Mon AlloCiné
38 témoins
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
2,5
1278 notes dont 284 critiques
2% (6 critiques)
19% (53 critiques)
26% (75 critiques)
26% (74 critiques)
16% (46 critiques)
11% (30 critiques)

284 critiques spectateurs

gemini-hell

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 394 critiques

3,5Bien
Publiée le 19/03/2012

Le meurtre de la jeune étudiante est bien évidemment un prétexte pour souligner et dénoncer la lâcheté, face à ce drame, de ces 38 témoins directs et indirects … sauf l’un d’entre eux, le grain de sable qui va enrayer cette belle mécanique d’égoïsme et de conformisme. Dommage que ce point de vue ne soit pas davantage proposé en amont du récit, cela aurait évité les fausses pistes inutiles qui empêchent l’histoire de réellement décoller avant une bonne moitié de film. La mise en scène et les dialogues sont de qualité. Par ailleurs, Lucas Belvaux a très bien su exploiter la photogénie particulière du Havre, cité portuaire décidément à l’honneur ces derniers temps au cinéma. Du côté de l’interprétation, on oubliera le couple mal assorti que forment Sophie Quinton et Yvan Attal (ce dernier particulièrement et étonnamment atone) pour retenir la belle présence de Nicole Garcia, une actrice qui a su rester authentique dans tous les sens du terme, celle dans un rôle secondaire de Didier Sandre (un acteur injustement boudé par le 7ème art) ainsi que la révélation du film, François Feroleto.

stanley

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 584 critiques

2,5Moyen
Publiée le 19/03/2012

38 témoins est assez déceptif. Une déception relative mais au vu de la réussite de tous ses films précédents, on ne peut recevoir le film, très plat, qu'avec ennui. Lucas Belvaux semble hésiter entre plusieurs thèmes (la culpabilité, le remord, la ville, l'intrigue policière, la vie de couple, les failles de la presse, celles de la justice) sans en approfondir un seul. Le film reste toujours en surface, trop distancié dans son propos, sans la moindre altérité. Certes, les interprétations sont bonnes (soulignons celles de Natacha Régnier très lumineuse qu'on aurait pu mettre à la place de Sophie Quinton) mais on ressent une certaine gêne, un manque d'investissement. La mise en scène, avec la répétition de ces facades d'immeubles, tourne à vide. On reconnaît d'ailleurs bien le style de Lucas Belvaux mais les gros plans sont trop présents malgré les impressionnants bâteaux... Une scène sublime cependant : celle de la reconstitution du meurtre qui est d'un grand impact émotionnel. C'est très peu pour un film si ambitieux dont la volonté de montrer le remords par les seules visions de l'homme à la fenêtre et celle de la reconstitution est un peu juste. 38 témoins est juste moyen, sans vértiable originalité.

Daenerys  Hime

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 4 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 19/03/2012

Je me suis ennuyée, mais pas d'un ennuie anodin, passager plutôt un véritable ennui profond celui qui vous donne l'envie de vous lever et de hurler à tous les gens assis dans la salle : "Eh les Gârs, vous appréciez quoi sincèrement là-dedans?". La bande annonce était pas mal, et j'apprécie pour ma part ce genre de film, lent où les émotions se lisent dans des gestes, se sentent dans les voix et se découvrent dans des regards. Mais là rien de tout ça, juste des mots, trop légers. Les dialogues me rappellent ceux des mauvaises séries, où justement il n’y a pas de dialogues, ou tout du moins pas de dialogues construit. On nous ressorts des clichés hallucinants, limite dégoutants sur une histoire d’amour qui ne tient pas la route, plutôt bidon, et je suppose ajoutée à l’histoire pour combler des vides. J’ai trouvé le personnage de Pierre Morvand pathétique, il m’a donné l’impression de se laisser porter par les évènements dans la première partie du film, et puis, dans la seconde, où il récupère un peu de son autonomie, il m’a paru absent, las, exténué. Alors bien sûr, il se décrit lui-même comme un fantôme, mais il y a des limites à tout, et là, j’ai trouvé ça réellement exagéré. Pourtant ce qui m’étonne c’est que je comprends le film, je comprends les émotions pour les avoir étudiés. Mais je ne les y ai pas vu, elles ne m’ont pas traversé, elles ne m’ont pas touché. Je suis ressortie de la séance aussi vide qu’en y rentrant. Cependant, certains plans m’ont marqué, le début, sur le cargo, il est évident que les plans d’ensembles ne sont pas exceptionnels, mais ils sont réellement agréables à regarder (surtout lorsque pendant une heure et demie après vous avec le droit à des pauvres champ/contre champ). Ça aurait vraiment pu faire un bon film, l’idée était prometteuse, mais hélas le réalisateur s’est trop reposé sur ses acteurs qui n’ont pas joué leur rôle à fond. Je suis déçue, effroyablement déçue. Alors, évidemment ceci est mon point de vue, j’ai essayé de discuter avec des gens qui l’avaient apprécié, mais je n’ai pas réussi à voir dans ce film tout ce que ces personnes ont ressenti.

mbabo

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 21 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 19/03/2012

Un drame sociétal qui fait froid dans le dos et force à l'introspection... La force du sujet est amoindrie tout au long du film par manque de rythme, des dialogues trop écrits, le jeu maladroit des acteurs principaux embarqués dans une invraisemblable histoire de couple. Un film sur la lâcheté, le devoir, le couple ? Trop de thèmes satellites viennent polluer une histoire pourtant forte et magnifiquement réalisée.

milienoe

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 37 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/03/2012

Film dérangeant qui nous oblige à s'interroger sur notre propre comportement. Aurions nous eu une réaction différente de cette de cas 38 témoins qui laissent un crime se dérouler au pied de leur immeuble sans intervenir ni même décrocher un téléphone pour appeler des secours? Quelle est le sentiment qui dicte cette conduite impardonnable : la peur, l'apathie, l'indifférence ? chacun s'abrite derrière un alibi douteux mais rien de bien glorieux dans tout ça...et pourtant ce fait divers a existé et il ne s'agit pas d'une fiction hélas. Malgré des dialogues un peu pesants parfois et des personnages assez stéréotypés le film se regarde bien

mariepaps

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 18/03/2012

Qualité des répliques proche du néant . Un univers glauquissime entre la ville du havre et le décor grisâtre des appartements. On s ennuie beaucoup. Seule Nicole Garcia et Natacha Regnier tirent leur épingle du jeu en étant assez justes ds leur rôle.

ardeo

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 176 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/03/2012

Lucas Belvaux s’affirme de plus en plus comme une valeur sûre du cinéma belge et du cinéma européen. Son dernier film tourné au Havre est encore une œuvre très personnelle et très affirmée. Pour moi, la force du film réside dans sa bande sonore admirable avec ces sons sortis de la ville et du port (bruits de la vie courante, voix, sirènes, claquements, moteurs, cris) et au moment opportun la musique. En parallèle, les dialogues peuvent parfois sembler un peu trop « dramatiques » même si le sujet l’est certainement. Côté acteurs, comme à l’accoutumée, Attal est excellent et les actrices qui lui donnent la « réplique » (même si le dialogue entre les personnages n’existe pas toujours) sont également très crédibles dans leur rôle. L’histoire donne un sentiment mitigé de stupeur, d’horreur, d’incompréhension et d’interrogation : « Et si nous avions habité ce quartier du Havre, cette nuit-là ? ». A voir et à entendre !

RolandL

Suivre son activité 3 abonnés Lire sa critique

4,5Excellent
Publiée le 18/03/2012

Une photographie du port du Havre, surtout de nuit, absolument magique....les mouvements des portiques de Port 2000, et le labyrinthe des containers....tout cela tranche avec la belle lenteur calculée du reste du film....J'ai adoré....!

norman06

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 117 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/03/2012

Lucas Belvaux frappe encore fort dans cette chronique judiciaire et sociale, synthèse de ses précédents films. Le faux semblant de la réalité fait écho à sa trilogie, et on retrouve tant le naturalisme stylisé de "La raison du plus faible" que la trame policière subtile de "Rapt".

cinono1

Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 205 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/03/2012

Pas beaucoup de héros, l'homme entre la peur et le courage. Lucas Belvaux interroge l'apathie, la lacheté, l'indifférence...Sur un sujet en or, rare, et hélas plausible (inspirée d'une histoire vraie, pas sur que les francais de 2010 soient plus courageux que les américains des sixties), Il sait installer une ambiance à la fois pesante et chaleureuse. Quel dommage alors d'avoir laisser son récit dévier en présentant le fait divers sous l'angle d'un couple auquel on croit pas, Yvan Attal et Sophie Quinton. C'est pas aidé par des dialogues de plombs. Le caractère libératoire de la vérité rejaillit dans la partie finale. Une oeuvre accusatrice, inconfortable qui interroge avec vigueur -et parfois lourdeur-, la responsabilité individuelle et collective.

Dg75

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 321 critiques

4,5Excellent
Publiée le 18/03/2012

Doit-on aller jusqu'au bout ? Peut-on vivre avec un tel poids sur la conscience. A la première question la réponse est oui, parce que tout simplement à la deuxième interrogation la réponse est non. Enfin pour certain seulement qui ne se pardonne pas sa lâcheté. Alors, bien qu'il sache qu'il va tout perdre, il va aller témoigner. A partir de là, tous vont lui tourner le dos, certains franchement, d'autre brutalement (sa voisine qui vient le giffler), un autre encore se doublera d'un corbeau puisqu'il n'aura même pas le courage de venir l'affronter. La reconstitution deviendra pour certains insupportables car ils vont devoir ouvrir les yeux et mettre un mot sur leur attitue. Le film pose aussi la question du devoir du journaliste qui va se servir de ses sources cachées pour obliger le Procureur à poursuivre. Excellent Yvon ATTAL qui nous plonge dans son remord. Des seconds rôles parfaits. Si seulement ce film avait le pouvoir de faire réagir notre société invidualiste et indifférente à tout, pourvu que nous soyons épargné !

mexico03

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 16 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/03/2012

