Mon AlloCiné
Walk away Renée
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Walk away Renée" et de son tournage !

Tarnation 2

Comme dans Tarnation, Jonathan Caouette livre avec Walk away Renée une exploration de la vie privée de sa famille. Le réalisateur explique ce besoin de revenir sur l'histoire de sa mère par le fait que son précédent film "convoyait beaucoup d’informations, très vite, de façon très stylisée, à une vitesse de mitrailleuse", alors que Walk away Renée a "un point de vue différent et surtout, avec plus de respiration et d’espace".

Tout sur ma mère...

Le travail avec des proches sur un film est parfois une étape compliquée. Jonathan Caouette évoque le tournage avec sa mère : "Ce sont des émotions mélangées, un genre de Yin et Yang. C’est douloureux mais je ne crois pas la faire souffrir. Elle aime être filmée. C’est comme une version enrichie de "pincez-moi je rêve" et je veux utiliser le cinéma pour exprimer cela. Ma mère et moi avons vécu tant de choses inhabituelles que je veux le partager."

Promesse non tenue

Après Tarnation, Jonathan Caouette s'était promis de ne plus faire de documentaire personnel. C'est à titre d'expérience qu'il a décidé de filmer son voyage avec sa mère, et finalement de le proposer sous forme de film après avoir vu les rushes.

Une chanson pour titre

C'est la chanson Walk away Renée du groupe The Left Banke qui donne son titre au film de Jonathan Caouette. C'est l’une des chansons préférées de la mère du réalisateur.

Un soupçon de SF...

Si Walk away Renée évoque l'idée des mondes parallèles, c'est tout simplement parce que Jonathan Caouette est fasciné par le sujet depuis plus d'une demi-douzaine d'années. Pour lui, les mondes parallèles sont "une métaphore d’une nouvelle vie. C’est l’idée qu’il y a quelque chose de plus vaste que ce qui se passe ici, qu’il s’agisse d’une vie après la mort ou d’un univers alternatif. C’est une question existentielle qui semble être dans l’air du temps". Il ajoute : "Les univers parallèles sont aussi une métaphore de l’inévitable : même avec un univers alternatif, ce qui se passe se produit. Cela veut dire, que même dans l’au-delà, je serais encore en train de m’occuper de ma mère."

Quand filmer devient un refuge...

Avec Walk away Renée, Jonathan Caouette se donne l’occasion de revenir sur une partie sensible de sa vie, son enfance et les problèmes de santé de sa mère : "Je suis né et j’ai été élevé à Houston, Texas, où j’ai grandi pour la plus grande partie avec mes grands-parents pendant que ma mère Renée, atteinte de psychose schizophrénique, faisait des allers/retours dans les hôpitaux. J’ai aussi passé du temps dans des familles d’accueil où j’ai souffert de négligence et de maltraitance. Filmer est devenu une façon de dissocier, et de m’évader de ma vie. En prenant une caméra quand j’étais enfant et en l’utilisant comme un bouclier pour illuminer mon univers, j’ai trouvé une façon de survivre. Filmer les choses était une manière de dialoguer avec moi-même", confie-t-il.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • Pupille (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
  • Mortal Engines (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Love Actually (2003)
  • Hunter Killer (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Leto (2018)
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • L'Exorcisme de Hannah Grace (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Robin des Bois (2018)
  • Le Grinch (2018)
Back to Top