Notez des films
Mon AlloCiné
    Nazarín
    note moyenne
    3,5
    57 notes dont 10 critiques
    répartition des 10 critiques par note
    2 critiques
    4 critiques
    2 critiques
    1 critique
    0 critique
    1 critique
    Votre avis sur Nazarín ?

    10 critiques spectateurs

    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 278 abonnés Lire ses 3 417 critiques

    5,0
    Publiée le 30 mars 2015
    Le film est assez subtil parce que Buñuel a su créer un personnage beaucoup plus complexe qu'il n'y parait. En fait Nazarin veut être le contrepoint de la religion avec son côté institutionnel (respectable) et ses dérives superstitieuses. Or en adoptant un mode vie franciscain, il ne sert à rien, malgré sa sincérité, il renforce la superstition qu'il veut combattre, il nuit aux salariés en acceptant de travailler pour un bol de soupe, il subit, se résigne, se déconsidère… Et tout cela est montré de main de maître.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1026 abonnés Lire ses 3 662 critiques

    2,5
    Publiée le 6 janvier 2011
    C'est mon cinquième film de Bunuel (si on ne compte pas un chien Andalou), je m'attendais à un certain cinéma, quelque chose d'un peu absurde, de violent (pas forcément physiquement). Une histoire de prêtre ça me passionne normalement (comme tout ce qui touche à la religion), l'idée de base est vraiment pas mal du tout. Un prêtre bon et généreux qui entame une sorte de chemin de croix. Sauf que le film met une demi heure à se mettre en route. (et encore c'est la demi heure que j'ai préféré), et ensuite il ne se passe pas grand chose non plus. J'ai l'impression qu'il manque un certain rythme à ce film, quelque chose qui lui insuffle un souffle de vie. Lorsque je regarde des films sur la foi (car il en est un peu question ici aussi), sur la religion, je vois des acteurs presque en état de transe, je pense à Ordet ou bien la Passion de Jeanne d'Arc (Thérèse d'Alain Cavalier ferait aussi bien l'affaire). Bunuel décide de le traiter autrement, libre à lui, après tout il n'y a pas qu'une seule façon de faire et heureusement, mais j'ai pas trouvé ça convainquant. J'ai trouvé ça banal, un comble pour un Bunuel.
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    4,0
    Publiée le 20 octobre 2011
    Dernier film mexicain de Don Luis, Nazarin est une fable dans la lignée de La Montée au ciel, contant le trajet christique d’un prêtre. Soulignons tout d’abord la performance puissante et inspirée de Francisco Rabal, l’un des grands interprètes de Buñuel. Saluons ensuite la mise en scène du grand d’Espagne, à la hauteur de son génie. Venons-en enfin au fond, typique de son œuvre, qui remet en cause non pas la religion mais tout simplement la croyance. À travers cet homme qui accepte son sort quand il est volé, calomnié, injustement accusé, poursuivi, traqué, injurié, frappé, c’est tout le chemin de croix de Jésus qui est évoqué… Mais ici point de résurrection, point de salut. Le ciel est vide et aucun espoir n’est à attendre. Le message de Buñuel a rarement été aussi noir, sans être désespéré pour autant. Si rien n’est à espérer d’une autre vie hypothétique, il reste la Terre, qui peut être source de joies simples pour peu que l’on prenne le temps de les savourer. C’est ce que nous montrent les images, toujours d’une audace folle et venant parfois s’inscrire en contrepoint opposé au propos apparent… La subtilité de Buñuel est ici éclatante pour donner une œuvre solide, pas tout à fait à la hauteur de ses grands chefs-d’œuvre mais passionnante de bout en bout.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    0,5
    Publiée le 1 décembre 2009
    Une hagiographie bien nauséabonde. L'illuminé Nazarin, une espèce de Saint-François d'Assises prenant son pied à être traîné dans la fange, se lance dans un chemin de croix de près d'1h30. Il débite le discours catholique classique du fléau de Dieu, du pardon inconditionnel, de la recherche absurde de la pauvreté. C'est franchement pénible. Cela devient même ridicule quand il forme une petite équipe avec ses deux admiratrices et le nain de jardin. En lui mettant une cape sur les épaules, et en filant un arc à la fille publique et une épée à la bonnasse, on pourrait presque se croire dans "Le seigneur des anneaux". Vous l'aurez compris, ma fibre religieuse a réagi violemment à ce film, je l'abhorre de toutes mes forces.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 697 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    3,0
    Publiée le 30 août 2011
    Une déception relative vis à vis de ce Buñuel qui manque sérieusement de fluidité dans sa mise en scène et dans le déroulement de l'intrigue. Ce qui est dommage car c'est sans conteste un des films les plus personnels de son réalisateur à travers une vision très corrosive de l'Eglise, où un "saint" est rejeté parce qu'il représente l'Eglise telle qu'elle aurait dû être et non pas telle qu'elle est, et surtout de l'être humain. Bon d'habitude, Buñuel n'était pas du tout un grand optimiste mais là il est atteint bien un point de non-retour dans le pessimisme et la noirceur se permettant juste une petite lueur dans la dernière scène (enfin faudrait peut-être me dire comment consommer un ananas sans l'aide au moins d'un couteau ???). Une oeuvre peu captivante mais qui garde le mérite d'y aller à fond dans son sujet.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    4,0
    Publiée le 15 novembre 2007
    Dans «Nazarin» (Mexique, 1958), Luis Bunuel prend un plaisir malin et pervers à détourner toutes les tentatives de bonté du prêtre Nazario (Francisco Rabal) en erreurs punies. L’histoire est celle d’un prêtre acète qui vit comme le Christ et arpente les rues pour donner son aide. Accompagné par deux femmes, les mauvaises langues feront vite de taxer l’homme de polygame. Ceci n’est qu’un seul exemple des perpétuelles calomnies qu’affrontent Nazario La principale cause de défaillance du prêtre demeure dans son aveugle confiance en la justice divine. Cette dernière l’empêche de déjouer les pièges de la justice humaine. Ainsi, Luis Bunuel égratigne la foi chrétienne en la tournant malignement au ridicule. Le plus cocasse demeurant dans l’inébranlable honneur que ne cesse de garder Nazario. Formant avec «Viridiana» (France, 1961) deux tableaux anti-cléricales, «Nazarin» s’ancre véritablement dans l’athéisme de Bunuel. Le film s’illumine surtout dans le contraste entre la violence humaine et le pacifisme passif de la foi chrétienne. «Nazarin» est un véritable cri de contestation comme l’ensemble de son œuvre. Peut-être plus que ses autres oeuvres parce qu’elle n’évite personne et que si c’est la religion chrétienne qui est bafouée, c’est aussi les comportements irrespectueux qui sont dénoncés. En conclusion, ce film de la période mexicaine de Bunuel annonce la ligne de conduite de son cinéma français, une ligne de conduite réactionnaire qui met en déroute la religion et le mépris général. Non sans prendre une pitié pour l’homme Nazario, c’est surtout le religieux que Bunuel ridiculise avec plaisir tout en sachant laisser la place de respect qui incombe au film pour ne pas tomber dans le pamphlet gratuit.
    Backpacker
    Backpacker

