Mon AlloCiné
    Le Hobbit : la Désolation de Smaug
    note moyenne
    4,2
    26991 notes dont 2050 critiques
    21% (424 critiques)
    39% (804 critiques)
    22% (451 critiques)
    12% (238 critiques)
    4% (82 critiques)
    2% (51 critiques)
    Votre avis sur Le Hobbit : la Désolation de Smaug ?

    2050 critiques spectateurs

    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 549 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    4,0
    C'est le problème des épisodes intermédiaires dans les trilogies programmées. Ils sont frustrants,et ont du mal à doser entre le tout explicatif et le tout spectaculaire. Comme en plus,le roman de Tolkien n'avait pas la matière suffisante pour 3 films,on se retrouve avec l'impression bizarre d'un épisode d'attente,qui multiplie les lieux féeriques et les personnages différents pour combler un récit insuffisant en surprises. Mes regrets s'arrêtent là,tant pour le reste,"Le Hobbit-la désolation de Smaug" est un spectacle enchanteur,fédérateur,techniquement incroyable et émotionnellement riche. L'univers de la Terre du Milieu n'a pas de limites,et Peter Jackson parvient encore à l'utiliser au mieux dans des séquences ahurissantes de virtuosité,comme l'échappée des nains en tonneau par la rivière,l'éveil de Sauron ou bien sûr l'affrontement épique avec le dragon Smaug. Ce dernier est un morceau de bravoure à lui seul,qui fera date,comme Gollum en son temps. Bilbon Sacquet(Martin Freeman,Hobbit idéal) continue sa quête en compagnie de Thorin et des nains. Les elfes,gracieux et athlétiques,participent élégamment à cette aventure épique et marquante,notamment la divine Evangeline Lilly. De l'héroïc-fantasy dense et indémodable,qui manque juste d'un soupçon de noirceur. Pour le point final?
    N u n e
    N u n e

    Suivre son activité Lire ses 22 critiques

    0,5
    En vrac : D'où une bande spoiler: d'orcs débarque en ville ni vu ni connu alors que pour 12 nains et un hobbit c'est une galère sans nom. Le maire de la ville est ridicule, et son acolyte déplorable, une pâle copie de Grima langue-de-serpent. Je ne pensais pas voir un jour un tableau style "Louis XIV" en Terre du Milieu. Rien compris à ce qui se passait dans la ville. Qui se révolte ? On y croit pas deux secondes à la misère et à l'oppression. Ville et personnages en carton. Pourquoi nous infliger spoiler: une nouvelle scène avec l'athelas ? Pour montrer que décidément les filles c'est trop adorable parce que ça soigne les vilains bobos que se font les garçons ? Franchement, il y a besoin d'autant de scènes de poursuite/combat/fuite pour émerveiller les enfants ? On suit quatre "groupes" en parallèle dans la dernière heure du film. Résultat : le rythme est indigeste, la tension anéantie et je me suis fait chier au point d’en vouloir à un certain réalisateur ... Sous le prétexte qu’on n’aurait pas le droit de faire un film sans femme, on en a mis une, sacrée bonne raison ! Ajouter un personnage ou modifier l’histoire c'est intéressant si c’est dans le but d’enrichir intelligemment et habilement le conte, mais là, les raisons invoquées pour ajouter Tauriel me faisaient peur…et en effet le personnage féminin n’est que le prétexte pour une histoire d’amour. L'actrice a expliqué que c'était pour que les petites filles puissent se retrouver dans un personnage et parce que ne pas voir de femme dans un film de 3h c'est étouffant. En tant que fille, ça ne m'avait pas du tout choqué, j’ai adoré le livre même sans "princesse" ou "guerrière elfe", et en tant que femme, c'est son personnage de Tauriel qui m'a étouffé. Donc on a une femme elfe, excellente guerrière et indépendante parce que c'est féministement mieux pour l'image des femmes, forcément belle parce que ça aussi c'est féministement mieux pour l'image des femmes hein...qui va tomber amoureuse en moins de deux et qui va désobéir à son souverain par amour et qui va décevoir l’elfe qui l’aimait en secret mais qui n’a pas été foutu de lui dire en mille ans. Au final qu’apporte le personnage ? Une histoire d’amour triangulaire bidon sans aucun intérêt qui prend beaucoup plus de place qu’elle ne le mérite. L'ajout de spoiler: Legolas n'est pas une mauvaise idée, pour les fans c'est sympa, et c'est très crédible au niveau de l'histoire. Mais pourquoi il tire la tronche tout du long ? Il est froid et antipathique au possible. Où est passé l'elfe fin et malicieux ? C’est parce qu’il se fait piquer sa petite amie secrète par un nain ? Mon œil, on a pas du tout l’impression qu’il craque sur elle, ça sonne tellement faux… Accessoirement, l'acteur parait aussi deux fois plus vieux que dans le SDA et ce n'est pas la plâtrée de fond de teint et ces nouvelles lentilles qui arrangent les choses. Et puis il est beaucoup trop balèze, vas-y que je te tues 20 orques en 4 secondes en faisant le tourniquet, même plus drôle. Trop est décidément l'ennemi du bien, c'est ce que l'on va définitivement retenir de ce film. Pourquoi l'histoire de Gandalf et Sauron en parallèle ? ça contredit complètement ce qui se passe au début du SDA quand Gandalf se rend compte du retour de Sauron et avertit les autres du conseil qu'il revient après un tas de siècles de disparition. Encore des scènes supplémentaires pour remplir le vide... Quelques points positifs pour finir mais qui ne sauvent pas ce mauvais film : - Thranduil. Enfin une image beaucoup moins policée des elfes que les mannequins de Fondcombe proposés par Jackson jusque-là ! Comme me l'a fait remarquer mon copain, qui a un œil innocent bienvenu puisqu’il n’a pas lu le livre, pour la première fois on a un elfe qui n'est pas une espèce d'ange paternaliste donneur-de-leçons-perpétuel aux pauvres hommes pleins de méchants défauts et faiblesses (une exception pour Galadriel dont la part d’ambiguïté était bien représentée dans le SDA). Blessé ou pas, Thranduil est orgueilleux, autoritaire, envieux, avare, coléreux...beaucoup de caractéristiques qui s'appliquent aussi bien aux elfes qu'aux hommes (et même plus aux elfes d'après moi) de ce monde. - Le dialogue entre spoiler: Bilbo et Smaug est bien retranscris, mais il est entrecoupé d'un tas de scènes parfaitement inutiles... - L'apparence de Smaug est heureusement de meilleur niveau que le reste des effets spéciaux du film.
    Kaa-Marov
    Kaa-Marov

