Mon Allociné
Holy Motors
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,0 2560 notes dont 563 critiques
17% 98 critiques 22% 124 critiques 12% 70 critiques 12% 65 critiques 14% 78 critiques 23% 128 critiques

563 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
-Wetdog-

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 138 critiques

2,5Moyen • Publiée le 11/07/2014

Comme beaucoup, je ne sais pas trop quoi penser de la chose. C'est souvent très bien interprété, la photo est parfois splendide, mais que faire du reste ? Une succession de plans sans liens entre eux (à moins de vouloir en trouver absolument un), un scénario rachitique qui tient sur un carton de bière. Alors, c'est bien beau de dire qu'on ne comprends pas, que c'est un film qui joue l'alternative aux cinéma classique, mais malgré tout, il y a une pléthore de bandes alternatives aussi bien tarée qui ne veulent pas nécessairement perdre son spectateur. A force de jouer avec le public, on se demande vraiment si Léos Carax a quelque chose à dire parce qu'avec des facultés pareilles, ça devient dommage d'enterrer son film dans le néant.

nanoomialon

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 28 critiques

4,0Très bien • Publiée le 28/06/2014

Leos Carax expose ici le grand théâtre, le grand cinéma qu'est la vie, ou peut-être la vie qu'est le cinéma. Presque impossible de dissocier le vrai du faux dans ce film. Tout est à double sens, à double tranchant, l'acteur ou l'homme ? L'homme ou l'acteur ? Mené par une mise en scène qui bascule doucement du fantastique au dramatique, on ne peut que constater la réflexion de Carax qui mêle fantastique et humanité. Qui est l'acteur ? Qui sommes nous ? Qui est réel ? C'est la bande son qui nous rappelle à l'ordre, qui nous évite de tomber dans la "fausse vérité". C'est dommage que le tout devienne compréhensible à 30 minutes de la fin et après des heures de cogitations, une fois qu'on aura compris on se dit que c'était tout con, mais la réflexion ne s'arrête jamais, comme un miroir face à un autre. Humour sordide au rendez-vous.

Kloden

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 977 critiques

4,5Excellent • Publiée le 27/06/2014

Il aurait bien mérité sa Palme d'Or, ainsi que quelques Césars (ne serait-ce que pour Denis Lavant, excellent dans chaque facette de son rôle protéiforme), ce voyage ultra-intimiste dans la conscience du génie Léos Carax. Artiste parait-il incompris (je vais me jeter sur sa filmographie très bientôt pour en avoir le cœur net, promis), Carax paraît ouvrir totalement son monde, son imaginaire et sa vision du cinéma comme illusion et émerveillement, dans ce voyage onirique aux côtés d'Oscar, homme sans visage, sans foyer. Tour à tour mendiant, meurtrier, créature monstrueuse (le retour de Merde, quel régal !) ou encore homme d'affaires ; Oscar est la figure de l'acteur, et bien plus largement de l'artiste, en laquelle Carax déverse sa mélancolie et son amertume vis à vis d'une carrière à laquelle il a voulu tout donner, mais qui s'est pourtant vu détournée par les obligations du système. Holy Motors, c'est la douleur profonde de l'artiste sous camisole, c'est l'impossibilité capter autre chose qu'un mouvement fugitif, c'est aussi une épitaphe à une certaine forme de cinéma. Mais plus simplement, Holy Motors est l'étalement d'un univers créatif dédouané de contraintes qui ensorcelle par ses libertés et les horizons visuels, sensoriels et émotionnels qu'il fait visiter. Certains le trouvent autocentré - bien sûr qu'il l'est ! Mais Carax a tant de choses à dire par l'image ou l'idée que le projet se justifie totalement. Et certains le trouvent hermétique, ce que je peux comprendre au vu de son exigence et sa pléthore de références en tous genres. Mais même sans toutes les comprendre (j'en ai loupé un bon paquet, pas de doute là-dessus), cela n'enlève rien à une oeuvre avant tout là pour célébrer la création. Certes, Holy Motors est un long-métrage très difficile d'accès. Mais si les portes vous sont ouvertes, le périple peut très vite devenir stupéfiant de richesse et de beauté pure. Un chef-d'oeuvre.

Sébastien B.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 27 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 19/06/2014

Holly Motors est le 5ème long métrage de léos Carax, personnage atypique dans le paysage du cinéma français, aussi rare que précieux. Amis de la prose linéaire, du récit qui mène d'un point A à un point B, avec quelques détours ou divagations, ne vous laissez pas tenter par ce film. Holly Motors est une fable métaphorique qui demande au spectateur de faire "son film". On pourrait dire qu'il s'agit d'un film à Sketch ou s'enchaine une dizaine de scène relié entre elle par le personnage énigmatique de Denis Lavant. La mise en scène de Carax est à couper le souffle. En un film il résume l'ensemble de ses qualités et en développe de nouvelle (le domaine surnaturelle du jeu vidéo). Denis lavant confirme une fois de plus auprès de son metteur en scène fétiche qu'il est un des grand comédiens français, largement mésestimé. Un film à voir, sans à priori, en ouvrant bien grand les œillères. Une claque pour certain (dont je fais partie), une purge pour d'autre, cette œuvre ne laissera pas de marbre : n'est-ce pas le propre d'une œuvre d'art digne de ce nom ?

gandalf001

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 755 critiques

?Nul • Publiée le 28/05/2014

Cet ensemble de scènes sans queue ni tête n'a aucun sens. On n'y trouve pas de suspense, ni de scénario mais de l'ennui, du ridicule et de l'incompréhension. Même si vous êtes adeptes des films d'auteurs ou des films qui changent de l'ordinaire, passez votre chemin.

