Mon AlloCiné
    Le Vent se lève
    note moyenne
    4,1
    5279 notes dont 614 critiques
    26% (157 critiques)
    34% (211 critiques)
    20% (120 critiques)
    12% (76 critiques)
    4% (27 critiques)
    4% (23 critiques)
    Votre avis sur Le Vent se lève ?

    614 critiques spectateurs

    funkyboy
    funkyboy

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 30 janvier 2014
    génial, comme d'habitude! miyazaki se penche sur l'histoire du japon tout en nous contant une histoire d'amour naissante entre les deux protagonistes du film. Une jolie manière d'appréhender une partie de l'histoire de l'aviation nippone!
    lalou B.
    lalou B.

    Suivre son activité Lire ses 7 critiques

    5,0
    Publiée le 6 février 2014
    Le dernier et ultime chef d'oeuvre de hayao miyazaki. Une oeuvre engagée, pleine de tendresse et de romantisme. Le réalisateur a su pour son dernier chef d'oeuvre mêler l'engagement de son film au style qui lui est si particulier. Un véritable délice !
    Merteuil87
    Merteuil87

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 48 critiques

    5,0
    Publiée le 9 février 2014
    Un très grand film d'animation. On peut saluer la maitrise et la grande sobriété du réalisateur tout au long du d'hui bon nombre de réalisateur se laissent submerger par la technique et nous produisent des films où les effets spéciaux et la musique occupent une telle place qu'il n'y a plus de scénario, d'ambiance ou d'émotion, ce film est à l'opposé.Sur le plan visuel, on a de l'animation 2d avec quelque insertions 3d toujours de bon goût. La musique est agréable sans jamais être envahissante. L'histoire est simple mais ne manque pas de profondeur. Un film de Myazaki, grand public dans le bon sens du terme. Très agréable et intéressant à regarder
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 15 février 2014
    La fin du mois de janvier signait l'arrivée en salle du nouveau Miyazaki, et par la même occasion la révérence du maître de l'animation japonaise qui prend une retraite bien méritée. Autant dire que pour un adieu, j'espérais vivement que Miyazaki livre un dernier chef d'œuvre, aussi bien amené que "Le château dans le ciel" ou "Princesse Mononoke", "Ponyo sur la falaise" m'ayant quelque peu déçu. Autant le préciser tout de suite, pour le chef d'œuvre tant attendu, "Le Vent se lève" n'atteint pas ces hautes sphères. Toutefois, il n'en demeure pas moins un très beau clap final pour Monsieur Miyazaki. Abandonnant les thèmes du fantastique et de l'imaginaire, "Le Vent se lève" se veut un (libre) biopic de l'ingénieur Jiro Horikoshi, créateur des fameux chasseurs Zero, connus pour avoir été les cercueils de nombreux pilotes japonais durant la Seconde Guerre Mondiale (notamment lors des attaques kamikazes). Pourtant, au lieu de se limiter à une simple adaptation de la vie d'Horikoshi, Miyazaki prend des libertés pour son histoire, et c'est tant mieux! "Le Vent se lève" est un film poétique, merveilleux et très émouvant. Plus qu'une histoire de guerre, il s'agit avant tout d'une histoire d'amour. Une histoire d'amour entre Horikoshi et l'aviation, ainsi qu'envers Nahoko, la femme de sa vie. Une histoire de sacrifice aussi envers ces deux "passions" qui font vivre le personnage principal, mais je n'en dirai pas plus sous peine de spoiler. "Le Vent se lève" est un film qui fleure une certaine nostalgie de par son atmosphère mélancolique. Dommage que l'aspect réaliste ne permette pas à Miyazaki d'exprimer toute la poésie que l'homme a su développer durant sa carrière (c'est la raison notamment pour laquelle il utilise les rêves de Horikoshi), même si elle est fortement présente durant les deux heures de métrage. Pour son dernier film, Miyazaki nous offre une belle histoire, un dernier poème en guise d'au-revoir. Comme le disait Paul Valéry, "le vent se lève, il faut tenter de vivre...", phrase qui imprégnera tout le film, de ses personnages principaux jusqu'à Miyazaki même. Ce dernier peut partir la tête haute, ayant imprégné la culture du cinéma d'animation de par son savoir faire génial. Au-revoir maestro, et merci pour tout!
    Léo Mesguich
    Léo Mesguich

