Mon AlloCiné
    Le Récuperateur de cadavres
    note moyenne
    3,8
    80 notes dont 19 critiques
    21% (4 critiques)
    21% (4 critiques)
    58% (11 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Afficher toutes les critiques
    Votre avis sur Le Récuperateur de cadavres ?

    19 critiques de 4 et 4,5 étoiles

    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,0
    Publiée le 16 avril 2011
    « Le voleur de cadavres » de R. L. Stevenson est un des grands récits fantastiques qui a inspiré plusieurs versions cinématographiques (avec Frankenstein, Dracula, Jekyll et Hyde, le fantôme de l’Opéra…). Comme Jekyll et Hyde, et peut-être mieux, l’histoire illustre l’ambivalence du bien et du mal (avec aussi un personnage de médecin faustien). L’adaptation de R. Wise est produite par le grand producteur Val Lewton pour la RKO. Il bénéficie d’un superbe scénario, qui va au bout de la complexité éthique (le pire est commis pour les meilleurs intentions) et sait aussi faire ressortir l’aspect rapports de classes de l’histoire, à travers les relations entre Gray et le docteur Mc Farlane. La progression dramatique est remarquable, dans son dévoilement progressif du passé des protagonistes. R. Wise est alors un réalisateur débutant mais déjà plein de maîtrise : sa mise en scène est plutôt classique, mais remarquablement réglée, efficace et ingénieuse. Un classique à voir absolument si on aime le genre fantastique.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 2 564 critiques

    4,0
    Publiée le 20 mars 2009
    Au pitch morbide sinon étrange, ce sombre thriller toutefois attirant joue pour les 3/4 sur le lien ambigu entre Gray & Mc Farlane - et donc également sur le propos de la dure réalité d'1 métier maudit -; quant il n'aborde pas la question de la synchronisation des passions, clef de voûte de toute relation sinon de, bien évidemment, quelque amitié: De +, la question de l'argent que soulève le film est d'ailleurs encore davantage passionnante...
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 1 038 critiques

    4,5
    Publiée le 8 décembre 2013
    Ce film a été produit par Val Lewton et comme dans La Féline (Tourneur 1942), l'angoisse nait de la suggestion et non de la démonstration. On retiendra notamment ce chat qui miaule de peur tandis que Karloff et Lugosi en viennent aux mains. Le scénario est original et nous baignons dans une ambiance feutrée et volontairement malsaine avec une interprétation magistrale de Boris Karloff et un final d'anthologie. Une seule scène est ratée, celle de la guérison de la fillette, sinon nous avons là une perle du cinéma fantastique.
    TheDarkKnight74
    TheDarkKnight74

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 194 critiques

    4,0
    Publiée le 27 mai 2013
    Ah ces bon vieux films fantastique, ce qu'on les aime. Pas besoin d'en savoir des tonnes sur leur contexte pour les apprécier. Tenez, je savais à peine qu'il s'agissait du troisième film de Robert Wise avant de l'enfourner dans ma platine, le monsieur en question ayant dans sa filmographie des œuvres cultes comme Le Jour où la Terre s'arrêta (sublime), Nous avons gagné ce soir, West Side Story et le tout premier Star Trek. Mais une fois cette pépite dégustée, on la classe immédiatement parmi ses bon petits films favoris, qu'on est prêt à re-déballer à la moindre occasion, à la moindre journée trop pluvieuse où pour occuper une soirée vide et lugubre. Ce Body snatcher n'est pas du fantastique à proprement parler, cet élément n'intervenant qu'en tant qu'accessoire au message final, à l'idée terrible véhiculée par le film, un peu à la manière dont le surnaturel intervient chez Edgar Poe, l'onirisme étant avant tout suggéré par l'ambiance effrayante, les personnages bizarres et le décors sinistres. Le noir est blanc habille très bien ces intentions esthétique de créer une ville style victorien que l'on retrouvera plus tard chez le Burton des Noces funèbres, et d'y inclure des jeux d'ombres renvoyant à expressionnisme allemand de la période muette. La rencontre de deux grandes stars du cinéma d'horreur ne fait que renforcer la stimulation inconsciente du spectateur de l'époque vers la notion de fantasmagorique. Boris Karloff tient le rôle secondaire « principal », il vole de loin la vedette, incarnant un cocher émacié à la démarche lente et à la voix doucereuse. Sa présence si puissante qui occulte toutes les autres ne lui empêche pas de laisser entrevoir la part d'humanité en lui, précieuse nuance qui faisait parfois défaut à ses anciennes prestations, d'où celle ci que l'on peut établir sur le podium de ses meilleurs rôles. Henry Daniell se charge du docteur Toddy McFarlane, le personnage principal explicite, et certes il n'arrive pas à tenir longtemps le titre face à Karloff lors des longues confrontations qui leurs sont accordés, nénamoins il se défend bien. Viens ensuite Bella Lugosi, vraiment relégué au second plan, mais dont l'utilité relève d'un contresens gracieux vis à vis des rôles habituels de l'acteur. C'est lui le bon, naïf, et serviable associé du docteur, qui se révolte instinctivement comme le spectateur est amené à le faire en voyant se dénouer le mystère qui entoure le docteur. La direction emprunté par Joseph fournira une morale de type « juste-milieu », peu engagée mais évitant ainsi de tomber dans l'aveuglement. Le thème du film offre un sujet de réflexion mais préfère laisser au spectateur le soin d'élaborer sa propre conclusion, le final bouclant plutôt un cycle narratif intérieur au film. Un final magistral qui livre la touche ultime à ce conte ténébreux et cruel, lui insufflant un morceau de bravoure glaçant qui, en tant que paroxysme de l'édifice construit tout au long de l’œuvre, fait encore de l'effet de nos jours. Une perle de fantastique, dont les claquements de sabots sur la rue pavée vous hanteront longtemps après le visionnage...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top