Mon AlloCiné
    Le Hobbit : la Désolation de Smaug
    note moyenne
    4,2
    26988 notes dont 2050 critiques
    21% (424 critiques)
    39% (804 critiques)
    22% (451 critiques)
    12% (238 critiques)
    4% (82 critiques)
    2% (51 critiques)
    Votre avis sur Le Hobbit : la Désolation de Smaug ?

    2050 critiques spectateurs

    BDM -.
    BDM -.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 6 critiques

    4,0
    Ma critique - Le HOBBiT : la désaulation de Smaug Comme vous le savez, je suis allé à l'avant-première mardi, où j'ai pu voir les HOBBiT 1 et 2 à la suite, bien sûr avec une pause entre. "Allez Gandalf, c'est pas fini ! On est avec toi !", criait une bande de gars à côté de moi, ce qui m'a beaucoup plu et à fais rire la salle, remplie malgré la scéance tardive de 23h45. On a fini à 3h du matin, avec une salle ravie qui n'a pas manquée d'applaudir à la fin. L'ambiance était là, les fans aussi. Certains étaient même venus déguisé ! Le film en soit est super, toujours avec ce subtile mélange d'humour et d'intensité, qui donne un charme à ce deuxième volet, indispensable à voir si vous avez vu le premier. MAGNIFIQUE. J'ai trop aimé voir de nouvelles créatures, qui sont super bien faites, des nouveaux décors comme la ville Erebor, et des paysages toujours aussi rafraîchissant par leur exotisme. LE MAL. J'aime quand les protagonistes s'affaiblissent vraiment, et on se dit qu'ils sont foutus, ou presque. Les méchants gagnent du pouvoir, la guerre approche. C'est agréable de voir les origines du Seigneurs Des Anneaux. LES PERSONNAGES. J'ai vraiment commencé à mieux connaître les différentes personnalités. J'avoue que dans le premier volet, je n'arrivait pas à suivre avec les noms des 12 nains. spoiler: RESSEMBLANCE. J'ai malheuresement trouvé des points commun à la trilogie du Seigneur Des Anneaux, ce qui m'a un peu embêté. Par exemple, il y a une analogie entre le valet du Roi du Rohan qui sert Saroumane , habillé de noir, et un des personnages présent dans le film. Quant au premier HOBBiT, on pourrait y voir un remake de la communauté de l'Anneau... Merci de votre lecture, likez, partagez et si vous avec déjà vu le film, mettez vos avis en commentaires ! - La BDM Une dernière chose, il se peut que Peter Jackson se soit glissé dans le film, alors ne soyez pas en retard !
    Robin d
    Robin d

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    0,5
    Cette épisode est aussi mauvais que le premier, le scénario du film ne respect aucunement la trame du livre... et oui c'est ce qui arrive quand l'on veut faire une trilogie, d'un livre de 300 pages, (en comparaison le seigneur des anneaux devait cumulé environs 2400 pages), on est obligé d'inventé.. de combler le manque d'histoire par de scènes d'actions improbables aux quelles vient s'ajouter un humour lourd qui ferait a peine rire un enfant de trois ans... Tout cela est bien loin de l'esprit du roman et de la littérature de J.R.R. Tolkien, c'est triste de voir un grand réalisateur et le cinéma en général créer une telle hérésie, ce film n'a que son titre en rapport avec le livre "Bilbo le hobbit". Mais ce n'est pas grave laissons les chef d'oeuvre de la littérature être sacrifier sur l'autel du profit.. Pour finir je dirais qu'il aurait mieux valus un seul film mais avec un bon scénario et peut être un peut moins d'effet spéciaux.. mais bon j'ai l'impression que de plus en plus de réalisateurs oublies qu'il faut un scénario pour faire un bon film et qu'ils se concentrent un peut plus sur le moyen de faire un maximum d'argent.. souvent au détriment de l'oeuvre.
    fyrosand
    fyrosand

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 160 critiques

    5,0
    Je viens enfin de sortir de la scéance pour "la désolation de Smaug", le second volet et suite du très bon "un voyage inattendu" et je ne m'attendais pas à ce que cette suite surpasse le premier ! Basé sur un univers ( bien qu'étant le même ) plus sombre et sérieux que le premier volet, le film se démarque de l'autre par de l'action plus prononcée et une fin absolument magistrale ( bien que la fin du premier était pas mal non plus ). Porté par un casting excellent ( quasi exactement le même que le précédent ), celui-ci nous fait apprécier une trame scénaristique plus palpitante et plus portée sur l'action ( ce que je reprochais un peu à l'autre qui ne faisait quasi que mettre en place l'univers ). Howard Shore nous rebalance une partition dans la lignée du Seigneur des anneaux, comme dans le Hobbit partie 1, mais dans laquelle on ne trouve aucun thème vraiment marquant ( bien qu'elle colle parfaitement au film ). Et alors mon immense coup de coeur : Smaug ! Pour moi, c'est le dragon le plus beau, le plus classe et le plus réussi de l'histoire du cinéma ! Non seulement le design du dragon est absolument extraordinaire, mais la voix qui va avec est géniale . Sans cette bestiole magistrale, le film aurait été certainement moins bien ( et pour cela, je remercie et salue l'équipe de Weta qui a fait encore une fois un super boulot ). Plus intense que le premier, la désolation de Smaug est une immense réussite ! J'attends la suite de pied ferme et je sens que je ne vais être en aucun cas déçu ( car la fin de cet épisode prévoit du lourd ) . Bravo !
    Lintu87
    Lintu87