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 73 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juin 2014
    Premier film d'animation de Miyazaki que je vois et je suis vraiment admiratif. Alors certes, malgré parfois quelques longueurs et une narration un peu complexe, ce film est réellement un magnifique film d'animation, intemporel et multigénérationnel. De par ses dessins d'abord bien sûr, à base de couleurs puissantes, de ciels grandioses, de prairies sans fin. Ensuite, l'histoire, retraçant assez librement la vie de Jirō Horikoshi, est à la fois une grande fresque historique, une histoire d'amour pleines de sentiments et des scènes oniriques que j'adore ! La vie de cet ingénieur en aéronautique à la mauvaise vue, tiraillé entre ses rêves, son ambition et son amour est parfois très poétique (notamment la scène à bord du train et dans l'auberge) sur fond de troubles du XXème siècle. Je parlais parfois de la complexité du récit mais cet inconvénient a aussi un avantage : ce sont les dialogues. Peu présent sur un film de 2 h 05, Miyazaki ne fait jamais parler ses personnages pour rien, laissant les regards, la musique faire. La musique est aussi grandiose, bouleversante par moment, digne des grands chefs d'oeuvre hollywoodiens. A voir absolument donc, pour savourer un moment de rêve, de poésie et une bonne dose d'originalité pour des gens qui comme moi ne connaissaient pas encore Miyazaki.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 14 janvier 2015
    Miyazaki change avec bonheur de registre pour son dernier film. Il passe du fantastique-poétique à la biographie filmée, romantique, gardant un aspect fantasmé, d'un ingénieur aéronautique qui rêve de construire un des plus beaux avions du monde dans un Japon en voie de développement. Le Pari du Maître est tenu et mérite bien des éloges. Les "soit-disant" longueurs et compagnie, reprochées à ce genre de création cinématographique par gens qui ne peuvent pas suivre une émission de télévision pas trop tarte, plus de 10 minutes, sans zapper, sont complètement risibles dans le contexte de l'histoire elle-même. Touchant sur bien des points, démonstratif sur la bêtise de la guerre transformant un oiseau de haute technologie en machine de guerre, le conte est bien vu. Maintenant est-ce que l'ingénieur était aussi soucieux des conséquences de son invention dans la réalité, à voir?
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 126 abonnés Lire ses 910 critiques

    3,5
    Publiée le 5 février 2017
    Bon, je ne voulais pas voir ce "dernier" Miyazaki, que je gardais comme une "poire pour ma soif". Et puis les critiques que j'avais lues me préoccupaient : le premier film "adulte" du Maître, l'abandon du merveilleux typique de ses plus belles œuvres, et puis l'ambigüité derrière la célébration d'un ingénieur génial ayant donné naissance au plus bel instrument de guerre (le fameux "Zero") de l'impérialisme nippon. Et en effet, lorsque l'envie est devenue irrésistible, et alors que se profile l'espoir d'un retour de Miyazaki, "le Vent se Lève" m'a autant enchanté - grâce à sa munificence visuelle, grâce à ses superbes scènes oniriques qui retrouvent l'enchantement hypnotique de ses meilleurs films - que déçu : cette première histoire d'amour montrée par Miyazaki est bien fade, passant clairement au second plan par rapport à la passion de Jirô Horikoshi pour son métier d'ingénieur aéronautique, tandis que l'aveuglement du scientifique (de l'artiste ?), créant le chef d'œuvre de sa vie sans se préoccuper de l'utilisation de ce dernier par un gouvernement fasciste, est quand même assez peu exploré, chose curieuse pour un homme aussi fondamentalement pacifique que Miyazaki. "Le Vent se Lève" souffre également d'une longueur excessive, sans doute imputable à la passion de Miyazaki pour son sujet, que cela soit du fait du parallèle avec sa propre existence de créateur stakhanoviste, ou de l'aspect profondément autobiographique du sujet (on sait que son père était sous-traitant de Mitsubishi aviation). Ceci dit, il reste ici suffisamment de moments magiques, comme la stupéfiante représentation animiste du grand séisme de Kantô de 1923, pour confirmer le génie absolu de Miyazaki.
    jeremy martinato
    jeremy martinato

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 13 critiques

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Un véritable chef-d'oeuvre! Cet anime est une perfection absolue dans la narration
    Laintal
    Laintal

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Que dire... une grosse claque ! Une fresque exceptionnelle peinte avec autant de précision que de romance. Le genre de film qui vous reste dedans même une fois terminé... Pour le reste, difficile de le comparer avec ce qui a déjà été réalisé par Miyazaki. Mais la qualité graphique est absolue, accompagnée comme toujours par de superbes musiques. Il me semble que personne dans la salle ne s'est levé durant la première minute du générique de fin... Un chef d'oeuvre unique dans le monde de l'animation. Merci.
    Critique de Monique Pantel dans Europe 1
    Critique de Monique Pantel dans Europe 1

