Mon AlloCiné
    Inside Llewyn Davis
    note moyenne
    3,7
    4828 notes dont 600 critiques
    8% (46 critiques)
    33% (199 critiques)
    26% (154 critiques)
    21% (123 critiques)
    8% (46 critiques)
    5% (32 critiques)
    Votre avis sur Inside Llewyn Davis ?

    600 critiques spectateurs

    ingloriuscritik
    ingloriuscritik

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 32 critiques

    4,0
    Publiée le 2 juillet 2014
    // NO COUNTRY FOR A FOLK MAN // Alors que Hollywood traverse une de ses plus grosses crises d’hyper héroïsation, avec cette finesse pachydermique « so américan » , a savoir tout en invincibilité, muscles saillants, griffes acérées, combinaison moulante, cape et supers pouvoirs, nos deux frangins du Midwest, continuent, eux, d’explorer leur indéfectible culture de la lose, chemise ouverte (torse velu) et chaîne en (plaqué) or qui brille (peu !) ! Parce qu’ils appartiennent a la catégorie rare de ces cinéastes qui pensent que les histoires sur les losers sont plus intéressantes que les autres et peut être même plus humaines, les COEN honorent depuis 30 ans (et leur « un plan simple » de 1984) les sans grades. L’histoire de lewinn davis s’inscrit dans la lignée des Barton Fink et lebowski , autres seconds couteaux a avoir eu l’honneur d’un rôle titre . S’il n’est pas leur film le plus drôle ni le plus dynamique, « Inside llewin davis » aborde avec toujours cette même sincérité la question existentielle d’un performeur de l’ombre en quête de gloire …et de lumiére . On y suit une semaine de la vie de Davis llewin, inspiré de celle du chanteur dave van ronk , et incarné par oscar issac(drive) .L’acteur, transporté par son rôle ,nous livre une composition d’une empathie déconcertante . Chez les COEN on trouve toujours une multitude de seconds rôles, et comme très souvent , John Goodman, énorme ( de film en film !) dans celui d’un impresario roublard et véreux (un impresario, donc). Mais également justin timberlake , carey mulligan (encore drive …) garrett hedlund (troie ) entre autres ,qui croiseront la route de davis , mais tous servant le questionnement des réalisateurs , a savoir quelle est la part de chance et de malchance dans le destin d’un homme , entre la lumiére et l'ombre , la lose ou la win . « Inside llewin davis » a l’odeur d’un mauvais whisky, la couleur d’un cabaret de seconde zone , mais sonne comme une bonne chanson folk bien laconique . Dylan goes to Hollywood !
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2411 abonnés Lire ses 645 critiques

    1,5
    Publiée le 8 novembre 2013
    "Inside Llewyn Davis" dernier film des frères Coen est selon mon avis, le moins bon et de loin de toute leur filmographie ! Partir de l'histoire d'un musicien folk qui vit galère sur galère sans jamais voir une lueur d'espoir était déjà un pari risqué mais le parti pris mis en place ici, enfonce le clou comme jamais ! Il en résulte un film plat, long avec des scènes dont on se demande ce qu'elles peuvent bien apporter tel que par exemple le trop long et inutile voyage en voiture en compagnie de deux bien curieux acolytes... De plus suffit-il de trainer cet air triste aux paupières lourdes tout le long du film pour être un bon acteur ? À la longue ce beau brun mélancolique et dépressif finit par lasser et même devenir antipathique à force de prendre les autres pour des moins que rien tout juste bons à offrir le gîte et le couvert ! Certains comportements du héros ou de seconds rôles sont d'ailleurs incohérents et donnent des scènes très peu crédibles et dérangeantes voire agaçantes. Où est passé le côté tragi-comique vanté par certains ou même l'humour revendiqué par d'autres ? Il faut être bien magnanime pour l'apercevoir ! Évidemment, rien à redire au niveau des cadrages étonnants, de la très belle lumière qui nous offrent comme toujours des images superbes dont on est toujours admiratif mais franchement, que cette histoire est sans relief, sans surprise et donc sans intérêt. À côté de cela, "Fargo", "No Country for Old Men", "True Grit" et surtout l'irrésistible "Burn After Reading" sont de vraies petites merveilles ! Et donc, reste pour le coup une très grosse déception que cette triste vie sur fond de folk un peu trop omniprésent que les frères Coen n'ont pas réussi cette fois à transcender comme à leur habitude...
    Zoé B.
    Zoé B.