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 27 critiques

    3,0
    Avec Bilbo (ou Bilbon, suivant que vous soyez anglophobes ou non), Peter Jackson revient dans les vertes contrées de la Terre du Milieu dans l’espoir de nous en mettre plein l’esbroufe comme il a pu le faire avec sa trilogie mythique : Le Seigneur des Anneaux. Si le premier opus n’était pas à proprement parlé décevant, il était sujet à critique notamment sur le point des digressions de Jackson. Je vais reprendre un fait établi maintes et maintes fois mais faire une trilogie avec 5000 pages pour le SdA et faire une trilogie avec 400 pages pour Bilbo, on se dit forcément qu’il y a une couille dans le potage. L’excuse du réalisateur est simple, il voulait un film puis deux puis bon tant qu’à faire jamais deux sans trois, partons sur une trilogie ! Il pouvait ainsi s’étendre sur les plaisirs simples du Silmarillon (œuvre légendaire et légendairement inachevée de l’ami Tolkien) et donc incorporer des éléments qui ne font pas partie du conte original. Mais bon, le fan service vous aimez ça, non ? La Désolation de Smaug reprend donc là où « Un voyage inattendu » s’était arrêté. A l’instar de la trilogie du Seigneur des Anneaux où le Mordor est toujours très près mais incroyablement loin en même temps, le Mont Solitaire semble se dérober à mesure que nos compagnons avancent vers lui. Les joies du montage Hollywoodien me direz-vous. Moult péripéties marquent le voyage de nos héros dont je passerai les détails, mon but n’étant pas d’écrire un spoiler (pour ça, l’odieux connard le fait très bien). Il n’en reste pas moins que cet opus apparaît comme un film de remplissage. Batailles à la pelle, des elfes en veux-tu en voilà, un homme-ours, une romance naine… what ? Oui, le réalisateur se perd dans cet épisode de transition. Peu ou prou, aucun des éléments du film ne fait partie du conte original. Je ne veux pas jouer le connard réfractaire du « putain tas de cons vous m’écorchez le livre » mais quand même. Certains points restent louables dans ces écarts. A titre d’exemple, Jackson réussit le tour de force de faire une connexion entre Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux via l’histoire annexe de Gandalf et du Nécromancien. Ces scènes, si elles manquent parfois de justesse, apportent une véritable plus-value au film puisque elle envisage un lien qui n’était même pas présent dans l’œuvre original. Hélas de cette bonne initiative, l’ami Peter en abuse. Les clins d’œil à sa précédente trilogie sont nombreux pour ne point dire légion ! Si certains sont subtils et diablement bien placés tel que le caméo de Jackson devant l’auberge de Bree (l’exact même plan que dans la Communauté de l’Anneau) d’autres apparaissent comme un martelage quelque peu lourdingue sonnant comme un « vous avez vu je pense à vous ». En figure de proue de ces images aussi discrète qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine : le personnage (inventé pour l’occasion) de Tauriel, l’elfe qui te rappelle que si on a filer un rôle majeur à Arwen qui était quasi absente des livres, et bah mon petit gars on peut le refaire au centuple. Dommage. Tout n’est pas à jeter non plus dans ce deuxième opus qui prépare un final intéressant. Le dragon Smaug est impressionnant (bien que l’on regrette que la voix de Cumberbatch ne soit pas plus reconnaissable), le souffle magique est présent et la réalisation reste diablement efficace. Les plans servant de publicité touristique pour la Nouvelle-Zélande sont encore de la partie, le tout sur une musique épique et ce pour notre plus grand bonheur. La réalisation reste donc maitrisée, tant dans le récit que dans les batailles distillant un rythme dosé à la perfection, les 2h40 de film passant comme une seconde. Des écueils sont pourtant à souligner, tristement d’ailleurs, du côté de la technique. Le visage de Legolas est un photoshop ambulant, tout comme la quasi-intégralité des visages des Nains. Le Seigneur des Anneaux ne disposait, pour rappel, de quasiment aucun effet numérique du côté des personnages (un Balrog sauvage a même dû être apprivoisé pour l’occasion), il est donc malheureux de retrouver dans cette seconde trilogie des visages ultra lisses et peu naturels. Peter Jackson essaie dans cette adaptation de plaire au plus grand nombre. Il veut faire un conte pour enfants, plus léger que le Seigneur des Anneaux sans pour autant perdre ses fans de la première heure. C’est au final ce qui résume le Hobbit, des bonnes intentions à foison torpillées par une envie de trop bien faire, ou de trop en faire. Le mieux est l’ennemi du bien mon cher Jackson, il semblerait qu’il soit le vôtre aussi.
    Nathan Snidaro
    Nathan Snidaro

