El Estudiante ou Récit d'une jeunesse révoltée
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   2,7 pour 90 notes dont 22 critiques  | 
  • 0 critique     0%
  • 4 critiques     18%
  • 6 critiques     27%
  • 6 critiques     27%
  • 4 critiques     18%
  • 2 critiques     9%

22 critiques spectateurs

Trier par 
Critiques les plus utiles
  • Les plus récentes
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Christoblog

183 abonnés | Lire ses 709 critiques |

   3 - Pas mal

El estudiante est un film complexe : mieux vaut ne pas s'assoupir durant sa projection, sous peine d'en perdre définitivement le fil. Le réalisateur, Santiago Mitre, cherche probablement dès le début du film à nous mettre dans la même situation que son jeune héros provincial, Roque, qui débarque à Buenos Aires : le monde de l'Université, hyper politisé, semble au départ tout à fait incompréhensible. On assiste pétrifié à des diatribes auxquelles on ne comprend rien, et à des luttes entre une myriade de petits mouvements gauchistes, le tout au milieu d'un capharnaüm d'affiches et de bâtiments déglingués. Petit à petit on comprend que finalement l'idéologie ne sera jamais le thème du film (les idées politiques de chacun des protagonistes importent peu), mais que le véritable sujet de El estudiante est... la suite ici :

http://www.christoblog.net/2014/02/sortie-dvd-e...

LucienLaurent

1 abonné | Lire ses 392 critiques |

   3.5 - Bien

"El estudiante" est le récit d'un jeune étudiant argentin, entré en politique pour séduire une jeune professeure, et qui va y prendre goût, au point d'avoir à faire face à des cas de conscience.


QuelquesFilms.com

33 abonnés | Lire ses 1019 critiques |

   3.5 - Bien

Le sujet est original. Cette variation sur le pouvoir en milieu universitaire décrypte un microcosme politique qui renvoie inévitablement au macrocosme politique national (la gouvernance de l'Argentine) et plus largement au monde politique en général. Où l'engagement idéologique compte parfois moins que l'ambition et la stratégie, où l'intérêt collectif s'efface parfois derrière l'intérêt personnel. Cette plongée nerveuse et intense dans le monde estudiantin argentin offre un tableau politique qui semble assez lucide. On ne saisit peut-être pas tout du contexte local, mais peu importe, c'est la présentation de la "mécanique" politique, avec tous ses rouages faits de tractations, de compromissions, de trahisons, qui est ici captivante. Et plus encore : l'évolution d'un jeune loup qui s'impose, tant bien que mal, dans un système auquel il n'était pas destiné. On observe avec intérêt comment il se familiarise et s'aguerrit à la chose politique, entre fascination, amertume et rébellion. En ce sens, ce film est moins le "récit d'une jeunesse révoltée" (comme l'indique le sous-titre) que le récit de la naissance d'un "animal politique". Manipulé et manipulateur, le personnage de Roque est le héros d'un bon roman d'apprentissage moderne.

http://www.quelquesfilms.com/filmotech_detail.p...

Gérard Delteil

10 abonnés | Lire ses 538 critiques |

   1.5 - Mauvais

Un film dont les tenants et aboutissants sont difficiles à comprendre même pour ceux qui s'intéressent à la politique en Argentine. De l'engagement militant d'un jeune étudiant, on ne voit que des magouilles pour occuper des postes dans une institution universitaire... et des discours creux. De la situation sociale en Argentine, pourtant riche ! des luttes parfois très dure qui s'y déroulent, on ne voit rien. Comme si un réalisateur français ne s'était intéressé qu'aux manoeuvres des diverses tendances au sein de l'UNEF... A mes yeux, bien que je me passionne pour l'Argentine, pays que j'ai visité et dont je suis l'actualité, voici donc un film complètement creux, raté et ennuyeux. Rien à voir avec les films magnifiques de Pablo Trapero qui s'était semble-t-il associé à cette opération. J'ai donc du mal à comprendre ce qui a pu séduire les critiques de presse. A croire qu'ils ne s'intéressent aux-mêmes qu'à la politique politicienne d'un micro milieu de bavards...

