Mon AlloCiné
Les Vieux chats
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,1
207 notes dont 40 critiques
8% (3 critiques)
35% (14 critiques)
35% (14 critiques)
18% (7 critiques)
5% (2 critiques)
0% (0 critique)

40 critiques spectateurs

peipsy

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 18 critiques

3,5Bien
Publiée le 09/05/2012

J'ai trouvé les acteurs plutôt bons. Le scénario est fluide et quelques scènes sont amusantes. Le ton général est pourtant assez sombre et j'avoue être sorti un peu maussade de la salle de cinéma.

arnaud1996

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 169 critiques

3,5Bien
Publiée le 09/05/2012

film très correct. Cette fille folle qui débarque comme ça...ensuite on comprend mieux pourquoi...

DameYseut

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 18 critiques

4,5Excellent
Publiée le 08/05/2012

sous titre possible : comment prouver qu'avec 6 acteurs (dont 2 chats), un appartement avec balcon et au 8ème étage (dont l'ascenceur est en panne), on peut monter un vrai film avec une vraie histoire, des personnages subtilement décrits et même un authentique suspens faisant naître une profonde émotion.

Laurent Cambon

Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 773 critiques

4,5Excellent
Publiée le 06/05/2012

Voici un film qui mine de rien rassemble en une même fiction de la gravité de la légèreté du bonheur de la tristesse de l'amour et de la colère. Cette fable humaniste est un véritable hymne à la vie et à l'amour. Grace à la complexité des personnages, à leur désarroi invisible, ce film apprend à ne jamais juger les blessures d'enfance.

stephaniematias

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 79 critiques

3,5Bien
Publiée le 06/05/2012

Toujours de bonnes surprises avec le cinema sud-américains, l'actrice principale est tout simplement bluffante !

Christoblog

Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 961 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 05/05/2012

Une vieille dame perd sa lucidité. Elle est dans cette phase (début d'Alzheimer ?) durant laquelle les périodes de lucidité, majoritaires, alternent avec les absences, de telle façon qu'elle est parfaitement consciente d'avoir des absences. Sa fille, lesbienne, vient la voir en fin d'après-midi en vue de lui faire signer un contrat qui lui permettrait de s'installer dans l'appartement de sa mère, cette dernière étant relogée ailleurs. Le compagnon de la vieille dame (qui n'est pas le père de la fille), tente de l'en dissuader. La copine de la fille lesbienne, très mâle (elle se fait appeler Hugo) débarque dans l'après-midi. Ce film chilien présenté à Cannes l'année dernière dans la sélection ACID est un exercice de style intéressant, qui aurait idéalement fait l'objet d'un excellent moyen-métrage. Sur le format du long, il ménage quelques scènes un peu longuettes, mais est heureusement sauvé en grande partie par la prestation époustouflante de l'actrice principale, nonagénaire. La mise en scène de Sebastian Silva est maîtrisée, et même très talentueuse quand il s'agit d'évoquer les moments d'absence (le lavabo qui déborde...). Un film intéressant pour ceux qui suivent le cinéma d'Amérique Latine, un peu ennuyeux pour les autres, peut-être. D'autres critiques sur Christoblog : http://www.christoblog.net/

gemini-hell

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 395 critiques

4,0Très bien
Publiée le 03/05/2012

Branle-bas de combat chez Isidora : sa fille, plutôt rock and roll attitude et avec laquelle les rapports sont loin d’être de tout repos, va débarquer chez elle et lui faire une proposition qui ranimera une fois de plus les flammes de la discorde. « Les Vieux Chats » se révèle être un film extrêmement juste, touchant, poignant aussi et qui évoque les ambiances et les rapports familiaux que l’on trouve dans les films de Mike Leigh. La lente et irrémédiable dérive mémorielle et physique d’Isidora est décrite par les cinéastes avec méticulosité et un sens de l’observation pertinent. Le suspense s’invite dans le récit lorsque la vieille dame parvient à sortir de son immeuble et s’égare au sens propre comme au figuré dans le jardin public avoisinant. La performance de la nonagénaire Belgica Castro est éblouissante ainsi que l’ensemble du casting (la belle-fille goudou est à hurler de rire). Extrêmement bien dialogué.

Gaye75

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 911 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 03/05/2012

Malgré une belle interprétation, ce film assez lent pour le début, ne m'a pas totalement convaincu. Le scénario assez léger, bien que profond, semble n'avoir été qu'effleuré par le metteur en scène. Dommage.

Patrick Braganti

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 425 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 02/05/2012

Le film présente un double intérêt. D’abord, en effet, d’éviter trop de manichéisme en mettant en scène d’une part la mère vertueuse et d’autre part la fille rapace et dépourvue de la moindre affection. On s’apercevra rapidement que l’amour, ou d’ailleurs l’absence d’amour, voire la sensation indémontrable de son absence, se trouve au cœur de l’opposition virulente et entretenue depuis longtemps entre Isidora et Rosario. Le second atout des Vieux chats réside en la capacité des deux réalisateurs à créer au sein du petit appartement une atmosphère claustrophobe et tendue qui laisse présager le pire, surtout lorsqu’Isidora, à la mémoire chancelante et aux décrochages répétés, quitte le huitième étage de son domicile. Dès lors, transformé en course-poursuite dans le grand parc municipal, le film perd beaucoup de sa force et de la férocité qu’il manifestait dans l’affrontement verbal et physique dressant l’une contre l’autre la mère, sèche et autoritaire, et la fille, maladroite dans sa quête d’amour, ne parvenant au final qu’à aggraver son cas. Lequel, il est vrai, s’annonce dès le départ chargé : les deux cinéastes en ont fait une lesbienne consommatrice de poudre sans doute trop caricaturale pour la rendre vraiment sympathique. C’est donc le personnage de la vieille dame prenant cruellement conscience de sa santé déclinante, ce qui ne manque pas de renforcer son caractère acariâtre et dirigiste, qui retient davantage notre attention. Il est campé par Belgica Castro, une grande actrice de théâtre, qui réussit avec sobriété et conviction à jouer ces moments d’égarement et d’absence qui lui font poser un regard fixe et lointain sur ce qui l’entoure et qu’elle ne semble plus reconnaitre. Au-delà des conflits entre générations, le film se révèle en creux une subtile parabole sur le temps qui s’écoule, la vieillesse qui limite les allées et venues et finit ainsi par emprisonner et isoler. Un bilan qui est établi mine de rien et pourtant agit et émeut plus que les hurlements hystériques de l’épuisante et au fond inoffensive Rosario. Il n’en reste pas moins que le présent opus est moins fort et plus convenu que l’intrigant, dérangeant et radical essai précédent, La Nana sorti en 2009.

Zertiop

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 60 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/05/2012

J'avais déjà vraiment aimé la façon de filmer de S. Silva dans la Nana ; une façon dépouillée, impartiale, comme si l'urgence était de taire tout discours et de montrer ce que les choses de la vie sont, exactement comme elles le sont. Et je retrouve ça amplifié encore avec Les Vieux chats. Avoir tourné dans le lieu de vie de cette comédienne chilienne n'est pas anodin : c'est la tentative de réduire jusqu'à la plus extrême limite l'effet de l'interprétation des acteurs. Et quand là-dessus arrive l'ex bonne de la Nana transformée en lesbienne borderline, il est clair que la volonté est de balancer une grosse distorsion autour de laquelle ce petit univers va se recomposer. Je ne suis même pas certain que ce soit l'histoire qui importe pour Silva, au sens d'une parole de réalisateur, ni même d'ailleurs qu'il ait un discours revendiqué. Non, il s'agit plutôt de se situer à un endroit de la société, d'y introduire un élément de perversion (dans la Nana, c'était la sensation violente de l'aliénation de la bonne), et de zoomer sur ce qui va se passer. On pourrait presque faire une comparaison avec un réalisateur comme Lee Chang-Dong (Poetry) et sa tentative assez voisine de retrouver le réel. D'un côté Lee Chang-Dong laisse le temps à chacune de ses scènes de s'imposer, un peu comme on s'assied sur un banc en regardant les gens qui passent. De l'autre, Silva pointe une caméra à bout portant sur tout ce qui bouge dans des situations totalement minimalistes, et de l'enfilade des plans les plus neutres possibles nait la réalité. Un anti cinéma ?

ninilechat

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 475 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 01/05/2012

