Mon AlloCiné
Une éducation norvégienne
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,2
104 notes dont 14 critiques
7% (1 critique)
21% (3 critiques)
43% (6 critiques)
21% (3 critiques)
7% (1 critique)
0% (0 critique)

14 critiques spectateurs

rogerwaters

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 741 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/02/2017

Décidément, Jens Lien n’aime rien tant que les ambiances décalées. Après un excellent Norway of Life, le voilà qui investit le champ de la comédie délurée avec un certain talent. Il plonge avec délectation dans la Norvège de la fin des années 70, coincée entre l’idéal libertaire des hippies du début des années 70 et la révolte punk de leurs enfants au début des années 80. Le cinéaste rend tous les personnages sympathiques et aime ce vent de folie qui souffle sur ces personnages. Mais il n’oublie pas de montrer aussi les limites d’une éducation qui prône l’interdiction d’interdire, brisant ainsi les repères nécessaires pour construire des adultes responsables de leurs actes. Le tout est interprété avec conviction et tourné avec beaucoup d’efficacité, porté par une bande-son explosive et un montage très resserré.

Henrick H.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 117 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 09/01/2014

Sous des allures déjantées, ce film norvégien est relativement anecdotique. La comparaison entre les univers punk et hippie, le travail de deuil, l'adolescence... tous ces sujets sont traités de façon assez confuse. La réalisation est moyenne, le jeu également. Seul point positif : la bande originale agrémentée de morceaux des Sex Pistols et la participation de Johnny Rotten (sans intérêt majeur cependant).

Xavi_de_Paris

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 2 332 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 20/10/2013

Un film irrévérencieux et malpoli, et plutôt original. Le mélange entre humour et drame est fort réussi, et donne à l'ensemble une atmosphère étrange. Le réalisateur nous plonge dans une famille un peu barrée, hippie, et à forte tendance révolutionnaire. "Une éducation norvégienne" ne casse pas des briques non plus et semble parfois naviguer a vue, mais il se regarde avec une certaine délectation.

conrad7893

Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 1 332 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/10/2013

film norvégien se passant dans les années 80 en plein mouvement punk un jeune garçon suite au décés de sa mère va s'émanciper à travers ce mouvement et sa musique et devenir un jeune rebel en marge de la société film plutôt réussi, assez cru par moment le jeune acteur est très très prometteur

Kaartman

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 64 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/10/2013

Film biennn fait. C'est lhistoire portrait cracher de la réalité. Jeune qui se rebelle pour sortir son malaise = punk en l'occurrence ici.

kevinsolstice

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 1 499 critiques

2,5Moyen
Publiée le 20/09/2013

l'idée de départ paraissait intéressante et originale, dommage que le film parte en brioche

Tony Bandini

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 396 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/02/2013

Bien que ce ne soit pas le premier film sur la culture punk, il est probablement l'un des plus réussis. Malgré un côté caricatural, la diversité des sujets abordés dans ce Sønner av Norge est sa force principale. Tout y passe : L'achat du premier disque, les drogues, la difficulté de se rebeller quand on a été élevé par un soixante-huitard, la difficulté que peuvent avoir certains punks à aborder des filles, la perte d'un être cher, l'importance de la famille, les punks “tombés au combat”, etc... Le casting est réussi, je ne connaissais aucun des acteurs de ce film mais ils m'ont tous convaincu. La mise en scène n'est pas parfaite, la courte apparition de John Lydon est maladroite (ses dialogues sont mal écrits,et il passe relativement mal à l'écran), mais Sønner av Norge reste un bon petit film.

velocio

Suivre son activité 232 abonnés Lire ses 1 728 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 10/11/2012

Il y a 6 ans, un film norvégien avait agréablement surpris les spectateurs de la Semaine de la Critique cannoise. Son titre, "Norway of Life", son réalisateur, Jens Lien. "Une éducation norvégienne" est le 2ème film de Jens Lien et on ne peut qu'être déçus face à un film sans grand intérêt et plutôt complaisant. Au point qu'on ne sait jamais si le réalisateur condamne ou approuve l'éducation trop permissive donnée par un père irresponsable à son fils. Une scène doit toutefois être sauvée : celle où on débranche la femme du père (ou la mère du fils, si vous préférez) qui était plongée dans un comas irréversible suite à un accident. Une scène bouleversante.

nikolazh

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 051 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 16/07/2012

Ils sont peu nombreux, les films qui viennent de là haut, loin, quelque part au nord, dans ces pays où l'on parle une langue bizarre. Et souvent drôles. De cet humour décalé, souvent cru, qui offre un ton différent des productions habituelles. Si on n'échappe pas à la règle ici (le ton cru, l'humour décalé), le film choisit malheureusement de s'écarter du chemin de la légèreté pour s’engouffrer avec moins de réussite dans celui du drame, dans la dernière partie du film. Un drame qui devient du coup trop prévisible et traité de manière trop conventionnelle pour qu'on y adhère. Dommage donc, car pendant une heure le film tenait la route, original, drôle, porté par des personnages réussis et interprétés par des acteurs très bons (le gamin a une belle carrière devant lui). Un film bancal qui sombre dans la facilité, mais pas mauvais pour autant. Juste pas très convainquant.

pitch22

Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 602 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 26/06/2012