    Suivre son activité 414 abonnés Lire ses 87 critiques

    4,5
    Publiée le 18 novembre 2013
    On le sait depuis "Barton Fink" : les frères Coen excellent dans la comédie dépressive. "Inside Llewin Davis" appartient à ce genre, une veine très particulière dans leur filmographie pour le moins éclectique. Les deux frères déroulent à nouveau leur mise-en-scène élégante et fluide. On leur reprocherait presque de ne pas forcer leur talent ! Comme en athlétisme, ces coureurs à la foulée ample, déliée, qui surclassent leurs challengers avec une facilité rageante. Mais la déception de certains fans (il y en a pas mal ici dans les critiques spectateurs) tient, je crois, à autre chose : Pour la première fois, les Coen n’utilisent ni leur goût de la dérision, ni leur sens du burlesque. Ils suivent avec une empathie surprenante, très premier degré, les tribulations de leur héros. Un musicien à la mélancolie poisseuse, qui foire tout ce qu’il touche. Et, qui plus est, pas très sympathique. Alors c’est vrai, ça fait beaucoup d’un coup : un film dépressif, consacré à un looser, un type même pas aimable, et tout ça sans le secours de l’humour déjanté qui est la marque habituelle des frangins. Mais qu’on se rassure : de l’humour, il en reste, on rit beaucoup, mais sur un mode plus tendre, plus low profile. Le film raconte 5 jours dans la vie de Llewin Davis, personnage fictif, inspiré d’une obscure figure de la scène folk new-yorkaise des années 60. L’histoire s’ouvre et se termine sur la même séquence : Lewin chantant devant le public d’un café de Greewich Village, avant de se faire dérouiller dans l’arrière-cour. La même scène, à un détail près : Lewin n’était pas seul en scène. A la fin seulement, les frères Coen nous donne à voir et entendre le type qui lui succède, un débutant dont on reconnaît illico la coupe de cheveux et la voix nasillarde : Bob Dylan ! "Inside Llewin Davis" parle aussi de ça : de ce qui fait qu’un musicien accède à la célébrité et qu’un autre, pourtant talentueux, ne sortira jamais de l’ombre. Llewin Davis est incontestablement un guitariste et un chanteur doué, auteur aussi de textes à la poésie improbable (des histoires de princesse morte en couches, de nuées de poissons d’argent). Pas suffisant peut-être, surtout quand on n’y croit pas soit même, et qu’on aide autant la malchance. Llewin rate tout ce qu’il entreprend - en amour pareil, il n’est jamais le bon mec pour la bonne fille. Mais à la fin, on comprend : C’est son intransigeance qui le tue, ce type est un pur. Voilà déjà 2 semaines que j'ai vu le film. Un Cohen mineur, ai-je même pensé en sortant. En fait, non : un Cohen en mode mineur qui, depuis, continue de m'accompagner. Un grand film.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 693 abonnés Lire ses 611 critiques

    3,0
    Publiée le 14 mars 2014
    Inside Llewyn Davis est un film correct. Vous faut-il savoir qu'il est l'un des plus accessibles des frères Joel et Ethan Coen ? Qu'on y découvre progressivement une humanité touchante et crédible à travers une galerie de personnages finement écrits et interprétés ? Ce personnage de loser attachant - incarné magistralement par Oscar Isaac qui squatte un sofa après l'autre dans un hiver new-yorkais d'une époque qui semble attendre quelque chose pour se transformer est notre compagnon dans ce « road movie » où la route est aussi un cheminement artistique. Les dialogues y sont d'une délicatesse, d'une maturité qui est aussi le signe de grands scénaristes. On ne s'étonne pas au contraire, on se plaît à découvrir une galerie de personnages secondaires évocateurs et truculents, incarnés par des acteurs déstabilisants, en particulier un John Goodman plus grand que nature. Même Carey Mulligan y trouve un rôle plus mature et plus marquant qu'à l'habitude. Malgré la musique folk d'une mélancolie infinie, Inside Llewyn Davis est souvent une comédie telle que les Coen en font, humour de situations subtil, ironie et références au cinéma forment un humour unique et déstabilisan. Llewyn est l'artiste de son propre malheur, ce qui donne lieu à une suite de situations cocasses, souvent quasi-grotesques, qui se mélange avec la douceur des guitares et des accords pour rendre ce film vibrant et engageant. Un film qui sait prendre des pauses, qui traduit en poésie cinématographique la poésie de sa musique. Cette histoire laisse son empreinte sur nous pour sa cohérence globale, la force de ses personnages et la délicatesse de son récit, une exploration philosophique et artistique de l'être humain.
    al111
    al111

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 343 critiques

    1,5
    Publiée le 9 novembre 2013
    Ennui gris Eh oui, les frères Coen ne font pas que du cinéma qui déménage, comme "Fargo", "No country for old men" ou même en plus léger mais sacrément bidonnant "Burn after Reading". Ils commettent aussi de longues et lourdes machines grises et bourrées de références en tous genres, qui plaisent aux critiques et aux jurys des festivals. Il y a quelques années, "A serious man" en était un bon exemple, et cette fois-ci, ce sont quelques jours dans la vie d'un chanteur de folk, un vrai looser, entouré de personnages très typés. Le film fonctionne comme une série de sketches qui sans doute se veulent drôles (pas sûr) et qui ne le sont pas du tout, mis à part quelques bonnes répliques d'un jazzmen défoncé sur une banquette de voiture (toutes mises dans la bande annonce). C'est donc sans humour, mais alors avec peut-être un peu de mélancolie, des émotions tristes, un regard bienveillant sur quelqu'un qui rate tout ce qu'il entreprend, aligne les bourdes et se prend les pieds dans le tapis de la vie, en se brouillant au passage avec tous ceux qui pourraient le soutenir ? Eh bien non. C'est glauque, sombre (belle photo dominée par des teintes brunes et grises mais qui finit par lasser), cafardeux, mais le personnage principal n'attire aucune sympathie, on assiste à son chemin de croix sans broncher. Chaque nouvelle déconvenue est accueillie sans aucun tremblement, sans intérêt pour sa destinée qui semble tracée à l'avance. Il reste au final quelques belles chansons (guitare voix, super tristes), un chat en forme de clin d'œil à "O Brother", et juste une envie, que les frères Coen refassent une comédie noire déjantée avec une histoire forte qui nous emporterait loin de cet ennui.
    Lara Cridlig
    Lara Cridlig

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 76 critiques

    3,0
    Publiée le 14 janvier 2014
    Un film sur un morceau de vie d’un chanteur de folk, dont on suit le triste parcours. Il se construit autour du mythe de l’éternel retour- ou de ce qui se passe dans une journée quand on court derrière un chat fourbe. C’est un film voluptueusement dépressif sur l’impossibilité d’échapper à son destin, surtout quand on se le crée soi-même. La spirale de l’échec est tellement aspirante qu’elle engloutit le héros et, malheureusement, le spectateur aussi.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 20 critiques

    4,0
    Publiée le 22 mai 2018
    Grand Prix à Cannes en 2013, ce drame musical réalisé par les frères Coen nous offre de nombreux motifs de satisfaction : de bonnes séquences musicales, des dialogues consistants, une mise en scène sophistiquée et sans faille. Sur de belles images et une sympathique ambiance de New York des années 60, cette histoire émouvante nous distille une belle galerie de personnages attachants et charismatiques, où même la présence du chat est essentielle. Bien entouré par le joli couple Carey Mulligan - Justin Timberlake (Jean & Jim), Oscar Isaac porte admirablement ce film. Outre le fait d'être un excellent chanteur dans ce rôle majeur, il se révèle éclatant de crédibilité. Assez éloigné dans l'esprit des thrillers mythiques que sont "No Country for Old Men", "Fargo", ou de "The Big Lebowski", "Inside Llewyn Davis" n'est pas ma réalisation préférée des frères Coen. Cependant cette vingtième visualisation d'un de leur film est immanquable.
    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 231 abonnés Lire ses 395 critiques

    4,0
    Publiée le 24 novembre 2013
    Un film jumeau du très inégal "a serious man", dans lequel le professeur de physique juif est remplacé par un chanteur folk new-yorkais. Comme son double, ainsi que pas mal de personnages chez les frères Coen, Llewyn Davis rate tout ce qu'il entreprend. Garder un chat, mettre un préservatif ou signer un contrat avec une maison de disque, tout est voué à l'échec. C'est ce qui fait de ce personnage un être aussi attachant qu’antipathique. J'ai vu beaucoup de critique qui reprochait au film de ne pas être drôle. Un argument assez curieux pour un film qui ne s'est jamais revendiqué comme tel. Il est vrai que à part quelques touches humoristiques, Inside Llewyn Davis n'a vraiment rien d'une comédie. C'est même carrément mélancolique. Mais ne serais-ce que pour la réalisation léché des frères Coen, la découverte d'un acteur (Oscar Isaac), la photo rétro et poussiéreuse de toute beauté, la galerie de personnages burlesques et of course, la BO folk absolument mortel, Inside Llewyn Davis vaut bien le double d'une place de cinéma.
    Pat D.
    Pat D.

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    1,5
    Publiée le 8 novembre 2013
    Désolée d'avoir trouvé ce superbe et majestueux et merveilleux et incroyable film des frères Coen CREUX et SANS INTERET. Pourraient ils sortir n'importe quel navet insipide qu'ils auraient quand même la palme d'or ?? Je me demande...Quel snobisme intellectuel !!! Ce film est juste superbement interprété par Oscar Isaac. Point. Dommage que des films exceptionnels comme "Alabama Monroe" passent presque inaperçus...
    Hobsta
    Hobsta

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 31 critiques

    4,0
    Publiée le 21 août 2014
    La patte Coen nous surprend une fois de plus, avec un style nouveau mais toujours autant de talent. Inside Llewyn Davis est un petit chef d’œuvre dans le genre dramatique, à la fois simple et saisissant. Les frères Coen nous plongent dans l'univers d'un pauvre homme à qui rien ne réussit, pour qui la vie n'est qu'une succession d'échecs, sur un fond déprimant mais auquel on est accrochés, comme hypnotisés. On n'a pas le côté burlesque de O'Brother, on a là un univers maussade, dont l'ambiance est à l'image du style grisâtre du film. Et pourtant de nombreuses scènes prêtent harmonieusement à sourire. Et c'est avec sa vie accablante qu'on s'attache au personnage, dont Oscar Isaac nous offre une prestation excellente. C'est par sa simplicité que son histoire nous touche, et c'est par son malheur qu'on ressent toute la détresse de ce genre de vie. Une touche originale et intelligente, c'est ce fameux chat qui nous fait sourire tout au long du film, qui n'est sans doute au final qu'une représentation de ses échecs, de ses opportunités, de ses péripéties en général. Énorme plus également, les prestations musicales qui sont envoûtantes et touchantes. C'est d'autant plus avec cet aspect musical talentueux qu'on est affligé qu'un tel musicien ne sorte jamais de sa misère, que la seule chose qu'il possède soit son talent et ses convictions, qu'il n'ait aucune reconnaissance pour ces dernières, alors qu'il mériterait tellement plus. Et pourtant, c'est une réalité dont on parle peu. Inside Llewyn Davis réussit à tous les niveaux dans le genre dramatique, avec cette saveur particulière qu'apportent de grands cinéastes comme les Coen.
    Claudine G
    Claudine G