Un de ces petits films personnels, comme l'Amérique Latine sait nous en envoyer de temps en temps -ici, en l'occurence, le Chili (!), avec deux jeunes réalisateurs, Sebastian Silva et Pedro Peirano. La vieillesse -et cette maladie qui va de A à Z et se termine comme les abysses infinies dans lesquels sombre, inévitablement, celui qui en est atteint. Dans le vieux couple qui nous est présenté ici, c'est la femme, Isadora (Belgica Castro), qui en est aux premiers stades -encore suffisamment lucide pour tenir des conversations tout à fait sensées, et puis, il y a tout à coup une absence, on était en train de savonner quelques pièces de lingerie, et puis on s'en va, laissant le robinet ouvert; la terreur quand la conscience revient, devant la progression de la maladie. Malgré tout, le couple qu'elle forme avec Enrique (Alejandro Sieveking) est paisible. Lui travaille encore, sur un PC hors d'âge, il doit écrire des articles sur l'art, ou quelque chose comme cela. Ils vivent dans un grand appartement au 8eme étage, encombré de ces collections d'objets qu'on ramène de voyage, des chats, dont il y a des statuettes partout, des poules. Et deux vieux chats, bien vivants ceux là, arthritiques et obèses, le matou est plus gros qu'un chat norvégien, la matousette ressemble à ma Sieglinde avec ses bourrelets de graisse qui balottent sous le ventre quand elle court (enfin, quand elle essaye....) Ce petit bonheur tranquille est troublé par le retour de voyage de Rosario (Claudia Celedon), fille qu'Isadora a eu d'un premier mariage (elle a un fils, aussi), espèce de grand engin hystérique et cocaïnomane, flanquée de sa copine Hugo /Beatriz (Catalina Saavedra), goudou encore plus caricatural (je me permets, car Beatriz se définit elle même ainsi....). Pour Isadora la visite de sa fille est un cauchemar auquel elle ne peut échapper. Déjà, Rosario est allergique aux chats, il faut les enfermer dès qu'elle arrive. Allergie qui en dit long..... Rosario n'a jamais réussi à travailler, elle a monté des affaires foireuses pour lesquelles elle tapait sa mère, qui se sont toutes terminées en faillite, là il s'agit de savonettes ramenées du Machu Pichu et censées soigner tous les maux.... Et elle exige carrément de sa mère qu'elle vende cet appartement, trop grand, au 8eme étage avec un ascenseur qui bat de l'aile, toujours en panne, au profit d'un petit rez-de-jardin où les chats seraient si bien... Et elle se met en rage, et elle insulte Enrique, et elle menace sa mère, son compagnon /compagne en est même gênée. De ce Festen en petit comité, on comprend qu'Isadora n'a jamais été maternelle. Rosario est arrivée alors qu'âgée, elle n'envisageait plus d'avoir d'enfant. Son instinct maternel, elle le réserve à son fils aîné, qui lui a tout fait bien...Et du coup, on se dit que tout n'est pas si simple, qui si Rosario est ce qu'elle est, c'est aussi qu'elle trimballe des blessures d'enfant non cicatrisées. Au terme de cette scène, Isadora s'enfuit, elle erre dans un parc vallonné qui fait face à l'immeuble et où elle aimait se promener. On tourne une pub, et elle est fascinée par ces jeunes acteurs ridiculement déguisés en guêpes.... La famille la retrouvera pateaugeant dans une fontaine, comme Anita Ekberg, en carrément moins sexy. Bon, ce film ne restera pas dans les annales du cinéma. Il souffre de l'exces du personnage de Rosario, trop caricatural; mais il a pour lui la formidable Belgica Castro; il a pour lui d'oser parler de la vieillesse, et de son inévitable naufrage. A voir donc.

mastraye

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 30/04/2012

Scénario lent et plutot ennuyeux. Certains coté intérressant mais çà piétine bcp.

Piaf

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 123 critiques

3,5Bien
Publiée le 29/04/2012

Le cinéma sud-américain nous réserve décidément de bonnes surprises. Pas vraiment drôle, grinçante, cette comédie dramatique familiale qui tarde un peu à démarrer devient attachante avec le conflit violent qui oppose une mère sans tendresse et un peu perdue à une fille gay, droguée, avide et agressive limite caricaturale. La genèse de cette opposition nous sera dévoilée au fil des évènements. Spectateurs tout en finesse, leurs compagnon et compagne respectifs (sans oublier deux vieux chats suralimentés) tentent avec plus ou moins de succès d'apaiser la situation. Hugo/Beatriz interprétée par Catalina Saavedra est épatante dans un rôle délicat. Happy end ou pas ? Au spectateur de décider.

Felipe Dla Serna

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 202 critiques

2,5Moyen
Publiée le 28/04/2012

L'idée est bonne, le scénario aussi, les acteurs sont justes, les chats aussi, mais la mise en scène et le rythme trop lent par moments sont un peu bancals.

moreapacifique1

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 84 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/04/2012

Excellent film, très subtil sur la vieillesse et tous les problèmes que cela entraine... Le conflit mère/ fille pourrait etre insupportable n'était la présence de leurs partenaires.La fin est ouverte.A voir absolulment ne serait ce que pour la performance des actrices.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top