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 461 critiques

    5,0
    Bien, avant de commencer on va d'abord clarifier un point. Je me place ici en tant que spectateur lambda, pas en tant que passionné de tolkien, sinon mon ressenti serait très proche du zéro. Il est clair que plus de la moitié du film est une invention de PJ et ne figure dans aucun des livres. Maintenant est-ce dommage ? Oui et non, mais plus non, oui parce que évidemment j'aurais aimé voir un film proche de ma vision du bouquin, c’est ce que l'on attends j=généralement tous, non, car au finale cela ne nous empêche pas d'avoir un film grandiose. En vérité c'est très simple, je n'ai jamais eu un tel ressenti sur un film, tout le long, tout le long de ces 2h40 pas une seule fois je n'étais pas bouche bée. Pour moi, malgré l'écart qui s'est creusé avec le bouquin, le film demeure une grande réussite, bien devant un voyage inattendu que je considérait déjà comme génial. Cela étant dit je reste un tolkiendil et donc pour moi le film n'est pas non plus parfait. D'abord, une chose : BoHEIN et GloHEIN ??????? Diable mais pourquoi ???? La version française avais fait un sans faute jusque là !!! Bon à part cela un autre point touche les effets spéciaux, la scène de la statue de Thror en or fondu est assez too much et c’est bien dommage. Enfin, et je pense et surtout espère que l'on est tous d'accord là-dessus, l'amourette Kili/Tauriel est trèèèèèèès loin de passer inaperçue, elle n'a rien à faire ici !!!!!! Gros point noir là-dessus. Maintenant je préfère préciser je critique ici le principe de la romance, et non point son traitement. Pourquoi ? Ba parce que son traitement ben finalement je le trouve, bien que je ne sois toujours pas d'accord avec cette idée, très bien fait. D'abord les deux acteurs jouent très bien, Evangeline lilly en tête. Les scènes qui traitent de cette romance sont biens réalisés, les dialogues sympathiques. Elles sont d'ailleurs aidés par la musique très émouvante ( encore ) d'Howard Shore. D'ailleurs ce dernier livre encore une fois une partition honorable, mes deux thèmes préférés étant la musique d'Esgaroth et le thème de Tauriel. Les décors sont encore une fois époustouflants, que ce soient les panoramas magnifiques de l’intérieur d'Erebor, d'Esgaroth, de Dale, des salles de Thranduil ou les décors d'Esgaroth, l'intérieur des maisons etc...Le film se différencie aussi d'un voyage inattendu par son rythme effréné qui ne s'arrête à aucun moment, on ne vois mais alors absolument pas le temps passer. C'est presque incroyable, l'action est au rendez-vous et extrêmement bien réalisée, la scène des tonneaux est mythique, notamment le moment de gloire de bombur, les combats, même si il me dérange là aussi dans le principe, de legolas et tauriel ou même du reste sont super bien chorégraphiés. On a droit à un nombre incroyable de scènes anthologiques, que ce soit le combat Necro/Gandalf, Bolg/Legolas etc...Les costumes sont toujours aussi somptueux, Beorn est finalement très réussi lui aussi, notamment grâce à une voix ultra-charismatique. Même si il n'a pas de barbe, c'est bien le géant baraqué qu'il ne faut pas emmerder qu'on a là, quand à sa forme ours, seigneur tout est résumé dans son rugissement effrayant ( c'est pas bombur qui dira le contraire ). Un autre point qui fera plaisir à grand monde, les nains sont beaucoup plus développés, notamment grâce à leur séparation, Kili, Fili Oin et Bofur d'un coté et le reste de la compagnie de l'autre. Le jeu de Martin Freeman est toujours aussi bon, il réussit à faire de ces expressions qui cernent bien le coté courageux mais quand même terrorisé du personnage. Il en a des raisons il faut dire d'être terrorisé le Bilbon. On en arrive au GROS POINT POSITIF du film, le coup d'éclat de ce second opus, SMAAAAAAAAAUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG !!!!!!!!!! RRRRRRRAAAAAAAAAAAAAA SEIGNEUR IL EST BEAUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !!!!! Sa voix caverneuse qui résonne est charismatique à souhait, son physique superbe, ses expressions terrifiantes, ses mouvements parfaitement mises en scène, son œil malicieux et terrorisant. Bref c'est plus qu'un réussite, c'est un chef d’œuvre à lui tout seul. il correspond de plus, hormis les 4 pattes, à la représentation que je m'en faisait, a la fois puissant et fin. Il écrase, déchiquète, détruit sans la moindre difficulté tous les dragons du cinéma que l'on a vu jusque là. Et puis PJ n'a pas fait l'erreur de ne le montrer que 5 minutes ( comme Beorn... ), après son dialogue avec Bilbon lui aussi parfaitement réussi et effrayant - il tien en haleine tout le long ) la chasse avec les nains est juste époustouflante. On visite les forges, les grandes salles d'Erebor en même temps que l'on admire le physique impressionnant du dragon. Bref, un film que l'on ne lâche à aucun moment, grâce à une action parfaitement maitrisée et rythmée, des personnages développés et réussis, une musique et des décors magnifiques, un humour qui fait toujours mouche, et un dragon à des années lumières de ce qui a était fait jusque là. JE VEUX VOIR LE 3 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    WarriusZero
    WarriusZero

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    3,5
    Ah punaise ce film ... Autant, j'avais apprécié le premier volet malgré quelques entorses au récit et quelques rajouts, parce qu'ils se justifiaient et étaient bien trouvés, autant ce second volet m'a déçu, sur deux point, le scénario et les VFX. et je passe en mode spoiler. spoiler: Donc d'abord, le scénario. S'il est souvent nécessaire de prendre des libertés avec le matériau de base pour pouvoir l'adapter sur grand écran (et même si le Watchmen de Snyder nous a prouvé le contraire), là c'est plus des libertés que ça prend avec le matériau de base, c'est un autre roman qu'on nous raconte. L'histoire reprend là où nous nous étions arrétés la dernière fois, à savoir sur le promontoir où les aigles ont déposés notre compagnie, qui part pour rejoindre la maison de Beorn. Puis direction la foret de Mirkwood, le royaume des elfes, la descente en tonneaux, Lake Town, la découverte des ruines de Dale, l'entrée dans Erebor, la discussion avec Smaug et on finit en beauté avec le dragon qui s'envole pour Lake Town ; le tout entre-coupé de scènes avec Gandalf qui se rend à Dol Guldur et qui va explorer la cité maudite. Ce qui laisse quand même pas mal d'action testostéronnée pour la troisième partie avec la bataille de Lake Town et la bataille des 5 armées ... on va prendre cher sur le troisième opus. Alors là vous me direz, mais P.J. respecte le déroulement de l'histoire, qu'est-ce qui ne va pas ? Ce qui ne va pas, c'est les fioritures qu'ils a rajouté. Quand il a laissé Azog en vie dans le premier volet, je me suis dit que c'était pour ne pas surajouter de personnages à une histoire qui en comporte déjà pas mal, parce que dans les bouquins, Azog meurt décapité, et c'est son fils Bolg qui reprend le flambeau de la lutte contre la maison de Durin, en prenant la tête de l'armée des gobelins. Sauf que là, BOUM, PJ nous sort Bolg de son chapeau ... Alors là déjà, j'ai commencé à voir rouge. Et ça c'est pas amélioré après. Qu'on nous colle Legolas dans les pattes alors qu'il est pas dans le bouquin passe encore, c'est le fils de Thranduil, le roi des elfes, donc ça peut se concevoir. Qu'on nous ponde un personnage féminin sorti de je ne sais où, juste histoire de faire comme avec Arwen dans le SdA, c'est à dire avoir au moins un personnage féminin fort pour essayer de faire oublier que JRRT était un gros mysogyne bien crasseux, passe encore, surtout qu'Evangeline Lily se débrouille plutôt pas mal et que le perso de Tauriel envoit du pâté niveau combat. Mais là où ça ne colle pas, c'est quand CES CRETINS NOUS FONT UNE ROMANCE ENTRE UNE ELFE (Tauriel) ET UN NAIN (Kili). Putain de merde, je veux bien avoir les idées larges, surtout que Legolas et Gimli nous prouverons qu'elfes et nains peuvent être amis, mais à quoi ça sert, d'un point de vue narratif, de rajouter ça hein, vous voulez bien me le dire ???? Et puis il y a les scènes d'actions inutiles, greffées là juste pour essayer de donner un côté épopée à ce qui est au départ à lire comme un conte, une oeuvre qui n'a donc pas DU TOUT les mêmes codes narratifs que l'épopée qu'est le SdA ... Donc, nos amis les orques, plutôt que de se regrouper à Gundabad pour marcher sur Erebor vont envoyer un groupe dirigé par Bolg (il a du mal à passer lui), groupe qui va poursuivre les nains jusqu'aux portes du royaume de Thranduil, et qui vont les attaquer pendant la descente en tonneaux ... j'ai jamais lu ça nulle part dans The Hobbit ... Ce qui donne lieu à une scène d'action où Légolas prouve qui est toujours aussi bon équilibriste et où Tauriel va montrer se talents au càc. Bon on blesse aussi Kili, historie d'en rajouter sur la romance inutile et on part pour Lake Town. Là bas, ben rebelotte, les orques attaquent, mais Super Legolas et Wonder Tauriel sont là pour mettre une mine aux vilains pas beaux, Tauriel en profite pour coller une galette d'Athelas sur la jambe du Kili (avec les conséquences que vous devinez ...) et Bolg qui fait sainger du nez Legolas qui est un peu vénère ... Et enfin, une scène de poursuite entre Smaug et les nains dans Erebor, qui s'achève par un dragon qui se ramasse quelques centaines de tonnes d'or fondu sur la tronche et qui sort en mode furax pour aller bruler Lake Town ... Tout ça est de la pure invention. La seule part d'action dans la descente en tonneaux, c'est que faire du rafting, c'est déjà dangereux, alors imanigez faire ça dans un tonneau ... Lake Town ne se fait pas attaquer (pas avant celle de Smaug en tout cas) et en Erebor, point de partie de cache cache entre nains et Smaug, ce dernier fait une sortie, détruit la porte secrète, puis va attaquer Lake Town, laissant les nains et Bilbo seuls maitres de la monatagne ... Bon, comme je viens de pas mal parler de Smaug, ça me fait une transition toute trouvée pour parler des VFX. Et si Smaug est pas trop mal fait (ça sent quand même un peu le numérique, c'est beaucoup moins léché que les banshee de Avatar par exemple, alors que le film a 4 ans dans la vue ...) ya des trucs qui gueulent et qui font tâche poru un film de 2013. Je vais apsser sur les décors, car ils sont globalement réussis, mention spéciale poru Erebor qui respire le gigantisme. Mais les araignées, ces putains d'araignées, ben navré, mais elles font toc, surtout quand on a dans les yeux Arachné, qui était autrement plus belle (je parle de la qualité des CGI hein) que ce qu'on nous sert là. Or il y a 10 ans d'évolution technologique entre Arachné et nos nouvelles bestioles ... je comprends pas où ça merde ... Et l'or en fusion ... oh bordel que c'était moche ça ... les mecs qui ont fait ça n'ont jamais vu une coulée de métal fondu c'est pas possible. Niveau rendu, je dirais qu'on est dans la moyenne de ce qui se faisait vers 1996 ... Ah c'est sûr, c'est fluide et tout et tout, mais ça a pas franchement l'aspect d'une coulée de métal fondu, j'en ai déjà vu, je sais de quoi je parle. Là, ça fait cheap quand même ... A croire que tout le budget est passé dans la 3D ... Bon, fin des spoilers et de ma gueulante, et parlons de ce qui va bien dans le film, parce que je lui ai mis un 3,5, c'est pas pour rien. Déjà parce que si on oublie que ça s'appelle The Hobbit, c'est un bon film d'héroic fantasy et que même si je râle, ça reste un bon film. Et je dois reconnaitre que si ya plein de choses qui ne vont pas dans le scénario, les passages avec Gandalf en solo sont eux assez fidèles, non pas au Hobbit (Gandalf disparait la moitié du bouquin pour ne revenir qu'à la fin) mais aux appendices et autres documents annexes qui racontent d'un ton neutre ce qui s'est passé pendant qu'on suivait tel ou tel perso (bien que la chronologie soit quant à elle quelque peu bouleversée). Je ne vais pas m'étendre plus, mais là, c'est bon, dommage que ce soit si court ... Dans la catégorie des bonnes choses, il y a également le jeu des acteurs. Je ne vais aps faire une revue de détail ici, cette critique étant déjà suffisemment longue, mais tous jouent juste, ils jouent exactement ce qu'il faut jouer et comme il faut le jouer. Juste une incise sur Orlando Bloom, qui livre un incarnation de Legolas de bien meilleure qualité que celle qu'il a pu fournir dans le SdA (10 ans d'expérience en plus ça aide). Howard Shore signe encore la B.O., et je dois malheureusement avouer qu'elle ne m'a pas marqué plus que ça. Je dis pas que la musique est pas bonne, je dis juste que c'est un peu une redite de ce qui a déjà été fait pour le premier volet et le SdA et qu'on a pas un thème marquant (c'est pas comme la chanson des nains dans le premier volet qui constitue un thème récurrant dans plusieurs morceaux). Donc, objectivement c'est un bon film, subjectivement, c'est une déception. Faudra que je le revoie (je ne suis pas maso, mais conciencieux), en 2D cette fois, parce que j'étais mal placé lors de l'AP et il y a un problème de point focal dans mon cinéma, résultat, ben même avec les lunettes, des fois, ben ya deux images ... Il faudra donc que je le revoie pour traquer ce qui a pu m'échapper en positif comme en négatif. et malgré cette déception, j'attends quand même avec impatience la troisième partie, parce que c'est le seul moment du récit du Hobbit où il y a de l'épique à ne plus savoir qu'en faire ... donc là le changement de ton sera approprié.
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 255 abonnés Lire ses 517 critiques