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,5
    The hobbit : la désolation de Smaug...une nouvelle adaptation de la célèbre oeuvre de Tolkien donné par Peter Jackson. Grandiose, on se souvient tous de son talent lorsqu'il s'agit d'adapter le seigneur des anneaux mais ici, il teinte son oeuvre du voile d'une noire déception. Explication, à mon sens, les mauvais côtés du film sont nombreux et très décevant. -Le problème le plus flagrant du film reste l'excès d'action. Sérieusement, c'est plutôt mal géré, le fait est que le rythme est désaccordé. Le film se marque par des longueurs dut à de spectaculaires scènes épiques qui se succèdent et finissent par se tarir sans que l'intrigue n'avance d'un pouce. C'est très barbant voir frustrant à la longue. -Ensuite, ces scènes d'actions à proprement parler...Purée c'est une de ces surenchères ! Certaines, comme celle de la scène des tonneaux, sont si longues et montent tant dans l'excès qu'elles finissent lourdes voir irritante. Où est passer le spectaculaire jaugé à la perfection du seigneur des anneaux ? Il est devenu succession de gestes certes beaux à voir (un visu' très esthétique) mais totalement inutiles. Et encore une fois, la scène des tonneaux est marquante avec un légolas qui saute sur la tête des nains, quoique (SPOIL) celle où les nains tentent de tuer Smaug est la pire. Non seulement, parceque c'est un rajout totalement inutile, également parceque c'est d'une niaiserie aberrante. A l'image de l'action en générale, elle est excès, c'est une surenchère de gestes épiques. Thorin qui saute dans le vide, les nains qui s'enfuient (encore....non mec ? Mais si !)...c'est simple, quand à mon opinion de l'action, je résume ça en une phrase : trop d'épique tue l'épique ! (fin du SPOIL). -Les rajouts scénaristique sont également un énorme bémol du film, si ce n'est le plus gros. Certains sont excellent et très bien maîtrisés : l'histoire du nécromancien qui annonce l'éveil progressif du mal, le personnage de Radagast...mais tout ceci, on peut déjà le dire dans le premier volet ! C'est simple, rajouter un triangle amoureux dans du Tolkien est une erreur. Le rajout (SPOIL) où Kili est empoisonné par une lame de morgul et soigné par Tauriel avec de l'ithilien est d'une niaiseraie absolue. Quel besoin de rendre un nain amoureux d'une elfe purée ! Beaucoup grincent également des dents suite au rajout de Legolas, il a effectivement été conçut après le hobbit et sa présence aurait très bien put être inclue par Tolkien s'il l'avait conçu auparavant (après tout c'est le fils de Thranduil). et si le personnage nous parait plus mature et bien moins moral que dans le seigneur, ce qui est normal, il est...BADASS ! Legolas a surtout été réduit au rôle d'un rambo de la terre du milieu, son utilité se résume à une chose : poutrer de l'orc, encore, encore et encore. Bref, si certains rajouts sont très bien (nécromancien, radagast...), certains fois, Peter Jackson prend de trop des libertés avec le scénario et entraîne des changements aberrants (triangle amoureux, Barde qui les fait entrer dans Esgaroth...) ou inutiles. Les elfes prennent cher. -Ces libertés sont donc la partie la plus décevante de cette oeuvre finalement, (SPOIL), certes, une adaptation doit savoir sublimer le livre et se doit de modifier des éléments, même clés, du scénario (ce qui a été magnifiquement accomplie dans le seigneur des anneaux), mais ici, comme pour l'action, il s'agit d'excès et l'histoire comme l'esprit original du hobbit se fait purement oublié par quelque chose qui ferait quasiment office d'à-côté ou d'annexes. Parfois, on s'éloigne tant du livre qu'on ne le retrouve plus. -Dernier gros, gros, GROS, point négatif, le