Mon AlloCiné
Il était une fois dans l'Ouest
note moyenne
4,4
18156 notes dont 825 critiques
77% (638 critiques)
17% (137 critiques)
2% (20 critiques)
2% (19 critiques)
1% (6 critiques)
1% (5 critiques)
Votre avis sur Il était une fois dans l'Ouest ?

825 critiques spectateurs

Raphaël H.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

0,5Nul
Publiée le 05/12/2017

La trame du film tient en cinq lignes, pas besoin de perdre plus de deux heures pour savoir quelle crapule finira plombé. Les compliments sont des plus dégueu envers les femmes (sur un fond de violon/contemplation) : "Tu sais, tu me fais penser à ma mère, c'était la put** la plus connu d'Alameda et la meilleure femme qui ait jamais existé." "A ta place j'irai porter à boire à ces gars (la centaine d'ouvriers de chemin de fer) Tu te rends pas compte ce qu'un gars peut avoir de plaisir à regarder une femme comme toi. Et si un gars s'avise de te pincer les fesses, fais comme si ça n'était pas tellement grave" La philosophie de la femme qui ne sert qu'à être belle et à se faire "cueillir" par tout ce qui bouge surenchéri dans sa trivialité par la conception de la personne avec un handicap, censé être le symbole du "faible" et ne réussir que sur un coup de "poker", Leone a du mal à faire oublier la détermination de l'individu qui force l'admiration (le seul perso qui le soit un tant soit peu), mais qui se trouve méprisé par les héros et jugé comme un "trouillard", alors même qu'il n'a de cesse d'affronter sa peur. La scène du duel est complètement exaltée, tentez de l'imaginer dans un autre contexte avec du Barry White en fond sonore, ça doit donner. Bref, dans ce western, Leone ne cherche pas à servir de la philosophie ; son scénario de quatre ligne ne laisse place qu'à la contemplation, mais de la contemplation crasse qui pue la violence gratuite, le piétinement de ce qui est sacré même pour le héros (qui arrache les vêtements de la veuve, qui craint de se faire violer, et qui la terrorise pour rien, sinon par sadisme machisme : est-ce cela la puissance selon Leone?), l'héroïne qui finit par devenir la parfaite pinbêche dévergondée qui va servir de l'eau aux ouvriers presque en en perdant ses vêtements. Si vous voulez poser votre cerveau, d'autre films feront l'affaire ; "Il était une fois, dans l'ouest" ne vous propose que de le ranger au niveau reptilien.

L'irrationnel

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 681 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/11/2017

Pas mal de tension dans ce western haletant mais il manque néanmoins de rebondissements et d'intérêts que l'on pourrait porter sur l'oeuvre 3/5

Emmanuel Cockpit

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 205 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 16/10/2017

Je ne m'en lasse pas depuis près de 50 ans… Mon premier film au cinéma et c’est sans doute grâce à lui que j’aime autant le 7ème art. La musique d’Ennio Morricone sur les gueules de Charles Bronson et d’Henri Fonda me fait toujours frissonner. La poussière et les paysages sublimés dans les cadrages et le rythme de la caméra de Sergio Léone rendent ce film intemporel et fascinant.

Le Barlou Incompris

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 148 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 26/08/2017