alain-92

77 abonnés | Lire ses 873 critiques |

   4 - Très bien

Premier film du réalisateur argentin Santiago Mitre. La politique qui s'impose dans le milieu étudiant, avec tout ce que cela peut comporter d'intérêts divers et variés et de trahisons en tous genres. Grande et belle découverte que ce long métrage porté par un casting magnifique en tête duquel le jeune et excellent Esteban Lamothe, explose littéralement d'un naturel et d'une incroyable aisance. La réalisation dynamique, intelligente et efficace narre la vie d'un universitaire à Buenos Aires dont toute la jeunesse s'est trouvée confrontée à des crises politiques successives. Sa lutte pour y trouver une identité propre, un idéal, et un avenir meilleur pour tous ceux de sa génération. Le scénario peut paraître confus et oblige un intérêt permanent. Il en devient un plus quand on sort de la salle assommé, convaincu et ébloui par la virtuosité de la mise en scène

http://cinealain.over-blog.com/article-el-estud...

Yves G.

37 abonnés | Lire ses 372 critiques |

   2 - Pas terrible

Puisque l'Argentine est à la mode ce matin, je recommande, au milieu d'une production impressionnante tant par sa qualité que sa quantité, ce film aux frontières du documentaire. "El estudiante" suit le parcours de Roque, un provincial fraîchement débarqué à Buenos Aires dans une université dont les cours ne l'enthousiasment guère. En revanche, il se prendra vite de passion pour une enseignante engagée et pour les idées qu'elles professent. A moins que ce ne soit l'inverse : car si Roque entre en politique pour séduire Paula, c'est bientôt le militantisme qui s'emparera de sa vie. L'apprentissage politique est un sujet à la mode : "Après mai" sur un mode nostalgique ou "Télé gaucho" sur un mode comique. Le traitement qu'en fait le jeune cinéaste argentin Santiago Mitre (décidément, ces cardinaux argentins sont partout !) est autrement plus âpre. Son modèle revendiqué est le Prophète de Jacques Audiard. Roque n'est ni un révolté ni un idéaliste. C'est un jeune homme qui découvre les règles d'un milieu auquel il doit s'adapter. La caméra à l'épaule ne le quitte pas un instant, suivant chaque étape de son parcours initiatique entre collage d'affiches et réunions militantes. Mais le personnage reste étonnamment opaque, empêchant la naissance d'une empathie. C'est ce qui fait la force mais aussi la limite de ce film difficile.

Elio B.

0 abonné | Lire ses 8 critiques |

   4 - Très bien

Ce premier film du cinéaste Santiago Mitre, nous plonge au cœur du militantisme étudiant, microcosme d’une sphère politique bien plus grande. En effet, ce film s’intéresse bien plus aux luttes de pouvoir, aux magouilles politiques qu’au marxisme étudiant, représenté de manière souvent ironique. Le personnage principal Roque, n’est pas l’objet de la seconde partie du titre : d’engagement idéologique, il n’en fait jamais preuve, il semble être à l’image de sa première opinion, « les politiques, tous les mêmes ». Au départ, ce qui l’intéresse dans la politique, c’est Paula, professeur engagée qu’il cherche à séduire en rejoignant son parti, où il se découvre un incroyable talent pour la politique, c’est une machine à organiser, convaincre et résoudre les problèmes, qui ira loin et le sait. On devrait parler de portrait plus que de « récit » pour qualifier ce film, qui s’attache à décrire ses personnages dans les moindres détails et les rend incontestablement réels. De même, la politique est ici traitée à la manière d’un thriller, toujours en suspens, en retournements de situations et en traitrises, Roque n’y échappe pas, même s’il semble suivre un certain code de l’honneur qui dépasse ses convictions politiques. C’est aussi un portrait atypique de la jeunesse, qui ne tombe jamais dans la caricature, bien que jouant avec le profil du marxiste révolté que l’on peut retrouver dans La Chinoise de Godard, et qui est bien plus représentatif que la plupart des films cherchant à la décrire. Le film assume parfaitement ses petits défauts, son coté très bavard, parfois prévisible qui lui donnent un charme et s’ancre dans le théâtre graphé et délabré qu’est cette université de Buenos Aires. Santiago Mitre nous livre une réflexion sur l’engagement politique, ses limites et ses compromis sous la forme d’un récit initiatique collé à son personnage, qui détaille ses aspérités et celles du système dans lequel il évolue. lire mes autres critiques sur :

