Notez des films
Mon AlloCiné
    Henri
    note moyenne
    3,5
    437 notes dont 99 critiques
    répartition des 99 critiques par note
    14 critiques
    27 critiques
    29 critiques
    23 critiques
    6 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Henri ?

    99 critiques spectateurs

    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 238 abonnés Lire ses 450 critiques

    3,5
    Publiée le 16 décembre 2013
    Le cinoche belge... Mélancolique, drôle, poétique, touchant mais jamais larmoyant. On ferais bien de s'inspirer un peu de nos voisins du plat pays pour faire des films. Henri s'inscrit dans cette mouvance. Le rythme est lent, la laideur des paysages contraste avec la beauté des plans et surtout les personnages sont incroyablement attachants. Que ce soit ce gros ours d'italien ou cette étonnante Miss Ming, qui après avoir joué une cancéreuse, une sourde et une folle dans les films de Delepine et Kervern se retrouve à jouer une malade mentale chez Yolande Moreau. Un début de carrière assez étonnant dont on attends vivement la prochaine étape (une cul-de-jatte allergique au lactose dans un Kaurismaki, peut-être ?). Dans l'ensemble, Henri est un film assez inégal. Certaines scènes sont franchement réussi, notamment celle se déroulant dans le centre des papillons, qui sont drôles et touchantes, mais jamais moqueuse ni misérabiliste. Parfois le rythme retombe un peu, surtout vers la fin ou l'on à l'impression que Yolande ne sait pas trop comment conclure son film. Malgré tout, Henri reste un bon film, malheureusement trop rare dans l'époque cinématographique actuel...
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 919 abonnés Lire ses 3 182 critiques

    2,5
    Publiée le 3 décembre 2013
    Une histoire d’amour. Toute simple. Avec deux partenaires qui sont « différents ». Lui est dépressif et pas seulement parce qu’il est fraîchement veuf ; elle vient d’un institution pour handicapés mentaux légers. Ces deux là se frôlent sans se toucher mais laissent s’installer un sentiment sur lequel il est inutile de mettre un nom. L’univers de Yolande Moreau : un peu de poésie, un peu d’absurde, un peu de burlesque, est en place. Henri reste hélas un film convenu, étiré en longueur, décevant car on attendait mieux y compris dans son interprétation. Le style de la réalisatrice ne surprend plus. Le film est juste sympathique alors qu’on l’aurait souhaité plus enlevé, plus ambitieux, moins conforme dans un décalage déjà vu. Pas pareillement différent, en somme.
    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 614 critiques

    3,5
    Publiée le 29 septembre 2014
    un film poétique, tout en tendresse, avec une rencontre improbable entre 2 êtres si différents, mais qui ont une chose en commun des gens simples, une tranche de vie malgré la douleur du deuil
    Jean Marc Dinaut
    Jean Marc Dinaut

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 288 critiques

    2,0
    Publiée le 10 décembre 2013
    Yolande Moreau: comment ne pas aimer cette artiste au cœur gros comme çà, et au talent génial. C'est son deuxième film et déjà on sent l'enfermement de Yolande dans son univers. On sent qu'elle a voulu écrire cette histoire avec toute la poésie qui l'habite, mais cela ne suffit plus. Malheureusement une volée magnifique de pigeons voyageurs autour d'un papillon ne fait pas un film. Le film sent trop la fabrication, le pathos, le cliché, le vouloir faire comme d'hab. Un moyen métrage aurait suffit à contenir cette histoire d'enfermement aussi, qui se traîne en longueur, pour ne pas finir en plus. Car regardez bien ce film n'a pas de fin, on reste dans les travaux. Il n'y a pas d'aboutissement. Maintenant il faut que Yolande sorte un peu de ses corons, de la Belgique et de ses personnages caricaturaux, pour écrire un vrai film de cinéma comme elle en est capable. Assez de poésie dans le misérabilisme frelaté et empesé. Envolez vous, comme les pigeons de votre film.
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 1 848 critiques

    4,0
    Publiée le 5 décembre 2013
    Il y a quelque chose d'absolument remarquable dans le film de Yolande Moreau : c'est la qualité de la photographie...J'ai eu l'impression qu'à chaque plan la caméra était placée à l'endroit juste et nous gratifiait de panoramiques ou de travellings très élégants.... Alors on se régale, d'autant plus que les acteurs sont étonnamment photogéniques , que ce soit le père ou Lio (peu présente), Jacky Berroyer (en pilier de bar conquérant) ou la jeune "déficiente"..... Le scénario tout simple (il manque hélas de pics et de virages) est celui d'un mélodrame assez déconcertant tout de même et qui interpelle l'âme en douceur et profondeur..... Le film est à la fois beau et délicat avec des scènes et des paysages très poétiques.... la qualité des musiques et chansons d'accompagnement rajoute en émotion au style du film..... Yolande Moreau dévoile un message humaniste et sincère sur la solitude et la quête d'amour, en peu de mots, elle va à l'essentiel et dans un style éblouissant..... Un film à voir assurément.....
    haha812
    haha812

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 43 critiques

    2,0
    Publiée le 8 avril 2014
    lent, ennuyeux, traine en longueur sans intérêt et même légèrement voyeur quand on sait que les acteurs sont vraiment handicapés mentaux circulez y a rien à voir
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 334 abonnés Lire ses 1 704 critiques

    4,0
    Publiée le 13 décembre 2013
    "Heureux sont les simples d'esprit, car le royaume des Cieux leur appartient" : Défense et Illustration avec ce second film de Yolande Moreau (cette fois-ci réalisant en solo). Rosette Desjardins (Candy Ming) a une petite vingtaine d'années. Handicapée mentale légère, elle vit dans un foyer, "Les Papillons Blancs", à Charleroi. Quand la femme d'Henri (Pippo Delbono, vu cette année aussi dans "Cha Cha Cha", "Moi et Toi", et "Un Château en Italie", mais d'abord un grand homme de théâtre) décède brusquement, sa fille Laetitia lui suggère de prendre Rosette comme aide pour sa gargote (bar-restaurant), "La Cantina", car "elle ne coûtera pas cher". Le quinquagénaire alcoolique et la simplette se parleront peu, mais feront pourtant un bout de route ensemble, par pigeons interposés d'abord (Henri est colombophile), puis à l'occasion d'une équipée inattendue en bord de mer du Nord, à Middelkerke (près d'Ostende). "Henri" peut être rapproché de "l'Art modeste". Les décors sont banals, les paysages plats et tristes, les gens humbles. Mais la réalisatrice sait comme personne tirer parti de ce quotidien, routinier, laborieux, morose, et donner une épaisseur humaine unique aux petits riens. Les deux "héros", improbables", sont des "taiseux", et de façon générale, les dialogues sont rares dans le "Petit Monde de Rosette et Henri". Mais les images en disent long, avec très peu : un lâcher de mille pigeons, un front de mer bétonné en rose vif, vu au travers de lunettes de petite fille, Rosette s'enroulant avec grâce et sens dans un voilage blanc, Henri et Rosette en tableau vivant, façon "L'Angélus"...... C'est poétique, délicat, expressif, inventif. De tous les instants. L'émotion sourd partout, sans une once de pleurnicherie, sans facilités ou voyeurisme à la "Strip Tease" - alors que le milieu présenté est pourtant le même que dans les chroniques du petit écran. Du très grand art. Modeste. Grâce aussi à des interprètes magnifiques, excellemment employés et dirigés : outre les deux principaux acteurs (précités), Yolande Moreau elle-même dans un petit rôle au début, Jackie Berroyer (déjà dans "Quand la mer monte" - ici en vieux copain d'Henri), Serge Larivière (le propriétaire du camion de frites)...
    Anne Marie O.
    Anne Marie O.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 15 critiques

    2,0
    Publiée le 27 février 2014
    Je ne sais pas quoi penser de ce film, pourtant j'aime beaucoup Yolande Moreau, mais ce film m'a mise mal à l'aise. Tout le long j'ai eu l'impression de violer l'intimité des personnages, d'être un voyeur qui regarde par le trou de la serrure....
    Cinephille
    Cinephille

