Mon AlloCiné
    Cartel
    note moyenne
    1,8
    4974 notes dont 858 critiques
    3% (30 critiques)
    11% (94 critiques)
    16% (137 critiques)
    19% (162 critiques)
    23% (201 critiques)
    27% (234 critiques)
    Votre avis sur Cartel ?

    858 critiques spectateurs

    scribx
    scribx

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 14 critiques

    0,5
    Publiée le 13 novembre 2013
    Une réalisation et une vision des choses assez bourgeoises: des dialogues sans saveur, pompeux et remplis de symbolisme inutile; un casting royal pour une mise en scène franchement banale; un scénario très brouillon qui cherche à prendre le spectateur de haut en lui infligeant l'impression ratée d'être un ovni soi-disant intelligent. Bref, ce n'est ni un film d'action ni un film porteur d'un message (ni même les deux en même temps, ce qui relève d'un exploit assez rare), c'est juste de l'ennui servi sous forme de pellicule cinématographique.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 27 décembre 2013
    Nouveau film du très inégal Ridley Scott on pouvait s'attendre à tout avec ce Cartel. Et que peut - on dire dessus... ? Oui Ridley Scott prend des risques, il ose et veut nous faire un thriller lent, sombre, réaliste où les dialogues ont une part importante. Malheureusement ça ne prend pas totalement. Ce n'est pas le premier, loin de là, à faire ce genre de thriller, et quand c'est bien fait, c'est vraiment réussi. Si par moments, par certaines scènes, certains dialogues, le film est intéressant et même parfois jouissif, par d'autres moments on se perd, les dialogues ne sont pas si fantastique, et l'ennuie nous guette d'un peu trop près. C'est vraiment dommage, car le scénario, sans dire qu'il est très original, est plutôt intéressant et bien écrit. La mise en scène très propre, très pur fait contraste avec le monde décrit par Scott... Deux étoiles en attendant de le revoir dans de meilleurs conditions (et en VO pour apprécier les dialogues qui sont, sois disant, intéressant tout le long du film). Coté casting, les acteurs sont au rendez vous. Ils sont excellent. Ce n'est pas nul, ou dénuer d’intérêt, mais on reste quand même sur notre faim.
    Lululouci
    Lululouci

