Mon AlloCiné
    Twixt
    note moyenne
    2,5
    1598 notes dont 308 critiques
    5% (16 critiques)
    16% (48 critiques)
    28% (87 critiques)
    25% (77 critiques)
    16% (49 critiques)
    10% (31 critiques)
    Votre avis sur Twixt ?

    308 critiques spectateurs

    DarioFulci
    DarioFulci

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 048 critiques

    2,0
    Publiée le 13 août 2012
    Autant "Tetro" était sublime, autant "Twixt" est décevant. Pas aussi désagréable à regarder que "L'homme sans âge" pourtant. Mais on ne sait pas trop où Coppola veut en venir. Un écrivain sur le retour fait la tournée des librairies de campagne pour faire sa promo. Au détour d'une petite ville étrange, des fantômes lui font la cour à l'ombre d'Edgar Allan Poe. Bon, soit, pourquoi pas. Mais cette ambiance mystérieuse, ces réflexions sur la création, le devenir d'un artiste, ennuient terriblement. L'histoire suit son chemin tranquillement, dans une atmosphère opaque superbement photographiée. Mais que le temps est long ! On se perd en conjectures sur l'histoire, le projet du réalisateur, sans aboutir à de conclusion concluante. Trop de mystère tue le mystère, et le plaisir de spectateur.
    Thibaud G
    Thibaud G

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 106 critiques

    0,5
    Publiée le 15 juillet 2012
    L'un des pires films que j'aie jamais vu au cinéma ! Et pourtant j'en ai déjà vu un certain nombre. Film nul sans queue ni tête, foutraque, bourré d'effets tape à l'oeil pour cacher la médiocrité de l'ensemble. Et dire que c'est Coppola qui dirige tout cela !!! Il est tombé bien bas !!! Il vaut mieux revoir "Le parrain" une énième fois...
    MadAngelus
    MadAngelus

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 529 critiques

    3,0
    Publiée le 14 avril 2012
    Twixt, c'est une oeuvre déroutante à plus d'un égard, d'une part l'esthétique ultra-stylisée de certaines scènes et belle jusqu'à la nausée - des passages sont tellement esthétisés qu'ils en deviennent pathétiques - d'autre part, on a l'impression que F.F.Coppola à l'inverse du film tout public, a réalisé un film no-public ou self-public, car l'histoire est tellement alambiquée, et les références si nombreuses, que si notre culture générale ne se rapproche pas au plus près de celle du director, il est impossible de ne pas passer à coté du film. Personnellement, par ma note je sanctionne moins ce parti pris que l'usage -certes sporadique- de fonds verts, d'images de synthèses mal dégrossis et l'esthétique "sin cityesque" outrancière qui peut à elle seule faire décrocher définitivement de ce film qui a pourtant de bons coté, comme son approche gothique et intimiste rare dernièrement au cinéma, et un Val Kilmer gros mais correct, et aussi Ben Chaplin qui redonne vie au grand Edgar Allan Poe. Mention Pas Mal.
    Angela Ki La
    Angela Ki La

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 587 critiques

    2,5
    Publiée le 26 janvier 2013
    Coppola en a marre qu’on lui parle de sa gloire passée. Il en a marre qu’on lui parle d’Apocalypse Now, de Brando, alors il tente une sortie honorable, en essayant de se réinventer, et de repartir à zéro, (c’est impossible et il le sait).il faut voir les références qui pullulent, et mêmes les autocitations voir l’auto bio pure et simple. Val kilmer, c’est lui. C’est cadré avec une précision de malade, et les plans sont virtuoses. Il abuse des contrastes de lumières et des textures. On aboutit à quelque chose de beau plastiquement, mais de très froid, le numérique à ses qualités et ses défauts. L’atmosphère gothique est agréable, la séance de spiritisme marrante, et l’esthétique est très glacée, à la Sin City. L’histoire est un peu fourre-tout, le climax ne surprend pas tellement le reste nous paraît artificiel parce que c’est contrôlé et sans folie aucune. On dirait le travail d’un ado de près de 80 ans, très talentueux, mais qui a peur de se laisser aller. Coppola en a marre qu’on lui rappelle son passé, mais son passé se rappelle tout le temps à lui.
    stanley
    stanley