C est boulversant..... La reconstitution du crime est limite soutenable. Yvan Attal et Sophie Quinton sont magnifiques !!! A VOIR

Fontaine Eric

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 90 critiques

2,5Moyen
Publiée le 18/03/2012

Lucas Belvaux évoque la lâcheté, il tourne son film dans une ville "Le Havre" où l'atmosphère est glauque, Yvan Attal soutenu par Nicole Garcia sont un peu les seuls à faire passer l'histoire, qui au final prend corps qu'à partir de la reconstitution du meurtre...en savoir plus de notre critique : http://www.cinephiletv.com/actualites_cine.ws

pierre s.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 4 critiques

4,5Excellent
Publiée le 18/03/2012

un film très réussi tant au niveau de l'histoire racontée, très prenante, avec un formidable suspense, que de la prise de vue qui ravira les amateurs de vues maritimes, encore plus s'ils sont havrais. Une reflexion passionnante sur la vie d'un quartier, au prise avec un fait divers tragique.

tixou0

Suivre son activité 206 abonnés Lire ses 1 460 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/03/2012

Là où Eric Guirado ("Possessions") échoue piteusement, Lucas Belvaux (le petit facteur de "Poulet au vinaigre" devenu un excellent metteur en scène : la "trilogie" - "Un couple épatant", "Cavale", "Après la vie" - "La raison du plus faible", "Rapt") réussit, avec "38 témoins". Il s'agit en effet là aussi d'un fait divers-prétexte : en 1964 dans le Queens, 38 personnes assistent derrière leurs vitres, sans réagir, à la lente agonie d'une jeune femme massacrée par un tueur en série. Belvaux adapte ici le livre que Didier Decoin a consacré à l'affaire en 2009 ("Est-ce ainsi que les femmes meurent ?"), mais son histoire n'est plus dans les années 60 à New York, mais aujourd'hui, au Havre (le décor bétonné, pour l'inhumanité, et l'ouverture sur l'horizon de l'océan pour la rédemption). Là il est question d'illustrer un autre travers humain : au mieux l'indifférence, sans doute la lâcheté. Réveillés en pleine nuit par des cris épouvantables, 38 habitants de la rue de Paris, certains seuls, d'autres en couple, assistent avec plus ou moins de conscience à l'agression sauvage d'une jeune étudiante, nouvellement installée dans l'immeuble en vis-à-vis (le seul riverain à avoir admis d'emblée qu'il a entendu quelque chose, croyant "à une bagarre d'ivrognes" a crié de son balcon que l'on se taise, puis est retourné paisiblement au lit, les cris ayant cessé puisque alors la victime s'était traînée dans le couloir de son habitation pour y agoniser en silence). Toujours est-il que lors de l'enquête de voisinage, les témoins potentiels ont tous déclaré ne rien pouvoir dire : "rien vu, rien entendu, on dormait". Pierre Morvand (Yvan Attal, qui domine la distribution), pilote de navire (avec donc des horaires décalés), seul au moment du drame (Louise, sa compagne - Sophie Quinton - était en déplacement en Chine) choisit dans un premier temps de préciser aux enquêteurs qu'il n'était pas chez lui. Mais sa conscience (joliment matérialisée à l'écran par une silhouette sur le balcon d'en face) le tourmente, et lui, le "taiseux", ne tarde pas à dire ce dont il a été le témoin tétanisé, d'abord à Louise endormie (?) lors d'un monologue poignant, puis aux services de police. Est-il quitte alors ? Pas vraiment puisqu'il relance l'enquête, ce qui entraîne de nouvelles auditions durant lesquelles les témoins retrouvent la mémoire : 38 mises en examen potentielles pour "non-assistance à personne en péril" ? Du jamais vu, "impossible" pour le procureur de la République (Didier Sandre), qui enjoint l'omerta à ce sujet aux enquêteurs, au nom (prudence largement teintée de cynisme) de l'ordre public. Choqué, le capitaine Léonard (François Feroleto) en charge du dossier, organise une "fuite" en contactant Sylvie Loriot, une journaliste locale (Nicole Garcia). La couardise collective est révélée dans la presse, de même implicitement que la façon dont elle a été mise en évidence : déjà fâchée avec sa voisine de palier et ancienne amie Anne (Natacha Régnier), la fragile Louise, en butte à une hostilité grandissante des autres "témoins" ("Balance" écrit sur la porte de l'appartement à l'adresse de Pierre, vitre brisée), qui n'arrive surtout pas à pardonner à son compagnon son mensonge initial, vient à le quitter. Les questions morales sont légion dans cette belle réalisation : sommes-nous tous des lâches ordinaires ? Peut-on sacrifier sa vie de famille à un retour de l'estime de soi ? La vérité est-elle préférable à la paix sociale ? ..... Belvaux pose ces questions sans emphase, et sans chercher à nous imposer sa conviction personnelle, et il le fait dans un style superbement épuré (cadre, photo, montage - la séquence de la reconstitution est à cet égard particulièrement remarquable : tout est à louer). Rien de facile (on ne voit pas le crime, on ne connaîtra pas le coupable), mais du nécessaire.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top