Jens Lien, après Norway of Life, livre là, sur un scénario et roman du déjà célèbre Nikolaj (appréciez, c'est biographique!) Frobenius, un chef-d'œuvre du genre punk-anar (versus naturiste en contrepoint), particulièrement générationnel. Un père libertaire va devoir s'occuper de son jeune fils. On évolue en 1978 et, dans le sillage de 'Never Mind the Bollocks', qui continue à faire un malheur, une tentative de rébellion va prendre corps, greffée sur le laisser-aller d'une éducation hippie. Le jeune Åsmund Høeg est littéralement bluffant dans son rôle exigeant de Nikolaj, imprévisible et tête brûlée, tout comme Sven Nordin incarne brillamment Magnus, son père architecte, perturbé par un événement tragique. Le travail sur l’atmosphère et les passages surréalistes donnent parfois les frissons. Cette comédie dramatique, qui déploie une force poétique manifeste, pose la question des limites de la liberté lorsqu'on cherche à s'affranchir de la soumission à l'ordre autoritaire mais aussi d'une sensation d'emprisonnement. C'est l'expérience intime que va faire un tout jeune adolescent, sous influences diverses mais aussi en quête farouche de mutation émancipatrice. «Vous vous faites bouffer!» Caméo de John Lydon (Johnny Rotten) included... Sønner av Norge (Fils de Norvège), coproduction franco-scandinave, est une merveille en soi, d'un bout à l'autre, plus complexe qu'il peut sembler. On aimera plus ou moins pour diverses raisons et c'est un film dit marginal; en tous cas, j'ai super apprécié.

gemini-hell

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 395 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/06/2012

Le socle d’une famille norvégienne, atypique dans son mode d’existence (et dans son quartier quelque peu réac) mais débordante d’amour et de vie, se voit ébranlé suite au décès accidentel et brutal de la mère. Nous sommes en 1978. Nikolaj, l’un des enfants de cette famille, 12 ans environ, va s’engouffrer dans le mouvement punk naissant. Anachronique et libertaire, le père tiendra davantage le rôle du complice plutôt que celui d’un éducateur rigide face aux incartades de son fils. Film très dynamique, plus profond qu’il n’y paraît, cette « Education Norvégienne » force la sympathie par les sujets qui y sont abordés et surtout par l’ambiance qui s’en dégage. La bande-son et les illustrations musicales donnent une pêche d’enfer. Quant au jeune acteur qui endosse le rôle de Nikolaj, il est tout simplement prodigieux.

Patrick Braganti

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 425 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 17/06/2012

Sur fond de rébellion adolescente en pleine période punk à la fin des années 70 en Norvège, un petit film anecdotique qui ne manque pas de charme, notamment dans sa volonté de ne pas trop en faire, d’éviter le pathos tout en montrant avec distance et humour que la douleur, le chagrin et la déraison font souvent bon ménage. Une double construction attend donc le jeune héros : celle de survivre à la mort de la mère tant aimée et celle de se bâtir face à un père anéanti par la disparition de sa femme, curieux éducateur libertaire et jouissif. Entre l’adolescent grimé en punk bagarreur et le père nudiste et beau parleur, le courant est alternatif. Il sera rétabli après bien des vicissitudes dont le réalisateur a le bon goût d’en faire ressortir le cocasse et le bizarre.

traversay1

Suivre son activité 310 abonnés Lire ses 2 508 critiques

2,5Moyen
Publiée le 17/06/2012

Avec Une éducation norvégienne (scénario de l'écrivain Nikolaj Frobenius), Jens Lien, dont il est inutile de rappeler la nationalité, se révèle bien moins mordant que dans Norway of Life. Cette comédie/farce qui traite à part égale du deuil (la perte d'une mère quand on est pré-ado) et de la guéguerre entre cultures hippies et punks, à la fin des années 70, a tendance à faire dans l'épate facile et la provocation gentille, à rebrousse-bourgeois. Il y a de l'ironie, de l'auto-dérision (Johnny Rotten, himself, fait une apparition), mais l'ensemble est souvent un peu lourd. Comme dans cette accumulation de saynètes dans une banlieue bien propre sur elle, opposée à de façon caricaturale à une bande de rebelles indomptables. Le côté répétitif dans l'incongru et le pittoresque (dans le camp de nudistes) finit par épuiser. Le vrai bonheur est de réentendre les singles originaux des Sex Pistols qui n'ont rien perdu de leur abrasivité et de leur énergie survoltée et énergisante. "Right! Now ha, ha, I am an antichrist, I am an anarchist, Don't know what I want, But I know how to get it ...

douggystyle

Suivre son activité 325 abonnés Lire ses 3 456 critiques

3,5Bien
Publiée le 12/06/2012

Ce portrait de famille scandinave de la fin des années 70 (sans conteste très autobiographique) parvient à être aussi drôle que triste et aussi émouvant qu’intelligent. Il s’agit en effet d’une histoire de deuil au sein d’un foyer mené par des parents issus de la génération hippie et des pertes de repères entrainées par la mort de la mère. Alors que le père ultralibertaire va doucement s’éloigner des attaches qu’il avait difficilement forgées avec la société au travers de son couple et de son travail, son fils va se laissé emporter par le mouvement anarchiste à la mode à l’époque. Plus que la caricaturisation de la culture punk, ce sont bien les limites d’une éducation permissive qui sont au centre de ce film. La question qu'il suscite en effet de savoir comment un jeune adolescent peut chercher à s’émanciper du carcan familial avec un père aussi rebelle que lui à ses cotés sans aller jusqu’à l’autodestruction. C’est un humour décalé fort agréable mais aussi beaucoup de sincérité que nous sont donc présentées ces relations père-fils ambiguës mais très touchantes.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top