Mon AlloCiné
    Le Vent se lève
    note moyenne
    4,1
    5276 notes dont 614 critiques
    26% (157 critiques)
    34% (211 critiques)
    20% (120 critiques)
    12% (76 critiques)
    4% (27 critiques)
    4% (23 critiques)
    Votre avis sur Le Vent se lève ?

    614 critiques spectateurs

    Thomas Lacombe
    Thomas Lacombe

    Suivre son activité 22 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 5 février 2014
    L'ultime chef d’œuvre du Maître, au sommet de son art. Ce dernier film est en contraste avec le reste de l’œuvre, moins de magie, dans le sens pas de personnages légendaires, avec cette touche de mystère qui caractérise les 10 autres films. Certains trouveront ce dernier plus fade, pour ma part, même en s'intéressant à des personnages et à contexte plus réels, je l'ai trouvé d'une beauté extraordinaire! Nous voilà transportés entre rêves et réalité, dans une magnifique peinture du métier d'ingénieur aéronautique, qui "rend les rêves réalité". Dans la peau de Jiro Horikoshi, ingénieur japonais qui conçu nombre de chasseurs dont le mythique zéro, avant et après la 2nde guerre mondiale, qui suit son rêve et sa passion depuis son enfance, nous vivons des heures dur de l'histoire Japon, à l'aube du conflit qui va secouer le monde entier. Même avec un sujet plus "concret", et avec plus sérieux dans la façon de le traiter, Miyazaki nous fait encore entrer dans le monde du rêve, celui de Horikoshi, tout en nous faisant encore passer des valeurs fondamentales à développer dans notre monde qui l’écœure tant. Il savait lui même que ce dernier long métrage soulèverait plus de débats que ses films précédents, mais pour moi il réussit avec brio cette sortie de scène ! Bravo Mr Miyazaki, et merci pour tous ces fabuleux moments ! Bon vent, qu'il continue à se lever pour vous, même si ce n'est plus dans votre carrière professionnelle.
    Cegipede
    Cegipede

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 75 critiques

    4,5
    Publiée le 9 février 2014
    Chant du cygne du maître, le vent se lève ne déçoit pas. Il est un condensé de tous les thèmes chers a Miyazaki (l’aviation, la vieille Europe du début du XX, l’enfance, la nature et la civilisation japonaise) qui permettront aux fans d'apprécier cette ultime œuvre à la lumière des précédents chefs d’œuvres et à ceux qui ne connaissent pas encore Miyazaki d’entrer dans l’univers du réalisateur. Le héros Jirô Horikoshi, un jeune ingénieur en aéronautique, est le portrait de Miyazaki lui-même et n’est pas exempt de défauts : il sacrifie au travail tout ce qui lui est cher. De la table d’architecte de Jirô, à la table de dessin de Miyazaki il n y a qu’un pas. Ce héros n’est pas parfait : d’emblée il sait qu’il ne pourra pas êtres pilote car sa vue est mauvaise, il devra donc se contenter de créer ces objets volants. Il est également égoïste, perfectionniste dans son travail certainement comme l’homme qui l’a dessiné. D’aucuns reprochent à Miyazaki son manque d’audace pour son dernier film. Mais ce film est plus profond qu’on ne le croit car il propose une vision épique de l’histoire japonaise, difficilement saisissable pour les occidentaux. Il aborde le sujet complexe du rapport du Japon avec son passé et avec le continent asiatique (le film a été critiqué en Chine et en Corée du Sud car il rappelle les heures sombres de l’occupation japonaise). La vision pacifiste proposée dans le film (Jirô veut construire de « beaux avions » et non des machines de guerre) est plus délicate qu'on peut le penser car elle est perçue comme antinationaliste au Japon puisque de nombreux japonais veulent réviser l’article 9 de la constitution interdisant au Japon de faire la guerre (héritage de la capitulation japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale). Le film assez long (2h) met un peu de temps a décoller mais une fois sa vitesse de croisière atteinte il parvient à des sommets de poésie et de tragédie. Le vent se lève est un très grand film et on ne peut qu'espérer que e génie créatif de Miyazaki aura fait des émules au sein du studio Ghibli. Le vent se lève, il faut tenter de vivre, vivre contre les éléments, malgré le tremblement de terre de Kanto de 1923 (qui est la plus belle représentation artistique jamais réalisée d’un tremblement de terre), malgré la Grande Dépression, contre la maladie, contre le vent qui ne permet pas de réaliser nos rêves, voilà résumé en un vers de Paul Valéry la mentalité japonaise. Miyazaki lui a vécu de son rêve et maintenant doit tirer sa révérence comme le suggère le vers qui succède au titre du film. Le vent se lève!... Il faut tenter de vivre! L'air immense ouvre et referme mon livre
    LeFilCine
    LeFilCine