    2,0
    Sans être un fan absolu je ne pensais jamais voir un mauvais film sur la terre du milieu avec Peter Jackson aux commandes. Après un premier épisode sympa, qui avait eu la bonne idée de faire une histoire à part entière avec le SDA, celui-ci se vautre complètement. Premier truc qui est juste impossible: le numérique. ça dégouline d'effets spéciaux de partout, avec des couleurs toutes plus improbables les unes que les autres. Alors oui ça peut sembler joli, mais merde non. Le Hobbit comporte 90% de plans tournés sur fond vert, c'est un film d'animation ! Où sont passés les merveilleux paysage de Nouvelle-Zélande? Tout semble faux,, impossible de croire à l'histoire après ça. On a l'impression de ne pas être dans le même univers que LSDA, c'est n'importe quoi ! RENDEZ-MOI LA TERRE DU MILIEU !!!! Là j'ai eu l'impression de voir une succession de cinématique de jeux-vidéo. Deuxième point: la musique. Là où la trilogie comportait peut-être ,même surement, la plus belle bande originale jamais composée, le Hobbit nous gratifie d'une bande originale plate, sans intérêt et surtout beaucoup trop présente. Dans LSDA, la musique s'intégrait parfaitement à l'image. Ici, elle est complètement déconnectée, on l'entend tout le temps, pour à chaque fois annoncer des rebondissements (ou plutôt des deux ex machina tant les efles ont tendance à apparaitre toujours au dernier moment...). Troisième point, le scénario. Le premier se concentrait sur le hobbit, la quête des nains, bref c'était sympa, sans être fou non plus, on sentait qu'il n'y aurait pas l'intensité dramatique de LSDA mais pourquoi pas. Là, tout semble fait pour établir une connexion avec LSDA. D'une part c'est mal fait puisque pleins de pistes sont lancées sans jamais n'aboutir. Alors oui c'est peut-être pour le 3ème mais bordel je viens voir un film pas un teaser !! Et surtout en faisant ça, ça veut dire que je peux comparer avec LSDA du coup ! Ben oui, puisque tout ne forme qu'une seule et même histoire ! Et évidemment puisque je peux comparer, je le fais et le Hobbit tombe à l'eau puisque tout ce qui faisait la magie de la trilogie LSDA n'existe pas ici. La quête des nains devient accessoire, Gandalf s'occupe de ses petites affaires, Le Hobbit est oublié, on a une intrigue avec les elfes qui est rajouté on ne sait pas trop pourquoi et qui ne sert à rien. C'est un énorme bordel organisé, avec pleins d'intrigues, quelques unes propres à l'histoire du Hobbit, beaucoup d'autres en rapport avec LSDA. Mais le pire dans tout ça, c'est qu'en multipliant les intrigues il ne se passe finalement pas grand chose, les pistes sont lancées mais laissées en suspend. L'intrigue avec le nain qui se blesse ne sert à rien, celle avec la révolte du village n'aboutit à que dalle, idem pour les elfes, Beorn pareil, les Orcs pareil. Sans déconner ça fait 5h30 que les orques poursuivent la compagnie !! Ils comptent faire ça encore combien de temps?? Et puis bon dieu, il n'y a aucun enjeu dramatique. C'est pas en rajoutant Sauron comme ça qu'on va en créer. On sait que Sauron n'aura pas de pouvoir avant le 2ème épisode de LSDA, donc qui peut y croire là?? C'est pas en faisant de l'humour bas de gamme avec un gros nain ou en foutant de l'action partout qu'il va y avoir de l'enjeu. La scène avec les tonneaux dure 1 plombe, la scène finale j'en parle pas. En plus Peter Jackson multiplie les effets de caméras bidons, avec des plans immondes. L'équipe est incompétente à ce point pour ne pas avoir vu que la caméra en vue subjective dans les tonneaux est au moins aussi pourrave que celle des loups-garous dans Twilight??? (oui je soigne mes références). Seul motif de satisfaction, la scène avec la Dragon, malgré sa longueur. Mais la longueur s'explique par le fait qu'elle est entrecoupée de retours au village absolument trop chiants! et aussi de Gandalf qui discute avec Sauron... Mais bordel c'est quoi le rapport?? Donc oui le Dragon est réussi, c'est finalement un peu toute l'intrigue du départ, donc heureusement qu'on a droit de le voir et qu'il y a une scène dessus. Donc en fait, le seul bon point c'est l'idée de base du premier, leur quête en gros. Un peu comme celle de l'anneau dans LSDA, c'est juste le point le plus important, on n'ose imaginer si la quête de l'anneau avait été perdu au milieu de 50 intrigues comme c'est le cas ici. C'est à méditer quand même, puisque ça signifie que tout le bordel autour ne sert à rien, intéressant ! Ah oui, pour finir, Gimli, à lui seul, avait plus de personnalités que les 13 nains, donc pour le 3ème, arrêtez de développer leur caractère, on s'en tape.
    Laurent V.
    Laurent V.

    Suivre son activité 7 abonnés Lire sa critique

    0,5
    J'avais déjà trouvé le premier hobbit moyen, mais là c'est clairement 3h d'ennui. Pour faire vite - plein de scènes juste pour faire de la 3d - une histoire très très longue et qui n'avance pas - aucun respect pour l'histoire original - sur la fin du premier film, on se disait "c'est bon, on arrive enfin au dragon", et bien non, il faut encore attendre 2 heures avant de le voir - plein de petites scènes d'actions répétives, il doit bien y avoir 1h avec des elfes qui tuent des orcs sans jamais se faire blesser. - une histoire d'amour pas crédible et qui n'apporte rien au film - 4 groupes de personnages à suivre en même temps à la fin >> il n'y a plus aucun rythme - On coupe encore le film juste quand ça devient intéressant. Même si c'est peut être une fausse promesse comme pour le premier. Bref, quelle arnaque. Il y avait un bon film de 2h à faire avec le hobbit, mais en faisant une pompe à fric de 3 film de 3 heures, tout devient super lent et bien trop long.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Fabuleux Film. Après un Premier Episode très réussi qui posait les bases,le réalisateur Néo-Zélandais Peter Jackson passe a la vitesse supérieure dans ce Second Volet qui s’avère encore mieux que le précédant. Grace a une Histoire toujours passionnante riche en péripéties et en respectant amplement le roman de JR Tolkien, la Distribution est Prodigieux en correspondant parfaitement aux personnages qu'ils incarnent avec une mention spéciale pour l'acteur Richard Armitage qui incarne Thorin le chef des Nains qui prend beaucoup d'ampleur dans le film et l'acteur Benedict Cumberbatch qui quand a lui prête ses traits et sa voix au terrifiant dragon Smaug qui est en passant magnifiquement réaliser et très terrifiant lors du dernier tiers du film. Ce nouvel Episode se révèle être encore plus Sombre et aussi Drôle par moment que son prédécesseur tout en étant également plus Spectaculaire avec des Morceaux de Bravoures épiques ainsi que des Effets Spéciaux Époustouflants,ajouter a cela une BO sublime composer par Howard Shore ainsi que des Décors toujours aussi somptueux qui sont un vrai régal visuel pour compléter le tout au cours de 2h40 sans le moindre temps morts. En Résumer, La Désolation de Smaug est encore meilleur que le premier tout en point tout en étant dans la parfaite lignée du Seigneur des Anneaux avec une Fin qui s’achève sur un Twist vraiment Incroyable dont on attend de pied ferme le troisième et ultime épisode qui s'annonce Monumental pour cette Trilogie Fabuleuse a ne pas louper pour les fêtes.
    brunotary
    brunotary