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 476 critiques

    2,5
    Publiée le 14 avril 2012
    Twixt est un film décevant dont on reconnaît à peine la "patte" de Coppola. Le film, si il est brillant visuellement (jeu des couleurs, alternance noir et blanc) est très creux sans que la terreur voulue ne soit réellement suscitée. On n'éprouve pas beaucoup de gêne dans un film parfois un peu ridicule, très répétitif et chichiteux. A noter une belle idée cependant, le personnage fantôme d'Edgar Poe, bien cerné. Le reste est plat, répétitif et ennuyeux. Seules les dix dernières minutes, superbes, rendent hommage au cinéaste et à sa vie personnelle tragique (la mort de son fils dans un accident de bâteau). Ceci est à la limite du narcissisme. Il est fait allusion à Stephen King mais ce dernier aurait sûrement écrit un meilleur scénario. En 1995, John Carpenter, dans l'Antre de la folie, était d'une bien plus grande tenue. Le film le plus faible de Francis Ford Coppola qui nous livre un médiocfre cru, réitération de l'homme sans ombre.
    David S.
    David S.

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 323 critiques

    2,0
    Publiée le 16 avril 2012
    Pas extraordinaire, surgonflé, sans réel enjeu, le dernier Coppola manque de direction et de relief. Dommage les images sont belles mais John Carpenter à déjà fait tellement mieux sur le meme sujet avec "L'Antre de la Folie" il y a déjà plus de 15 ans que cette tentative paraît vaine. Perso je me suis ennuyé. 2/5
    Photo-cineaste
    Photo-cineaste

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 571 critiques

    2,5
    Publiée le 26 avril 2012
    J'y suis allé parce que c'est Coppola, j'ai mis deux étoiles et demie parce que c'est du Coppola... c'est pour ça que mon avis ne serait pas très subjectif... en gros faites vous un avis vous même ^^ moi j'ai le cul entre deux chaises... Si ce n'était pas Coppola à la réalisation j'aurai ouvertement critiqué ce film... là je me dit que j'ai du mal comprendre, que Coppola n'a pas fait "ça"...
    leon2
    leon2

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 14 critiques

    3,5
    Publiée le 25 juin 2012
    Un film qui attire autant qu'il peut répugner , je le considère comme une esquisse d'un grand tableau. Le scénario est captivant même si il aurait pu être plus affiné . La beauté de certaines scènes dans un contraste de couleurs et de lumière tranche avec d'autres faisant pensé à une série B. Comme si ce petit budget obligeait à certaines légèretés de mise en scène. L'introspection de cet écrivain à la recherche d'inspiration et de mentor ( Edgar Poe ) dans un monde fantasmagorique est d'autant plus mise lumière par ses effets de style baroque. Pour ma part le casting est assez inégal par le jeu moyen de Val Kilmer. 3,5 pour son inégalité , celui ci mériterait plus....
    PELLICULART
    PELLICULART

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 6 critiques

    3,0
    Publiée le 12 mai 2012
    2012 est peut-être l’année du bilan pour Francis Ford Coppola. Voir la suite de la critique sur : http://pelliculart.canalblog.com/archives/2012/05/12/24242119.html
    Nicolas S.
    Nicolas S.

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 731 critiques

    3,5
    Publiée le 5 septembre 2013
    J'ai beaucoup aimé le véritable style graphique qu'a voulu imprimer à son film Francis Ford Coppola ainsi que son montage qui ne laisse pas de temps mort et qui est, il faut l'avouer, assez osé. Twixt ne plaira pas à tout le monde, ça c'est sûr, mais il captera le spectateur qui apprécie dès le début ce film et ne le lâchera pas même si le scénario n'est pas forcément exceptionnel. Toutefois, ce scénario conte une histoire assez poétique et magnifiée par la maîtrise de la lumière et du maquillage. On pourrait presque penser à Sin City parfois ! En clair, il y aura 2 catégories de spectateurs : ceux qui trouveront ça nul et ceux qui seront happés par le film. Il n'y aura pas d'entre deux.
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 596 critiques