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 155 critiques

    4,0
    Publiée le 6 mars 2014
    Il n'est jamais trop tard pour découvrir une œuvre du célèbre Hayao Miyazaki. En effet il s'agit là de son dernier film. Relativement long (2h), c'est un film d'animation destiné surtout à un public adulte. Le sujet est historique, riche et assez complexe. On y parle de la passion pour l'aviation qui va amener un jeune japonais, du nom de Jiro Horikoshi, des années 20 jusqu'à la seconde guerre mondiale. Pendant que le héros se concentre à sa seule passion (concevoir des avions rapides et légers) le Japon se transforme et bascule. La principale thématique du film, c'est le rêve, qui sert de moteur au jeune héros. Et ce rêve, c'est son pays, le Japon, qui va le trahir. En effet la guerre est perpétuellement en toile de fond, alors que le jeune Jiro garde la tête ailleurs, surtout auprès de Naoko, sa compagne malade. La poésie est omniprésente dans le film de Miyazaki, le titre du film est d'ailleurs tiré d'un vers d'un poème de Paul Valéry : "Le vent se lève, il faut tenter de vivre". La qualité de l'animation est indéniable, c'est très beau, surtout les décors lumineux. Un moment assez unique de cinéma.
    Raw Moon Show
    Raw Moon Show

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 536 critiques

    3,5
    Publiée le 1 mai 2015
    Le vent se lève est une fresque historique qui passe en revue de grands et douloureux épisodes de l'Histoire du Japon via le prisme d'un inventeur de génie passionné d'aviation… Mais que c'est pourtant déchirant, beau à pleurer, triste à en mourir… Ceci est rendu possible grâce à la sphère intime , cette délicate et sublime histoire d'amour entre Gino et la femme de sa vie. Ce sont ces vibrants instants qui rendent le film assez bouleversant, qui nous secouent le palpitant comme Tokyo défiguré par un tremblement de terre au cours d'une séquence impressionnante. On ne pourra en revanche pas ne pas trouver à la partie visible (les efforts menant aux prototypes successifs d'avions..) quelque longueurs pas folichonnes.
    floflo2204
    floflo2204

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 278 critiques

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Ça y est, Miyazaki dévoile son tout dernier long-métrage et c'est avec beaucoup d'émotions qu'on se rend devant ce film. le vent se lève arrive donc en France et le réalisateur japonais ne déçoit surtout pas. Ce long-métrage se place rapidement comme l'une de ses pièces maîtresses et est un excellent moyen de clore une carrière tout simplement exceptionnelle. On suit donc la vie du jeune génie Jiro Horikoshi que le réalisateur nous peint avec beaucoup de beauté et de subtilité. On a l'impression de lire et d'écouter une poésie en même temps, c'est donc une sensation indescriptible qui nous envahit face à cette oeuvre très aboutie. L'animation d'un des fondateurs du studio Ghibli reste toujours aussi irréprochable, certains plans nous font penser à des tableaux impressionnistes. On est absorbés par cette histoire qui peu sembler un peu lente mais qui intéresse toujours, qui émeut et qui fait rire. Miyazaki abandonne son univers favori du fantastique qu'il a de nombreuses reprises sublimé à l'écran et s'intéresse davantage à l'histoire de son pays mais aussi du monde. La musique, se place également comme l'un des gros points forts du film grâce à des thèmes moins "typiques" des précédents films mais qui sont pourtant très beaux et qui font monter les larmes aux yeux à certains instants. Une réalisation irréprochable qui nous accompagne en douceur à chaque seconde. Les adieux au génie de l'animation japonaise se font dans la tristesse mais aussi avec de la joie devant une oeuvre aussi belle dans laquelle on a très vite envie de retourner s'immerger.
    Rictus1260
    Rictus1260

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 18 critiques

    5,0
    Publiée le 26 janvier 2014
    C'est probablement le moins imaginaire, le plus réaliste des films de Miyazaki. Pourtant il n'en reste pas moins plein de poésie, d'émotion. La beauté des sentiments de Jiro et de son épouse. Le désir ardent de bonheur. Ce "désir brûlant pour le ciel" selon le thème du chant final. Seul le ciel peut combler la soif de bonheur. Impossible sur terre. Un amour immense pour un être si humble et si pur et pourtant si éphémère. Une invention géniale mais qui est détournée de sa fin première pour devenir une arme de guerre redoutable. Une nature si belle mais qui est ravagée par le déchainement des éléments et de la cruauté humaine. Non décidément le bonheur n'est pas de ce monde, mais dans l'autre... En attendant, je vous remercie Mr Miyazaki de nous avoir fait rêver et encouragé à sortir de nous même pour retrouver le chemin de la poésie, du beau, du vrai. Contrairement à ce qui est prétendu pour les ingénieurs, votre pic de créativité aura duré bien plus de 10 ans et nous vous regretterons en souhaitant sincèrement que vous entrainerez bien d'autres réalisateurs dans votre sillage.
    Gaylor A.
    Gaylor A.

    Suivre son activité 18 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Très bon film à la fois émouvant et touchant, que dire de plus c'est son meilleur fillm.
    Khoza-de-Razell
    Khoza-de-Razell

    Suivre son activité Lire ses 38 critiques

    4,5
    Publiée le 24 janvier 2014
    Ultime présent au monde de la part de Miyazaki, Kaze Tachinu est le moins drôle et le moins fantastique de l'ensemble des films du grand maître de l'animation. Déjà, par son nom, on pouvait s'attendre à un film plus dramatique, plus sérieux, moins excentrique. Et effectivement, le film tient ses promesses, et propose un film mature, traitant de sujets plus graves, comme la crise économique, la pauvreté du Japon d'avant-guerre, son retard économique. Miyazaki abandonne ici, et pour une fois, son message profondément écologiste pour se concentrer sur le second sujet qu'il apprécie le plus : l'aviation (cf. Porco Rosso, et toutes les magnifiques machines volantes qui peuplent ses films). Le Japon est le pays le plus traumatisé par la seconde guerre mondiale. Le traumatisme de la force atomique a affecté tout le monde, y comprit les gagnants, y comprit ceux même qui l'ont lancé. Inutile de dire que ce traumatisme est encore plus fort quand on est le pays qui s'est pris la bombe sur la tête, ce qui fait du Japon le pays le plus pacifique de tous depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Pourtant, le Japon s'est reconstruit, et à évolué, et est devenu l'une des plus grandes puissances économiques mondiales, une archipel couverte de zones urbaines. Et ceci, le Japon le doit à la fois à la guerre, et à la fois à ses inventeurs, ses ingénieurs, qui investit d'une foi, d'une mission, ont sacrifié jusqu'à leur vie personnel pour faire resplendir l'Empire du Soleil Levant. Ce film est touchant, bouleversant, il parle du courage, de la ténacité, de la foi, de l'amour, de la guerre, et de nos rêves ... Des sujets plus importants les uns que les autres, mais pourtant traité avec une grande fluidité. Le film est dans la droite lignée du Tombeau des Lucioles, et, comme son homologue, se range immédiatement dans la colonne des chef-d’œuvre.
    Pauline G.
    Pauline G.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 65 critiques

    2,0
    Publiée le 27 janvier 2014
    Le vent se lève se veut grave et il en devient vide. Il manque trop d'éléments pour maintenir l'attention des spectateurs, qui, une fois admise la déception, sombrent bien vite dans l'ennui. Le héro est fade, coincé et terne, ce qui n'incite pas à s'attacher à lui, surtout que son histoire avance à un rythme lent et qui manque de ponctuation, ce qu'on doit en grande partie à la quasi absence de musique. D'ailleurs, le peu qu'on en entend est lui aussi fade et répétitif, voire superficiel. Heureusement, le personnage de Naoko est assez attachant, à la fois en lui-même et dans sa dimension tragique, ce qui apporte un peu de poésie de temps à autre. Car si on retrouve bien le côté onirique de Miyazaki dans les rencontres entre le héro et son idole Caproni, il reste trop timide pour dynamiser le tout, ce qui est très dommage parce que cette dimension du récit était une bonne opportunité d'exploiter les caractères fantastique et humoristique propres aux précédentes œuvres du maître. Mais ils semblent au final avoir été absorbés par l'intention réaliste et historique de cet anime. On peut également regretter la distance entre l'histoire et son emprunte historique, de même que celle qui sépare le personnage principal de son environnement, à moins que Miyazaki n'ait voulu par là défendre l'idée selon laquelle Jirô était prédestiné à être un génie quoi qu'il arrive, quelle que soit sa vie, son contexte et ses rencontres.
    Aboisanger
    Aboisanger