Le meilleur western de Sergio Leone. Un homme et ses 3 enfants sont froidement assassinés et sa femme, qui arrive quelques heures après le drame, hérite des terres que convoitaient le commanditaire du meurtre. Les soupçons se portent sur un bandit local, Cheyenne, qui vient de faire la connaissance d'un mystérieux étranger joueur d'harmonica.. Si "Il était une fois dans l'Ouest" est peut-être l'un des plus grands westerns jamais réalisés, c'est bien grâce à l'aspect grandiose que Leone donne à son histoire et à ses personnages (à ce titre l'affiche du film est probablement l'affiche de film la plus classe de toute l'histoire du cinéma). Il utilise ici les mythes du western classique (le vengeur, le bandit romantique, le riche propriétaire, le criminel, l'homme d'affaires et la prostituée) pour en faire de véritables archétypes s'affrontant dans une sorte de danse de la mort symbolisant l'adieu de Leone au monde du Far West. Dans ce film pas de place pour les grands discours mélodramatiques, tout n'est que tension, jeux de regards et attente d'un destin tragique. On ne sait pas grand-chose des personnages (celui campé par Charles Bronson est d'ailleurs nommé par ce qui le caractérise : l'Harmonica), et leurs interactions ressemblent à un constant jeu avec la mort. Le film a d'ailleurs été très bien accueilli au Japon à sa sortie, ce qui n'est pas anodin car ce pays est friand de ce genre d’œuvre à philosophie morbide.. Leone pousse dans ce film les codes de son style à leur paroxysme si bien qu'avec ses longs moments de silence, ses plans cadrés à la perfection et composés dans les moindres détails, sa sublime photographie et sa musique inoubliable, "Il était une fois dans l'Ouest" prend des airs d'opéra au Far West.. Ce qui aurait pu être un film lent, pauvre et déjà-vu se trouve être un chef-d’œuvre inégalable du Septième art grâce à la maestria de sa narration et la beauté de sa mise en scène. Leone capte ici l'essence même du cinéma, comme en témoignent les nombreuses scènes quasi-muettes au langage purement cinématographique dont la mythique scène d'ouverture où le plus insignifiant des bruits est sujet de toutes les attentions ! Le compositeur Ennio Morricone tutoie les sommets avec la BO d'"Il était une fois dans l'Ouest", dont la partition a été écrite avant le tournage du film sur le modèle de "Le bon, la brute et le truand" permettant aux acteurs de calquer leur jeu (qu'on peut presque qualifier de chorégraphie) et Leone son montage dessus. Le résultat, comportant notamment un thème légendaire joué à l'harmonica évoquant le dernier souffle qu'un homme laisse échapper avant de mourir et un thème beaucoup plus énervé à la guitare électrique évoquant la rancœur et la vengeance, donne à certaines scènes (l'arrivée de Frank, l'assassin aux yeux bleus joué par Henry Fonda dont le visage est symbole de justice et de bonté aux yeux des spectateurs depuis de nombreuses années, ou encore le duel final) une dimension grandiose et magistrale. Mais surtout le film ne serait pas aussi bon s'il n'était pas aussi beau ; Sergio Leone avec sa trilogie du dollar nous avait montré qu'il avait le sens du détail, mais dans ce film il a littéralement prévu la composition de chaque plan avant même leur tournage, ce qui donne au film des allures de tableau vivant.. On sent un amour pour l'Ouest américain magnifiquement reconstitué grâce à une vaste documentation et un budget de 3 millions de dollars permettant la construction d'une ville et la présence de centaines de figurants américains, le tout sublimé par une photographie lumineuse et presque peinturesque (les yeux de Fonda paraissent plus bleus que jamais). "Il était une fois dans l'Ouest" marque aussi la dernière immixtion de Leone dans l'Ouest américain, ce qui est symbolisé dans le film par la construction du chemin de fer qui détruit les paysages et chasse ainsi les grands mythes du Far West qui nous ont tant fait rêver au cinéma.. Le film est également politisé car il critique les débordements du capitalisme qui emploie des repris de justice pour se débarrasser de colons gênants qui rechignent à laisser la place, ce qui inscrit la violence du film dans un véritable contexte. En parlant de violence, Leone reste fidèle à lui-même en nous livrant une intrigue sanguinolente, où les personnages semblent corrompus par une forme de cruauté et persuadés que cela leur retombera tôt ou tard dessus.. Non seulement un western d'une maestria et d'un grandiose rares, mais aussi une fresque épique sur la violence américaine et tout simplement un chef-d’œuvre du Septième art.

