Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Apollonide - souvenirs de la maison close
    note moyenne
    3,2
    1889 notes dont 325 critiques
    répartition des 325 critiques par note
    33 critiques
    59 critiques
    84 critiques
    65 critiques
    43 critiques
    41 critiques
    Votre avis sur L'Apollonide - souvenirs de la maison close ?

    325 critiques spectateurs

    ER.
    ER.

    Suivre son activité 138 abonnés Lire ses 105 critiques

    3,5
    Publiée le 23 septembre 2011
    Une belle image , de belles actrices, on ressent le poids de l'endroit , le coté sombre du lieu , mais aussi l'ennuie , et parfoi même on s'ennuie ... On se laisse tout de même happé par ce monde clos ...
    reggie miller
    reggie miller

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 69 critiques

    2,0
    Publiée le 2 octobre 2011
    esthétiquement : 5/5 mais d'un chiant à peine soutenable !
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 2 778 critiques

    3,5
    Publiée le 5 septembre 2016
    La mise en scène est relativement soft, les bonnes idées germent mais ne sont pas exploitées, les scènes marquantes sont inexistantes bien que les décors et costumes s'y prêtaient grandement, le montage bénéficie de quelques lacunes, le film cherche à tout prix l'effet de style sans atteindre ses espérances, "L'apollonide : souvenirs de la maison close" peut donc paraître prétentieux mais passe pourtant à côté du grand film qu'il aurait pu être. Tous les ingrédients étaient présents, à commencer par ce très bon casting féminin, son thème, ou encore son esthétisme. Ce long-métrage reste bien entendu très agréable, mais peut susciter un léger sentiment de déception quant à son potentiel.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 139 abonnés Lire ses 2 978 critiques

    3,5
    Publiée le 24 avril 2017
    "L'apollonide : Souvenirs de la maison close"... le titre du film résume bien son contenu. Durant deux heures, on suit l'ordinaire d'une maison close de la fin du XIXème siècle, des relations entre les filles, avec les clients, leurs rituels quotidiens,.... Le scénario est classique, ne propose rien de surprenant, mais cette banalité est contrebalancée par une photographie sublime. En effet, par ses costumes, ses décors et cette photo, ce long métrage est visuellement magnifique. L'image et ses tonalités de couleurs rappelle d'ailleurs les peintures romantiques de cette même époque. Bertrand Bonello pousse même le contraste en incluant la chanson "Nights in white satin" des Moody Blues durant une scène. Effet garanti. Encore une fois, il est regrettable que l'intrigue soit si simple, peu audacieuse même si elle sert de base à dresser de beaux portraits de femmes, loin des clichés liés à ce genre de professions.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 1 011 critiques

    0,5
    Publiée le 28 septembre 2011
    Nullache! Rien à garder dans ce film sans scénario, sans relief, sans originalité. On a souvent l'impression d'un documentaire pornosoft (le producteur voulait sans doute éviter l'interdiction aux mineurs!), avec tous les clichés et enfoncements de portes ouvertes possibles en 2 heures. La critique professionnelle me désole une fois de plus.
    Pascal I
    Pascal I

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 3 224 critiques

    2,5
    Publiée le 27 février 2012
    Une immersion dans les maisons closes de l'époque avec ses devoirs et très peu de droit. Un luxe dans la luxure réservée aux notables avec ses accès et ses excès ! Un doux et brutal mélange souvent dérangeant, jamais obscène, quelquefois osé mais "respectable" et "encadré". Ce qui en ressort, c'est la cohésion, les doutes, les humeurs et malheureusement la ... fatalité. Des longueurs jalonnent trop le film où il ne se passe pas vraiment grand chose et souvent répétitif. 1h30 aurait largement suffit à montrer ces "codes" de l'époque mélangeant respect et autorité. De très bonnes interprétations avec quelques caractères bien trempés (heureusement) qui relèvent l'atmosphère. Moyen dans sa réalisation et sa mise en scène sur un sujet assez difficile à traité. 2.5/5 !!!
    Santu2b
    Santu2b

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 1 563 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mai 2014
    Présenté à Cannes en 2011, "L'Apollonide" pourrait faire figure de film-clé dans la carrière de Bonello, tant il symbolise à merveille ses aspirations et thématiques majeures. Se déroulant au crépuscule du XIXe siècle, puis à l'aube du XXe, celui-ci a donc pour cadre un lupanar pourvu de dizaines de locataires dont les amitiés, rivalités, quête d'évasion et désirs formeront l'épicentre de sa chronique aigre-douce. Choc esthétique de grande ampleur, l'oeuvre est en effet un pur régal des yeux, amplifié par l'instauration d'une ambiance enveloppante, réalisée à coups de trouvailles virtuoses. Jusqu'à l’intrigante scène finale, Bonello se joue allègrement du temps, transmutant parfois son oeuvre en vaste opéra-rock où se peuvent se côtoyer Puccini comme The Mighty Hannibal ou les Moody Blues. De quoi installer Bonello sur le fauteuil des plus grands cinéastes français actuels avec ce huis-clos tragico-sensuel d'où se dégage en permanence un parfum suave et envoûtant. Sublime.
    Critik D
    Critik D

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 1 095 critiques

    4,0
    Publiée le 3 juin 2014
    Un film intéressant, reprenant les heures de gloire mais aussi la déchéance des maison close. Au travers du quotidien des filles on suit une période d'histoire presque hors du temps. Durant tout le film on est immergé dans ce monde à oublié nous même ce qui peut tracasser le monde extérieur. On est dans un monde de fête, de paillettes, d'extravagance... du moins en apparence. Car l'envers du décors est tout autre. Ce film est parfois difficile à suivre, en suivant plus ou moins la trame de vie de Madeleine, son rêve, son passé et son présence. Ce tragique événement la métamorphosant à vie en femme qui rit. Et la vie continue dans l'absence totale d'une liberté qui semble pourtant présente lors des soirées. Je me suis parfois perdue dans mes réflexions, à ne plus savoir où on en était, ni comprendre pourquoi finalement on s'attache particulièrement à cet événement. Le travail de Bertrand Bonello est superbe, il arrive à capter la beauté de ses filles même dans leur moment les plus noir, le césar récompensant les décors et les costumes est vraiment mérité, c'est magnifique et reconstitue à merveille l'époque. D'ailleurs il arrive également à capter la lumière même la plus petite possible qui soulignera le moment alors que tout le reste est sombre. Le casting est très bon, j'ai été étonné de voir Noémie Lvovsky au générique mais elle est super dans son rôle de matrone. Et finalement on se retrouve dans un monde d'homme, puissant qui nous montre qu'il a une femme pour l'apparence, la famille et qu'il en côtoie régulièrement une autre pour s'adonner au plaisir les plus fous. Un monde principalement aristocrate et ses idées du divertissement. J'ai vraiment passé un bon moment, même s'il m'a parfois été compliqué de comprendre la tournure ou le pourquoi des événements présentés. Un film dont on entend peu parler mais qui vaut vraiment le détour.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 15 octobre 2012
    Je n'avais pas vu de film de Bertrand Bonello. Plus jamais je ne verrais un film de Bertrand Bonello. Long, malsain, mal filmé, terne, glauque, mal joué, et j'en passe. Je ne suis encore jamais sorti d'une salle, là j'ai failli. Comment peut-on passer autant à côté de son sujet ? Il ne faut pas s'étonner si, avec des auteurs pareils, le cinéma français est à la ramasse.
    Ivry Braun
    Ivry Braun

    Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,5
    Publiée le 24 novembre 2011
    Ce film est pour moi l'une des révélations de cette année 2011: la poésie, bien évidemment, de la séquence de réminiscence onirique, mais également les travellings dans les sombres couloirs, la subtilité de la direction des actrices et acteurs, ainsi que la rythmique interne de la mise en scène nous plongent au cœur de la musique d'une très grande œuvre cinématographique.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 1 288 critiques

    3,0
    Publiée le 29 octobre 2013
    L'Apollonide est un film très singulier : séduisant et dérangeant, poétique et politique, globalement raffiné, mais long et lourd sur la fin. Pas facile à cerner. Mais audacieux et marquant. Bertrand Bonello nous plonge ici dans un bordel de luxe, offrant une chronique fantasmée, doublée d'une rêverie décadente. Pas de grands développements narratifs, mais des fragments de vie, tableaux et portraits, pour évoquer quelques femmes, actrices d'un théâtre de plaisirs et d'illusions. Dans ce quasi-huis clos, le réalisateur capte, sans érotisme, les chuchotements, les froissements d'étoffes, les regards alanguis ; il dit le rythme des jours, la fatigue des corps, la tendresse et la cruauté, les rêves d'amour et les jeux pervers. Il le dit dans un cadre très pictural, où tout est savamment composé : décors, costumes, lumières, poses des acteurs... Ces compositions, Bonello les anime d'un mouvement nonchalamment élégant, caressant, mais traversé de scènes fulgurantes. Et surtout, il parvient à faire sourdre de ce "paradis" artificiel un parfum vénéneux, mortifère, ainsi qu'un spleen profond. Son film navigue au croisement des influences de Sade, Manet, Huysmans, Baudelaire, Freud, The Moody Blues (Nights in White Satin dans la BO !)... C'est original et fort. Sur le fond, on reste toutefois avec un sentiment trouble face à ce mélange de fascination et de nostalgie de l'époque des maisons closes. Quant à l'épilogue, qui introduit une rupture de l'unité de temps (et de ton), il apparaît comme un message politique aussi plaqué que maladroit.
    JCOSCAR
    JCOSCAR