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 780 critiques

    4,0
    Publiée le 18 décembre 2006
    On se prend de passion pour l'histoire de ce prètre trop humain et honnête et on compatit pour lui, l'acteur Francisco Rabal lui donnant tellement de présence et de crédibilité... Un grand Bunuel...
    Ywan Cwper
    Ywan Cwper

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 414 critiques

    3,5
    Publiée le 10 juillet 2017
    Toujours à l'aise dans la misère d'où il sait tirer des interprétations aussi bien que des témoignages, Buñuel s'attaque cette fois au prêtre idéal. Beaucoup trop, d'ailleurs : sans défaut, le padre réconforte tout le monde, et de tout le monde supporte sans broncher les insultes et les coups. Mais de l'essence de ce religieux idéal, il fait jaillir une métaphore énorme qui n'aurait pas existé sans ces excès : le paradoxe du saint, adoré par les uns et abhorré par les autres. Tout gravite autour de lui tel un maelström compliqué, alors qu'il n'y a pas d'homme plus simple que lui ! Et, contradiction ultime, cet homme d'un altruisme et d'une lucidité hors du commun baigne dans un monde séculariste où il ne manque pas lui-même d'être le vecteur de la parole chrétienne, quoique dans un sens originel extrêmement sain. Et il lutte pourtant contre les superstitions ! Des oppositions magnifiques mises en oeuvre sans en avoir l'air. c3porikrin.wordpress.com
    sugata1978
    sugata1978

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 53 critiques

    4,0
    Publiée le 9 octobre 2006
    Film sobre et profond comme le personnage principal. Un Bunuel à découvrir sans hésiter pour le thème intemporel abordé et la qualité de la réalisation.
    tou_chti
    tou_chti

    Suivre son activité Lire ses 52 critiques

    5,0
    Publiée le 27 mars 2007
    Ce film est d'autant plus savoureux qu'il est ambigüe. En effet, on ne peut pas dire que c'est une attaque frontale de la religion ("catholique apostolique romaine" dixit Nazarin), toutefois bien sûr il ne prêche pas l'obéissance aux dogmes non plus ! On pourrait comparer la situation au "Bouvard et Pécuchet" de Flaubert qui avoue finalement s'être attaché a ses deux héros-idiots dont il voulait initialement faire deux "cancrelats" méprisables. De la même manière, on se sépare et on se rapproche du prêtre-candide, surtout si on le compare aux autres personnages. Car en fait, c'est surtout les autres qui en prennent pour leur grade. (Hiérachie éclésiastique comprise naturellement.) En bref, comment, si l'on a un tant soit peut conscience de sa condition, ne pas se sentir proche du piteux héros-albatros ? Cela étant dit reste une autre lecture: celle d'une religion totalement en décalage, impuissante à régler les problèmes des hommes, et qui ne fait au contraire que les aggraver. Mais que faut-il en conclure ? Nazarin a tranché à la fin...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top