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    4,0
    Publiée le 17 mai 2014
    D'ordinaire je ne suis ni fan de Myazaki, ni meme d'avions mais la je dois avouer que c'etait magnifique. En effet, tout est bien dose dans ce film d'animation: de la maitrise graphique superbe aux personnages profonds et interessants en passant par un background qui oscille avec brio entre fantaisie et realisme, le film est tellement bien equilibre qu'il reussi meme a amorcer un message pacifiste sous jacent... Et soft! (chose de plus en plus rare ces dernieres annees). Bref, un film d'animation magnifique, tant par ses images que par son deroulement et ses personnages, mais plus simplement un film d'animation ADULTE! Si je n'irai pas jusqu'a le deconseiller aux plus jeunes, je pense que les moins de... 7/8 ans n'y trouveront que peu d'interet (a moins d'etre fans du realisteur). Un film a voir donc, fans de Myazaki ou non
    hpjvswzm5
    hpjvswzm5

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 446 critiques

    4,0
    Publiée le 28 janvier 2014
    Voici donc le dernier Miyazaki, le bon cette fois-ci. Lui qui repousse sans cesse son départ à la retraite depuis une quinzaine d’années. C’est un réalisateur que j’aime, qui me charme tout le temps, et si j’aime beaucoup l’ensemble de ses films, mon préféré reste Le Château dans le ciel, celui qui me touche le plus. Pour Le Vent se lève, je ne le sentais pas trop, la bande annonce ne m’emballait pas. Du coup, je suis allé voir le film en ayant peur d’être déçu, malgré les bonnes critiques. Mais ce ne fut pas le cas. Le film est introduit par ces vers de Paul Valéry : Le vent se lève, il faut tenter de vivre. Ba le film c’est un peu ça. Une de mes craintes c’est que le film se veut plus réalistes que les précédents, comme La Coline aux coquelicots du fiston, qui n’a pas l’air tip top, seulement là c’est très malin. Avec le recul, le film m’apparaît maîtrisé de bout en bout, quelque part c’est beau de finir sur un film aussi maîtrisé, que ce soit dans la narration, la mise en scène, la musique etc. Tout cela donne une belle harmonie. Fondamentalement, l’aviation ce n’est pas un domaine qui me passionne, mais il réussit à m’y intéresser. Ce qui est bien, c’est que c’est un beau film. Il parle du rêve, du rêve de voler, de construire de beaux avions. Ce qui donne lieu à des scènes vraiment belles. C’est un film finalement assez singulier dans la filmographie de l’auteur, il ne donne pas tout à fait la même impression que les autres, mais il est paisible, et arrive à nous émouvoir très simplement grâce à une histoire d’amour très belle et très pure. Je pense que c’est la marque des films de qualité d’arriver à émouvoir avec des choses toutes simples. Voir Jiro et sa fiancée se tourner autour, se lancer un avion en papier et rire, il ne m’en faut pas plus. Mieux, il évite les écueils du mélodrame, la musique est là mais se marie toujours avec les images, n’en fait jamais trop et ça c’est bon. Il crée aussi des situations magnifiques, je pense à une scène très courte où Jiro est obligé de fumer à côté de sa femme même s’il sait que c’est nocif pour elle parce qu’il ne veut pas lâcher sa main. Le personnage en lui-même est intéressant, il veut concilier l’amour et son rêve de grandeur, ce qui n’est pas possible. Toujours de très belles images pour un film simple, parfois triste et mélancolique, mais vraiment beau et intéressant. Miyazaki a vraiment du talent pour émouvoir avec deux personnages s'aimant, on peut se rappeler Mononoké qui à ce titre était plutôt subtil pour ce qui est des rapports entre les personnages. Et je trouve la fin vraiment réussie, incitant à vivre et à apprécier, spoiler: avec un plan vraiment très intéressant, où l’avion finalement construit par Jiro vole vers la droite de l’image, alors que celui-ci, qui a passé sa vie à le concevoir, ne s’en réjouit pas, regardant les montagnes vers la gauche où sa femme est en train de mourir (d'ailleurs, c'est une bonne idée de la mettre hors champ) . Une jolie sortie de scène pour Miyazaki, qui arrive malgré tout à fasciner le spectateur. Une œuvre finalement arrivée à maturité je trouve, et ça c’est beau.
    S.L PEREZ
    S.L PEREZ

