Mon AlloCiné
    L'Emmurée vivante
    note moyenne
    3,3
    97 notes dont 21 critiques
    5% (1 critique)
    38% (8 critiques)
    33% (7 critiques)
    19% (4 critiques)
    5% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur L'Emmurée vivante ?

    21 critiques spectateurs

    Hugo.Mattias
    Hugo.Mattias

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 15 critiques

    2,0
    Publiée le 19 août 2019
    Un giallo qui frise la parodie. Fulci a visiblement un goût très prononcé pour le zoom et au vingtième zoom avant sur les yeux de l'héroïne, on finit par fatiguer un peu. L'enquête en elle-même est trop statique et avance à coups d'indices tous plus invraisemblables les uns que les autres. Finalement, seule une scène sort du lot, par sa tension et son utilisation de l'espace (une maison, puis une église), renouant avec ce que le giallo sait faire de mieux. Pour le reste, c'est franchement laid et ennuyeux.
    Carne
    Carne

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 117 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    L'Emmurée Vivante du maître Lucio Fulci (L'enfer des zombies, Frayeurs, La maison près du cimetierre, La malédiction du pharaon, L'au-delà,...), réalisateur de plus de 50 films, est un excellent long-métrage bourré de suspense et de mouvements de caméra plutôt ingénieux enrichis d'une très belle musique. En outre, le scénario est digne d'un bon giallo à la Dario Argento (Les frissons de l'angoisse) mélangeant habilement le fantastique (La clairvoyance) et le policier (L'enquête) sans pour autant négliger un déroulement prenant et bourré de surprises. Quant aux acteurs, ils sont tous bons... L'Emmurée Vivante vaut vraiment le détour !!!
    Antn D
    Antn D

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 66 critiques

    3,0
    Publiée le 6 juin 2012
    L'emmurée vivante se classe parmi les bons giallo, sans égaler les modèles du genre que sont les films de Dario Argento, en particulier L'oiseau au plumage de cristal, Suspiria et Deep Red. Fulci mène son intrigue avec le sens du rythme qu'on lui connaît, mais sans verser dans les penchants sanguinolents qui l'ont rendu célèbre. Le cadrage et les couleurs sont parfois splendides, même si le film use et abuse des zooms sur les yeux de l'héroïne pour passer enchaîner deux plans. Le gros problème du film est à mon avis inhérent au scénario. Puisqu'il s'agit d'une dame capable de voir ce qui est arrivé, ou ce qui est en train ou va arriver, il devient très difficile, dans la dernière partie du film, de maintenir le suspense pourtant si nécessaire au giallo. Le film bascule alors dans autre chose, un thriller fantastique, voire tragique, dans le goût de Dead Zone. À recommander absolument aux amateurs de ce genre de films. Pour les autres, la faiblesse du jeu d'acteurs, la pauvreté des dialogues et du discours parapsychologique, et surtout la vilaine bande son mono, devraient vous décourager.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    4,5
    Publiée le 22 septembre 2016
    L’Emmurée vivante est un des films les plus intéressants de Fulci. Pas son chef-d’œuvre, mais dans le genre non-fantastique il fait partie de ses belles bandes, simple, propre, intriguant, une petite réussite qui ne doit cependant pas beaucoup au giallo. Ici, pas de meurtre au couteau, de tueur gantée, pas même de sang d’ailleurs (un tout petit peu alors !), L’Emmurée vivante est avant tout un suspens avec une enquête policière est quelques excentricités très italiennes. C’est du coup bien prenant, le rythme n’est pas ébouriffant mais le film n’est jamais ennuyeux grâce à de vraies bonnes idées scénaristiques et le métrage est court, sans scènes inutiles, c’est très plaisant. Le final est parfait, honnêtement je ne suis pas loin de penser que L’Emmurée vivante est, sur le plan strict de l’histoire, le métrage le plus abouti de Fulci. Le casting est bon lui aussi d’ailleurs. Là aussi c’est plutôt un argument dans le cinéma du réalisateur, avec une solide Jennifer O’Neill qui porte bien le métrage. C’est dommage que les seconds rôles soient un peu monolithiques parfois, sans doute lié à une direction d’acteurs en ce sens d’ailleurs, néanmoins Marc Porel a une photogénie certaine, et les personnages sont solides. On croit dans ces rôles, et on suit les mésaventures de l’héroïne avec attention. Formellement L’Emmurée vivante est classique mais très élégants. Beaux décors, notamment pour le final, très belle photographie, mise en scène très appliquée, Fulci signe un métrage typiquement italien dans ses goûts et qui rappellera les plus esthétiques des gialli de l’époque. Comme je l’ai déjà dit peu de sang, il ne faut pas s’attendre à du cinéma d’horreur, c’est surtout un policier aux allures de thrillers, et c’est un choix qui finalement convainc tout à fait. A souligner une belle bande son, un peu trop rare sans aucun doute, mais qui apparait toujours à des moments essentiels, et qui joue un rôle exceptionnel à la fin. Bref, L’Emmurée vivante est indéniablement un des Fulci à voir si l’on a envie d’avoir une bonne opinion de ce réalisateur, il est vrai, plus qu’inégal. En-dessous de L’Au-delà, sans doute, mais on n’est pas loin de tenir l’une de ses plus grandes réussites. 4.5
    ourouty
    ourouty