Philippe G.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 94 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 16/07/2017

La plupart des gens ont vu ce film au moins trois ou quatre fois, voire beaucoup plus. La raison ? Ce film est un chef d'oeuvre, sans le moindre doute. Il faut savoir qu'à sa sortie ( je l'ai vu à l'époque, j'avais 12 ans), sa lenteur, sa musique d'opéra (chaque personnage possède son "air" spécifique) ses plans figés, ont constitué une vraie révolution esthétique - annoncée il est vrai dans d'autres films antérieurs, mais ici poussé à son extrême -et ensuite largement copié ou plagié. Pour moi c'est le meilleur film de Leone - bien que beaucoup d'autres cinéphiles considèrent "il était une fois en Amérique" comme étant le meilleur.

Gon F.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 3 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 26/05/2017

Woaw.Quel film!Il etait une fois dans l'ouest un grand film!Meme le mot chef d'œuvre ne suffirait pas à décrire ce film.Siergo leone prouve une fois de plus son génie pour le western.Ce film est aussi intéressant par son contexte historique ;on se trouve fin 19eme entre autre l'arrivée du chemin de fer;la reconstitution des paysages est très bien faites on s'y croirait vraiment.Autre point positif une femme!Que c'est rare qu'une femme soit "l'élément principal "d'un film de Leone!L'histoire est palpitantes ;intriguante et meme la fin est surprenante !Et Sans oublié la musique de Moriccone qui s'est révélé en travaillant avec Leone!Le meilleur compositeur de musique de film pour moi!La musique rythme les scènes et parle a travers les personnages muet et froid...J'ai pour ma part était ému.J'ai failli pleurer devant ce film;Pas par tristesse,mais par éblouissement devant le travail de Sergio Leone.Le meilleur western de tout les temps Coup de coeur 10/10

Gilbert Michaud

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 4 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 20/04/2017

le film q uil la lance internationalement plus que tout autre musique inoubliable de enio morricone . un grand film des annees 60 de leone

Kal D.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 24 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/04/2017

LE max d'étoile sans compter ou hésité pour moi car ca été mon déclencheur de l'amour dès salles obscures...à l'âge de 6 ans notre grand frère nous à amener le voir en salle mon petit frère et moi . Là ca été LE choc visuel complet... des espaces infinis, soleil , musique typique et légendaire à l'harmonica, qui m'a par ailleurs aussi amener à en joué.. des mecs armés qui se tire dessus .. des costumes cowboy authentique... bref alors que mon pti frère lui un peu jeune pour encaisser la totalité de la durée cinématographique moi j'en lâchais pas une seconde ...yeux écarquillés et les oreilles noyé de son à l'époque extraordinaire par rapport à la rareté d'être ainsi exposés j'étais complètement conquis Par la suite évidemment j'ai pus aux loisirs des revisionages jai eu tous le loisir d'en apprécier et confirmé l'œuvre . Pour une culture western c'est donc la base obligés

konika0

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 218 critiques

4,5Excellent
Publiée le 19/03/2017

Je tente Il Était une Fois dans l'Ouest que je n'avais pas eu l'occasion de voir jusqu'à présent. Et quelle claque ! Tout ici tient du culte. La partition de Morricone, bien sûr. Le jeu de chacun des acteurs, Fonda et Bronson en tête. La beauté froide de Claudia Cardinale. La photo cracra et lumineuse. Le scénario, qui part d'une idée simple mais qui l'alambique ce qu'il faut pour créer du mystère. Et ces mouvements de caméra virtuoses ! Il y a un jeu constant entre le positionnement de la caméra, la mise au point, les regards et les mouvements des personnages : c'est à la fois subtil et spectaculaire. Il s'agit à chaque fois d'occuper l'espace comme sur une scène de théâtre : les personnages se tournent autour comme des danseurs de ballet ou comme le taureau et le matador dans l'arène. L'ambiance sonore est magnifique et riche à tel point que le décor lui-même, l'ouest américain en construction, devient un personnage qui répond au bipèdes et à leurs colts. Qu'il soit dans le cadre ou hors champ, le son est partout. Et puis il y a ce récit à l'échelle individuelle de ce qu'est la conquête de l'ouest. Jamais très loin, on perçoit le perpétuel avancement de la ligne de chemin de fer qui reliera l'est à l'ouest, créant, tel des champignons dans le désert, des bourgades qui seront des villes. La fascinante mythologie américaine racontée par des Italiens (Dario Argento signe également le scénario). Alors certes, on pourra (ou non) reprocher à ce film sa longueur ou sa lenteur mais ces tares n'en sont pas si l'on considère qu'elles laissent toute leur place au cadre et à l'ambiance.