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 272 critiques

    3,5
    Publiée le 8 novembre 2013
    Ridley Scott est un réalisateur très apprécié par les cinéphiles, il a en effet révolutionné le 7ème art avec des films comme Blade Runner, Alien, Gladiator et American Gangster. Mais voilà chaque réalisateur a son film qui fait tache dans sa filmographie, rassurez vous Cartel n'en est pas à ce point car pour Ridley Scott il est impossible de faire pire que Hannibal l'un plus beau nanar des années 2000. Mais Ridley Scott enchaîne les projets alléchants comme Robin des Bois ou encore Prometheus pour finalement décevoir son publique. Cartel en est aussi un bon exemple vu son magnifique bide aux USA. Avec en plus un casting en or et un scénario signé Cormac McCarthy (auteur de No Country for Old Men quand même !), Scott n'avait pas intérêt à me décevoir, voici ma critique : Rapidement, l'histoire du film s'attarde sur la descente au enfer d'un avocat (Fassbender) qui se lance dans le trafic de drogue. Cette histoire fait bien sure énormément rappelé celle du film Sauvages de Oliver Stone sortie l'année dernière. Mais les ressemblances s’arrêtent là, Sauvages est tape à l’œil et dynamique exactement l'inverse de Cartel. Et c'est d’ailleurs la raison pour laquelle Carlel est bien meilleur que Sauvages. Ce que l'on peut directement reproché à Cartel s'est qu'il s'agit pendant sa première partie d'une coquille vide sans beaucoup d'enjeux. Les scènes sont extrêmement longues, les dialogues n'apportent rien, les personnages sont floues et on ne voit pas du tout ou le réalisateurs veut en venir. Pendant une bonne moitié du film il n'y a aucun rythme. Mais ils faut savoir être patient car s'est à son milieux de Cartel devient vraiment intéressant. C'est un simple fil qui sauve Cartel quand on commence le second acte. Et là le film reprend du poil de la bête. Le proverbe "mieux vos tard que jamais" n'a jamais aussi bien trouvé sa place. Dans cette "seconde partie", la "première partie" trouve enfin un sens mais malheureusement un peu trop tard. Le principale point positif du film est la mise en scène de Scott. De magnifique scènes de massacres limite super trash, tout est exploité dans les moindres détailles et certains plans sont très bien sentit ce qui procure beaucoup de plaisir aux yeux du spectateur. Et à ne pas oublier : un casting 5 étoiles. Vous ne pouvez pas imaginé le plaisir que j'ai éprouvé en voyant Fassbender, Bardem, Pitt, Cruz et Diaz se donner la réplique en plus de leurs jeux sexy et glamour. Michael Fassbender, une étoile immense, Janvier Bardem, toujours extravagant et passionnant à voir jouer, Brad Pitt assure le minimum (il n'a pas vraiment le temps de nous montrer l'étendus de son talent vu le nombre de scène ou le vois), Cameron Diaz, plus sexy que jamais et malheureusement Pénélope Cruz la plus grosse arnaque du film qu'on ne voit pas beaucoup. Conclusion : Un film peut être trop attendu à tord et on ressort de la salle plutôt mitigé. Il y a de nombreux point fort mais le film cumul de nombreux défauts qu'il aurai aisément pus éviter. Vraiment dommage.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 360 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    1,5
    Publiée le 13 novembre 2013
    La première tentative d’écriture d’un scénario de long-métrage par Cormac McCarthy, dont bon nombre de romans et de pièces de théâtre ont déjà adaptés avec plus ou moins de réussite, s’avère être un regrettable échec. Il nous expose une affaire criminelle convenue à travers une narration si brouillonne qu’elle en vient à noyer ses enjeux dans ses longues scènes qui s’étirent difficilement et sans jamais prendre le temps de poser ses personnages suffisamment pour creuser un minimum leurs réelles motivations et moins encore pour que se créée un semblant d’empathie entre eux et le public, d’ailleurs les rares scènes où leur psychologie tente de se dessiner, ils passent du statut de caricature grossière à celui d’individu grotesque. Evidemment la présence de ce casting prestigieux compense un peu la carence de charisme de leurs rôles, mais seule Cameron Diaz nous livre une prestation qui restera dans les mémoires (en particulier sa sulfureuse scène de frotti-frotta) alors que tous les autres, des têtes d’affiches comme Michael Fassbinder aux rôles secondaires, eux aussi incarnés par des acteurs reconnus tels que Dean Norris, sont à l’image de la mise en scène que signe Ridley Scott, c’est-à-dire minimale et donc décevante. Hormis la qualité des dialogues, qui surligne la noirceur de son univers tout en lui faisant un peu de réalisme cru, l’écriture de McCarthy ne réussit absolument pas à mettre en place une quelconque intrigue intéressante, à rythmer son récit ni même à en dégager le moindre suspense ou toute autre intensité dramatique intrinsèque à la réussite d’un thriller de cet acabit.
    Alice G
    Alice G

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 82 critiques

    0,5
    Publiée le 13 novembre 2013
    Le plus mauvais film de ridley scott, ne plus mauvais film de bardem, de penelope cruz, de cameron diaz et de tous ses acteurs, une horreur
    Vince B
    Vince B

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 54 critiques

    0,5
    Publiée le 13 novembre 2013
    Film bidon. Seul le casting mérite qu'on s'y intéresse. Le reste est nul. Très très décevant. J'aurais du m'en tenir à la bande annonce qui était bien plus intéressante. Mais où est passé Ridley Scott?
    lenferre
    lenferre

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 201 critiques

    1,0
    Publiée le 13 novembre 2013
    Mais qu'est-il arrivé à Ridley Scott? A-t-il perdu son talent en même temps que son frère? Cartel, c'est un beau papier cadeau, recouvrant une daube. Un casting qui a de la gueule et du talent, pour un film devant lequel j'ai failli m'endormir. On ne ressent aucun attachement envers les personnages, à tel point que lorsque l'on sait que l'un d'eux va mourir, on s'en fout! La seule qui tire son épingle du jeu, c'est Cameron Diaz, parfaite dans ce rôle de garce. Même Fassbender, que je considère comme le nouveau Nicholson, est plat. Très grosse déception
    scrat28
    scrat28

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 175 critiques

    3,5
    Publiée le 17 novembre 2013
    Un exercice de style franchement pas déplaisant, mais qui pourrait s'avérer très frustrant pour quiconque espère une narration linéaire où tout est mis en place et expliqué clairement. Ce que démontre la quantité astronomique de notes à 0/5 qu'on trouve sur ce site. A force de laisser des questions sans réponse (le scénario est un vrai gruyère dont les trous ne sont que des éléments accessoires), le film a tellement frustré ses spectateurs qu'ils en ont oublié toutes ses grandes qualités: réalisation experte, excellente mise en scène, jeu d'acteurs extraordinaire, bande originale délicate et raffinée, tout en ambiance... En réalité "The Counselor" est un bon petit polar qui mène la vie dure à toutes les conventions du genre, et ne s'adresse absolument pas au grand public, qui a été attiré uniquement par un casting outrancièrement élevé où même de microscopiques seconds rôles ont été confiés à des stars. Avec un tel casting, le film a touché un public beaucoup plus large que son public cible: il y gagne commercialement, mais en paie le prix au niveau des notes et de la réputation. Prétentieux, certainement; fumeux, probablement; mais aussi brillant, savoureux, esthétique, soigné aux petits oignons. Ca n'en fait pas un grand film, mais tout de même une réussite indéniable, largement au-dessus de la moyenne.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 522 abonnés Lire ses 1 387 critiques

    2,5
    Publiée le 17 novembre 2013
    Il n'y a strictement rien à dire sur la mise en scène de Ridley Scott dans Cartel : rutilante et et efficace, elle est au service du scénario de Cormac McCarthy dont c'est davantage le film que celui du réalisateur. Plutôt que de raconter une histoire, celle-ci est somme toute sans grand intérêt, l'auteur de La route impose sa vision du monde et des hommes. Elle est noire, cauchemardesque, misanthrope et misogyne et s'appuie sur des leviers archiconnus : le pouvoir, le sexe, l'argent, la mort. Et une certaine idée de jusqu'où le genre humain est capable d'aller quand son animalité, pour ne pas dire bestialité, prend le dessus. Très bien mais où est passé le film dans tout ça ? Ce ne sont que vignettes collées les unes à côté des autres sans souci de relier le tout par une narration qui tiendrait la route. Entre dialogues ampoulés et images sophistiquées, Scott arrive à caser quelques scènes d'action plus ou moins gore. Mouais. Et le casting haut de gamme, qu'en est-il ? Fassbender et Diaz ainsi que Pitt, à un degré moindre, ont un peu de grain à moudre. La pauvre Pénelope Cruz n'a pas cette chance. Quant à Bardem, on est tellement obnubilé par son improbable coiffure en pétard que l'on oublie ce qu'il est venu faire dans cette galère. Cartel n'est pas un vrai mauvais film, il a ses fulgurances, un concept ambitieux et une esthétique chic qui en font un bel écrin. Rempli de vide.
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 403 critiques