    3,5
    Publiée le 2 mars 2013
    D'une grande beauté plastique, très innovant, et assez intriguant, le film de Coppola est une belle surprise. Le réalisateur parvient à instaurer une ambiance envoutante, dans laquelle on se love avec plaisir, plus qu'avec angoisse. Le village dans lequel se passe l'histoire ressemble au final plus à un cocon qu'à un piège de film d'horreur et on s'y sent terriblement bien. Le plus troublant est sûrement la dichotomie du film : à la fois drôle et poignant, il ne se prend pas vraiment au sérieux mais transperce le cœur quand on connaît l'histoire personnelle de Coppola. Elle Fanning est absolument géniale et habitée et on retrouve avec beaucoup de plaisir un Val Kilmer en forme qui se moque de lui-même.
    jeremie747
    jeremie747

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 484 critiques

    2,5
    Publiée le 22 avril 2012
    Coppola père est sans conteste l’un de mes cinéastes préférés. J’aime les chefs d’oeuvre grandiloquents de sa jeunesse et j’aime presque autant les films plus surprenants de sa deuxième carrière. “L’homme sans âge” et “Tetro”, boudés par la critique, avaient en eux cette force hypnotique, cette ambition narrative et formelle qui font les très grands films. “Twixt” s’inscrit dans cette lignée des films “mineurs” de Francis Ford Coppola qui visent, de son propre aveu, à casser son image de mythe du cinéma pour pouvoir repartir à zéro, retrouver sa liberté en s’affranchissant des légendes que sont devenus les “Apocalypse Now” et autres “Le Parrain”. Le film commence bien, par la présentation amusante et mystérieuse d’une bourgade étrange et de personnages truculents : un écrivain de troisième zone (Val Kilmer, convaincant), un shérif bouseux apprenti écrivain, le fantôme d’une jeune fille et d’Edgar Allan Poe. On pense à des références comme les frères Coen, David Lynch ou même éventuellement Tim Burton et Alfred Hitchcock. On retrouve surtout d’emblée le talent de mise en scène de Coppola. A l’agaçante mode de la caméra à l’épaule, il oppose la suprême élégance du plan fixe. Il choisit un cadre, toujours composé avec minutie, laisse ses personnages y évoluer et l’action survenir d’une immobilité initiale. Coppola cherche aussi à innover dans la narration et prend le risque d’une intrigue un peu décousue par souci d’éviter de tomber dans le déjà-vu. Il mélange une enquête qui n’en est pas une dans le monde réel avec une autre rêvée qui sert de trame au nouveau livre de son personnage. Le résultat est intriguant mais pas vraiment réussi car on se demande souvent quelle est la volonté derrière ce film qui semble si personnel et passe pourtant totalement à côté de l’émotion. Il alterne quelques très belles scènes, dont celle de la discussion entre Val Kilmer et le fantôme d’Edgar Allan Poe sur la création littéraire, et des fautes de goûts évidentes, comme ces split screens à répétition et sans intérêt. En fait, par rapport à “Tetro” et “L’homme sans âge”, “Twixt” semble manquer de cette force intime, de cette ampleur universelle (le désir d’immortalité ou les relations familiales) qui rendent les films de Coppola habituellement si puissants. Ce n’est finalement qu’un film de genre qui cherche l’audace mais sombre vite dans la contingence. Ce qui marque toutefois, c’est qu’un film à moitié raté de Coppola reste bien plus intéressant que la grande majorité des films en salle actuellement.
    Extremagic
    Extremagic