Aktarus1er

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 168 critiques

?Nul • Publiée le 14/05/2014

Narcissisme et masturbation intellectuelle sont à dénoter, mais ce n'est que la stratégie basique pour vous laisser sur le carreau et vous dire que, si vous n’appréciez point une œuvre, c'est simplement parce que votre faible culture, aura préféré le sommeil à la rosée du matin. Alors... excusez-moi alors de trouver ce " film " nul à en avoir la colique.

Mysteres de l'Ouest

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 316 critiques

?Nul • Publiée le 11/05/2014

Du grand n'importe quoi ce film. Encensé par l'ensemble de la presse, c’est une grosse daube pour bobos pseudo-intellectuels A éviter absolument !

Tupois Blagueur

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 165 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 06/05/2014

Amis cinéphiles, voilà un long-métrage qui va faire travailler vos méninges ! Comme à son habitude, Leos Carax nous propose un film unique, à la mise en scène unique et au scénario bien étrange. Même si au premier abord le film peut paraître assez incompréhensible, on se rend compte Carax nous donne quelques pistes de réflexion. Sur le métier d'acteur, par exemple. Comme si la marque d'un grand acteur était de se fondre dans ses personnages au point d'en oublier sa propre identité, au point de dédoubler sa personnalité pendant un temps bref. Ou alors peut-être fait-il ici un hommage au cinéma, au travers des nombreux genres qu'il explore à chaque nouveau rôle de Mr Oscar : le drame, la comédie, le film de monstre, la comédie musicale. Peut-être y voit-il le déclin proche du septième art et une façon de le sauver, ou au contraire une continuité dans l'histoire. Qui sait ? On pourrait y voir d'autres interprétations, de natures différentes, mais personnellement je crois que c'est avant tout un film "personnel" : selon son vécu, son environnement etc, ce film nous affectera d'une manière différente, et, à partir de là, il est impossible de juger ce film d'une manière conventionnelle. Je lui mets donc trois étoiles, mais trois étoiles qui ne signifient rien, parce que je ne saurais pas quoi mettre d'autre. Unique.

Tayop

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 610 critiques

3,5Bien • Publiée le 29/04/2014

L'authenticité d'expression d'un support qui interroge jusqu'à une certaine démangeaison tout impie curieux, agité car désappointé et qui de ce fait promulgue toute l’honnêteté d'un spectateur conciliant et non arbitraire. L'exigeant Carax surprend. La presse s'empresse... oeuvre majeure pour certains qui aiment à jaspiner dans la contestation d'un cinéma devenu très peu sophistiqué, et font parfois l'éloge d'un cinéma distant plus que distrayant. Il est ici à noter que H.M mérite toute fois un certain engouement car plein de questionnement d'une part - les illusions d'une vie ou les déceptions à s'en faire une, de nous tous qui jouons la nôtre - et d'autre part il a l'heureuse saveur d'être déridant, dans ses nombreuses expressions, surtout musicales. Loin d'être l'œuvre contemplative qui frustre et laisse de côté, eux là... les hiératiques dans leur siège à gobelets, en mauvaise posture dans cette grosse machine climatisée, inexpressif car gavé d'une bobine au contenu lobotomisant... jusqu'ici, l'ouverture du film en dit long et rien n'est plus vrai sauf... qu'il y a toujours dans les yeux de celui qui se nourrit en payant, la possible expression d'une désillusion évidente. J'aime à penser que Denis Lavant mérite beaucoup, comme beaucoup, car il porte à lui seul un projet plein de retors, mais H.M est de constat, finalement très accessible pour ceux qui en douteraient, pour peu qu'on regarde et interroge ce cinéma; Un appel fou, tantôt alimenté d'un aguerri cognitif ou tout bonnement cinéphile, parfois d'une vulgaire aisance à dire ce qui est vrai et que le cinéma sert aussi à ça et est aussi fait de ça...de ce que nous ressentons face à lui. Ce que finalement nous tous lecteur de ce genre de site nous recherchons et qui quand bien même l'expression peut être épineuse, elle ne transige pas. C'est aussi ne pas caviarder l'expression en fermant les yeux sur une idée folle qui n'enlève rien à la qualité du récit, de l'outil et de la participation immanquable de cet acteur rassasié. Une expression qui incontestablement peut parfois être silencieuse, mais pas figée.

Grouchy

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 035 critiques

2,5Moyen • Publiée le 10/04/2014

Le cinéma expérimental n'a plus la cote. Le temps des histoires sens dessus-dessous et des montages cousus avec des fils de toutes les couleurs est révolu ; cependant bien des réalisateurs se lancent dans cette voie perdue, reprenant les caractéristiques de l'avant-gardisme français et de Godard. Ici Carax pose une question : que se passe t-il à l'intérieur d'une limousine ? un riche buissness man prend plusieurs identités pour ses rendez-vous de la journée. Cela donne droit aux situations les plus invraisemblables, du lutin du cimetière jusqu'au remake de Tron. Carax a certainement voulu orienter son film vers la beauté des images, reposant sur les lumières fortes et les teintes fades. Pas question de rester rationnel. Les dialogues ne servent à rien car ils n'apportent aucune évolution, pour montrer que l'identité véritable du héros n'est toujours pas connue, et que ses amis ressemblent à des membres de sectes : le final "opéra" des limousines est en revanche une idée formidable. Mais le rythme est lent, le spectateur n'en finit plus de suivre ce délire étrange et comme il sait qu'il sortira du film sans n'avoir rien appris sur l'histoire, il n'attendra que la fin.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse