Mon AlloCiné
    Le Bel Antonio
    note moyenne
    3,6
    144 notes dont 24 critiques
    21% (5 critiques)
    25% (6 critiques)
    29% (7 critiques)
    13% (3 critiques)
    13% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Le Bel Antonio ?

    24 critiques spectateurs

    WonderfulLife
    WonderfulLife

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 299 critiques

    2,0
    Publiée le 6 août 2010
    Un beau film de 1960, un sujet très tabou et peu abordé au cinéma : un bel homme frigide !
    Xyrons
    Xyrons

    Suivre son activité 154 abonnés Lire ses 3 359 critiques

    2,5
    Publiée le 10 janvier 2010
    Le bel Antonio est un film assez décevant de Mauro Bolognini. La mise en scène est irréprochable et les acteurs comme Claudia Cardinale, Marcello Mastroianni ou encore Pierre Brasseur sont convaincants. Mais je pense que le scénario aurait mérité d’être amélioré et je n’ai pas été convaincu à 200% par le film. Pour moi ça vaut juste la moyenne, 10 / 20.
    Nicolas L.
    Nicolas L.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 66 critiques

    3,0
    Publiée le 10 janvier 2018
    Un petit film sur l'impuissance. Un peu vielilot mais à voir pour Marcello Mastronianni ... quelle classe !
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 211 critiques

    3,5
    Publiée le 4 avril 2018
    « Intacte »!!! Le mot résonne comme une tragédie. Une famille qui ira jusqu’à renier son fils car la honte est plus tenace que la souffrance. Bolognini filme l’orgueil dans le regard du père et la détresse dans les yeux du fils. Et cette fin qui sonne presque comme un terrible coup de massue ironique.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 597 critiques

    3,0
    Publiée le 25 avril 2018
    Ce film présente aujourd'hui un intérêt documentaire sur la Sicile des années 50, le machisme ordinaire, les mariages arrangés de la bourgeoisie, et le jeu des acteurs-stars de cette époque. On a un peu de mal à s'intéresser aujourd'hui aux malheurs d'un couple superbe qui ne parvient pas à "consommer" son mariage et doit passer par le curé pour que la dame - la superbe Claudia Cardinale - finisse par épouser le plus beau parti de l'île, après l'annulation de son union. Ce cinéma à beaucoup vieilli et Bolognini n'est pas à la hauteur des grands maîtres de la belle époque du cinéma italien.
    fooker95
    fooker95

    Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 19 août 2018
    Ce film sur l’impuissance est d’un tragique qu’incarne merveilleusement Marcelo Mastroianni, le play-boy italien par excellence prend tout le monde à contre pied. Quelle audace ! Claudia Cardinale est d’une beauté immaculée, hélas.
    ronny1
    ronny1

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 117 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mars 2018
    En adaptant le roman IL BELL’ANTONIO de Vitaliano Brancati, Mauro Bolognini et son scénariste, le jeune Pier Paolo Pasolini, abordent un thème particulièrement perturbant dans l’Italie de l’époque (1960), à savoir l’impotence. Antonio (Marcello Mastroianni, le latin lover désabusé des films de Fellini) est un homme follement amoureux de la pureté (« une sainte »), qu’il pense avoir trouvé en épousant Barbara (Claudia Cardinale). Ingénue totale et stupide, qui acceptera, non sans réticence, de quitter cet homme qu’elle aime, mais qui ne la touche pas (sinon elle perdrait sa pureté), pour un parti financièrement prestigieux. Les deux acteurs qui opèrent un contre pied total par rapport à leur image, interprètent avec beaucoup de finesse, lui le désarroi face à son amour perdu et elle la progressive coercition des traditions qui finiront par l’emprisonner conjugalement, perdant l’homme qu’elle aime pour le profit matériel voulu par ses parents. Au sein de la haute bourgeoisie et de la noblesse italienne, les mariages arrangés semblent remonter au dix neuvième siècle et pourtant cela se passe en 1960 au sein de la communauté européenne, dans une Sicile ultra phallocratique, le tout avec la bénédiction de l’église qui est la garante des règles qu’elle a elle même instaurée. spoiler: Le décès du père (Pierre Brasseur, qui en fait des tonnes) dans les bras d’une prostituée et la « découverte » ambiguë de la grossesse extra conjugale de la bonne, sont encensés par les familles, le magistrat et l’église (famille, loi et religion). Que la morale soit bafouée et l’union non consommée trahie n’a guère d’importance puisqu’ils prouvent que père et fils sont encore capable d’une érection. Cette radiographie sans concession de la haute société italienne doit sans doute beaucoup à Pasolini. Le jeu tout en finesse et retenue du couple central et de de Thomas Milian, pour la partie impotence, s’oppose à la verve bruyante de Pierre Brasseur, l’arrangeur arrangé, pour le volet social. Soulignée par un noir et blanc à la fois contrasté et très fin d’Armando Nannuzzi, la mise en scène élégante de Bolognini se conclue dans un final aussi sobre que bouleversant. Ce grand film est le sommet de l’œuvre du cinéaste.
    judy55
    judy55

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 7 mai 2019
    Il n'y a pas a hésiter ce film est un pur chef-d'oeuvre! Encré avec une forte influence néoréaliste, "Le bel Antonio" est une réussite autant du point de vue du fond que de la forme. Une mise en scène qui allie les reflets de miroirs, les mouvements de caméra et les jeux d'ombres et lumières pour un résultat visuel des plus imprégnant! Les descriptions de paysages urbains de province italienne me rappellent des plans à la Vittorio De Sica! Le film analyse parfois presque de façon naturaliste la décadence, la corruption et l'hypocrisie au sein de la bourgeoisie italienne de ce début des années 60. Il dénonce ainsi le sexisme d'un société patriarcale obsédée par la virilité: sauf que cette fois ci la victime est bel et bien le masculin. Le personnage principal est interprété par un Marcello Mastroianni toujours accompagné de son charme sensuel même lorsqu'il s'agit de jouer un homme condamné à un amour platonique: évidemment il illumine l'écran de sa beauté et de sa sensibilité (le voir pleurer est réellement déchirant) Contrairement à ce que j'ai pu lire, Claudia Cardinale est excellente dans son rôle! On lui reproche d'avoir dans un jeu trop "froid" mais après m'être intéressée au roman dont est tiré le film cela est complètement logique: son personnage est décrit comme étant "aussi froide que les barreaux qui la séparent d'Antonio" . Pas étonnant donc que Claudia Cardinale ait adapté son jeu à ce personnage. Personnellement j'ai été très conquise par sa performance: en dehors de sa beauté indiscutable, elle incarnait très bien cette jeune fille ingénue obligée d'épouser un homme qu'elle ne connait pas et ne connaissant rien à l'amour. Pierre Brasseur est fidèle à lui même: parfois trop dans le sur-jeu mais indéniablement convainquant. On pourrait peut être reprocher au réalisateur un rendu trop académique mais je n'arrive pas à me le permettre tan les sujets abordés sont tout sauf conventionnels (place de l'homme, place de la femme, religion, Eglise, sexualité,...) Bref, un film à voir absolument!
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    3,5
    Publiée le 30 mars 2018
    Antonio est un charmeur. Toutes les femmes l'adorent et sont folles de lui. De retour en Sicile après plusieurs années passées à Rome, il décide de se marier à la belle Barbara dont il est éperdument amoureux. Mais au bout d'un an, le mariage n'est toujours pas consommé. On parle d'annulation et la réputation d'Antonio et de sa famille est mise à mal. Le bel Antoni serait-il impuissant ? Pire, il peut coucher avec n'importe quelle femme du moment qu'il n'en est pas amoureux. De ce dilemme, Mauro Bolognini aurait pu tirer une comédie. Si parfois le film va lorgner de ce côté, il raconte aussi le drame d'Antonio qui ne peut posséder la femme qu'il aime (incarnée par Claudia Cardinale) et qui est contraint de passer sa vie dans le malheur. Avec une puissance dramatique inattendue, "Le Bel Antonio" dénonce la pression sociale de la virilité qui règne en Italie et plus particulièrement en Sicile où tout le monde, prêtres et bourgeois, s'accordent à dire qu'il faut coucher avec une femme si on l'aime ! Car en Sicile, pour un homme, l'impuissance est pire que la pauvreté, c'est le déshonneur qui s'abat sur la famille d'Antonio, celui-ci se débattant comme il peut avec son tourment tandis que son père, décidé à laver son honneur, va voir les prostituées ! Co-écrit par Pier Paolo Pasolini, le film ne manque pas de piquant et égratigne avec force cette image de la virilité italienne à travers de nombreuses scènes parfaitement cocasses. Marcello Mastroianni, qui n'a jamais refusé la moindre prise de risque, casse ici son image de séducteur pour un rôle plus fragile auquel il donne une belle intensité tandis que Pierre Brasseur se montre irrésistiblement cabotin en père prêt à tout pour l'honneur de la famille. Une belle découverte.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top