manque de musique ! Dans chaque oeuvre de Peter Jackson qui traite de la terre du milieu, on a son lot de musique épique qui sublime l'action et transcende l'émotion du film. Qui ne se souvient pas de "The breaking of the fellowship", du "pont de khazad dum", ou de la "charge des rohirrims, sans parler de l'Isengard, du Mordor et j'en passe pour le seigneur des anneaux ? Même de "Misty mountains" pour le hobbit premier du nom ? Le fait est que toutes ces oeuvres voit une grade partie de leur univers et de leur intensité être transmise voir transcends par la musique. Dans la désolation de Smaug, on a quelques passages sympa à écouter mais rien de bien marquant. En somme pas de grand thème musical....glargh, c'est le vide sonore, même pas de thème pour Smaug. Ensuite, quelques bonnes surprise, comme le charisme redoutable et l'enormité de Smaug, le pouvoir de l'anneau qui s'amplifie, le retour clair de Sauron à Dol Guldur reste des points excellents, tout comme la corruption de Thorin obsédé par le coeur de la montagne qui n'ont de cessent d'inscrire le hobbit comme prélude logique au seigneur des anneaux, nous montrant son enjeux par un travail remarquable : l'éveil du mal et les stigmates du retour des ténèbres. Tout dans ce travail nous permet de comprendre de quelle manière et comment seront amenés les évènements de la communauté de l'anneau. Et ça, c'est chanmé. A part ça on peut noter un film très esthétique (quoique bouffer par le numérique, encore une fois excès), des personnages charismatiques, un martin freeman excellent, son jeu d'acteur est juste énorme. Dans la lignée de ses avantages, on peut donner au film ce qui n'a pas été dans le premier volet, à savoir un univers qui se complexifie et s'assombrit. (SPOIL) Les armées qui se rassemblent à Dol Guldur sont presque du registre de Minas Morgul et des troupes rassemblées dans les plaines de Gorgoroth, en Mordor. On voit bien que la terre du milieu va à nouveau connaître les ténèbres et la calamité, porté par des alliances que l'on sent brisé, un anneau au pouvoir obsédant...la grande féerie du Hobbit se transpose assez bien dans un univers plus sombre et annonciateur du seigneur des anneaux. Cependant, on se demande parfois comment ils n'ont pu (surtout Gandalf) déceler les événements à venir. Si le retour de Sauron est claire, pourquoi Gandalf ne recherche-t-il pas l'anneau plus tôt ? On peut toujours mettre ça sur le os de la crédulité de ces bonnes peuplades de la terre du milieu. Cela reste néanmoins un gros point positif En guise de conclusion, que dire ? Que si la désolation de Smaug comporte de très bons points, ils ne sont que trop assombrit par la lourdeur de ses points négatifs, l'absence de musique, les rajouts inutiles, l'abandon parfois aberrant de la trame du livre, l'excès de l'action qui en plus d'être surenchère presque ridicule est mal rythmée, la fin...pas fini, les elfes badass...Somme toute, ce film n'est pas froncièrement mauvais (les clins d'oeil sont légions et très sympa) mais nettement en deçà de l'espérance et de ce à quoi Peter Jackson nous avait habitué. La terre du milieu en prend parfois un bon coup dans la poire (Esgaroth en mode anglais) et si elle est une fois de plus bien représentée, elle n'est pas sublimée. Parfois génial, parfois médiocre, La désolation de Smaug est très inégale et prend bien trop ses libertés pour que l'on retrouve là la force de ce qui a put porter quasi-parfaitement du Tolkien sur grand-écran. Le Hobbit restera le petit frère du seigneur des anneaux, parfois plus distingué par ses défauts et sa médiocrité que par la réussite de sa transposition à l'écran. Bref, à vous de vous faire un avis !
    elaphebolos
    elaphebolos