    Suivre son activité 33 abonnés

    3,0
    Publiée le 21 mai 2016
    Coppola c'est un réal un peu à part dans ma tête. Il est presque abstrait. Disons que j'ai du mal à l'associer à des films, enfin je veux dire que quand on me dit Le Parrain, Apocalypse Now, Rusty James, ou même Dracula, etc, je ne les associe pas directement au réalisateur mais plutôt à des incontournables. En fait j'ai jamais l'impression de voir du Coppola, mais bien de bons ou grands films. Comme si ce mec n'avait une marque de fabrique, un signe distinctif. Le truc avec un film comme Twixt c'est que ça se viande sur trop de choses pour que ce soit réellement bon mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir une certaine sympathie pour le film. Parce qu'en fait d'une c'est pas dégueulasse à regarder et ça relève presque d'une entreprise expérimentale. Les défauts du film sont légion mais un certain charme s'en dégage. Je pense que le film est d'autant plus appréciable si on connait bien Poe (ce qui n'est pas mon cas, il serait grand temps que je m'y mette d'ailleurs) et par extension toute cette littérature policière/fantastique, baroque et horrifique. Et je ne le répèterais jamais assez mais le policier et le fantastique c'est peut-être un des meilleurs cocktails cinématographiques. Le film se vautre parce que son scénario est ou abscons, ou perché, ou cliché, parce que visuellement c'est beaucoup trop lisse pour pleinement convaincre et parce que globalement tout ça est très artificiel. Maintenant si le film fonctionne pas trop mal à mon sens c'est parce qu'on a toujours l'impression qu'il y a toujours une intention honorable derrière, mais bon de bonnes intentions ne suffisant pas parce que l'enfer en est pavé, j'irais jusqu'à dire que dans tout ce foutoir et bah il y a plein d'idées, maladroitement amenées mais il serait prétention et précipité de cracher dessus. Je dirais que Coppola n'ayant plus grand chose a prouvé s'amuse, et tant pis pour nous si on ne le suit pas dans le délire, le spectateur attentif saura s'emparer du suffisant et nécessaire pour y trouver de l'intérêt que ce soit formellement, scénaristiquement, philosophiquement, etc. Et même si c'est parfois moche, si c'est parfois laborieux, si c'est parfois précipité, si c'est parfois abscons, si c'est parfois risible, et bien parfois ça vaut sacrément le détour.
    NammJones
    NammJones

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 1 333 critiques

    1,5
    Publiée le 14 avril 2014
    Un Val Kilmer qui se traine, une Elle Fanning qui n'a jamais su rebondir et voilà une histoire des plus inintéressantes dans un lieu ennuyeux à mourir. Une intrigue plate, sans rebondissements intenses et l'ennuie dès le début.
    Jahro
    Jahro

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 380 critiques

    3,5
    Publiée le 17 novembre 2014
    A l’âge où d’autres coulent une retraite paisible, Coppola, s’il se fait dorénavant rare, n’a pas encore abandonné les salles obscures. A plus de soixante-dix ans, le père de Roman et Sofia continue d’essayer, de laisser aller ses envies, de clore à sa manière une carrière pas loin d’être irréprochable. Ainsi vient Twixt. Un nom aussi imprononçable que difficile à justifier : peut-être faut-il regarder la version turkmène ? L’important n’est pas là : FFC voulait avant tout manifestement rendre hommage à ses inspirateurs – et s’offrir au passage une incursion dans l’expérimental. De Carpenter donc, il glisse quelques images de Carrie, puis surtout reprend à peu près toute la trame de L’antre de la folie : un auteur de thrillers de gare qui se trouve pris au piège d’une bourgade entre rêve et réalité. On pourra aussi voir du David Lynch dans la mise en images, l’écriture presque automatique, cette histoire asynchrone qui s’autorise de fait toutes les extravagances. Mais la pierre angulaire est clairement Edgar Poe, omniprésent, tour à tour légateur de ses traits, ses rimes, le cadre d’une de ses œuvres et une partie de sa méthode. Que fait papy au milieu de tous ces grands noms ? Eh bien, il s’amuse. Sous une interminable et mystérieuse bande-son, il joue des filtres, contraste la couleur sur un brumeux noir et blanc, lutte contre l’attrait du second degré. Et pour tout dire, ne trouve jamais vraiment son ton. Mais il crée l’atmosphère, Et pour ça, on ne veut pas encore dire « Jamais plus ».
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top