Mon AlloCiné
    Le Vent se lève
    note moyenne
    4,1
    5277 notes dont 614 critiques
    26% (157 critiques)
    34% (211 critiques)
    20% (120 critiques)
    12% (76 critiques)
    4% (27 critiques)
    4% (23 critiques)
    Votre avis sur Le Vent se lève ?

    614 critiques spectateurs

    Jeanluc.M
    Jeanluc.M

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 151 critiques

    4,0
    Publiée le 28 janvier 2014
    Un film d'une grande délicatesse, montrant avec tact adapté de multiples choses. Je comprend qu'il ait déçu certains fans de Miyazaki, car ce film se révèle au final assez atypique j'ai trouvé. La quintessence de ce film m'a je crois échappé, comme elle échappe à pas mal de monde j'ai l'impression. Est-ce dû à un manque de finesse de ma part ?... Je suis sorti de cette séance ciné à la fois frustré, mais également content d'avoir pu contempler cette œuvre, résultat d'un travail de dingue, incroyablement beau graphiquement, et si étrange qu'il déroute un peu. L'industrie du tabac a-t-elle injecté des sous dans ce film ou bien ?! Attention, il mettent à partir de 6 ans, mais c'est d'après moi complètement inadapté)
    mistergoodfilm
    mistergoodfilm

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 98 critiques

    5,0
    Publiée le 1 février 2014
    Voila le dernier film du génie Miyazaki et c'est bien le meilleur film qu'il aurait pu faire pour dire au revoir à son public qui l'a adulé pendant de si nombreuses années. C’est tout l’achèvement de ce qu’il a toujours voulu, un film sur l'espoir, sur le bonté humaine qui subsiste toujours malgré les circonstances assez dur du film. Il réussi a dresser un lien très subtil entre Jiro et sa passion pour l'aviation et une critique assez virulente de la guerre. Non le film ne fait pas l'apologie de l'armée japonaise, au contraire. Il ne s’intéresse pas du tout à cette problématique. le film raconte la passion d'un jeune japonais et qui va vivre cette passion et trouvé l'amour de la plus belle manière qui soit. C’est un film pur, dénué de superflu et aux sentiments qui sont réels, qui ne cherche ni a attendrir ni à être mielleux. La beauté de l’animation est sans égal et l’histoire est prenante comme jamais. Merci Miyazaki de nous offrir ce si beau cadeau.
    Maru & Moro
    Maru & Moro

    Suivre son activité Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 9 février 2014
    Encore un chef d'oeuvre, probablement l'un des meilleurs avec Le Voyage de Chirhiro. Miyazaki sensi finit en beauté.
    PeetaandKatnissforever
    PeetaandKatnissforever

    Suivre son activité Lire ses 7 critiques

    5,0
    Publiée le 9 février 2014
    ... Il est impossible de comparer ce film avec les précédents du Maître Miyazaki. Car à part la beauté du trait, des dessins et des personnages, nous ne retrouvons rien de ce dont nous avions l'habitude avec Miyazaki. Déjà il est clair qu'il a pris un gros risque en réalisant Le vent Se lève puisque l'histoire est inspirée de faits réels et bien ancrée dans la réalité. Nous n'étions pas habitués à cela. Mais passons au plus important : les richesses de ce film. Bien entendu des paysages à couper le souffle, une histoire empreinte de poésie, de réalisme aussi et de véracité. Et la musique ! Oh Joe Hisashi, compositeur de génie ! Sans toi, les films de Miyazaki ne seraient pas ce qu'ils sont ! Et cette fois, on peut dire qu'il a fait fort puisque quand on écoute ces morceaux, nous sommes à la fois emplis de tristesse, de mélancolie et de nostalgie pour une époque meurtrière et révolue, mais aussi empreint de joie, d'espérance et de tendresse pour ses personnages. Le Vent Se Lève, ultime film du Maître de l'animation japonaise et hymne au rêve et à l'amour (thème traité une seconde fois (après Le Château Ambulant) mais en bien plus approfondi sur les sentiments) qui ne s'éteindront jamais. Ce dernier métrage en date du studio GHIBLI aura de quoi en surprendre plus d'un. Avis aux fans, aux connaisseurs ou simples curieux : ce film est une vraie pépite ! Mais à vous de décider de me croire ou non. Après tout, pour certain, "il faut le voir pour le croire" ; "Le vent se lève Il faut tenter de vivre." Tout est dit dans ce vers de Valéry :)
    Eco.
    Eco.

    Suivre son activité Lire ses 12 critiques

    4,5
    Publiée le 23 janvier 2014
    Au premier visionnage, je mets 3 étoiles pour la voix adulte très spé, le rythme lent, le contexte historique peu creusé, l'histoire d'amour tradi de chez tradi, la difficulté de s’identifier à cet ingénieur fini et le côté très factuel du film. Mais avec Miyazaki, c'est souvent comme ça le 1er visionnage et je me dis que si je ne mets pas 5 étoiles c'est que j'ai pas compris un truc alors je cherche et commence mon analyse personnelle et les spoils. J’ai lu que le héros était égoïste et il le semble de prime abord et selon la culture actuelle mais en se repassant le film dans la tête, on se rend compte qu’à aucun moment, il n’est animé par un désir égoïste, tout absolument tout lui est proposé : de ses voyages autour du monde et son logement chez son patron à la rencontre de sa fiancé où c’est presque le père qui lui fait la cours, en passant par l’attente d’une hypothétique guérison pour se marier, Jiro se laisse porter par les événements uniquement mû par sa passion et le respect des envies de chacun. Quand il donne de lui-même, il n’attend rien en retour, il sauve sa bien aimé sans même donner son nom, il donne ses plans d’avions à son ami plus ambitieux que lui, il fait de sa sœur un docteur en sachant quoi répondre au moment exacte ou il le fallait alors qu’il passe son temps à oublier ses visites, il ne lache pas la main de Naoko quand il travaille chez lui, c’est même elle qui l’invite à prendre place sur sa couche après le mariage, c’est dire si il est pas intéressé le garçon :-). Bref ses patrons l’aiment, ses collègues l’aiment, sa femme l’aime parce qu’il est passionné, doué, peu intéressé (bien élevé). Il a dessiné un avion meurtrier ? Et alors demande Miyazaki ? Nous qui aimons son travail, demandons nous ce qu’il aurait fait à cette époque. Est-ce qu’on l’aurait détesté tout autant ? C’eut été la même personne pourtant, le même génie avec sa passion dévorante et ses défauts inhérents…. Qu’est ce que le vent dans ce film ? Que ou qui porte t’il à travers cette époque où le Japon éclate physiquement et économiquement. Pour sauver ce film, il faut extirper le héros de son époque.
    dissection
    dissection

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Et bien, que d'émotions! Je n'en crois toujours pas mes yeux... C'est superbe, beau, touchant. J'en ai encore les larmes qui coulent. S'il vous plaît Mr Miyazaki, n'arrêtez pas!
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 354 critiques

    4,0
    Publiée le 26 janvier 2014
    "Le vent se lève!... Il faut tenter de vivre!": ce célèbre vers de Paul Valéry est repris avec brio par le génial Hayao Miyasaki dans un film qui raconte la vie de Jiro Horikoshi. On suit donc sa vie publique en tant qu'ingénieur d'avions qui serviront pour la Seconde Guerre Mondiale, et sa passion amoureuse avec Naoko Satomi. Le film est volontairement minimaliste, car l'histoire est construite à travers les yeux du personnage principal, idéaliste et un peu dépassé par le contexte gravissime. Et si la partie "vie publique" est très documentée et par conséquent riche d'intérêt, elle passionne un peu moins que l'histoire d'amour. Celle-ci est absolument bouleversante, et révèle un idéal philosophique fort lié à la Mort et à la nécessité de vivre ou au moins d'y "tenter". Aussi, "Le Vent se lève" est magique d'un point de vue visuel, et travaille constamment un contraste entre la luminosité et la noirceur, preuve que le film sait être à la fois extrêmement sombre mais aussi très humaniste.
    lucilla-
    lucilla-

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 140 critiques

    5,0
    Publiée le 29 janvier 2014
    C'est magnifique. Triste, si triste, mais si beau, émouvant, grave et léger, mélancolique. "Le vent se lève , il faut tenter de vivre"(Paul Valéry) A ne pas manquer !
    barfaust
    barfaust

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 48 critiques

    5,0
    Publiée le 12 février 2014
    N'ayant jamais été intéressé par les films d'animation asiatiques, j'ai été trainé de force pour voir ce film, et ce fut plutôt une bonne surprise. Le choix de traiter une période très lourde de significations (la guerre, violence, famine, désastres naturels...) avec une certaine légèreté est très bien fait, car le personnage central vit au milieu d'un monde qui le dépasse entièrement. Il voit un grand conflit se profiler mais continue son travail d'ingénieur de guerre, car son but n'est pas de gagner la guerre mais de faire un bel avion (avec de très belles répliques pleines de cynisme de la part du collègue de Jiro). Le personnage rêve, et la transition entre rêve et réalité est extrêmement bien faite car on est alors placé à la place du héros qui rêve tout en étant éveillé. Cette oeuvre très réussie n'en est pourtant pas dénuée de défauts : la durée du film est artificiellement rallongée par des scènes inutiles à l'intrigue, l'histoire d'amour est niaise et convenue au possible (ce qui tranche avec le reste du film), l'histoire se passe sur plusieurs années mais on ne ressent absolument pas cela (le personnage ne vieillit pas, il n'y a pas de véritable transition d'une année à l'autre...), la conception de l'avion est présente mais aurait mérité un plus grand approfondissement. Pour résumer, il s'agit là d'un très bon film d'animation comme j'en ai rarement vu, un sujet intéressant et traité avec maturité. Des dessins et des choix artistiques quasi-parfaits qui dépassent de très loin les productions Américaines (Disney si tu m'entends). Les caricatures des différents peuples (les Allemands, les Italiens, les Japonais) me semblent bien à leur place, car on voit la perception d'un jeune Japonais vis-à-vis de cultures dont il ne connaît pas grand chose. Je ne connaissais le réalisateur que de nom, mais après avoir vu ce film je suis en mesure de dire qu'il n'a pas volé sa réputation. Une grande maîtrise, une oeuvre comme on en voit peu, et même si le film a quelques défauts (une durée artificielle notamment), il demeure magnifique.
    Jaws14530
    Jaws14530

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 44 critiques

    4,5
    Publiée le 21 février 2014
    « Le vent se lève, il faut tenter de vivre ! », c'est sur ces paroles que débute et se clos ce film... Que dire ? Que devons-nous penser ? C'est bien simple, tout le monde doit se souvenir de cette date : Le 22 Janvier 2014 ! Car c'est le jour de la sortie en France de l'ultime film réalisé par le grand poète de l'animation Japonaise : Hayao Miyazaki ! L'histoire : Jiro, un petit garçon, rêve de construire des avions, comme son idole : le concepteur italien, Giovanni Caproni. En devenant adulte, il travaille pour l'industrie Japonaise de construction d'avions de guerre, pour l'Axe, durant la seconde guerre mondiale. Pendant ce temps, il rencontre Naoko, une jeune peintre, dont il tombe amoureux... Je ne vais pas en dire plus, mais si vous le voyez, sachez que ce film est bien différent des autres films du réalisateur, il n'y a pas de fantastique ! Au contraire, le personnage principal est inspiré d'une personne existante ! C'est d'ailleurs peut-être pour cela que « Le Vent se lève » n'est pas vraiment le meilleur film de H. Miyazaki, mais... c'est également ce qui fait qu'il est si bon ! Car même si je n'ai pas senti d'émotion particulière (par rapport au « Château Ambulant », par exemple) on s'identifie bien au personnage ! D'ailleurs, la fin du film n'est pas sans rappeler « Porco Rosso », autre film du réalisateur parlant d'avion qui, lui, était rempli d'émotion ! C'est donc avec perfection que s'achève la carrière de Hayao Miyazaki, mais dorénavant, nous suivrons celle de son fils : Goro Miyazaki, qui m'avait bluffé avec son dernier film : « La colline aux coquelicots » !
    Myriam B
    Myriam B

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 6 critiques

    2,5
    Publiée le 26 février 2014
    Miyazaki étant à mes yeux un excellent réalisateur, je m'attendais à un manga à sa pointure et à retrouver son univers plein d'humour et d'imagination, or on s'ennuie, il y parle trop mais alors trop d'avions et de leur conception, alors peut être que oui ça plairait à des ingénieurs en aéronautique mais j'aurais aimé qu'on y voit de l'action avec par exemple la guerre avec les premiers personnages sombres qu'on voit dans le premier rêve de Jiro, puis j'aurais aimé un rôle plus intéressant pour les femmes, il a représenté la femme telle qu'elle est vue dans la société traditionnelle, soumise, serviable alors qu'en général dans ses films la femme a une place centrale et se montre combattante.
    guifed
    guifed

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 237 critiques

    4,5
    Publiée le 23 mars 2014
    "Le vent se lève, il faut tenter de vivre". Tout passe. Le temps. La vie. Les sentiments. La créativité. Mais il faut quand même essayer de vivre. C'est autour de cette belle phrase de Paul Valéry, extraite de son poème "le cimetière marin", que Miyazaki tire sa révérence avec son onzième dernier film donc, "Le Vent se lève". Une sortie remarquable, tant de par son élégance que de par son intelligence. Quoi de mieux qu'une petite introspection tout en sobriété (pour ses standards) en guise d'adieu? Le Vent se lève raconte l'histoire d'un des plus grands ingénieurs en aéronautique japonais: un génie à l'âme d'artiste, rêveur et candide, errant parmi les siens comme un passant éclairé. L'animation du maître met parfaitement en lumière (et en musique, quelle BO!!) les envolées oniriques de Jiro qui lui ont tant servies dans la conception de ses avions. Il réussit la prouesse de rendre le technologique poétique; notamment en humanisant les avions (les bruits de moteur sont en fait des bruitages humains, tout comme les manifestations chaotiques de la nature (incendie, tremblement de terre) ). Les graphismes sont bien entendu fabuleux et nous transportent vers un autre monde, unique dans le cinéma. Les tableaux de paysage se succèdent, tout comme ceux de scènes plus intimes mais non moins empreints d'une poésie toujours plus éblouissante (de mémoire, on retient notamment l'arrivée de la mariée au milieu des flocons de fleurs, les rêves imbriqués dans la réalité virevoltante de Jiro, les avions en papier qui volent entre les deux amoureux, le séisme, les vols en avion, toutes les scènes pleines de tendresse entre Jiro et Naoko) Quant aux prétendues lenteurs, je ne sais pas si c'est seulement mon cas, mais j'ai été séduit dès le début et comme happé par l'univers de Miyazaki. Je n'ai pas vu le temps passer, et à la fin j'ai regretté que le film ne se poursuive pas encore 3, 4 ou 5h, peu m'importait. En tout cas, chapeau bas Monsieur Miyazaki, pour cette oeuvre ainsi que l'ensemble de votre carrière qui compte déjà parmi les plus marquantes du cinéma d'animation, et du cinéma tout court.
    Severus S
    Severus S

    Suivre son activité Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 13 janvier 2015
    Le Vent se lève raconte la jeunesse d'un ingénieur japonais qui conçoit des avions... contre son gré destinés à la guerre. L'histoire, très lente, manque parfois de substance. Mais si on n'est pas pressé, on pourra se rendre compte que c'est beau et riche en émotion. L'aviateur rencontre une fille atteinte de tuberculose, et s'ensuit une histoire d'amour un peu à l'eau de rose dans ce monde onirique de Miyazaki, mais touchante tout de même. Finalement, en guise de morale assez décevante, notre héros se verra apprendre qu'il faut vivre ses rêves, c'est-à-dire se consacrer à son véritable amour qu'est l'aviation, et tant pis si on bombarde des innocents et qu'il délaisse sa femme souffrante. Après recul, le personnage principal dépeint comme un type bien n'est pas du tout; ou du moins il se laisse totalement porter par les événements tout en ne se mouvant que par sa passion. (il se fiche de savoir pourquoi et pour qui il fabrique ses avions, contraint sa femme à ne pas suivre son traitement pour qu'elle puisse être à ses côtés pendant qu'il réalise sa passion, fume en sa présence alors qu'elle a la tuberculose, et son subconscient la fait apparaître à la fin pour lui dire "c'est bon, tu m'as laissée misérablement mais vis ta vie"). Du point de vue esthétique, c'est en revanche magnifique, les dessins au crayon et la musique envoûtante ne décevront pas.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 521 abonnés Lire ses 1 387 critiques

    4,0
    Publiée le 25 janvier 2014
    Toute dernière oeuvre annoncée de Miyazaki, Le vent se lève est à la fois dans la continuité de sa filmographie et singulièrement à part, comme un testament et un hommage aux rêves d'un homme qui se fracassent parfois sur la violence du monde (séismes, guerres). Sa tonalité, très noire sur le fond, avec des accents de mélodrame est magnifiée par des images d'une beauté stupéfiante et une poésie permanente qui vient se nicher parfois là où on ne l'attend pas, à savoir dans l'industrie aéronautique. Le héros du film est un utopiste, un artiste léger comme l'air, en marge du monde en marche, dans ces années 30 peu propices au pouvoir de l'imagination. Entre onirisme et réalisme, le récit est dense, parfois lent et didactique, sans doute ambigu sur la réelle personnalité de l'ingénieur Jiro Hirokoshi, mais d'une puissance d'évocation sidérante et d'une splendeur inouïe.
    gunbuster
    gunbuster

    Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 1 239 critiques

    1,5
    Publiée le 25 janvier 2014
    Si vous avez aimé la bande-annonce, n'allez pas voir le film. Cette œuvre devait narrer le contraste entre un monde encerclé après les ténèbres qu'est le Japon de l'entre-deux-guerres, victime de la pauvreté, des épidémies, des catastrophes naturelles et d'une militarisation rampante de la société; et en opposition, un jeune homme ambitieux et prometteur, un génie avant-gardiste, cosmopolite, attaché au progrès et à l'humanité, porteur d'espoir. Il n'en n'est rien. Pour son dernier film, Hayao Miyazaki déçoit profondément, en livrant un film qui cumule toutes les erreurs possibles dans une biographie. Quand on adapte la vie d'un être humain, le spectateur doit être capable, après la projection, de répondre à la question "Pourquoi avoir fait un film sur cet homme?" Ce n'est pas le cas avec Le Vent se Lève. Je n'ai pas compris l'importance d'un tel homme, ni ce qui le rendait extraordinaire, singulier au point de lui consacrer un film. La deuxième erreur est la manière dont le thème du film est abordé : la passion pour l'aviation de Jirô Horikoshi devrait être partagé avec le spectateur. Comme pour un film sur un pianiste, qui donnerait naturellement envie de jouer d'un tel instrument. Le film devrait donner envie de s'intéresser aux avions. Mais pas du tout. Une erreur monumentale a été de découper le films en scènes indépendantes, sans lien entre elles. Le film n'a, dés lors, aucune progression, aucune cohérence, devenant une vulgaire compilation de scènes "avec Jirô Horikoshi". Point final. Tout le travail du metteur en scène et du scénariste n'est pas de reconstituer des scènes passées à la postériorité, mais, au contraire, de raconter ce qu'il se passe entre ses différents évènements publiques. À ce titre, le film ne raconte pas la vie de cet ingénieur aéronautique. Si vous pensez en apprendre plus sur sa vie en allant voir le film, autant vous enfoncer une baïonnette dans l'œil! Vous en apprendrez mille fois plus en regardant sa biographie sur Wikipedia. Rien n'est expliqué au spectateur, ni la famille d'où il vient, ni sa personnalité, ni ce qu'il aime ou déteste. Ce japonais apparaît dans tout le film comme un homme distant et insensible, à l'égard du monde entier. Le film ne développe pas non plus les créations à proprement parler des avions sur lesquels il travaille, s'exonérant de rentrer dans un quelconque détails technique, préférez voir un documentaire sur le sujet. Par conséquent, le film brasse un vide monstre, sans implication émotionnelle pour le personnage principal, ni d'explications ou d'introductions aux différentes évènements de sa vie, arrivant brusquement et traités de manière le plus expéditif au possible. On se dit que dès que Miyazaki commence une scène, il souhaite passer à autre chose tout de suite, ne s'éternisant jamais à créer un rythme au film, un suspense, une atmosphère quelconque, comme s'il avait une peur panique de s'appesantir sur un moment particulier. La partie "rêve et poésie" est totalement déplacée et incongrue au vu du traitement général de la vie du héros dans tout le long-métrage. Et si vous aimez le travail de Miyazaki et le thème de l'aviation, revoyez sa filmographie, qui en est remplie, et où cet élément est parfaitement incorporé au récit.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top