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 40 critiques

    3,5
    J'ai évidemment passé un bon moment, depuis le temps que j'attendais la suite mais j'ai été déçue sur plusieurs points : 50% du film est une totale (et absurde?) invention par rapport au livre et certains effets spéciaux semblaient dater d'un autre âge. Le dragon est cependant une merveille!
    Ceriak
    Ceriak

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,0
    Bon, je n'ai jamais publié aucune critique de films, je me suis toujours contenté de mettre une note, mais là, je me dois de partager mon ressenti sur ce film. J'ai lu le bouquin quand j'étais gamin, avant même de connaitre le Seigneur des Anneaux, et je l'ai adoré, tellement que je l'ai lu au moins 3 fois avant de voir le premier film. Et déjà pour celui-ci, quelle déception... An Unexpected Journey a tué le livre, en ne respectant rien de l'univers de base, mais là, ce second opus entreprend de mettre d'énormes coups de haches au bouquin déjà à terre, pour être bien sûr qu'il ne se relèvera jamais après ça. Alors oui, je sais, "C'est une adaptation, ils auraient pas pu faire exactement comme dans le livre", certes, mais est-ce une raison pour changer complétement l'histoire ? Le Seigneur des Anneaux avait réussi à faire une exellente adaptation cinématographique sans respecter à 100% le livre, mais ils avaient l'excuse de devoir adapter 3 livres conséquents, tandis que là, aucune excuse possible.. Un seul film aurait largement suffit ! Pas la peine de vouloir refaire une autre trilogie comme celle du Seigneur des Anneaux, ça colle pas avec l'univers du livre. C'est un conte, pas une histoire sombre comme le SDA, donc forcement, les deux styles ne vont pas ensemble, et on le remarque bien dans ce film... Donc, pour moi, les gros points noirs de ce film : Un film d'une longueur horrible, certains moments sont loooonngs, et si inintéressants ! Tandis qu'au contraire, tous les meilleurs moments de l'histoire sont complétement raccourcis et rendus anecdotiques (Je pense notamment au passage chez Beorn, que j'attendais impatiemment. Mon dieu.. On voit Beorn 1 minute 30, dont 1 minute en tant qu'ours, et ils l'ont complétement raté, on croirait voir le géant de Big Fish !) Les musique sont ratées, il n'y a pas d'autres mots. Autant, pour les premiers, les themes principaux étaient plutôt efficaces, autant là, rien, pas un air que l'on retiendra à la fin du film, pas de musiques dignes de la Terre du Milieu. Et puis cette musique de générique de fin, elle n'est tellement pas en accord avec l'univers de Tolkien ! Elle m'a achevé de ne pas apprécier ce film. Les personnages rajoutés n'ayant aucun liens avec l'histoire sont tout simplement inutiles et énervant au possible (Legolas qui est juste là genre "Eh ! Vous avez vu ! Moi aussi je suis là maintenant !", et Tauriel... Mon dieu Tauriel... Quel désastre.. Certes, Evangeline Lilly joue bien son rôle, mais son personnage si inintéressant ! spoiler: Cette romance ridicule avec Kili, What the fuck !? ) spoiler: Et puis ce vieux cliffhanger à la fin, ouvrant sur un troisième film s'annonçant déjà comme la suite de trop, qui n'a rien à dire, mais qui va quand même le raconter en 3 heures de film. Seul point positif, la voix de Smaug (que j'ai eu le bonheur de pouvoir entendre en VO), magnifique, Benedict Cumberbatch a vraiment fait du super boulot là dessus. Voilà, j’espère que vous avez trouvé cette critique intéressante, peu importe votre opinion personnel du film.
    Loki Lannister
    Loki Lannister

    Suivre son activité Lire ses 21 critiques

    1,5
    Il est difficile de comprendre l'engouement pour ce film tant de la part des critiques que des spectateurs. Peut être que ces personnes n'ont pas lu le livre ou bien sont tellement nostalgiques du Seigneur des Anneaux qu'ils apprécient ce film parce qu'il permet de replonger un peu en Terre du Milieu? Cela reste un mystère pour moi car ce film est vraiment MAUVAIS! Même en tant que fan de Tolkien et de Peter Jackson il était déjà compliquer d'apprécier le 1, mais alors celui là, c'est complètement impossible. En plus d'être très éloigné du livre, les digressions sont totalement injustifiées! (Alors que dans le seigneur des anneaux, elles étaient toujours judicieuses et utiles). Ce film est une succession de POURQUOI. Pourquoi avoir ajouté une histoire d'amour complètement inutile et horriblement niaise?! Pourquoi Gandalf se bat contre une fumée noire moche?! Pourquoi Smaug se bat contres les nains dans la caverne pendant 30 minutes mal filmées alors qu'ils ne sont même pas sensés y entrer?! La présence de Legolas passe encore pour le côté nostalgie et parce que sa présence peut être légitime dans le royaume des elfes. Mais ensuite, pourquoi le faire suivre les nains sans aucune raison valable? Si ce n'est pour suivre le personnage inutile de Tauriel... (La performance d'Evangeline Lilly n'est pas remise en cause, mais son personnage est d'un vide sidéral!) Et Bilbon dans tout ça? Celui qui donne son nom au film vous savez? Et bien à part pour sauver ses amis 2-3 fois il est totalement inexistant et mis à l'écart. Sans doute parce que son moment de gloire (sa conversation avec Smaug qui normalement dure longtemps dans le livre) est ici réduite à 2 minutes de film pour ensuite laisser place à un grand n'importe quoi ponctué d'effets spéciaux affreux. Parce que oui, ce film est MOOOOOCHE! Visuellement il a parfois 10 ans de retard! Le Seigneur des Anneaux était mieux fait, en 2001! Là, on distingue presque parfois les fonds verts, notamment dans la scène où Gandalf rencontre "Sauron". Ou encore dans la caverne de Smaug où la montagne d'or est digne d'un décor de vieux jeu vidéo, et que dire de la scène avec la statue d'or qui fond... On en a mal aux yeux. Certes, c'est tentant de tout pardonner pour pouvoir se replonger, 10 ans après le SDA, dans l'univers de Tolkien... Mais faut-il pour autant tout excuser et s'extasier devant un film objectivement mauvais et commercial juste parce qu'ils affichent les mots "Hobbit" et "Peter Jackson"?!
    Freddy Kenoby
    Freddy Kenoby

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 263 critiques

    1,5
    Lenteurs et monotonies. Toutes les scènes sont super longues, on a le droit à une trentaine de bastons avec des créatures parfois différentes mais toujours le même type de bastons un peu puériles pleines d'effets spéciaux. Le cadre est trop mal fait, il y a des scènes ou l'on croit qu'elles sont filmés avec une caméra de famille. En plus Jackson tente de copier Sergio Leone avec un échange entre très gros plans et plans d'ensembles ce qui correspond très mal au style de la Terre du Milieu. L'histoire se perd dans peu d'actions utiles à la narration. Bref la désolation de Smaug pourrait se tenir en 1h30 si elle n'était pas si ennuyeuse. Très loin de l'histoire épique et trépidante du Seigneur des Anneaux, on est aussi déçu de la lenteur du second que du premier. En sois seul le titre est vraiment bien trouvé: La Désolation de Smaug, car on est vraiment désolé d'être allé voir le film. Une saga déjà essoufflée, qui s'éternise.
    King of Panam
    King of Panam