    3,0
    Publiée le 2 septembre 2014
    Ridley Scott reste fidèle à son talent de réalisateur. On le reconnait facilement par ses plans photographiquement irréprochables, et ses scénario sophistiqués (d'un point de vue artistique). Les dialogues de Cormac McCarthy apporte une réelle profondeur à l'ouvrage; à la fois spirituels et enivrants. Cartel se décline comme un thriller aux attraits singuliers, gorgé de noirceur et d'ellipses scénaristiques. Le contenue est à la fois implacable et très subjectif. Les protagonistes évoluent sur un échiquier stratégique, constitué de corruption et de trahison. Les pions tombent comme des mouches, de manières inventives et souvent inopinées. Ridley Scott concentre avant tout son exercice de style sur la prestance de ses personnages, et les tensions régnant sur les diverses alliances. Ce film repose néanmoins sur un support bancale, car il ne fait qu'endormir les troupes par son tempo mou du genoux. Tel est son bémol; à tel point que, par moment, on frôle le décrochage. Allumette sous la paupière de rigueur! Paradoxalement, c'est à la fois captivant et ennuyeux. Lequel l'emportera? A vous d'en juger! 3/5
    Guimzy
    Guimzy

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 319 critiques

    3,5
    Publiée le 11 mars 2015
    Film beaucoup trop sous-estimé. Technicien génial à la filmographie en dents de scie, Ridley Scott n’est jamais aussi bon que quand il bénéficie du travail d’un grand scénariste. Cela se confirme une nouvelle fois avec Cartel, son meilleur film depuis une éternité, malgré ses quelques défauts, qui doit énormément au premier script du génial Cormac McCarthy. L’action dosée à la note juste, des dialogues affutés comme des lames de rasoir, une qualité d’écriture formidable qui permet au talent de faiseur d’images de Ridley Scott de s’exprimer à sa juste valeur. Concrètement, Cartel est l’exact opposé des films tels que Snatch ou Arnaque, crime et botanique auxquels il pourrait être comparé en se basant sur le point de départ du script. En effet, il aborde le même cycle de la lose et la descente aux enfers, sauf qu’il n’en ressort rien de positif ou d’amusant. Tout y est d’une noirceur extrême, et tous les personnages sont mauvais (on y voit même des enfants dépouiller un cadavre encore chaud). Un seul reste profondément bon, sauf qu’il héritera d’un destin tout aussi terrible que les autres. Ne pas s’attendre à une quelconque forme de happy end, car Cormac McCarthy représente bel et bien le nihilisme incarné en auteur. Et les uns après les autres, entraînés dans une réaction en chaîne qu’ils ont provoquée quelque part, les personnages vont payer les conséquences de leurs actes, entraînant également ceux qui n’y seraient pour rien. Ce monde, à la rencontre entre les USA et le Mexique, ce ton désespéré et nihiliste, cette fuite en avant face à l’inéluctable, il ne fait aucun doute que 40 ans plus tôt Cartel aurait pu avoir une place de choix dans la carrière de Sam Peckinpah. Et ce même si ce dernier n’aurait jamais traité la chose de façon si froide.
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 21 critiques