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 240 critiques

    4,5
    Publiée le 22 février 2014
    C'est un film japonais. C'est le dernier film (c'est ce qu'il a dit) du grand réalisateur Miyazaki. c'est un dessin animé très étrange, parce que c'est pas comme les autres dessins animés ravissants qu'il a faits. Celui-là est dur, c'est sur la guerre. Giro, c'est un fou d'avion, mais il peut pas piloter lui-même parce qu'il est myope. Alors du coup, il se met à dessiner un avion magnifique, qui existe vraiment, le Zéro, qui va participer à le deuxième guerre mondiale et qui va tuer beaucoup de gens. Les dessins sont si beaux qu'on croit voir le vent se lever. C'est magnifique. C'est beau, c'est un très beau film.
    Roger O.
    Roger O.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 17 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mars 2014
    Ce qui m'a toujours un peu agacé chez Hayao Miyazaki, c'est sa pseudo-philosophie que je qualifierais de "new age de bas étage", si des personnes, plus compétentes que moi dans ce domaine, ne m'avaient assuré qu'elle fait partie intégrante de la culture nipponne. J'ai toujours été allergique à ces histoires de déesse des mers, de nature protectrice, de château ambulant. En revanche, quand Miyazaki traite de problèmes et de sentiments humains, je trouve ses films particulièrement fins et touchants. Je suis tout prêt à admettre qu'un cochon soit aviateur dans Porco Rosso, à partir du moment où celui-ci est aux prises avec des préoccupations politiques qui m'intéressent. Je suis tout prêt à admettre que la petite Ponyo soit issue des flots à partir du moment où Miyazaki me parle aussi des rapports entre de petits enfants et les pensionnaires d'une maison pour vieillards. Je suis tout prêt à admettre l'existence d'un monstre poilu à partir du moment où Mon voisin Totoro est le fantasme rassurant d'orphelins qui viennent de perdre leur mère... (et que les roses trémières sont belles! Dans Le vent se lève, il est question du rêve que poursuit un jeune ingénieur: celui de construire des avions qui volent dans le ciel, qui nous éloignent, mais jamais complètement, des soucis de nos vies bassement quotidiennes et banalement terribles, marquées par les catastrophes naturelles et la mort. Et l'idéaliste parviendra à concrétiser son souhait venu de l'enfance. Belle leçon d'optimisme et de confiance en l'homme. Et qu'on ne vienne pas dire que ces avions deviendront d'horribles engins meurtriers au service de l'Empire allié aux nazis. Miyazaki, loin d'esquiver le problème, le traite clairement et ceux qui mettent en doute l'idéologie de son film ne l'ont pas bien vu. Il est question aussi d'une très belle histoire d'amour, pathétique, où plane l'ombre de Thomas Mann et d'Hans Castorp. Les dessins et l'animation sont particulièrement réussis, Miyazaki "montre" le vent, comme je ne l'avais jamais vu. Et quel plaisir d'entendre du français dans un film japonais. "Le vent se lève! Il faut tenter de vivre!" C'est du Paul Valéry. C'est aussi une belle leçon de vie, de résistance face au malheur.
    Quentin D.
    Quentin D.

    Suivre son activité 14 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 8 septembre 2014
    La dernière oeuvre de Miyazaki est un chef d’œuvre personnel, un film qu'on pourrait dire "privé" tant le maître y verse son être. La suite sur notre site !
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 061 critiques

    5,0
    Publiée le 10 juillet 2014
    Avec "Le tombeau des lucioles", le film des studios Ghibli le plus ancré dans le monde réel, moins dans le genre fantastique même si les scènes de rêve sont fortes, superbes et pleines de symbolisme. Une œuvre d'animation non dénuée de poésie, à la mise en scène adulte mais pleine de fraîcheur, des couleurs d'une richesse nuancée incroyable, très proches de teintes réelles. Un long-métrage vraiment emballant même si l'ensemble manque un peu d'ampleur dramatique.
    PeetaandKatnissforever
    PeetaandKatnissforever

    Suivre son activité Lire ses 7 critiques

    5,0
    Publiée le 9 février 2014
    ... Il est impossible de comparer ce film avec les précédents du Maître Miyazaki. Car à part la beauté du trait, des dessins et des personnages, nous ne retrouvons rien de ce dont nous avions l'habitude avec Miyazaki. Déjà il est clair qu'il a pris un gros risque en réalisant Le vent Se lève puisque l'histoire est inspirée de faits réels et bien ancrée dans la réalité. Nous n'étions pas habitués à cela. Mais passons au plus important : les richesses de ce film. Bien entendu des paysages à couper le souffle, une histoire empreinte de poésie, de réalisme aussi et de véracité. Et la musique ! Oh Joe Hisashi, compositeur de génie ! Sans toi, les films de Miyazaki ne seraient pas ce qu'ils sont ! Et cette fois, on peut dire qu'il a fait fort puisque quand on écoute ces morceaux, nous sommes à la fois emplis de tristesse, de mélancolie et de nostalgie pour une époque meurtrière et révolue, mais aussi empreint de joie, d'espérance et de tendresse pour ses personnages. Le Vent Se Lève, ultime film du Maître de l'animation japonaise et hymne au rêve et à l'amour (thème traité une seconde fois (après Le Château Ambulant) mais en bien plus approfondi sur les sentiments) qui ne s'éteindront jamais. Ce dernier métrage en date du studio GHIBLI aura de quoi en surprendre plus d'un. Avis aux fans, aux connaisseurs ou simples curieux : ce film est une vraie pépite ! Mais à vous de décider de me croire ou non. Après tout, pour certain, "il faut le voir pour le croire" ; "Le vent se lève Il faut tenter de vivre." Tout est dit dans ce vers de Valéry :)
    dissection
    dissection

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Et bien, que d'émotions! Je n'en crois toujours pas mes yeux... C'est superbe, beau, touchant. J'en ai encore les larmes qui coulent. S'il vous plaît Mr Miyazaki, n'arrêtez pas!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top