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,5
    Quelle Désolation en effet. Tolkien n'a pas résister aux conventions et au formatage des studios d'Hollywood. C'est un enterrement grand budget de Tolkien.
    seb57500
    seb57500

    Suivre son activité Lire ses 17 critiques

    0,5
    franchement, arrêtez avec votre 3d commerciale ! Stop !!! aucun intérêt ! je boycote ce genre de 3d ! sincèrement, mis à part AVATAR, dites moi quel film en 3d était bien !? aucun ! pourtant j'ai essayé : pirates des caraïbes, transformer. ................ ! nul !
    Tibo'Z90
    Tibo'Z90

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    0,5
    En accord avec Vimeac je me suis ennuyé tout le long 2h40 interminable alors que je suis un grand fan du seigneur des anneaux!!! Je ne verais pas le dernier au ciné!
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Une très bonne suite mais c'est selon moi le film le moins bon de la trilogie. Les problèmes : la bande originale est superbe mais certains thèmes musicaux ( spoiler: la musique lorsque la Compagnie de Thorin arrive dans le village par exemple ) m'ont un peu agacés, le rythme est dynamique mais certaines scènes sont trop longues et donc un peu lassantes et le scénario est un peu prévisible. Néanmoins les effets spéciaux, les décors et la photographie sont excellents ! Les scènes d'action sont quant à elles assez impressionantes et la légère touche d'ironie est également efficace. Le casting est plus léger que celui du premier opus (il n'y a pas Andy Serkis, Ian Holm, Christopher Lee, Hugo Weaving ainsi que Elijah Wood et Cate Blanchett ne fait qu'une simple apparition) mais reste très bon avec à sa tête Martin Freeman, Ian McKellen et Richard Armitage. On retrouve également de nouveaux acteurs talentueux tels que Orlando Bloom qui nous avait déjà marqué dans la trilogie Le Seigneur des Anneaux, la belle Evangeline Lilly (Lost, les Disparus), Lee Pace (Possession) ou encore Luke Evans (Fast and Furious 6). D'ailleurs, leurs personnages sont tous développés (en particulier Legolas qui est plus développé que dans Le Seigneur des Anneaux et Tauriel qui est très attachante). C'était également une bonne idée d'avoir choisi Benedict Cumberbatch pour la voix et la capture de mouvement de Smaug, un antagoniste vraiment marquant ! Le moment où intervient la coupure du film est parfait : ça laisse beaucoup de suspens ! Au même titre que la confrontation entre Bilbon et Gollum dans le premier opus, mon moment préféré est spoiler: la confrontation entre La Compagnie de Taurin et Smaug .
    Lisa S.
    Lisa S.

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    J'ai tout simplement adoré. Mieux que le 1er . Aller le voir . Je vais le revoir ..et encore le revoir.
    thimok
    thimok

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 12 critiques

    1,5
    Ouh la ! Autant nous avons adoré le premier volet mon compagnon et moi-même, mais alors là, je suis navrée de devoir laissé une critique négative sur cette suite. Nous avons tellement été déçus par le peu de 3D, de rebondissements, la voix, les dires et les manières du dragon peu réussi visuellement, que nous hésiterons sûrement beaucoup à aller voir le dernier film au cinéma. On se fiera peut-être aux avis internautes s'ils sont extrêment élogieux. Le Hobbit : la Désolation de Smaug comprend quelques scènes d'actions très agréables à suivre et je salue malgré tout le jeu des acteurs, les paysages, costumes et décors bien sûr. Toutefois, rien de captivant, de palpitant et des personnages bien moins attachant que précédemment à mon goût. On s'est rapidement ennuyés avec l'impression d'être devant un téléfilm vers la fin. Où est passé la magie du Seigneur des anneaux et l'éblouissement visuel ? Le grand méchant de la trilogie, qui y était effrayant, apparaît un peu ici, mais en y étant presque ridicule avec son oeil et son ombre au moment où il se montre. Si nous avions su, nous aurions plutôt attendu que ce film passe à la télévision.
    Vodclyde
    Vodclyde

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    1,5
    Une adaptation cinématographique comme on a l'habitude d'en voir : des rajouts qui n'apportent rien à l'histoire en plus d'être aberrants (la romance entre elfe et nain est parfaitement impossible ! Sérieux si on voulait voir des idioties on irait voir twilight !) et des effets spéciaux corrects mais sans plus. Hommage néanmoins à Smaug qui est relativement bien fait et relève un peu le niveau du film.. bien qu'on se demande ce qu'il restera à montrer pour le dernier volet. A voir tout de même pour se faire son propre avis ^^
    LE CRITIKATOR
    LE CRITIKATOR

