Mon AlloCiné
    Le Colosse de Rhodes
    note moyenne
    2,8
    155 notes dont 29 critiques
    3% (1 critique)
    24% (7 critiques)
    28% (8 critiques)
    31% (9 critiques)
    7% (2 critiques)
    7% (2 critiques)
    Votre avis sur Le Colosse de Rhodes ?

    29 critiques spectateurs

    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 334 critiques

    2,0
    Publiée le 7 juillet 2014
    Sergio Leone avait déjà travailler sur d'autres films mais "Le Colosse de Rhodes" est son premier "vrai" film où il y assure toute la réalisation. Avant de créer sa célèbre trilogie du dollar, le metteur en scène italien s'essayât à un autre type de film : le péplum. Et on peut se dire une chose : heureusement qu'il n'a pas continué dans cette voie. Car "Le Colosse de Rhodes" n'est pas un bon film. D'une part, il est beaucoup trop long. Cela entraîne de nombreuses scènes ennuyeuses et d'autres plutôt sans importance. D'autre part, les personnages ne sont pas intéressants. Même le personnage principal n'a rien de spécial, pourtant on voit souvent dans les péplums des héros charismatiques et courageux mais là, rien. La seule qualité du film est son histoire qui, si elle avait été mieux traitée, aurait pu donner un film vraiment bon. Il y est question de trahison, de rébellion... Si le récit n'avait pas été étalé sur plus de 2 heures, le film aurait sûrement gagné en intérêt. D'ailleurs, on va épargner à cette œuvre les effets du temps qui sont considérables mais bien sûr, cela n'aide pas le spectateur à se passionner pour ce qu'il regarde. Sergio Leone est un génie des westerns, sa filmographie le prouve mais certainement pas un génie des péplums. On s'ennuie devant celui-ci et on se met à regretter que le réalisateur de "Le bon, la brute et le truand" n'est pas utiliser son temps à créer un autre western plutôt que ce film.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    3,0
    Publiée le 11 juillet 2014
    Si tout le monde reconnaît Sergio Leone comme étant l'initiateur du western-spaghetti,il commença en écrite sa carrière sur les péplums. D'abord comme assistant-réalisateur(et même organisateur de la scène des chars dans "Ben-Hur"),puis aux commandes du "Colosse de Rhodes"(1961). On retrouve déjà de ses thématiques futures comme la duplicité humaine,le protagoniste au centre d'un conflit ne le concernant pas à priori et un certain humour salé. Reste que ce film-ci ne possède rien d'irresistible,surtout du côté du scénario,très lisse et des personnages,uniformes. Au milieu d'insupportables longueurs,on peut quand même être soufflé par la maîtrise des scènes de foule,l'opulence des décors et prendre note de la métaphore des chaines(le système de poulie du géant représentant l'enchaînement de Leone à un genre qu'il abhorre)appuyé par la catastrophe naturelle finale. Leone passe par tous les passages obligés du genre,tout en se réservant quelques moments à lui(le héros perdu dans les catacombes). Un grand cinéaste embryonnaire.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 932 abonnés Lire ses 2 634 critiques

    0,5
    Publiée le 5 avril 2010
    Mon dieu, comment imaginer que Leone ait pu tourner ça ? Film bancal, explicatif, sans réel talent dans la mise en scène à l'époque ça aurait pu être un film correct, dans la moyenne des "mauvais" péplum de l'époque, mais là, là s'en est trop, les jupettes, les gens qui font des râles mourir des plus ridicules, qui écartent les bras au moment de mourir, les bruitages… c'est juste plus possible. De nos jours ça ne vaut plus rien. Heureusement que Leone s'est rattrapé par la suite.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 1 023 critiques

    0,5
    Publiée le 4 novembre 2009
    En pleine Antiquité, un héros grec, Dario, voyage jusqu’à Rhodes pour prendre du repos. Des charme féminin et des festivités fastueuses disposés par le roi, Dario va très vite se basculer dans une lutte armée qui oppose des révolutionnaires à la cour royale. A cet affrontement aux ressorts politiques s’ajoute la trahison du confident royal qui pactise avec les Phéniciens pour s’emparer du trône. «Il colosso di Rodi» (Italie, 1960) compte comme la première réalisation de Sergio Leone. Attelé au péplum avant de s’engager dans le western cinq films durant, Leone superpose une masse importante de références. Il est toujours très intéressant de deviner l'origine des images qui innerve l’imaginaire d’un premier long-métrage. Pêle-mêle, Leone invoque l’incunable Giovanni Pastrone et son «Cabiria» (avec la gueule en flamme dans laquelle sont jetés les prisonniers), Lang, de «Metropolis» à son diptyque «Das Indische Grabmal». Influencé, «Il colosso di Rodi», malgré sa globale médiocrité, influencera à son tour un autre film de Leone, «Giù la testa». Comme Juan Mirando dans «Giù la testa», Dario est de souche étrangère au sol où se déroule l’aventure. Il sera pris dans le flux des évènements, malgré son désir. Leone ira même jusqu’à filmer dans les deux films le plan semblable d’une foule de paria qui s’amasse dans un sous terrain. Le plus étrange, en vue de l’ensemble de l’œuvre de Leone, c’est que le dénouement du film repose sur une croyance envers la volonté divine. Le tremblement de terre et la pluie diluvienne qui anéantissent les rebelles autant que le pouvoir royal sont le fruit du divin. «Il colosso di Rodi» axe son regard vers une croyance religieuse. Sans dieu, pas d’issu aussi joyeuse (avec ce plan final qui renvoie à l’exode hébraïque). Or les six films que réalisera par la suite Leone s’attachent à composer un monde délaissé de tout divin.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 2 448 critiques