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 88 critiques

    3,5
    Publiée le 28 janvier 2013
    Un excellent giallo signe fulci. On y retrouve sa patte ( zooms agressifs) au service d' un bon scénario. Une excellente bo et une interprétation sans erreur font de film une belle surprise pour ceux qui ne conaiSsaient que les zombies de lucio fulci.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 227 abonnés Lire ses 4 845 critiques

    3,5
    Publiée le 27 août 2010
    Un giallo à la Fulci et s'il nous réserve quelques effets sanglant L'Emmurée vivante n'est pas à classer dans les films gore de Fulci ; l'histoire est intriguant à souhait mêlant une touche de paranormal à l'intrigue. On peut regretter que le suspense ne soit pas constant mais l'ensemble est efficace et la mise en scène très belle avec des séquences très réussies de plus l'interprétation est de qualité (pas toujours le cas avouons-le dans ce type de cinéma) comme celle de la charmante Jennifer O'Neill.
    ClashDoherty
    ClashDoherty

    Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 715 critiques

    2,5
    Publiée le 16 mai 2007
    Assez spécial et flippant, mais en rien un chef d'oeuvre du genre, ni même un excellent Fulci. C'est pas mal, c'est tout.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 362 abonnés Lire ses 5 436 critiques

    2,0
    Publiée le 16 septembre 2011
    Lucio Fulci (Frayeurs - 1980, La maison près du cimetière - 1981, L'éventreur de New York - 1982), le maître de l’horreur à l’italienne réalise ici un giallo palpitant, mais très loin de ses habituelles réalisations sanguinolentes. L'Emmurée vivante (1977) est un polar dans la droite lignée des giallos italiens des années 70, avec cette mise en scène si particulière, ces couleurs flashy, cette B.O stridente et répétitive (et assez réussie pour le coup). Si la première partie finit par ennuyer faute d’avoir une mise en scène assez mollassonne, heureusement pour nous, dès la seconde partie, tout s’accélère et on entre clairement dans le vif du sujet (avec un final assez inattendu et tout bonnement réussit).
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 234 abonnés Lire ses 295 critiques

    3,5
    Publiée le 31 mars 2016
    Même si le jeu de pistes ne trompe pas vraiment et que le dernier acte est au bout d’un moment terriblement attendu ce giallo fonctionne très bien, surtout ce dénouement qui imbrique tous les éléments des visions sous nos yeux tel un puzzle reconstitué, puis la tension qui suit, c’est scotchant. L’enquête d’apparence classique est relevée par cette ambiance inquiétante et funeste, la musique joue un rôle prépondérant et Jennifer O’Neill dégage une rayonnante sobriété dans un rôle pas évident à interpréter (la dame a d’ailleurs des yeux incroyables, ce qui n’est pas pour appauvrir le degré fascinant du personnage).
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 207 abonnés Lire ses 2 113 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mars 2019
    Quand il s'attèle à la réalisation de "L'emmurée vivante" ("Sette note in nero" en Italie) sur la proposition de Luigi di Laurentis, le jeune frère du célèbre producteur Dino di Laurentis, Lucio Fulci a bien conscience que le giallo a sa période de gloire derrière lui malgré le choc que provoqua "Les frissons de l'angoisse" de Dario Argento sorti deux ans plus tôt. Le réalisateur dont l'éclectisme n'est plus à prouver amorce une transition qui va l'amener dans la partie suivante de sa carrière à davantage axer sa mise en scène sur les effets gore mis en relief par l'apparition du "slasher" Outre Atlantique. Signe évident de cette transition, Fulci, travaille sur le scénario avec Roberto Gianviti son fidèle scénariste pour la dernière fois et entame une collaboration qui sera fructueuse avec le plus jeune Dardano Sacchetti qui a fait ses armes sur "Le chat à neuf queues" de Dario Argento (1971), poursuivant avec Mario Bava, puis dans le polar urbain violent pour Umberto Lenzi et essentiellement Silvio Massi. Le résultat sera tout à fait surprenant, "L'emmurée vivante" étant un film très minimaliste au niveau de ses effets, reposant essentiellement sur les rapports psychologiques entre les personnages à partir des dons de visions de Virginia (Jennifer O'Neill), une jeune femme récemment mariée avec un riche hommes d'affaires (Gianni Garko) qui après avoir eu la prémonition du suicide de sa mère alors qu'elle était enfant est de nouveau plongée dans un cauchemar troublant alors qu'elle traverse des tunnels sur l'autoroute. Lors de la visite d'une ancienne demeure de son époux, elle acquière la conviction que c'est dans celle-ci qu'une femme a été frappée puis emmurée vivante. La police découvre effectivement le cadavre d'une jeune femme ce qui ne colle pas tout-à-fait avec la vision initiale de Virginia. Aidée d'un médecin psychologue (Marc Porel) qui la suit, la jeune femme poursuit les investigations malgré les évidences qui semblent s'imposer. Lucio Fulci est très à son aise et sûrement très inspiré par la beauté magnétique de Jennifer O'Neill encore toute auréolée de son rôle mythique dans le fameux "Un été 42" de Robert Mulligan qui en 1970 avait ému toute une génération d'adolescents pré pubères. Il en profite pour diffuser une ambiance capiteuse et sensuelle encore renforcée par une intrigue fort bien construite qui tire toute sa saveur de la confusion temporelle qu'elle instaure à partir des visions de son héroïne. Certes les gros plans sur les magnifiques yeux de Miss O'Neill sont un peu récurrents mais comment reprocher à Lucio Fulci de succomber à ce regard qui vous agrippe à tous coups ? La photographie de Sergio Salvati mettant parfaitement en relief la magnifique campagne environnante de Sienne et le casting composé de Marc Porel, Ida Galli, Gianni Garko et Gabriele Ferzetti étant lui aussi très convaincant, on peut placer "L'emmurée vivante" au sommet de la très foisonnante filmographie d'un Lucio Fulci pas toujours reconnu à sa juste valeur. Si "L'emmurée vivante" constitue la queue de comète d'un genre en train de s'éteindre, celle-ci scintille encore suffisamment pour donner l'envie de remonter dans la décennie qui précède afin de découvrir les petites perles de Sergio Martino, Mario Bava, Dario Argento, Umberto Lenzi ou autres Dallamano Massimo et Aldo Lado .
    Nicolas B
    Nicolas B

    Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 327 critiques

    3,5
    Publiée le 27 février 2012
    Lucio Fulci le maître du macabre et du morbide nous offre un thriller horrifique dans le style du giallo vénéré par Tarantino. "L'émmurée Vivante" nous livre une experience assez malsaine rien qu'à son concept qui aurait pu être mieux exploité afin de plonger le spectateur dans une situation dérangeante l'entrainant dans le malaise. Malheureusement, rien que la découverte du squelette par le personnage, bien interprété par Jennif O'Neill, aurait pu être plus dérangeant, troublant, choquant dans une ambiance plus macabre, car Fulci nous plonge dans le film rien qu'avec une super scène d'ouverture contenant plusieurs images glauques et malsaines. Cependant, ca s'arrete là, on se trouve loin de l'ambiance macabre et glauque vu dans "L'au dela", "Frayeur", "La Maison Près Du Cimetière" et on se retrouve face à un film pouvant nous rappeler les Dario Argento en particulier "Les Frissons de L'angoisse". Ce qui n'est pas plus mal pour Fluci d'utiliser de bon décors baroques, quelques rebondissements et quelques situations nous tenant en haleine bien qu'elles soient prévisibles. On y retrouve aussi quelques images sanglantes mais aucune de gore, "L'émmurée Vivante" s'en écarte pour, plutot, nous introduire dans une énième enquete surnaturel assez molle mais qui ne nous ennuie pas si on rentre dans le film afin de se retrouver dans les mêmes situations des personnages. Les fans de Giallo seront donc ravis d'être devant ce thriller horrifique peu sanglant, peu dérangeant mais toutefois captivant accompagné de fabuleuses musiques nous entrainant dans l'ambiance. 3.5/5
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 2 564 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mars 2008
    Superbe et intéressant témoignage... ( On voit toutefois assez mal durant certaines scènes. )
    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 682 critiques

    4,5
    Publiée le 5 novembre 2019
    Un magnifique giallo, puissant et étouffant, porté par une mise en scène somptueuse et un suspense omniprésent. La partie enquête de "L'emmurée vivante" n'est pas des plus extraordinaires, mais elle reste efficace. Quelques redondances liées au scénario même peuvent déplaire, mais la première comme la dernière partie du film restent des moments mémorables en terme de cinéma. Et posent Lucio Fulci comme l'un des maîtres du giallo, à tendance légèrement fantastique. C'est en tout cas à voir pour tout amateur du genre.
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 020 critiques

    3,5
    Publiée le 18 janvier 2013
    Ne pas s'attendre à du gore dans ce film, à peine quelques gouttes de sang, tout est centré autour d'une affaire de meurtre sordide : un cadavre découvert dans le mur. La ravissante Virginia Ducci (Jennifer O'Neil) a des visions d'un futur qui pourrait être le sien et c'est parti... Il y a une belle photographie et musique, des rebondissements et c'est plutôt bien réalisé. Pas le plus connu de Fulci et pourtant c'est loin d'être le plus mauvais. Par contre le scénario n'a rien de renversant non plus.
    Toutou to you
    Toutou to you

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 599 critiques

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2012
    Dans les gialli, vision n'est pas déraison. On a tendance à oublier que Lucio Fulci, maître incontesté du bis transalpin, grand amateur de gore crasseux, a aussi officié dans le giallo. L'Emmurée Vivante est sans conteste l'un de ses meilleurs films. En 1959 la petite Virginia a la vision que sa mère saute d'une falaise. Le geste fatal a bien eu lieu. Plusieurs années ont passé, Virginia est, à présent, une femme séduisante qui n'en a pas pas fini avec ses dons médiumniques... Thriller teinté de fantastique, Sette Note In Nero est une oeuvre très ambitieuse de par son scénario assez complexe mais au traitement très limpide. Virginia va 'voir' une scène de crime dans la demeure de son époux, chaque élément aperçu sera le motif d'une reconstruction d'abord mentale puis factuelle. Elle va troubler ainsi le passé et l'avenir. Avec une ambiance seventies glacée, une photographie excellente de Sergio Salvati (qui travaillera plus tard sur les chefs d'oeuvres du grand Fulci tels que L'Au-Delà) qui épouse à merveille les fantasmagories des visions de Virginia, L'Emmurée Vivante est de ces gialli intelligents où l'étude de la psyché ne se fait jamais sans un rapprochement fin du subconscient. Le réalisateur de La maison Près Du Cimetière joue avec le spectateur, le perd jusqu'à une fin brillante. Avec de très jolis effets, des gros plans sur le regard hypnotique et hypnotisé de Jennifer O'Neill, son métrage se compose d'un assemblage cohérent, le plaçant comme un sérieux rival des productions de Dario Argento. Sa direction d'acteurs est convenable mais la vf souffre un peu. La musique de Fabio Frizzi, superbe, fut reprise par Quentin Tarantino dans Kill Bill. Un giallo de grande classe. 4/5
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top