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 166 critiques

    1,5
    Publiée le 8 novembre 2013
    En principe les films signés Coen c'est comme du W. Allen à ne pas manquer. Mais là j'avoue avoir été plus que déçue. C'est un film qui retrace la vie d'un chanteur raté, qui vit aux crochets d'amis ou d'inconnus, peu importe, pourvu qu'il dorme sur un canapé, même pourri, qui n'a même pas pour lui une once d'intelligence, bref la vie d'un paumé que l'on suit pendant un bout de temps, avec en prime la musique folk (il faut aimer) accompagnée de paroles mièvres. Heureusement il y a LE CHAT...
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 346 abonnés Lire ses 1 161 critiques

    1,5
    Publiée le 21 octobre 2013
    Il y a 13 ans, les frères Coen nous avaient régalés avec "O'Brother", une comédie jubilatoire dans laquelle la musique jouait un rôle important. Cette musique, c'était un mélange de bluegrass et de « old-time music », des genres typiquement américains qui, même dans leur pays d'origine, ne jouissaient plus d'une grande popularité au moment de la sortie du film. Aux Etats-Unis, la bande originale du film s'est vendue à 8 millions d'exemplaires et a fortement contribué à relancer la pratique et l'écoute de ces musiques. Avec "Inside Llewyn Davi"s, c'est au tour de la musique folk, celle qui se pratiquait à Greenwich Village à la fin des années 50 et au début des années 60, de bénéficier d'un coup de projecteur de la part des frères Coen. Malheureusement pour un résultat très décevant ! Pour être franc, toutes celles et tous ceux pour qui il est suffisant de voir à l'écran  l'histoire somme toute assez banale d'un loser et d'entendre  l'interprétation de quelques belles chansons pourront trouver du plaisir à la vision de" Inside Llewyn Davis". Par contre, celles et ceux qui veulent s'informer sérieusement sur la génèse de la vague folk du début des années 60 feront mieux de se diriger vers le livre de Dave Van Ronk (la traduction en français vient de sortir chez Robert Laffont sous le titre « Manhattan Folk Story ») ou vers les biographies de Dylan ou de Phil Ochs. Quant au cinéma, on espère beaucoup que "The Songpoet", le documentaire consacré à Eric Andersen par Eric Lamont, aura une approche plus satisfaisante pour les amateurs de folk que "Inside Llewyn Davis". En tout cas, il devrait couvrir une période beaucoup plus intéressante que celle de "Inside Llewyn Davis", celle qui commence au moment où se termine le film des Coen, avec l'arrivée de Bob Dylan. Toutefois, il faudra attendre  2014 pour le voir !
    fred75011
    fred75011

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    1,5
    Publiée le 6 novembre 2013
    Quelle déception! J'attendais ce film avec impatience étant un grand fan de l'ensemble des films des frères COEN. Les critiques presse ont beau s'avérer excellentes, pas grand chose à retenir de ce film si ce n'est une BO Folk qui tient le film car ca sonne vide! 1h45 d'ennui, de redondance, tristesse! Un navet quand on sait de quoi sont capables ces 2 géants.
    Marvin Z
    Marvin Z

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 41 critiques

    3,5
    Publiée le 17 novembre 2013
    Inside Llewyn Davis ne fait que confirmer l'étendue du talent des frères Cohen. Ils parviennent à créer avec ce film, une ambiance sombre et mélancolique. Les acteurs sont tous excellents et Oscar Isaac signe la plus grande performance de sa carrière. On lui découvre, à travers ses interprétations, un nouveau talent. Son personnage est attachant et le voir spoiler: subir autant d'échecs nous donne de la compassion . Le point fort du film est sans aucun doute sa BO folklorique qui créer un aspect reposant. Parfois trop reposant. Bien que manquant d'originalité, on passe un bon moment à visionner ce drame musical qui nous transporte dans le New York des années 60, et à la sortie on n'a qu'une seule envie, télécharger la bande-originale et se la passer en boucle. 14/20
    stlaurent75
    stlaurent75

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 11 critiques

    0,5
    Publiée le 9 novembre 2013
    Ultra déçu du dernier film des frères Coen, pourtant grand fan, le film est ennuyeux et sans goût, comment a-t-il pu avoir des critiques si élogieuses ?
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top