Mon AlloCiné
    4h44 Dernier jour sur terre
    note moyenne
    2,2
    367 notes dont 78 critiques
    1% (1 critique)
    5% (4 critiques)
    23% (18 critiques)
    24% (19 critiques)
    23% (18 critiques)
    23% (18 critiques)
    Votre avis sur 4h44 Dernier jour sur terre ?

    78 critiques spectateurs

    Max Wolfson
    Max Wolfson

    Suivre son activité Lire ses 7 critiques

    1,5
    Publiée le 27 octobre 2014
    "- Tiens, c'est la fin du monde dans quelques heures. Qu'est ce qu'on fait ? - Et si on allait se coucher ?" Voilà, ça résume parfaitement ce film et ça pourrait aussi bien être une réplique tirée du film... Il ne se passe rien, c'est plat et on s'ennuie tout du long à tel point qu'on en devient pressé que la fin du monde arrive pour que le film se termine !
    Pauline G.
    Pauline G.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 65 critiques

    0,5
    Publiée le 15 octobre 2014
    Il ne se passe rien dans ce film trop long, trop fade et à l'esthétique bâclée. Pour une fois qu'on nous propose d'aborder la question de la fin du monde de manière réaliste, on se perd dans quelques questionnements philosophiques restés en l'air sans jamais vraiment rentrer dans l'un ou l'autre d'entre eux.
    tristan stelitano
    tristan stelitano

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 366 critiques

    3,5
    Publiée le 6 septembre 2015
    Encore un film sur la fin du monde. Le film n'est ni violent , ni rythmé avec des enchainements de courses poursuites et d'actions, et ne possédant ni d'enjeux sérieux tel que l'on peux voir traditionnellement dans ce genre de film. Rien de tout ça dans ce film qui fleure la science-fiction sans jamais vraiment rentrer dedans. Donc nous avons un film , qui parle de fin du monde sans vraiment être de la science-fiction. Le scènario est ni complexe et le récit n'est pas rythmé. Toutefois, son concept est intéressant. Le film construit son récit autour d'un couple qui est sur le point de vivre leurs derniers jours, avant de succomber dans d'horribles circonstances. Il y a tout de même une fin du monde. La couche d'Ozone va s’effondre et l'humanité sera tué par le manque d’Oxygène. Tout le long du film ce construit sur les derniers moment du couple avant la fin. Et c'est long, pas désagréable , juste qu' après cinquante minutes de film, tu te rend compte qu'il n'y a pas grand choses à voir de ce film. Juste un film qui parle de la vie et de la mort. Le casting est impeccable et la mise en scène fonctionne. Un film spirituelle à la fois étrange et intéressent, qui se regarde sans provoquer la moindre onces de surprises.
    cinevore5012
    cinevore5012

    Suivre son activité Lire ses 10 critiques

    3,5
    Publiée le 31 mars 2012
    Le thème est intéressant. Que feriez-vous, que ferait le monde si nous savions précisément que nous allions mourir tous à une heure bien précise ? Beaucoup de relations, les liens sociaux sont les plus importants, l'amour, le sexe, la peinture, la musique, et pour d'autre l'alcool, la drogue... sont autant de moyens de vivre cette mort programmée. L'atelier de Skye où elle peint des peintures ying et yang est très grand dans New York, avec sur une étagère de livres, une statue birmane de Bouddha blanc, quelques dharma talks d'un moine tibétain, un passage du Dalaï Lama. Ces artistes méditent même un quart d'heure. Pour autant, c'est plus le désespoir qui règne. Je pense que si je vivais la même chose, j'aimerais être lié aux autres en tant qu'individu, ressentir cela du point de vue de toute l'humanité, de toute la vie terrestre car c'est bien un événement cosmique. Pourquoi pas une grande méditation collective dans un espace public immense ? Le concept est donc vraiment intéressant mais j'avoue que le film peut paraître ennuyeux si on le voit en salle. J'étais dans mon canapé à jouer un peu de guitare, donc c'était un bon moment.
    Sebmagic
    Sebmagic

    Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 1 120 critiques

    2,0
    Publiée le 20 décembre 2012
    Terriblement décevant, ce film n'a pratiquement de positif que le nom de son réalisateur. Bon, j'exagère un peu mais il est clair que dans la lignée des films de fin du monde intimistes à la mode (Melancholia, Take Shelter, Perfect Sense), celui-ci fait un peu tâche et je trouve que l'essai de Ferrara est raté. Là où les films suscités ont su trouver leur subtilité, 4h44 semble vouloir passer en force pour, finalement, accuser le spectateur pendant 1h20. Il est évident que le climat actuel est propice à ce style de films et le thème de la fin du monde est devenu un sujet plus sérieux, un sujet sur lequel il faut se pencher avec plus de sensibilité. Ce genre qui semblait associé à du simple bon gros divertissement riche en popcorn pourrait finalement faire place à des films aux propos subtils et sensibles, sans être nécessairement engagés, par ailleurs. Les réalisateurs ne jouent plus la carte du gros spectacle fade, mais s'interrogent vraiment sur l'être humain au travers, à chaque fois, d'un simple petit groupe de personnes. La fin du monde n'apparait plus comme un problème mondial, mais comme un problème individuel, et c'est vraiment beau. Surtout quand les émotions sont sublimées par du Max Richter, David Wingo ou Wagner. 4h44 s'inscrit un peu dans cette lignée car il nous présente la fin du monde à travers un simple couple. L'intention est louable mais le film accumule les erreurs. Dès le départ, le ton est donné : la fin du monde a lieu pour des raisons écologiques et c'est l'Homme qui est en cause. Pour l'originalité, on repassera. Bon, je n'aurais pas critiqué ce choix - qui est plutôt logique en ce moment - si ce thème avait été traité avec plus de finesse, plus de subtilité. Dans ce film, on a droit à une accumulation de citations et de paroles (parfois sorties de nulle part !) qui ne cessent d'étayer une moralisation extrêmement poussive à l'égard des spectateurs. Abel Ferrara propose un joli panel de propos accusateurs pour rendre le spectateur coupable, ou au moins réactif. Le seul problème, c'est que ça en devient tellement présent que j'ai été agacé. Certaines scènes sont même ridicules, comme lorsque Willem Dafoe sort de chez lui pour contempler la ville, lever les yeux au ciel et balancer tout un tas d'états d'âme sur les Hommes, à base de "Comment ont-ils pu faire ça ? Pourquoi ces idiots n'ont-ils pas réagi ?" et j'en passe. Plus que la moralisation omniprésente, c'est le moyen de moraliser qui m'a énervé. Le personnage principal a constamment sa télé allumée et des témoignages passent en boucle : les paroles du Dalaï Lama, d'Al Gore, qui soutiennent ce propos un peu lourd. Je n'ai pas vu grand chose de Ferrara, mais je vais lui faire ici le même reproche que pour The Addiction : on a droit à une avalanche de citations - provenant de personnes connues - qui forment le discours global du réalisateur. Mais bon dieu, n'est-il pas capable de créer ce discours lui-même, au lieu de simplement se servir des paroles des autres ? Qui plus est, la méthode est incohérente. En effet, si je me mets quelques minutes à la place de l'humanité le dernier jour sur Terre, je ne vois aucune raison pour que les télévisions fassent défiler de telles images (juste histoire de faire souffir un peu plus les téléspectateurs et leur rappeler qu'on a fait que de la merde ?). Non, ce petit artifice n'a pour unique but que de s'adresser au spectateur dans la salle de ciné, et absolument pas aux protagonistes du film. Du coup, cette impression flagrante est gênante parce que tout ça manque cruellement de subtilité et d'implicite. Bref, à part ça, les acteurs sont excellents (Dafoe en tête), et on a quand même droit à quelques passages réussis. Je les compte malheureusement sur les doigts d'une seule main car on a également des scènes incompréhensibles (Skye qui pète un câble et fait une crise d'hystérie). Parmi les bons moments on peut notamment citer la discussion de Cisco avec sa fille sur Skype (les adieux sont émouvants), ou encore la scène qui précède la fin du film. Mais là encore, j'ai trouvé la fin ratée. spoiler: Non pas que les bondieuseries sont à blâmer, mais Ferrara nous sort ici le classique baratin sur la lumière blanche et Dieu, l'amour infini qui nous accueille, les images de la Vierge Marie, c'est lourdingue. Pourquoi ne pas laisser le spectateur se faire sa propre idée sur cette lumière blanche ? Autre chose que Ferrara impose au spectateur et qui témoigne d'un manque flagrant de subtilité : les images superposées sur les personnages à la toute fin, pour nous montrer ce à quoi ils pensent. Quelle faute de taille ! Filmer uniquement les yeux des personnages en nous laissant imaginer leurs pensées aurait été tellement plus fort, plus puissant. Les images superposées sont de trop... D'ailleurs, de manière générale la réalisation est plutôt faiblarde (sauf quelques plans brillants) avec de nombreuses superpositions d'images sans grand intérêt. Bref, ce film est pour moi à éviter.
    Jahro
    Jahro

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 380 critiques

    2,5
    Publiée le 14 décembre 2012
    On imagine la construction du scénario. Ferrara et son équipe autour d’une table, du papier, un stylo, quelques substances récréatives, et pour point de départ une question : et toi, que ferais-tu si ce soir c’était la fin du monde ? Le thème est d’actualité ; déjà traité, mais à quelques jours de sa concrétisation il convient d’être indulgent. Voici donc un inventaire des possibles selon les auteurs : faire l’amour, se foutre en l’air, appeler ses proches, plancher sur une œuvre, festoyer entre amis, se shooter tout seul... Différentes options qui se succèdent sans véritable liaison, matérialisées en un quasi huis-clos sans rythme et visiblement sans moyen. Le résultat est creux et cru, comme l’assourdissant bruit de fond médiatique qui couvre le récit, mais curieusement on ne s’ennuie pas. Peut-être parce que ces témoignages trouvent une certaine force dans leur réalisme, l’image léchée, le décor familier, les acteurs habités. Et peut-être aussi parce que c’est court. Le sympathique réalisateur a semble-t-il mis beaucoup de lui-même dans ce film : on y voit la poudre, la peinture abstraite, Bouddha, Al Gore. Mais il a omis un détail : le ressort dramatique. Dommage.
    guru-guru
    guru-guru

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 51 critiques

    1,0
    Publiée le 19 décembre 2012
    Pas beau et rarement intéressant, ce nouveau Ferrara est un ratage complet, qui fait un peu de peine - où sont la fougue et le goût du cinéaste. Que sont allés fantasmer les quelques journalistes qui nous ont pondu ces fabuleuses critiques? A oublier.
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 989 critiques

    2,5
    Publiée le 23 décembre 2012
    Un Ferrara mineur embourbé dans un intimisme convenu et un esthétisme d'apocalypse New age. Mais le toujours charismatique Willem Dafoe sauve certaines séquences et donne une grâce partielle au film.
    Djey1000
    Djey1000

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 66 critiques

    2,5
    Publiée le 31 décembre 2012
    Mitigé. Génie ou ennuie? Vraiment, il est difficile de trancher. Le film ne dure que 82 minutes, mais en parait le double. Mauvais signe. Mais il offre un nouvel angle de vue à l'interprétation de la fin du monde, tellement ressassée. Néanmoins, le huit clos est vite étouffant, la jeune Shanyn Leigh loin d'être convaincante, et puis... c'est le vide. Les acteurs ne semblent pas savoir comment occuper leur dernières heures. Les plans s'enchainent entre "pub Apple" (toute la gamme y passe) et galoche à pleine bouche. Sans oublier les "voix" sortants de la télé ou radio, donneuses de leçons sur le pourquoi du comment le monde s'éteint, comme pour rappeler que dehors, la fin est proche. Mais on a du mal à y croire. Finalement, dommage.
    hephephep
    hephephep

    Suivre son activité Lire ses 6 critiques

    3,0
    Publiée le 30 janvier 2013
    Le parti pris d'Abel Ferrara de parler de la fin du monde sans effets spéciaux à chaque seconde est plaisant. Le film s'intéresse principalement à un couple new yorkais en cette fin du monde programmée et à leurs manières de réagir à cet évènement inéluctable. Il est vrai qu'on sent bien que Ferrara épouse désormais la foi bouddhiste, tant le personnage interprété par Shanyn Leigh semble connaître la paix (excepté une crise de jalousie) malgré les circonstances. Belle réalisation et belle interprétation des acteurs.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 346 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,0
    Publiée le 12 février 2013
    Abel Ferrara ne pouvait pas rater la fin du monde. Il en a fait un film qui résume (en moins de 90 minutes) toute son oeuvre : l'angoisse de l'homme face à la mort, la quête vaine de réponses dans la foi ou dans la drogue, la salvation par l'amour .... Le scenario tient sur un timbre poste : Cisco (Willem Dafoe, double autobiographique du réalisateur) et Skye (Shanyn Leigh, compagne à la famille d'icelui) attendent la fin du monde dans leur loft new-yorkais. Ils font l'amour, se disputent, refont l'amour. Il dit Adieu sur Skype à ses amis, se fait un dernier fix ; elle peint des toiles immenses à la Pollock. Rien d'apocalyptique dans ce film sur l'Apocalypse. Juste une question qui résonne en chacun d'entre nous - et qu'on s'est peut-être posé (même si on ne nous le fera pas avouer) le 20 décembre : "que ferait-on de ces dernières 24 heures si demain était la fin du monde ?" Comme tous les films de Ferrara, c'est foutraque et puissant, bordélique et débordant d'énergie. Le problème est que Lars von Trier a traité le même sujet avec "Melancholia" et que, de quelque point de vue qu'on les considère, celui-ci écrase celui-là.
    Avoine M.
    Avoine M.

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 127 critiques

    3,0
    Publiée le 22 avril 2013
    Scène d'amour et bouffe chinoise ( avec gros pourboire-humour noir au livreur ), coup à boire entre potes et coups de fil à la famille, présentateur du JT pro jusqu'au bout du prompteur et taxis toujours en maraude à Armageddon moins une : pas de doute, la fin du monde selon Ferrara 2011 est plutôt cool. Alors que l'Abel des années 80 n'aurait pas lésiné sur les scènes de panique, les psychopathes en plein épanouissement de leur moi profond et les Frappadingues Sans Frontières de toutes sortes, ici rien de flippant ( si ce n'est le visage ravagé d'Anita Pallenberg, publicité [sur]vivante pour une campagne anti-drogues ). On peut le regretter. Mais on peut aussi voir 4h44 pour ce qu'il est : un film gentiment arty, qui tient surtout au charisme de ses acteurs, Dafoe en tête, et ça ne sera déjà pas si mal.
    -Snatch-
    -Snatch-

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 21 critiques

    1,0
    Publiée le 28 avril 2013
    C'est long, barbant. En fait on a envie de tout explose, et vite tellement on s'ennuie. C'est un film sur la vacuité de l'existence : il semble assez improbable que des gens sur le point de mourir ne sachant pas comment occuper les dernières heures qui leur restent !
    Yohann L
    Yohann L

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 114 critiques

    1,5
    Publiée le 30 mai 2013
    Un mauvais film, histoire grotesque et pseudo morale et 2 francs... 1h20 d'ennui et de désespoir...
    kris c.
    kris c.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 8 critiques

    2,0
    Publiée le 30 juin 2013
    Ferrara veut sans doute nous dire quelque chose... Le problème c'est que c'est plat, ennuyeux, sans rythme. Le message supposé est illustré par des dialogues d'une banalité affligeante avec une petite scène érotico-porno-chic histoire de passer le temps. De l'intello bobo serait peut-être une aimable façon de définir ce petit film. Bref, la fin du monde en 1h22 est une délivrance après tout...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top