    3,0
    Publiée le 21 juillet 2010
    Le Colosse de Rhodes est un péplum de Sergio Leone très agréable à visionner. Ce premier film de futur réalisateur d'Il était une fois dans l'Ouest n'est pas à renier, car il possède de magnifiques décors pour l'époque et quelques séquences assez marquantes. En tête d'affiche, nous retrouvons notamment un Georges Marchal particulièrement affuté dans le rôle de Pélioclès, tandis que la magnifique Lea Massari donne un joli aperçu de son talent et de son charme à travers son personnage qu'est Diala. De plus l'histoire possède peu de temps mort, une photographie des plus réussi, donc tout ceci fait que ce long métrage est à ( re )découvrir pour tous les fans du maître transalpin.
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 2 455 critiques

    2,0
    Publiée le 3 janvier 2012
    Difficile de reconnaître dans "Le Colosse de Rhodes" la marque de Sergio Leone tant ce film est semblable aux autres peplum de l'époque, que le cinéma italien produisait en masse. Ce film est un peu long et n'est pas exempt de tous défauts, mais le colosse, l'attraction du film, vaut bien la peine qu'on s'y attarde un peu.
    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 1 026 critiques

    1,0
    Publiée le 23 mars 2018
    PERIODE PEPLUM. On attaque la période péplum de Sergio Leone dont suivra Sodomme et Gomorrhe. De loin, la moins bien matrisé. Heureusement, la suite sera beaucoup plus passionnante.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 29 juillet 2014
    Premier film d' un futur réalisateur de génie , Sergio Leone , qui signe ici l' un des rares chef d' oeuvre du péplum a l' italienne . 3 ans plus tard , " Pour pour une poignée de dollars " voit le jour , le succès et prouve que Leone est l' un des meilleurs ! A voir pour les fans de péplum et les fans du réalisateur .
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1562 abonnés Lire ses 8 729 critiques

    3,0
    Publiée le 14 mai 2012
    Après avoir remplacè Mario Bonnard sur le tournage des "Derniers jours de Pompèi", Sergio Leone se voit confier la réalisation de son deuxième pèplum, juste avant de conduire la deuxième équipe sur le tournage de "Sodome et Gomorrhe" de Robert Aldrich! "Le Colosse de Rhodes" ètait une statue d'Hèlios, en bronze, dont la hauteur dèpassait les trente mètres, oeuvre de Chares! Dans ce solide pèplum, plein de bruit, de fureur et merveilleusement servi par le cinèmascope, le cinèaste pratique un subtil mèlange des genres, annonciateur de l'esthètique baroque de ses futurs westerns! Le film est spectaculaire comme cette lutte intèrieure de la machine perfectionnèe qu'est le colosse, ou les personnages se retrouvent par la suite minuscules sur l'èpaule, puis sur le bras de la statue! Efficace avec un Rory Calhoun charismatique et en grande forme...
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 577 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    2,0
    Publiée le 22 juillet 2014
    Le péplum italien cuvée années 50-60 n'a pas la réputation d'être le genre qui a su le mieux traverser le temps (à ce titre là même les péplums italiens des années 10 ont beaucoup moins vieilli !!!). Mise en scène qui n'a pas peur de faire dans le kitsch le plus outrancier, le doublage le plus moyen, la post-synchronisation la plus hasardeuse... Mais on n'y va qu'à moitié à reculons vers ce "Colosse de Rhodes" puisque le film est signé par un génie absolu du cinéma, Sergio Leone. Le problème c'est que pour les sales gueules fascinantes avec gros plans parfois extrêmes, l'intensité dramatique d'une seule scène poussée à fond, le format d'image qui n'est pas sans rappeler le CinémaScope, et pour un autre génie absolu à la BO, Ennio Morricone, on repassera... Il n'y a nulle part la patte unique et immédiatement reconnaissable de Sergio Leone, de celui des westerns et des "Il était une fois..."... Le film n'est pas désagréable à regarder tout de même, et on peut même ajouter que les séquences, surtout finales, autour du fameux "Colosse" sont assez réussies. Il n'empêche pour un premier film réalisé tout seul, je m'attendais à un peu mieux de sa part.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 482 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    4,0
    Publiée le 11 juillet 2010
    Avant de devenir le maître ultime du western, Sergio Leone a réalisé ce très bon péplum très bien écrit et comportant quelques séquences impressionantes. Ca a un peu veilli et c'est un peu kitsch mais c'est très agréable à regarder.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 1 053 critiques