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 19 critiques

    4,5
    Publiée le 21 mars 2014
    Si la passion pour l'aviation a traversée sa filmographie, c'est sans doute dans Le Vent se lève que Hayao Miyazaki lui rend le plus bel hommage. Dans un Japon menacé à, l'image du Tombeau des lucioles, l'ultime film de Miyazaki mêle l'amour à la gravité, le rêve à la réalité. Avec autant de verdure que dans le Château ambulant et des sublimes plans vus du train qui rappellent Le voyage de Chihiro, le cinéaste nous enchante tout comme ses deux protagonistes dans une magnifique scène de rencontre: à bord du train, la jeune femme sort du wagon et prend l'air en se réjouissant du vent rafraîchissant, un vent qui fera voler le chapeau d'un jeune homme alors à quelques mètres, qu'elle attrapera de justesse avant que le regard des deux personnages se rencontrent et que l'un d'eux entame le vers de Paul Valéry: "Le vent se lève!" et que l'autre conclut: "... Il faut tenter de vivre!" (en français dans la VO! Ce qui est omniprésent dans ce grand film, c'est le rêve: le rêve d'un garçon qui, étant myope ne peut pas devenir pilote et décide de devenir ingénieur, tout comme Caproni, son idole. Le ciel est donc d'une importance capitale et apportera effroi et émerveillement, l'avion étant pour Caproni synonyme de rêve, il est aussi l'illustration d'un Japon "en guerre contre tous" faisant décoller ces engins qui ne reviennent jamais. Si le rêve l'emporte toujours chez le cinéaste, Jiro se demande ici si il ne s'agirait pas plutôt d'un cauchemar. Un cauchemar qui pourrait être accentué par la maladie de l'être aimé, mais qui est surtout atténué dans cette oeuvre par tant de poésie, par tant d'amour, par tant de vie. Voilà le dernier message du maître japonnais: malgré tout, il faut tenter de vivre. De Totoro à Ponyo en passant par Chihiro et les enfants du Château dans le ciel, Hayao Miyazaki aura passé une grande partie de sa vie à nous émerveiller, et à faire rayonner le Septième Art par de si beaux rêves...
    Mika R.
    Mika R.

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 21 janvier 2014
    Premier film réaliste et malheureusement dernier film d'Hayao Miyazaki,"le vent se lève" montre tout le talent de l'artiste. L'histoire belle et émouvante rend un bel hommage au deux personnes qui on inspiré Miyazaki ,on ressent la passion qui habite le héros dans tout ce qu'il fait et la tristesse de certains passage est allégé par de subtile touches d'humour . le dessin est particulièrement soigné et la musique envoutante de Joe Hisaishi permettent de se plonger dans cette œuvre magnifique que je ne peut que vous conseiller. Merci Maitre Miyazaki pour l'ensemble de votre œuvre qui se termine sur l'un de vos plus beau film.
    Yanis M.
    Yanis M.

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 26 janvier 2014
    Ce dernier film par le maître est un point final majestueux à une filmographie somptueuse. Changement de registre complet pour ce long-métrage : plus de créatures fantastiques et autres magiciens maudits, à la place un récit réaliste et posé, voire contemplatif. Ceci ne fait qu'exacerber la profondeur mélancolique de l'intrigue qui mêle guerre, séisme ou encore maladie au rêve d'un être -Jirô Horikoshi- véritablement étranger aux troubles de son temps malgré la volonté de ses congénères de muer ses créations en armes. Entre onirisme, tragédie et romance, Miyazaki signe ici un chef-d'œuvre intemporel.
    alice025
    alice025

    Suivre son activité 572 abonnés Lire ses 332 critiques

    2,0
    Publiée le 31 janvier 2014
    Je ne suis pas adepte des films de Miyazaki, mais j'ai voulu tenter ma chance avec celui-ci. Eh bien, déception... Ce n'est pas vraiment mon style. Certes, l'image est belle : personnages, paysages etc, tout semble si beau. Mais l'histoire, c'est un autre registre. Déjà le thème des avions, je le trouve assez lourd au bout d'un moment. La guerre n'est pas assez développée. L'histoire d'amour entre les deux personnages, n'en parlons pas... « On se connaît à peine mais je t'épouse... Oh, mais je suis malade ! » Je sais que c'est un film d'animation japonais, mais ce n'est décidément pas ma tranche. Dommage.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top