parfait et nous touché avec des scènes d'une rare justesse. Tout le long des ses 2H40 Laurence Anyways accroche, émeut et nous mets une claque à chaque instant, Xavier Dolan offre un film intelligent et beau, d'une beauté sidérante et truculents d'idée, c'est un réel plaisir. Le scénario est bon, malgré sa longueur excessive, il accroche de bout en bout, les personnages sont magnifiques, d'une humanité et d'une épaisseur incroyable, ils sont extrêmement attachant, les acteurs sont très bons, Melvil Poupaud est parfait, Suzanne Clément est très bonne (elle mérite amplement son Prix d'interprétation féminine à Cannes dans la catégorie "Un Certain Regard", Nathalie Baye est bonne, Magalie Lépine-Blondeau est mauvaise, Emmanuel Schwartz est toujours juste, les dialogues sont malins et d'une grande justesse, ils sont même parfois très drôle, la mise en scène est parfaite, les cadrages sont sublimes, inventive et stylé, mais elle est surtout ultra-maîtrisé, elle fait du film un bel objet arty, la photographie de Yves Bélanger est sublime, Noia signe une B.O. génial et survolté, elle est tout simplement cool (à l'image du film). Xavier Dolan nous offre là un petit bijou de cinéma indépendant et un grand film d'amour, loin des codes du genre, le thème abordé est délicat, mais cela de fait pas peur à Dolan qui tape toujours juste et c'est souvent en plein cœur. Laurence Anyways est souvent surprenant maîtrisé, malgré un côté arty assumé et magnifique, les fans du genre adoreront et les autres en seront déstabilisé tellement le film surprend et touche comme rarement on l'a était. Laurence Anyways c'est intelligent, beau, humain, touchant, inventif, drôle, parfait et très juste. À voir de toute urgences.
    KenValentino
    KenValentino

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    4,5
    Publiée le 29 juin 2012
    Et oui vous connaissez tous ma passion pour le cinéma : suis allé "écouter" un film à Montréal ! Et comme il faut consommer local (si si suis éco responsable après avoir cramé du kerosène pour faire 5000km) suis allé voir Laurence Anyways... dernier film du célèbre réalisateur Québecois Xavier Nolan : une grande claque !
    hln0511
    hln0511

    Suivre son activité Lire ses 27 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juillet 2012
    Électrisant, bluffant et bouleversant, Xavier Dolan frappe fort et juste par une mise en scène et des plans qui sonnent comme des déclarations d'admiration ou même d'amour à ses acteurs.
    Momsou
    Momsou

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 89 critiques

    4,5
    Publiée le 19 juillet 2012
    Un jour peut-être, je comprendrai comment qqun de 23 ans est capable d'enchaîner des films d'une si grande intelligence. Chapeau bas, Mr Dolan. Et quels acteurs...
    Matthieuaruob
    Matthieuaruob

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juillet 2012
    Une fois de plus, Xavier Dolan offre à ses spectateurs une claque cinématographique ! Laurence Anyways est un film de toute beauté, qui transpire d'émotion. A voir de toute urgence, il s'agit là d'un grand moment de cinéma !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top