Nath A.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 3 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 04/03/2017

un chef d'oeuvre, des acteurs au sommet de leur art, un scénario magnifique, et la plus belle composition d'Enio Moricone.

yohanaltec

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 726 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/01/2017

Bien qu'inférieur au Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l'ouest reste malgré tout un film d'une intensité incroyable. Certaines scènes sont mémorables (le duel Bronson-Fonda, vraiment culte), le tout sublimé par le mythique thème musical d'Ennio Morricone. Une fresque impressionnante, bien que quelques longueurs parsèment le film, mais cela reste malgré tout une oeuvre majeure du Western.

juliano3169

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 105 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 16/01/2017

Ouest sauvage, révolution industrielle, rêve inachevé, cruauté, vengeance, Morricone et Leone érigent sans fausse note l'apogée du western.

babidi

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 142 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 12/01/2017

Une toile de maitre peint par Mr Leon des acteurs impressionnants un role different pour Mr Fonda un western qui fait partit du pantheon du 7 art Merci Mr Leone

Wagnar

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 985 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/01/2017

Un immense classique ! La musique culte d'Ennio Morricone est géniale, le scénario parfait et le casting magnifique : Henry Fonda, Charles Bronson et Claudia Cardinale. Un chef-d'oeuvre du 7ème art. Plus qu'un film : un opéra !

Attigus R. Rosh

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 1 246 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/12/2016

Il était une fois dans l'Ouest est un film absolument génial de Sergio Leone. On est pris par les tripes dès les premières secondes tant le film fait preuve d'une intensité rare. Les scènes de duels sont incroyablement bien réalisées, que ce soit grâce à la musique ou grâce à la mise en scène filmant exclusivement les yeux. L'histoire est assez solide, suffisamment complexe et compréhensible pour tenir trois heures. Les acteurs sont époustouflants. Claudia Cardinale est aussi talentueuse qu'elle est sublime. Jason Robards est très bon. Mais la palme revient à Henry Fonda et à Charles Bronson. Henry Fonda se trouve dans un registre totalement inattendu, lui qui est plutôt habitué aux rôles de héros, est ultra-charismatique en grand méchant. Quant à Charles Bronson, quelle claque ! Il a ce qu'il manque à beaucoup de vedettes d'aujourd'hui (aux visages souvent lisses et au talent pas toujours mis en avant) : une véritable présence. Rien que son silence est impressionnant. Les décors sont dingues. Ils restent gravés dans la mémoire. La musique d'Ennio Morricone est absolument géniale. Impossible d'imaginer autre chose que le far west en l'écoutant. Elle n'est peut-être pas épique ou sublime, mais elle est extrêmement intense (de par son côté criard). C'est vraiment à couper le souffle. Le thème musical est déjà bien connu mais il redouble de force après avoir vu le film. Je ne vois pas quels défauts peuvent être émis à l'égard de ce film, si ce n'est sa longueur qui peut en perturber certains. Personnellement, ça ne m'a pas déranger, je suis resté scotché à mon canapé. J'ai beau ne pas être spécialement un amateur de western, impossible de ne pas être admiratif devant ce film.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top