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 64 critiques

    2,0
    Voir Peter Jackson manger une carotte, c’est drôle, mais moins drôle que de voir Peter Jackson se faire tuer par Legolas. Et c’est un peu l’impression que donne Le Hobbit : La désolation de Smaug. Le Hobbit est moins, le Hobbit n’est pas assez, le Hobbit n’est plus assez. Quelles sont les causes d’une telle déception ? La réponse dans quelques lignes. Alors que le premier volet avait été décrié (on ne sait pas trop pourquoi) celui-là a été globalement bien accueilli (…et on ne sait pas trop pourquoi). Pourtant, il est difficile de se dire que c’est l’homme derrière la trilogie du Seigneur des Anneaux, King Kong et autres qui est responsable d’un tel gâchis. « Mais batar se film ila tro des bon zéffés spécio comme avatar wesheu ». Très bien vous me lancez sur les effets spéciaux, alors c’est parti. Si ce ne sont pas les effets spéciaux les plus hideux de tous les temps, on est loin de crier au génie visuel. En effet le film souffre d’un abus de (mauvais) CGI (=Computer Generating real life Images), qui devient une solution a tout dans le film. Que ce soit les scènes avec les araignée/orques, les choses qui ne se passent pas au premier plan, le relifting de Legolas en numérique en plus du maquillage, tout transpire le faux. Ce qui a pour conséquence de nous faire sortir du film et de nuire grandement à l’immersion. La différence de rendu entre le réel et le numérique sera alors flagrante et ne fera que s’ajouter aux autres défauts non moindres………voilà je viens de péter la gueule du kikoo de tout à l’heure avec un marteau, nous pouvons continuer. Car il serait injuste d’accorder l’échec du film à des mauvais effets spéciaux, ces derniers étant le plus souvent liés au budget…Comment ? 250 millions ? Ha oui là les mecs vous abusez un peu. En réalité le principal défaut du film est… (suspense)…la coupe de cheveux de Nori…je plaisante, c’est son histoire, la manière dont elle est construite et les personnages qu’on y découvre. A une scène d’ouverture inutile succède un récit peu haletant dans lequel les enjeux ne sont jamais partagés. Le seul bon point serait la relation entre l’anneau et Bilbon, campé par un Martin Freeman au jeu plus développé. Pour le reste, on ressent le grand manque de graduation du film. Pas une once d’intensité, pas un sursaut d’imagination, pas un élan de courage ne nous fera vibrer. Qui plus est, le montage aléatoire donnant l’impression d’avoir été fini à la machette rouillée perd le spectateur. Nulle fluidité dans l’enchainement des événements ne saura le retrouver. Il y a au moins une heure et demie de trop durant laquelle il ne se passe rien et où l’on s’ennuie, ce qui n’est pas génial niveau immersion. C’est là un autre défaut du film, il ne nous emporte jamais, ne nous fait pas ressentir. De cet ensemble sans réelle personnalité ne peut alors naitre une ambiance qui nous transporte en Terre du Milieu. Là où le premier opus faisait vivre des moments épiques et jouissifs, La désolation de Smaug nous montre des choses quelconques. La faute en partie à une musique sans grande inspiration, un peu recyclée et passant inaperçue, en témoigne la musique d’introduction, la musique du générique, et la plupart des morceaux du film. De la même manière que Peter Jackson réutilise des plans du premier film, Howard Shore réutilise ses propres musiques(le morceau « Minas Morgul » pour les incultes). Et oui Howard, tu croyais berner tout le monde avoues-le. A cela viennent s’ajouter des incohérences inacceptables comme par exemple : Un dragon qui passe juste au-dessus de dix nains et d’un hobbit, sans les sentir, alors que juste avant il avait senti Bilbon , pendant que ce dernier était invisible et que ledit dragon ne connaissait pas l’odeur du hobbit. N’oublions pas non plus de citer les clichés qui envahissent le film comme ce P****N de triangle amoureux made in Twilight (zut, je m’étais juré de ne plus jamais en parler) ou le fameux et non moins exaspérant « Oh non, le méchant bloque mon arme avec ses bras, devrais-je rapidement sortir une de mes dagues pour lui déchiqueter la façade ? Non je vais juste utiliser ma force sachant qu’il soulève une masse faisant deux fois mon poids avec une main ». A croire que Peter Jackson s’est inspiré de Pacific Rim. Saviez-vous que des personnages ont été rajoutés par rapport à l’histoire d’origine ? Bon maintenant tous ceux qui pensent qu’ils ne devraient pas être dans le film car ils ne sont pas dans le livre, prenez ce dernier et cognez-vous la tête avec jusqu’à ce que vous changiez d’avis. Il s’agit là d’une adaptation et en tant qu’adaptation, des libertés peuvent être prises. Le problème vient du fait que les nouveaux personnages n’ont pas été travaillés et n’apportent pas grand-chose. S’il y a peu de reproches à faire au niveau du jeu (Orlando Bloom, Lee Pace, Evangeline Lily…), les personnalités laissent à désirer. Thranduil est peu présent pour être intéressant, Legolas (qui surfe sur tout ce qui bouge) n’est qu’un fan service de luxe et Tauriel sert juste à nourrir une romance poncive digne d'High Scholl Musical (décidément il faut que j'arrête) . On découvre également un métamorphe dont le clan a été décimé par les orques mais que ces derniers refusent pourtant d’attaquer (ha les orques et la logique…). Mais tout cela n’est rien comparé à Bard. Là encore ce n’est pas tant un problème d’acteur car Luke Evans reste efficace, mais c’est ce que le personnage amène qui est regrettable : quarante minutes de rien, de clichés, d’ennui. De quoi donner des frissons à chaque fois qu’on réentendra LacVille (des frissons de sommeil bien sûr…euh attendez). Il est ainsi dur de s’immerger dans un film sans ambiance, aux enjeux faiblement ressentis et avec des personnages peu riches…Ha oui et Gandalf a droit à seulement quinze minutes de film…qui le font passer pour le magicien le plus nul de tous les temps (bon ok je compte pas ceux d’ " Insaisissables"). Même la réalisation, habituellement grandiose, n’est ici plus que l’ombre d’elle-même. Pas un plan ne nous subjuguera, pas un effet de mise en scène ne ressortira. Si les angles choisis font assez bien ressortir la prestance de Smaug (campé vocalement par un Benedict Cumberbatch en forme), ils sont pour le reste étrangement choisis et donnent un côté confus à quelques combats. De même la répétition en boucle de certains plans aura vite fait d’appuyer le manque d’imagination. Par ailleurs, on se retrouve avec deux plans (inutiles cela va de soi) filmés à la GoPro, qui en plus de ne rien apporter, créent un décalage avec le film en nous faisant sortir de ce dernier. De plus la 3D demeure une vaste blague commerciale plutôt qu’un véritable gage d’immersion. Un des autres défauts du film (oui ça commence à faire beaucoup) est qu’il ne s’axe pas autour d’un thème. Par exemple, dans le film précédent, le message était que même les petites choses (un hobbit…) peuvent en réaliser de grandes. Ce message fut développé à travers le thème du courage et mis en valeur dans la scène finale : quand Bilbon sauve Thorin, lui-même sauvé par trois nains s’opposant à une armée de wargs, le tout porté par des plans parfaits et surplombé par les sonorités lourdes de la partition de Howard Shore. Vos tripes ne peuvent alors rester tranquilles. Dans la Désolation de Smaug, le message est…qu’être riche c’est bien mais ça risque de faire des dégâts selon la manière dont on l’est devenu ?....Qu’il faut s’accrocher à son héritage ?...ou que les différences peuvent être surmontées à travers…l’amour…ça alors. Comme les moutons gothiques encensent Tim Burton, les moutons barbus bénissent Peter Jackson parce qu’il vient de leur livrer un film (pas un bon mais ça ils s’en fichent). On y trouve même une blague un peu cochonne qui ravira tous les geeks à bouc de la planète à l’humour stéréotypé. On reste cependant légèrement plus sceptique. Après une séquence de fin interminable qui témoigne d’un film beaucoup trop long, le dragon sort de sa tanière (non sans avoir provoqué quelques incohérences, cf. les lois de la physique sur l’or fondu pour les nains nuls), Bilbon nous laisse sur un cliffhanger, et Legolas s’en va poursuivre Bolg sur son cheval…en CGI bien sûr.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top