http://profilcritique.wordpress.com/

Kinopoivre

7 abonnés | Lire ses 107 critiques |

   0.5 - Nul

Premier long métrage plutôt fauché d’un scénariste argentin, dont le film "Elefante blanco" vient justement de sortir en France. Disons tout de suite que ce film est d’un ennui abyssal : plus des deux premiers tiers sont consacrés à des discussions d’étudiants, à des meetings politiques, et à des coucheries. Il faut attendre une heure et demie avant que se pointe un évènement qui aurait pu donner lieu à une histoire intéressante, celle d’un étudiant peu motivé par les études, qui les a délaissées pour se mettreau service d’un candidat à une élection, et qui, manipulé, se fait rouler, n’obenant pas les faveurs qu’il en attendait. Si bien que, deux mois plus tard, quand le même requin lui demande son aide pour une autre manœuvre et lui promet un bon poste, il refuse. Fin du film. C’est d’une naïveté impardonnable (chez le scénariste). Pour ne rien arranger, la plupart des scènes sont prises en caméra portée, évidemment gigotante. Non parce qu’il est nécessaire de faire bouger la caméra, mais parce que le cadreur, visiblement, n’a ni la force physique pour la porter, ni l’entraînement nécessaire à qui veut rester immobile. J’ai connu des cadreurs qui savaient si bien faire cet exercice, qu’on aurait cru que leur caméra était posée sur un trépied. Ici, non. Et puis, sans arrêt, on commet l’erreur classique : le dialogue mentionne des personnages qu’on n’a pas vus, qu’on ne verra jamais, et le récit en devient incompréhensible. C’est une faute de mauvais scénariste, que Truffaut avait pointée dans son livre avec Hitchcock.

Ancien utilisateur

   3 - Pas mal

À Buenos Aires, un étudiant hante une université et plonge dans la vie militante estudiantine. Malgré une intrigue politique parfois trop complexe, El Estudiante est une excellente surprise. Encore un film démontrant que la politique est un univers où les intérêts personnels n'ont pas libre court et où la jeunesse, symbole d'espoir, de renouveau et de changement est instrumentalisée et non entendue. Il réside dans ce "Récit d'une jeunesse révoltée" un écho avec la scène politique mondiale, composée de trahisons diverses, d'alliances éphémères, de stratégie peu scrupuleuse et d'une corruption présente à tous les étages. En se concentrant sur la cible première du pouvoir (les jeunes), l'auteur signe un film intelligent, diablement actuel et malheureusement vrai.

JCOSCAR

77 abonnés | Lire ses 1107 critiques |

   2 - Pas terrible

El Estudiante ou Récit d'une jeunesse révoltée est un drame politique.Un film captivant immersion au sein du militantisme estudiantin où un jeune garçon va trouver un sens à sa vie.

Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
Vidéos liées à ce film
El Estudiante ou Récit d'une jeunesse révoltée Bande-annonce VO
29 079 vues
El Estudiante ou Récit d'une jeunesse révoltée Extrait vidéo VO
1 931 vues
El Estudiante ou Récit d'une jeunesse révoltée Extrait vidéo (2) VO
535 vues
4 vidéos liées à ce film
Playlists
6 vidéos
LA SHORT PAUSE #21 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #20 - 5 courts métrages à déguster
6 vidéos
LA SHORT PAUSE #19 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné