Mon AlloCiné
    Le Vent se lève
    note moyenne
    4,1
    5300 notes dont 615 critiques
    26% (157 critiques)
    34% (212 critiques)
    20% (120 critiques)
    12% (76 critiques)
    4% (27 critiques)
    4% (23 critiques)
    Votre avis sur Le Vent se lève ?

    615 critiques spectateurs

    Macc B.
    Macc B.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 20 avril 2014
    Parfait! Que ce soit les dessins, la musique, l'histoire enfin vous l'aurrez compris pleins de qualités pour ce dernier film de Hayao Miyazaki. A voir absolument
    Thomas É T.
    Thomas É T.

    Suivre son activité 14 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 17 avril 2014
    Coucou ! Comment télécharger ce dessin animé ? Quelqu'un saura me le dire ? Merc
    Wingnut7
    Wingnut7

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 275 critiques

    4,5
    Publiée le 12 avril 2014
    Pour son (soi-disant?) dernier film, H. Miyazaki met la barre très haute avec un histoire tendre et poétique pour raconter une époque charnière de l'époque moderne japonaise à travers la vie d'un ingénieur surdoué. Bien qu'il oscille entre la poésie onirique, la poésie romantique et la poésie politique, son film est somptueux. Construit comme un film live dans son découpage, le maître de l'animation japonaise laisse son imagination porter l'histoire. Certes, le film a des longueurs et possède un rythme lent qui manque de piment. Même si les rêves redonnent un peu de pep's, j'ai eu l'impression qu'il manquait un peu de l'énergie qu'il avait déployé dans ses précédents films. Par contre, le film reste très beau et le tout possède une qualité impressionnante.
    Nanakie
    Nanakie

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 7 critiques

    3,5
    Publiée le 9 avril 2014
    Un ultime Miyazaki qui se détache du reste de son oeuvre. Bien que le surnaturel et la sorcellerie n'y ont pas leur place, reste la poésie, l'évasion, la lourdeur de la gravité des évènements (qui plus est réels ceux-là, puisqu'il s'agit bel et bien de la guerre 39-45) et bien entendu, la tendresse d'une histoire d'amour. Une oeuvre différente des autres films d'animation du Maître, mais une oeuvre tout de même. L'image, le sonore, reste toujours d'une excellente qualité et un appui formidable de la narration... Bref un très bon moment de cinéma!
    Velma21
    Velma21

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 89 critiques

    4,0
    Publiée le 3 avril 2014
    Hayao Miyazaki est un virtuose de l’animation. Depuis plus de 45 ans, il règne en maître sur la discipline. Chacun de ses films est un voyage poétique vers un ailleurs. Un autre monde souvent peuplé de créatures, merveilleuses et/ou terrifiantes. Alors, quand ce gourou a annoncé que le Vent se lève serait son dernier film, il était difficile de ne pas se laisser envahir par la mélancolie. Mais c’était mal connaître Miyazaki que d’imaginer que ce dernier film serait un simple film testament. C’est au contraire un vrai bouquet final. Tout d’abord, pour la première fois, Miyasaki s’attaque à la réalité. Enfin une forme de réalité. Le personnage principal du Vent se lève est un subtil mélange entre l’ingénieur en aéronautique Jiro Horikoshi et le romancier Tatsui Hori, tous deux nés au début du XXe siècle. Les avions, ce n’est pas un hasard pour Miyazaki. C’est sa passion. Imaginer celle de Jiro n’était donc pas si difficile. Le Vent se lève prend une résonance particulière, puisqu’il n’est pas un biopic comme les autres. Fidèle à son univers onirique, Miyazaki a misé plus sur le rêve que sur l’histoire. Le film est peuplé de songes magnifiques dans lequel Jiro exprime toutes ses émotions. Le concepteur d’avions Giovanni Caproni, idole de Jiro, sert de fil directeur à son film. Avec sa moustache et son costume parfait, il apparaît comme un Monsieur Loyal malicieux. C’est dans ses séquences aériennes et magiques que se situe le coeur du long métrage. Le cinéaste est un peu moins à l’aise dans le biopic pur et dur. Ce n’est pas la formation de Jiro ou sa vie quotidienne qui intéresse le cinéaste mais plutôt les petits imprévus de la vie. Et les émotions qui vont avec. L’histoire d’amour, intense mais cruelle, est narrée par petites touches colorées comme dans une peinture. La tristesse est omniprésente, mais Miyazaki l’élude, regarde ailleurs. Son personnage va tout de même être trahi par ses propres créations puisqu’il va mettre au point l’une des pires machines de guerre. Mais à aucun moment les conséquences de ses actes ne nous seront révélées. Peu importe. Car rien ne vaut la vie. Et rien ne vaut les rêves. Surtout quand le vent se lève. Lire d'autres critiques sur Lost in Universes.
    Joé E.
    Joé E.

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 96 critiques

    2,5
    Publiée le 14 avril 2014
    Je dois avouer avoir énormément de mal avec la culture japonaise, c'était la première fois que je voyais un film d'animation japonaise sa ne m'avait jamais attirer avant j'ai voulu regarder histoire de ne pas mourir bête et j'ai plutôt été déçu je trouve le scénario bien mais sa tourne trop en rond selon-moi .
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 119 abonnés Lire ses 1 064 critiques

    4,0
    Publiée le 30 mars 2014
    Une belle façon de dire au revoir même si l'on espère toujours voir le maître continuer à nous faire rêver... Car ici le rêve est le thème principal bien avant la guerre et la polémique que peut engendrer un sujet si sensible, la dépossession d'une œuvre à des fins tragiques même si l'ingénieur se doute bien du but ultime de son avion. Une vision méconnue du Japon en pleine période de guerre où la culture nationaliste forte impose avant tout de servir le pays. Hiro par sa passion pour l'aéronautique contribuera malgré lui à retarder la capitulation d'un état allié aux nazis, mais l'apport technologique apporté à sa patrie fût sans doute un grand pas pour sa reconstruction pacifiée. Le trait et l'animation restent comme toujours d'une beauté rarement égalée et la marque de ce génie des grands studios Ghibli.
    J&C
    J&C

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    4,5
    Publiée le 26 mars 2014
    Je ne suis pas très film mais j'adore les films de Miyazaki, et encore, ce ne sont pas des films, ce sont des dessins animés.
    LeLobo
    LeLobo

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 426 critiques

    0,5
    Publiée le 26 mars 2014
    Produit d'exportation japonais ayant pour cible commerciale les chroniqueurs snobinards français habituellement allergiques à ce qui vient du japon, sauf s'ils peuvent y fantasmer un machin vaguement "poético-philosophico-onirico-soporifique" (inrockuptible, nouvelobs, liberation, etc). Une vingtaine de personnes à tout casser dans ce pays.
    Neeria
    Neeria

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 8 critiques

    4,0
    Publiée le 25 mars 2014
    Ultime film du maître Miyazaki. Il est le plus réaliste, tout en gardant la touche du réalisateur : poésie, histoire qui nous emporte, histoire d’amour impossible. Dès le départ, on est dans un rêve de chute, Jiro chute de son avion au combat. Prémonition de sa future vie ? Miyazaki alterne des plans de la vie réelle de Jiro Horikoshi, ingénieur en aviation, et des plans de cauchemars/rêves de celui-ci. Ses rêves reflètent son ambition, son goût pour l’aviation mais aussi le côté meurtrier de ces créations : Jiro va créer les futures avions de kamikaze. Il reste sans opinion particulière pour cette guerre : il ira en Allemagne s’inspirer des avions de guerre mais ne donne jamais son avis. N’étant pas attirée par les machines, Miyazaki rend la mécanique intéressante et abordable. Les scènes de vol sont grandioses ! Puis il y a l’histoire d’amour qu’on sait fatale. Ils se rencontrent grâce au vent et c’est l’air qui tue la jeune Nahoko, atteinte de tuberculose. Ils vont passer la majeure partie de leur temps ensemble, profiter des quelques instants. Jiro ne profite pas, ne peut pas en profiter… chaque soir il travaille sur ses avions en tenant la main de Nahoko. Et dans tout Miyazaki, on aime la bande originale, tellement magique ! Pas mon préféré mais tellement plaisant à voir. :)
    mataza
    mataza

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 84 critiques

    4,5
    Publiée le 25 mars 2014
    Le vent se lève est le plus abouti des Miyazaki, aucun doute là dessus, tout est traité avec minutie, distillant de ci de là une critique de la société de l'époque, en quête d'armement. Les personnages sont très attachants et bien que l'intrigue principale du film se centre sur une relation amoureuse tragique, on n'a pas cette impression et l'on survole ce film, ses drames, à l'image d'un petit avion de papier emporté par le vent et les rêves. Car ces bien ce dont ce film traite en profondeur, la passion, les rêves qui nous emportent et quoi de mieux pour miyazaki que de réunir ses deux passions en un film parfaitement maîtrisé, au sommet de son art, Un véritable bol d'air frais dans la filmographie de l'auteur donc mais à ne pas prendre à la légère.
    Aurore C.
    Aurore C.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 198 critiques

    3,5
    Publiée le 22 mars 2014
    Un bon film mais peut-être un peu long à mon goût. Mais bon les dessins sont magnifiques ainsi que l'histoire...
    carbone144
    carbone144

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 393 critiques

    2,5
    Publiée le 22 mars 2014
    C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris le départ de Miyazaki, qui ne réalisera plus de chefs-d'oeuvres. Son dernier film est malheureusement le moins bon. Dans Le Vent se lève, Miyazaki a décidé de se lâcher et d'y aller à fond avec le thème de l'aviation. Il se rapproche bien plus de son très particulier Porco Rosso que de ses autres œuvres. Sorti du cinéma, j'ai eu l'impression qu'il ne s'est rien passé. Je n'ai ressenti absolument aucune émotion. Ce coup-ci, l'histoire raconte la vie du créateur du zéro japonais. Il a traversé des périodes difficiles et le film tente de le faire évoluer dans ces différents contextes : les catastrophes, la guerre, la maladie... Mais Miyazaki n'est pas allé au bout de son film, il a enlevé toute l'intensité dramatique qu'il aurait pu y mettre en faisant se succédé des scènes et des époques, qui, au fil des minutes, tendent simplement à traîner en longueur. Il apporte de nombreuses séquences au teint sombre, grave, mais qui n'aboutissent pas. Par exemple, spoiler: Jiro commence par cotoyer un homme curieux au gros Nez. Plus tard on comprend qu'il est en quelque sorte un résistant au régime nazi. Plus tard encore, Jiro est recherché par la police secrète japonaise doit se cacher. Débute alors un premier début de tension sur une situation délicate, voire à suspens, mais qui finalement s'arrête là, sans suite . On y voit essentiellement des personnages qui discutent, Jiro qui travaille, quelques moments de détentes, des rêves où les avions volent... Beaucoup d'événements graves ou importants sont sous-entendus ou à peine mentionnés, mais à part une exception elle-même perfectible spoiler: (le séisme, dont l'importance catastrophique manque cruellement de ressenti) , rien n'est montré. Ici, Miyazaki a gardé une immense place à la technicité de l'aviation et a mis de côté l'écologique, la nature, l'aspect épique des batailles dynamiques et puissantes. L'espace décrit s'est confiné autour d'une personne que l'on ne quitte plus un instant. Plus rares sont devenus les somptueux plans larges de la terre nippone. Les personnages sont assez creux, on a du mal à bien comprendre à qui on a affaire ou leur apport véritable dans le film. Il restera de ce film un dessin malgré tout toujours aussi extra. L'ensemble se laisse suivre du début à la fin, mais force est de constater au bout que pendant deux heures, on est resté sur notre faim.
    guifed
    guifed

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 237 critiques

    4,5
    Publiée le 23 mars 2014
    "Le vent se lève, il faut tenter de vivre". Tout passe. Le temps. La vie. Les sentiments. La créativité. Mais il faut quand même essayer de vivre. C'est autour de cette belle phrase de Paul Valéry, extraite de son poème "le cimetière marin", que Miyazaki tire sa révérence avec son onzième dernier film donc, "Le Vent se lève". Une sortie remarquable, tant de par son élégance que de par son intelligence. Quoi de mieux qu'une petite introspection tout en sobriété (pour ses standards) en guise d'adieu? Le Vent se lève raconte l'histoire d'un des plus grands ingénieurs en aéronautique japonais: un génie à l'âme d'artiste, rêveur et candide, errant parmi les siens comme un passant éclairé. L'animation du maître met parfaitement en lumière (et en musique, quelle BO!!) les envolées oniriques de Jiro qui lui ont tant servies dans la conception de ses avions. Il réussit la prouesse de rendre le technologique poétique; notamment en humanisant les avions (les bruits de moteur sont en fait des bruitages humains, tout comme les manifestations chaotiques de la nature (incendie, tremblement de terre) ). Les graphismes sont bien entendu fabuleux et nous transportent vers un autre monde, unique dans le cinéma. Les tableaux de paysage se succèdent, tout comme ceux de scènes plus intimes mais non moins empreints d'une poésie toujours plus éblouissante (de mémoire, on retient notamment l'arrivée de la mariée au milieu des flocons de fleurs, les rêves imbriqués dans la réalité virevoltante de Jiro, les avions en papier qui volent entre les deux amoureux, le séisme, les vols en avion, toutes les scènes pleines de tendresse entre Jiro et Naoko) Quant aux prétendues lenteurs, je ne sais pas si c'est seulement mon cas, mais j'ai été séduit dès le début et comme happé par l'univers de Miyazaki. Je n'ai pas vu le temps passer, et à la fin j'ai regretté que le film ne se poursuive pas encore 3, 4 ou 5h, peu m'importait. En tout cas, chapeau bas Monsieur Miyazaki, pour cette oeuvre ainsi que l'ensemble de votre carrière qui compte déjà parmi les plus marquantes du cinéma d'animation, et du cinéma tout court.
    BMWC
    BMWC

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 635 critiques

    5,0
    Publiée le 22 mars 2014
    Le vent se lève, il faut tenter de vivre... sans Hayao Miyazaki, le plus grand cinéaste japonais et mondial depuis Akira Kurosawa...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top