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 1 100 critiques

    1,5
    Publiée le 25 septembre 2011
    L'Apollonide - souvenirs de la maison close est un drame ennuyeux et trop long. Dans un décor feutré mais terne comme le scénario sans rythme à part quelques dialogues ne donne pas envie d'une réouverture de ces lieux tant décris. Une déception...
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 2 749 critiques

    3,5
    Publiée le 21 novembre 2015
    Une belle mise en scène de Bertrand Bonello qui démontre beaucoup de style, de poésie et une personnalité originale .Une image soignée, une bande son très astucieuse, moderne, actuelle mais qui colle bien à l’ambiance supposée d’une maison close de l’époque. Le récit est fait comme une peinture par touches successives, de style expressionniste. La vie, le destin de ce groupe de prostituées est décrite au travers des rencontres avec leurs clients et par la description clinique de leur vie quotidienne dans la maison. Le ton est juste, il n’y a ni critique morale, ni éloge, ni allégorie, ni jugement, ni complaisance. Chaque personnage de prostituée est très intéressant : celle qui sombre dans l’addiction à l’opium, la dernière arrivée, encore fraîche et jeune à 16 ans, qui veut s’en sortir, et qui ne restera pas à la maison , celle qui va attraper la syphilis, et bien sûr le femme sourire, qui a subit une agression au couteau et qui est marquée à vie sur son visage, mais qui intéresse encore certains clients pervers, amateurs de Freaks. Chacun de ces personnages permet au final de dresser un tableau complet de ce que devait être un bordel du début du siècle (et le petit clin d ‘œil final de l’épilogue du film, à l’époque contemporaine, montre que probablement rien n’a changé pour ces filles). L’épisode de la visite médicale collective est très réaliste d’une froideur pragmatique .Il y a de très belles scènes : bien sûr la soirée libertine à l’extérieur de la maison, avec la femme-sourire, et une femme de petite taille, où l’on retrouve une lubricité troublante, on ne sait dire si c’est érotique, malsain, pervers, sadique, ou émoustillant. Mais en tout cas pour la beauté et le brio de la mise en scène , Bonello n’a rien à envier au référent de Kubrick de « Eyes wide shut ». Magnifiquement réalisé. Et c’est une force de Bonello, ne pas se positionner, d’être suffisamment distancié, pour ne pas s’engager. Chaque spectateur est libre d’être, soit : offusqué, indiffèrent, excité, outré selon son tempérament. De même pour le client (très bien joué par Louis Do Lencquesaig, toujours impeccable ) qui aime regardé le sexe des femmes en gros plan : est-ce sensuel ? érotique comme le « Début du monde » de Courbet , ou détraqué et pervers ? Difficile de dire .Il y a une ambigüité constante dans le film qui est très stimulante.… Une très belle interprétation de Noémie Lovvsky en mère maquerelle, qui aime ses filles, les aide, mais qui sait aussi les endetter, de manière récurrente, pour les retenir au bordel. Un jeu tout en finesse et en subtilité. Toutes les filles sont bien, elles jouent justes et démontrent la très bonne qualité de directeur d’acteur de Bonello.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    4,0
    Publiée le 20 novembre 2011
    On ressent rapidement les influences impressionnistes dans la mise en scène et la photographie de l'Apollonide. Mais cette esthétisation n'est pas là pour enjoliver la condition de ces femmes, au contraire, elle tranche avec leur dure réalité. Le ton n'est pas moralisateur (ouf !) et le film (re)donne à ces femmes toute leur humanité, en les présentant d'abord comme des femmes. Le long-métrage ne s'attarde alors pas sur l'une d'entre elle mais sur le groupe, sur leur destin, sur leur vie ensemble. Un joli film.
    Gérard Delteil
    Gérard Delteil

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 466 critiques

    2,5
    Publiée le 22 août 2014
    Certes le film est bien fait, les images sont belles, les comédiennes impeccables. Les intentions sont bonnes aussi : dénoncer le caractère sordide de la prostitution, proche de l'esclavage, à l'inverse de tous ces films qui nous montrent les bordels de la "belle époque" comme des lieux pittoresques et sympathiques. Le cynisme et l'inconscience des riches clients nous donne un aperçu de cette société bourgeoises du début du 20ème siècle. Mais l'absence de scénario et de progression dramatique, le caractère répétitif des scènes de sexe rend ce film très ennuyeux, d'autant qu'on ne parvient à s'attacher vraiment à aucun personnage. La bande sonore, curieusement anachronique, n'ajoute rien et nuit plutôt à la crédibilité. Quant à la scène finale, on n'en comprend pas très bien le sens. S'agit-il de nous montrer que le fléau de la prostitution sévit toujours ou de nous dire que, tous comptes faits, il valait mieux travailler dans une maison close que de tapiner dans la rue ?
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top