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 53 critiques

    3,5
    Un poil spoiler Quand le premier Hobbit est sorti l'année dernière, les critiques étaient quasi-unanimes ; on assistait au grand retour de Pete Jackson, dans un film fort, bourré de fun et de moments de bravoure. Mais c'était surtout l'occasion, pour le spectateur, de retrouver la terre du milieu qu'il avait tant aimé, des années auparavant. D'où ma surprise en lisant les premières critiques de LDDS (La Désolation De Smaug, donc) : qui en substance criaient enfin au génie après la mollesse du premier épisode... ?!? Il y a retournement de veste, là, ou c'est moi ? Et bien moi je suis un peu de l'avis contraire en sortant de cette projection. À l'instar des "deux tours", dans la trilogie initiale, qui baignait un poil dans l'hystérie et la surenchère en comparaison de son prédécesseur, LDDS part un peu dans tout les sens lui aussi. On sent qu'après l'introduction en bonne et due forme du premier Hobbit, Jackson ait voulu passer la seconde. Mais malheureusement la manière est un peu lourde. Mettre de l'action pour de l'action n'a pas vraiment de sens en soit, même si quelques scènes sont particulièrement réussies. Il manque la petite flamme, le petit frisson du premier épisode qui nous faisait croire en cette quête et comprendre ô combien elle allait être périlleuse. Dans cet opus, on ne craint presque plus pour la vie du groupe (surtout quand Legolas l'invincible les accompagne) alors que Gandalf de son côté fait une découverte majeure qui laisse à penser que l'on assistera à une troisième partie sombre et épique. On retrouve tout au long du film quelques défauts mineurs mais qui passent mal quand on connait le niveau d'exigence de Peter Jackson ; certains effets spéciaux ratés, alors qu'on atteint la perfection pour d'autres (j'avoue ne pas comprendre comment certaines incrustations hideuses puissent être validés par le metteur en scène) ; des fondus "aïe" enchaînés, qui font mal au crâne quand on porte des lunettes 3D sur le museau ; des amourettes insipides qui n'ont pas vraiment lieu d'être... Malgré toute ces critiques qui ne représentent qu'une petite partie du travail présenté à l'écran, il faut bien avouer que le réalisateur néo-Zélandais reste un des meilleurs faiseur de divertissement intelligent de la planète, à l'image de la dernière demi-heure où nous faisons (enfin) connaissance avec Smaug, l'impressionnant dragon caché sous la montagne. Et là on prend très cher ! Appréciation en demi-teinte, donc. Si je ne boude pas le plaisir qu'il m'a procuré, certains défauts ternissent l'ensemble à mes yeux. Mais après tout ce n'est qu'une critique à chaud. Je vais laisser l'eau couler sous les ponts et attendre l'épilogue de cette deuxième trilogie pour en tirer des conclusions définitives.
    Outinii
    Outinii

    Suivre son activité 13 abonnés Lire sa critique

    1,5
    Peter Jackson, ce message est pour toi. J'ai aimé et apprécié tous tes films et particulièrement ta monstrueuse saga du seigneur des anneaux. J'ai aussi aimé le premier hobbit (tu m'avais rassuré et je m'étais dit "ok tu ne vas pas te Georgelucaiser") mais aujourd'hui tu m'as déçu et c'est d'autant plus difficile pour moi de te le dire si brutalement. J'espère que tu ne m'en tiendras pas rigueur Peter, mais je dois être franc avec toi. Franchement What The Fuck ! T'as déconné Pete ! Tu fais de la merde ! J'ai été voir ton film et dés le début ça sentait le roussi, dés cette première scène entre Thorin et Gandalf, censé nous apprendre des trucs important. Cette introduction est encore plus molle qu'un chibre après l'acte ! Mais bon c'est pas grave ça encore, ça arrive à tout le monde d'avoir un coup de mou et ça ne remettrait pas notre relation en cause si ce n'était qu'une fois, mais c'est pire dans la suite. Arrive le passage chez les elfes de la forêt, et voilà qu'on retrouve Dégol..Légolas et sa nouvelle copine badass. Alors je sais bien ce que tu vas me dire: "C'est pas moi, c'est les méchants financiers qui voulaient un personnage du seigneur des anneaux et un personnage féminin pour élargir l'audience". Ce n'est pas une excuse Pete ! Tu pouvais quand même en faire quelque chose de bien, tu n'étais pas obligé de nous servir un triangle amoureux entre ces deux là et un nain séducteur (Un nain et une elfe ! Mais tu déconnes mon gars !). Triangle amoureux qui n'apporte rien et dont tout le monde se fout. Eh oui mec, on s'en contrefout ! On s'en fout tellement qu'on imagine juste ce que ça pourrait donner si ce nain la prenait en levrette. On est là pour voir un dragon, putain ! Donc voilà tu prends pas mal de temps à décrire tout ça et hop une demi-heure de film est passée. Et c'est là le gros problème du film si tu veux mon avis PJ. Tu meubles, tu meubles avec tout ce que tu peux, et au final ta déco est dégueulasse ! Avant je te sentais à l'étroit avec tes films de 3 heures et maintenant j'ai l'impression que tu luttes pour atteindre les 2h40. Alors oui je t'entends déjà Jax : "Mais heu, c'est les méchants financiers qui m'ont dit de faire trois films au lieux de deux alors que j'ai qu'un livre de 350 pages". Arrête de geindre ! C'est une bonne idée d'essayer de faire le lien avec le seigneur des anneaux en rajoutant des passages supplémentaires. Mais pas avec des scènes aussi vides sérieusement ! Alors que y a plein d'autres trucs avec lesquels tu pouvais prendre des libertés et que tu pouvais explorer (le contexte autour des mecs qui vivent en dessous de la montagne, approfondir le personnage de Béorn). Je ne te demande pas de respecter religieusement le livre, d'ailleurs Tolkien se retourne surement dans sa tombe depuis le premier film, mais ne fais pas n'importe quoi non plus (pour ce film, Tolkien essaie de défoncer son cercueil façon Uma Thurman). Et ya plein d'autres trucs qui vont pas : l'histoire de révolte qui gronde à Lacville et qui ne débouche sur rien, les états d'âmes de Baard et sa famille (olala des claques pour sa gamine !), la lutte entre les nains et smaug imbuvable, les allers retours incessants entre les différents lieux de l'action, le montage raté, la musique foirée (comment t'as pu foirer la musique ?), l’esthétisme général moche (elle est ou la terre du milieu, j'ai l'impression d'être dans un jeu vidéo avec une succession de lieux en images de synthèses qui s'enchaînent et dont on ne me dis rien), et yen à d'autres... Ne fais pas cette tête Peter, tout n'est pas à jeter non plus, il y a quand même des moments bien kiffants, notamment le face à face entre Bilbon et Smaug. Mais ça ne suffit pas pour rattraper tes erreurs. Je serais bien tenté de mettre un terme à notre histoire dés maintenant mais je crois encore en toi malgré tout et je suis donc prêt à t'accorder une deuxième chance pour rectifier le tir en décembre 2014. En attendant, je pense qu'il est préférable qu'on fasse un break...
    SG1Fan
    SG1Fan

