Mon AlloCiné
    Paris Manhattan
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Paris Manhattan" et de son tournage !

    Premier long métrage

    Sophie Lellouche, la réalisatrice et scénariste de Paris-Manhattan, a réalisé un premier film en 1999, le court métrage Dieu, que la nature est bien faite ! qui mettait en scène Gad Elmaleh. Paris-Manhattan est son second film et premier long métrage. Il a donc fallu attendre treize ans pour la retrouver derrière une caméra.

    L'univers de Woody Allen

    Alice, l'héroïne de Paris-Manhattan, est une fan absolue de Woody Allen. La réalisatrice Sophie Lellouche explique pourquoi elle a choisi le cinéaste new-yorkais pour faire partie de son histoire : "Son univers est exceptionnellement riche. Alice retrouve en lui l’intégrité qu’il confère à ses personnages. (...) Son œuvre est tellement dense que je pouvais y piocher la philosophie nécessaire à Alice. Pendant l’écriture du scénario, je me suis nourrie de son esprit, de ses répliques. Il parle de tout ce qui fait la vie, l’amour, la mort ou le rapport à Dieu, le tout évoluant d’un film à un autre, offrant à chaque fois des points de vue différents. Chacun de ses films révèle un peu plus son humanité."

    Un poster atypique

    En plus de vouer un culte à Woody Allen, l'héroïne de Paris-Manhattan discute régulièrement avec un poster du célèbre metteur en scène : "Alice a une vraie relation avec ce poster. Il est son mentor mais avant tout, il est une projection d’elle-même. Elle s’interroge toujours devant le poster mais c’est elle qui choisit les réponses. Elle ne trouvera pas de réponses auprès de lui mais face à lui, elle ose formuler des questions qui la font avancer dans sa vie et lui permettent de se construire", explique la réalisatrice Sophie Lellouche.

    Invité de marque

    Le 2 avril 2011, pour le premier jour du tournage de Paris-Manhattan, l'équipe a accueilli un invité de marque. En effet, Woody Allen a accepté de jouer son propre rôle dans le film et a passé une heure sur le tournage aux côtés de Patrick Bruel et Alice Taglioni.

    Choisir les comédiens

    Pour choisir ses comédiens, Sophie Lellouche s'est fiée à son instinct : "Pour choisir l’interprète de Victor, je me suis mise à la place des spectatrices en me demandant qui elles auraient envie de voir au cinéma. J’ai toujours été fan de Patrick comédien, de son charme, de son humour et de son talent. On n’imagine pas voir une femme lui résister, et le placer face à ce personnage qui le met justement en difficulté m’intéressait beaucoup", confie la cinéaste. Quant à Alice Taglioni, la réalisatrice avait déjà depuis plusieurs années envie de travailler avec elle : "Il y a trois ans, Sophie Lellouche m’a écrit pour me dire qu’elle appréciait mon travail et mon énergie. Cette seule lettre m’avait déjà donné envie d’aller vers elle. (...) De plus, je n’avais jamais vraiment participé à une comédie romantique et j’aime beaucoup l’esprit de celle-ci", se souvient la comédienne.

    Sophie Lellouche sur ses personnages

    La réalisatrice et scénariste Sophie Lellouche revient sur le caractère de ses personnages : "Victor (Patrick Bruel) est plus mature, plus expérimenté et finalement plus sage qu’Alice (Alice Taglioni). Pourtant, l’esprit de liberté de cette jeune femme l’émeut, lui qui se montre pessimiste et assez fataliste. (...) Alice est à la fois normale et authentique, c’est cette authenticité qui fait son originalité. Il va lui apporter un passage à la réalité et elle va lui apporter cette réalisation dans l’authenticité."

    Victor par Bruel

    Patrick Bruel parle de son personnage dans Paris-Manhattan : "Victor est un homme ancré dans ses certitudes. Il n’a pas envie de faire de concessions pour séduire. C’est une personnalité qui m’est assez étrangère mais que j’ai été heureux de rencontrer."