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 513 critiques

    2,5
    Publiée le 4 décembre 2013
    Manifestement Yolande Moreau s'est quelque peu inspirée de l'histoire de Pippo Delbono et Bobo pour nous montrer celle d'Henri et "Papillon". Comme on pouvait s'y attendre le film est bienveillant, humain, sans préjugés. Oui mais ça ne suffit pas, ça ne décolle pas vraiment, la fantaisie n'est pas au rendez-vous et on reste au niveau d'un film honnête, un peu laborieux.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 7 décembre 2013
    Au milieu d'une kyrielle de louanges sur ce film que pas mal de gens ont trouvé poétique et/ou génial, je vais faire un peu désordre en disant carrément que je ne l'ai pas aimé. Je ne sais pas (ou je n'ai pas compris, ce qui revient au même) ce que Yolande Moreau a voulu nous dire à travers cette chronique hyper lente, barbante à souhait et à la limite soporifique de deux êtres dont on se demande vraiment lequel des deux est attardé mental (appelons donc un chat un chat !). A part le lâcher de pigeons assez spectaculaire (mais plutôt filmé avec les pieds...), il n'y a rien d'intéressant là-dedans. Le "message" (mais quel est-il donc ?) serait peut-être mieux passé sous une forme plus légère et avec un peu d'humour, totalement absent ici. Certains passages du film mettent d'ailleurs carrément mal à l'aise, mais peut-être cela fait-il partie du paquet-cadeau ? En tout cas, à moins d'apprécier le cinéma d'amateur, avec des acteurs amateurs et un scénario abscons, passez votre chemin !
    Louis Morel
    Louis Morel

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 850 critiques

    2,5
    Publiée le 15 janvier 2014
    Si les intentions et la sincérité sont claires, "Henri" semble excessivement long et poussif pour exposer son propos, jusqu'à devenir presque démonstratif...
    antiherosmoderne
    antiherosmoderne

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 47 critiques

    3,5
    Publiée le 30 septembre 2014
    Yolande Moreau n’ est pas formatée. Proche de l’univers des Kervern-Delépine, grolandaise à ses heures -elle est drôle dans « Louise-Michel » non? -, elle essaie de nous montrer joliment les sales recoins de l’existence. Les petites gens sont mis à l ‘honneur et on découvre un cinéma social bourré de bouteilles pas toujours pleines et de politique à tous les niveaux. Je crois que ce qu’elle veut mettre en évidence c’est l’ échappée belle, les seuls moments de vie encore possibles aussi improbables soient-ils, coincés entre des moments capitalistes. Ce qu’on ne pourra jamais quantifier et contrôler: l’imprévu salvateur. Lui croyait sa vie finie. Pas qu’elle fut pire qu’une autre. Juste une vie normale. Le battement d’aile d’un papillon va changer son futur. Avec un Jacky Berroyer retrouvé, pilier de bar aux moqueries vives et une Miss Ming en cible facile, en pigeon parfait, on a droit à quelques scènes simples mais jubilatoires...
    Raphaël O
    Raphaël O

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 1 567 critiques

    3,5
    Publiée le 7 juillet 2014
    Une comédie dramatique signée Yolande Moreau pourvue d'une bonne mise en scène, d'un scénario qui est, malgré quelques lenteurs, bien écrit et interprétée par de remarquables comédiens. Une jolie histoire.
    Gustave Aurèle
    Gustave Aurèle

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 506 critiques

    3,0
    Publiée le 7 septembre 2014
    On évite de justesse le sordide par quelques instants de poésie. Encore une fois Jackie Berroyer est sous-exploité.
    No Spoiler
    No Spoiler

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 57 critiques

    4,5
    Publiée le 25 septembre 2013
    D'abord il faut préciser que l'histoire d' HENRI tient en 3 mots, et qu'il ne faut donc rien en dévoiler! La beauté de ce film est la conjugaison de 3 grands talents au moins: celui de Yolande Moreau qui sait nous raconter une histoire d'êtres merveilleux comme à nulle autre pareille. De Miss Ming ensuite qui irradie de poésie et de beauté dans son personnage. De Pippo Delbono enfin qui incarne avec une sensibilité déconcertante un être qu'on n'avait jamais vu à l'écran! Ajoutons à cela une vraie originalité dans la mise en scène avec ces longs plans fixes magnifiés par le format cinémascope, une bande originale sublime, des dialogues truculents (Ah la scène à la cantine des papillons!), des trouvailles scénaristiques jubilatoires et on obtient un HENRI d'une puissance qu'on ne soupçonnait même pas!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top