    2,5
    Publiée le 27 août 2016
    Le moins qu'on puisse dire c'est que le film ne soulève aucun enthousiasme, ça se regarde d'un œil distrait sans que l'on éprouve aucune empathie pour les protagonistes. Il faut dire que le héros joué par Rory Calhoun ne fait que sourire à tout propos en nous montrant la ,blancheur impeccable de sa dentition, Lea Massari semble partie ailleurs et Marshall teint en blond-roux surjoue. On n'en revient pas d'une si médiocre direction d'acteurs chez Leone ! La réalisation est inégale mais on perçoit déjà le goût de Leone pour les grandes chevauchées (par moment on se croirait dans un western), les mouvements de foules sont bien gérés, les combats sont moyens, et le clou du spectacle, le tremblement de terre est superbement orchestré. Le scénario voit défiler tous les poncifs du genre (le traître, les scènes de sadisme, les passages secrets, les femmes manipulatrices) mais (et c'est un bon point) notre héros n'en est pas un il est là par hasard, il prend parti par obligation et ne résout rien, spoiler: le tremblement de terre s'en chargeant à sa place . On va dire que c'est moyen et que ça occupe les yeux. En matière de péplum italien, on peut préférer par exemple "Hercule et les tyrans de Babylone", bien plus jouissif malgré un budget moindre.
    ClashDoherty
    ClashDoherty

    Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 715 critiques

    4,0
    Publiée le 15 août 2008
    Pour son premier film en tant ue vrai réalisateur, après plusieurs années de 'seconde équipe', Sergio Leone a choisi un genre à la mode à l'époque en Italie, le peplum, genre populaire et très limité, assez porté sur les débordements et délires visuels (costumes, décors pharaoniques, interprétation souvent outrageusement exacerbée, etc). Le peplum italien n'a pas donné de monuments (le peplum américain en a donné quelques uns, comme "La chute de l'Empire Romain" ou "Spartacus", mais on apparente plus souvent ces grands spectacles US à des films historiques qu'à des peplums basiques). Cependant, "Le Colosse De Rhodes" est probablement le meilleur qui soit avec "Les Titans" de Tessari. Ce n'est pas parce que c'est Leone qui a réalisé ce film qu'il est excellent, attention : il y à des erreurs, des fautes de goût, des raccords malheureux. On a l'impression, souvent, que le montage alterne entre jour et nuit (vers la fin, c'est flagrant). Mais ce film est quand même remarquable, et aligne quelques très grands moments. Un peplum quasiment anthologique, en somme.
    GabbaGabbaHey
    GabbaGabbaHey

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 1 582 critiques

    3,5
    Publiée le 29 novembre 2010
    Ce "Colosse De Rhodes" a beau être signé Sergio Leone, il reste un film pas tellement célèbre et d'une importance mineure dans la filmographie du cinéaste... Et pourtant, il s'agit d'un excellent péplum qui saura ravir les amateurs du genre tout comme les fans de Leone qui voudraient découvrir cette œuvre par curiosité, œuvre qui est la tout première réalisée par lui seul. La mise en scène est de qualité, le tout ne vieilli pas ou alors que très peu, Les acteurs sont bon et le scenario parfaitement mené, tout est maitrisé a la perfection et est intensément prenant ! Bien sur, la touche personnelle de Sergio Leone, grand maitre du septième art, n'est pas tellement visible, mais si on regarde ce film comme un simple péplum, il y a parfaitement de quoi être heureux !
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 1 064 critiques

    1,0
    Publiée le 7 août 2008
    Film ultra secondaire dans la filmo du maître tant il n'y a aucun style. On reconnait bien le style pompeux des peplums de l'époque, statique et un peu long. Je me suis plutôt ennuyé, rien ne laisse paraître que le film est réalisé par Leone, son style n'est vraiment apparu que lors de "fistful of dollars". A voir pour le patrimoine culturel, mais ce genre de cinéma vieillit mal mis à part certains indétrônables (Ben hur par exemple).
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top