    Alice par Alice

    "Alice est une jeune femme vive et gaie, très proche de sa famille. Elle est un peu immature et ne vit pas dans la réalité. Restée dans un état d’enfance tardive, elle passe de son monde de fantasme et de rêve, à l’âge adulte. Elle suit une vraie évolution, un parcours qui m’a beaucoup plu", déclare Alice Taglioni à propos de son personnage.

    Un prénom pour deux personnes

    Dans Paris-Manhattan Alice Taglioni interprète un personnage nommé... Alice ! La comédienne revient sur le choix de ce prénom : "Tout le monde s’est posé beaucoup de questions sur ce point. "Alice" est le titre d’un film de Woody Allen, mais il peut y avoir beaucoup d’autres explications. Pour ma part, je fais parfaitement la distinction entre mon rôle et ma personnalité. À chaque film, on emprunte un nom. Qu’il soit le même que le mien n’a pas d’importance pour moi, c’est un personnage au service duquel je me mets."

    Une comédie romantique pas comme les autres

    Paris-Manhattan est définitivement une comédie et la réalisatrice Sophie Lellouche déclare à ce propos : "Bien que la comédie ne soit pas un genre facile, c’est celui qui me parle le plus. Dans la comédie, la romance permet à la fois le rêve et l’humour. (...) La comédie se situe toujours à la frontière du drame, c’est une question de dosage. On est toujours à la limite. Le personnage d’Alice pourrait être schizophrène, complètement asocial. Mais, enfermée dans un monde, héroïne positive malgré elle, elle est du côté de la vie". C'est aussi une comédie romantique, mais non traditionnelle : "Même si ce n’est pas leur priorité, [les personnages] ont chacun le but inavoué de trouver l’amour et fonder une famille. Ils vont en effet trouver l’amour, malgré eux, sans le chercher. Le film ne reprend donc pas le schéma classique de la comédie romantique", complète la comédienne Alice Taglioni.

    Tournage parisien

    Paris-Manhattan a été, comme son nom tend à l'indiquer, tourné à Paris : "Il y avait d’abord l’envie de capter quelque chose de l’ambiance de Paris, non pas à travers des images de carte postale, mais à travers des lieux et des architectures qui restituent ce charme qui en fait une des villes les plus aimées du monde", explique la réalisatrice.

    La réalisation expliquée

    Sophie Lellouche a tenu à soigner la mise en scène de son premier long métrage : "Même les plans qui pourraient être fixes contiennent une dynamique qui induit le propos. Je voulais une caméra qui ne soit là que pour installer le spectateur à la place de témoin privilégié. Je souhaitais placer les personnages dans un cadre", déclare-t-elle. La réalisatrice explique aussi qu'elle a filmé l'héroïne différemment suivant la personne avec qui elle se trouvait : "On a souvent des plans larges, même immenses quelquefois, car le cadre, complètement parisien, est ouvert pour leur amour. Je ne voulais pas qu’ils soient enfermés parce que Victor offre la liberté, la possibilité de mille vies parmi lesquelles ils choisiront. Alors qu’avec Vincent, l’autre prétendant, on est souvent dans le champ-contrechamp, dans un espace serré car il cherche à l’enfermer."
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Once Upon a Time… in Hollywood (2019)
    • La Vie scolaire (2018)
    • Deux moi (2018)
    • Ça : Chapitre 2 (2019)
    • Ad Astra (2019)
    • Inséparables (2018)
    • Wedding Nightmare (2019)
    • Roubaix, une lumière (2019)
    • La Chute du président (2019)
    • Une fille facile (2019)
    • Le Roi Lion (2019)
    • Fête de famille (2019)
    • C'est quoi cette mamie?! (2019)
    • Les Hirondelles de Kaboul (2019)
    • Fourmi (2018)
    • Joker (2019)
    • Scary Stories (2019)
    • Downton Abbey (2019)
    • Fast & Furious : Hobbs & Shaw (2019)
    • Un jour de pluie à New York (2018)
    Back to Top