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 12 critiques

    3,0
    Un peu déçue par ce second volet où les digressions sont encore plus nombreuses que dans le premier. C'est beau, c'est bien fait mais il ne reste plus grand chose de l'oeuvre de Tolkien. Les trahisons au livre se multiplient au point que l'aspect commercial (avoir fait trois film d'un seul livre) en devint non seulement flagrant mais aussi gênant. Reste la beauté technique de l'entreprise, indéniable et maitrisée, pour consoler ceux qui se sont bercés de l'illusion que "Le Hobbit" serait de la même qualité que "Les Seigneur des Anneaux".
    Badaask
    Badaask

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 78 critiques

    3,0
    Peter Jackson avait révolutionné les oeuvres d'héroïc fantasy en 2001 avec le premier film d'une saga tout aussi révolutionnaire que ses effets spéciaux. Un conteur était né. La première trilogie était empreint d'un souffle incroyable ou l'on pouvait voir tout ce qui faisait du bon cinéma et jusqu'ou ce dernier pouvait faire pour repousser les limites de notre imagination. Larme, joie, frisson, courage faisaient toute la force de cette saga que je considère encore inégalé aujourd'hui. Le Hobbit est arrivé. Le premier était en dessous de ce qui avait été fait auparavant même si on restait clairement dans quelque chose d'excellent qui ouvrait une fois de plus sur une merveilleuse trilogie. Puis le deuxième est venu jusqu'à nous. Et comme je le craignais après avoir vu la bande-annonce, la déception est bien là. Peter Jackson à pris de la drogue pendant le tournage et s'est fait un petit bad trip par la même occasion. Les producteurs du film ont voulu trois films pour exploiter au maximum la saga et ça se ressent dans tout le travail du réalisateur. Tout est très transitionnelle comme si le deux n'était qu'une introduction pour les évènements du 3. On meuble avec des trucs inutiles qui desserve bien comme il faut l'intrigue. Juste pour faire 2 h 40 de film comme on le lui avait demandé. On a Evangeline Lilly ("Lost"), assez présente dans le film, mais qui ne sert à rien sauf pour nous rendre plus que perplexe face à son rôle assez minimaliste en fin de compte, servant juste un trio amoureux pathétique entre deux elfes et un nain. Ajoutons à cela un manque de rythme assez brutale à partir du moment ou l'on fait la connaissance de Barde juste après ce que je considère comme le meilleur moment du film à savoir la scène d'action dans la cascade (Si on en oublie les quelques plans à la GoPro qui viennent s'immiscer dans cette belle séquence). Les scènes se déroulant dans la ville sont d'un ennui mortel. On tombe dans quelque chose d'assez chiant jusqu'au moment ou l'on rencontre pour la première fois Smaug, un dragon, il faut le dire, vraiment très impressionnant, non seulement pour les prouesses techniques qu'il offre mais aussi pour la prestance qu'il dégage durant la dernière demi-heure du film. Après la surprise passée, on à le droit à un "attrape moi si tu peux" interminable et ridicule. On assiste ahuri à une course poursuite insolite et complètement improbable dans les dédales de la cité en ruine durant 20 minutes. On meuble bien sûr ... Tolkien ayant pensé le livre comme un conte pour enfants, le réalisateur retranscrit à la perfection le monde imaginé par Tolkien. Les paysages sombres du "Seigneur des Anneaux" laisse la place à un monde plus en contraste et plus coloré que ceux de la première trilogie. C'est toujours aussi beau. De plus les effets numériques (les orcs ...) sont bien plus soignés que ceux du Hobbit premier du nom. Par contre, les anciens acteurs n'apportent absolument rien au film à part Ian McKellen alias Gandalf. Si une fois de plus on sent que Peter Jackson veut meubler du mieux qu'il peut son film (en effet Gandalf n'apparaît que très peu dans le livre) les scènes avec lui sont assez intéressante notamment son combat avec Sauron. Ici, il sert surtout à préparer et relier les deux trilogies ensemble. Ce qui n'est pas plus mal. Si l'humour est encore une fois de mise dans cet opus (point fort pour moi) on se demande ou est passé Howard Shore. Complètement à la ramasse dans cet épisode. Il n'a pas rehaussé le niveau avec ses musiques d'habitude épiques et pleines d'émotions. Là on a un truc pas du tout consistant et qui passe complètement inaperçu. Espérons seulement qu'il fera un travail à la hauteur de celui du "Seigneur des Anneaux: Le Retour Du Roi" dans l'ultime volet de cet saga qui ne pourra désormais jamais plus rivaliser avec celle de son prédécesseur. Je suis peut être un peu dur mais le résultant tant attendu n'est pas là. Le réalisateur s'est perdu dans les méandres de l'univers qu'il a contribué à construire. Ça reste bon mais quand on s'appelle Peter Jackson on ne peut faire que de l'excellent si on veut l'amour du spectateur. Dommage. Il n'y a plus qu'à prié pour que le dernier finisse sur une note plus joyeuse ...
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Après avoir traversé les montages un certain temps dans le précédent opus, Bilbon Saquet et nos 13 valeureux nains sont dorénavant non loin des portes d’Erebor, leur mythique cité. Seul une forêt et un village les séparent encore de leur ennemi le dragon. C’est justement dans ces endroits que nous découvrirons de nouveaux personnages phares de la saga pour certains déjà connu. C’est le cas pour Legolas (Orlando Bloom), archer redoutable et inoubliable, que l’on découvre ici comme étant le prince des elfes. Celui-ci n’est pas encore l’ami des nains que nous connaissons de la précédente trilogie mais plutôt leur ennemi qui les qualifie comme inférieurs. On découvre néanmoins l’amour qu’il éprouvait pour la charmante Tauriel (Evangeline Lilly), une elfe jusque-là inconnu et tout bonnement inventé par Peter Jackson pour féminiser le récit. L’atmosphère comique de ces opus permet d’accentuer ses cascades déjà invraisemblables par le passé et d’ainsi les rendre totalement délirantes. Bard (Luke Evans) fait également partie des nouveaux venus mais la star est ici bien évidement le dragon Smaug interpréter par le grand Benedict Cumberbatch. Le résultat est bluffant et nous offre sans conteste l’un des plus impressionnants dragons de l’histoire du cinéma. Après avoir introduit l’anneau et Gollum dans le précédent opus, le récit continue quant à lui de tracer de nouveaux liens avec la trilogie antérieure. Nous assistons cette fois-ci spoiler: à la renaissance de Sauron et au départ de sa nouvelle armée . La mise en scène se distingue de son côté par des affrontements plus nombreux et plus épiques et la présence des elfes beaucoup plus marquée. Le toujours très excellent Martin Freeman se retrouve donc ici face à son acolyte de la série « Sherlock » dans une aventure plus efficace et plus variée qui laisse présager un dernier opus magistral.
    ler0rqual .
    ler0rqual .

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 45 critiques

    2,0
    Avant tout, je n'ai pas utilisé la fonction SPOILER volontairement. Je m'adresse à ceux qui ont vu le film et/ou lu le livre. Si ce n'est pas le cas ATTENTION, je dévoile certaines choses du film (rien de bien génant en fait. Il m'a fallu un moment pour décider quelle note mettre à ce film. 2 étoiles cela peut paraitre sévère mais je vais tenter de m'expliquer : Fan de l'univers de Tolkien, j'ai une tendresse particulière pour son livre "le Hobbit". Et si je me suis régalé avec le 1er volet, c'est que je trouvais qu'il collé bien à cette histoire singulière, et qu’il n’augurait pas un pseudo copier-coller du SDA. "Le Hobbit" est certes plus "enfantin" mais c'est la tout son charme. Assez loin je l'avoue de la noirceur du SDA (alors pourquoi avoir noirci le trait ? Le Hobbit, c'est l'histoire d'un hobbit, pas un préquel. Et si je sais m'accommoder de certaines largesses prises avec l'œuvre originale, si je peux comprendre les besoins d'une adaptation cinématographique, je ne peux passer 2h40mn à me poser cette question : "Pourquoi ?" Pourquoi ne pas mettre l'accent sur Bilbo? C’est son histoire après tout. Pourquoi Legolas ? Pire, Pourquoi Tauriel ? Et si Tauriel; Pourquoi une romance avec un nain ? Pourquoi bâcler la rencontre avec Beorn ? Pourquoi les Elfes dans la scène avec les araignées, alors que c'est là, en partie, que Bilbo s'affirme et fais le plein de courage (et qu'il révèle aux nains qu'il possède l’anneau Pourquoi modifier autant l’évasion du royaume des Elfes ? (Il n’y a aucun Elfes, et surtout aucun Orcs dans ce passage, au fait comment les Orcs pénètrent aussi loin chez les Elfes sans que personnes ne les voient ?) La rivière est paisible pas une sorte de torrent déchainé. Pourquoi nains et hobbit doivent ils user de stratagème pour rentrer dans Lacville alors qu’une garnison d’Orcs y arrive sans problème ? Une pause : Smaug est très bien fait. Impressionnant et son apparition fait sensation. La rencontre entre le dragon et Bilbo, les dialogues qui s’en suivent furent aussi un bon moment. Mais, bordel, Pourquoi ? (oui je sais ça n’a pas duré longtemps) Pourquoi haché ce passage sous la montagne avec la bataille entre Elfes et Orcs à Lacville, et la rencontre entre Gandalf et le nécromancien ? (Pourquoi Sauron à ce moment du film ??? Non parce que moi si je suis Sauron, là, je le zigouille le magicien gris et je suis tranquille pour les mille ans qui viennent Je termine par l’Arkenstone. Il n’est que le cadeau que veut s’approprier Bilbo, pas une espece de « Précieux ».Pourquoi créer une intrigue sur ce caillou capable de réunir les peuples et courroner un roi ? Il servira de monnaie d’échange plus loin dans l’histoire J’arrête là, de peur de vous saouler (il est peut être déjà trop tard) bien qu’il y ait encore bcp à dire. Merci à toi qui a lu ces lignes jusqu’au bout. J’ai mis 5 etoiles au 1er film, 2 etoiles à celui-ci. Une moyenne de 3.5. Bien sans plus. J’espere vraiment un final époustouflant et que l’on se rapproche plus du roman, de l’histoire de ce petit homme qui devint ce a quoi il n’était pas destiné...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top