Mon Allociné
Pursuit of Loneliness
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne 3,5 13 titres de presse
  • L'Humanité
  • Studio Ciné Live
  • La Septième Obsession
  • Cahiers du Cinéma
  • Critikat.com
  • Libération
  • Télérama
  • Première
  • TF1 News
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Monde
  • Les Fiches du Cinéma
  • Positif

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles.

13 critiques presse

L'Humanité

par Vincent Ostria

Ce travail fragmentaire, tourné en noir et blanc, privilégiant le montage et le gros plan, analyse sans sensiblerie, avec lucidité, les effets de la solitude urbaine et de la vieillesse.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Studio Ciné Live

par Thierry Chèze

Laurence Trush confirme son aisance à mêler intelligemment réalité et fiction.

La Septième Obsession

par Thomas Aïdan

Le film est une texture à lui tout seul, un magma d’émotions et de sentiments. Si le film émeut à ce point, c’est par sa capacité infinie à toucher du doigt ce sentiment si particulier que nous éprouvons tous chaque jour : le fait de n’être qu’une minuscule chose parmi tant d’autres.

Cahiers du Cinéma

par Louis Séguin

Parce qu’une vie est montrée par les effets qu’elle entraîne sur les autres, Pursuit of Loneliness est non une leçon de choses mais d’humilité, et le cinéma de Laurence Thrush, résolument anti-individualiste.

Critikat.com

par Damien Bonelli

Laurence Thrush affine aujourd’hui une formule paradoxale, taillant à même un minerai brut des fictions naturalistes aussi ténues que poignantes.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Libération

par Guillaume Tion

Thrush a tout du petit maître. Il alterne les scènes documentaires montées cut et les passages fictifs plus lents. C’est une base sur laquelle il pose un second degré de mise en scène : (...) il truffe ses plans contemplatifs de surprises qui les rendent presque haletants.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Télérama

par Mathilde Blottière

Jusqu'à la fin, cet ovni en noir et blanc, tourné entre 2009 et 2012 à Los Angeles, instaure le doute : documentaire ou fiction ?

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Première

par Isabelle Danel

Filmé dans un superbe noir et blanc, ce beau sujet est entravé par des flash-back montés en dépit de la chronologie afin de prouver que tout cela n’est qu’un cercle. Et que d’autres sont morts ou mourront dans l’indifférence… Vicieux et cruel. Plus de simplicité n’aurait pas nui.

La critique complète est disponible sur le site Première

TF1 News

par Romain Le Vern

Un regard sensible aux uns et aux autres, aux hommes et aux femmes minuscules dans les grandes mégapoles. Quelques bémols, toutefois, sur quelques effets de style chichiteux. Et si elle réserve de jolies interactions, l'imbrication docu-fiction manque de fluidité.

La critique complète est disponible sur le site TF1 News

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

Avec des acteurs non professionnels, il a ainsi accouché de ce long métrage noir et blanc dont on ressort étourdi, et qui dépeint avec minutie la façon dont une ville règle le "problème" de ces invisibles qui se font si discrets de leur vivant mais encombrants une fois morts.

Le Monde

par Noémie Luciani

Laurence Trush (...) poursuit une oeuvre de cinéma qui reste assez ambiguë dans sa manière de travailler un naturalisme quasi documentaire dans le jeu, et une sophistication extrême des images.

Les Fiches du Cinéma

par Marguerite Debiesse

Ce film en noir et blanc sur la solitude des personnes âgées en milieu urbain californien est une réussite. Exempts de sensiblerie, forme et fond produisent une réelle émotion.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

Positif

par Fabien Gaffez

Bien que la distance choisie par le réalisateur nous laisse parfois un peu hors du film, sa grande qualité est de ne jamais prendre nos émotions en otage.

Les meilleurs films de tous les temps