    3,5
    Publiée le 3 juillet 2018
    Au début Cartel me mitigeait. La bande annonce, le casting et l'histoire m'intéressaient grandement mais les avis et critiques n'étaient guère encourageantes. C'est donc avec un apriori de départ négatif que je me suis lancé dans le visionnage de ce film dans sa version longue non-censurée. Eh bien comme quoi, il faut toujours se faire son propre avis. Cartel (The Counselor) est réalisé par Ridley Scott (Exodus) et est écrit par Cormac McCarthy (No Country For Old Men*). Comme toujours, ce grand romancier américain nous livre une histoire sombre et pessimiste sur le monde qui nous entoure. Le scénario est ponctué par des scènes de discussions philosophiques posant des questions intelligentes malgré certaines lenteurs dans leurs discours, elles marquent de longues pauses dans le récit sans pour autant ennuyer. Les dialogues sont percutants et abordent des thématiques très dures. L'écrivain nous présente des personnages, parfois sous-exploités et manquant de bagage émotionnel fort, mais très correctement interprétés par de grands acteurs. Michael Fassbender (Eden Lake) tient le rôle-titre et nous livre une excellente prestation. Sa performance est vraiment convaincante, et nous bluffe totalement à de nombreux moments. Le charismatique Brad Pitt (Inglourious Basterds), la belle Penelope Cruz (Vicky Christina Barcelona), l'illustre Javier Bardem (Perdita Durango) et la superbe Cameron Diaz (Sex Tape) viennent l'entourer et sont tous aussi bons dans leurs rôles. Ridley Scott dirige parfaitement ses comédiens à défaut de maîtriser son histoire qui peut sembler parfois longue, parfois creuse. Toutefois, la vanité de l'histoire est en accord avec le propos. Sa mise en scène est tout de même efficace et nous offre quelques séquences dotées d'une excellente tension. Sa réalisation est elle aussi prenante et est parfois magnifique. Ridley Scott nous filme cette virée en enfer avec gravité, un brin d'humour et avec une photographie remarquable (le blu-ray est dans ce sens doublement nécessaire). Ses cadrages sont maîtrisés de même pour ses plans-séquences, l'on sent la patte clipesque du cinéaste. La musique faisant rappel à l'ambiance des westerns accompagne parfaitement les mouvements de caméra fluides ainsi que s'inscrit superbement dans l'atmosphère du scénario. Daniel Pemberton signe sans doute sa plus belle partition et livre les émotions que l'histoire ne donne pas toujours. Cartel illustre bien le fait que la mise en scène est aussi un moyen de narration, qu'une histoire ne suffit pas toujours. Ridley Scott dispose certes d'un script qui parait parfois brouillon dans les relations et agissements des personnages mais c'est donc face à un film incompris que l'on se trouve et non face à une daube immonde comme je le croyais, une oeuvre qui se révèle forte et puissante dans ses évocations et en plus d'être un bon film, c'est aussi un bon Ridley Scott.
    Piwi47
    Piwi47

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 244 critiques

    3,0
    Publiée le 11 novembre 2013
    La présence de Cormac McCarthy à la plume de « Cartel » est l'un des atouts majeurs du nouveau film de Ridley Scott. L'auteur à succès remarquable et remarqué, dont les œuvres sont lues par Brad Pitt en livre audio et adulées par des célébrités telles que James Franco ou Tommy Lee Jones, insuffle son style désespéré tandis que Ridley Scott entretient un rapport étrange avec ses images (mise en scène étonnamment froide). Peu d'empathie, beaucoup de détachement. On adhère ou on passe son chemin.
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 837 critiques

    2,0
    Publiée le 13 novembre 2013
    Ridley Scott à la réalisation. Cormac McCarthy à l'écriture, pour son premier scénario. Cette association permettait d'espérer autre chose, avec le grand plus d'un casting poids lourd. Hélas, il n'en est rien. L'ensemble est bavard. Alambiqué à souhait. Les dialogues, construits autour de périphrases lassantes, sont durs, violents et d'une noirceur absolue. Argent, sexe et corruption mènent la danse sans suivre le rythme imposé. La réalisation peine à trouver sa voie pour donner un intérêt à l'histoire. Les scènes s'envolent dans une confusion totale sans laisser le temps minimum, et nécessaire, à l'intrigue de prendre place. Un va et vient incessant qui finit par lasser. Le fil conducteur se noie dans une série de scènes qui virent le plus souvent dans une grande violence. Verbale et physique. De décors somptueux, en quartiers miséreux de Juárez, on arrive à décrypter, malgré tout, ces affaires multiples liées à la criminalité résultant du trafic de drogue. Je reconnais volontiers que Ridley Scott parvient à démontrer que les puissances financières et les criminels font souvent bon ménage au détriment de l'être humain. Au milieu d'une confusion totale, j'ai aperçu un bref hommage à Steve McQueen. Cameron Diaz est tout à fait étonnante. D'un grand écart, sur une jaguar jaune, en femme d'une perversité totale dans un restaurant londonien, elle ne manque pas de panache, ni de talent. Les autres comédiens tentent d'exister au milieu de la confusion générale. Michael Fassbinder profite de quelques très courtes scènes, pour nous entraîner dans une certaine émotion au beau milieu de sa descente aux enfers. La toujours très belle Penélope Cruz existe à peine dans un rôle minimal, avec un seul moment attendrissant. Javier Bardem se laisse aller à tous les excès dans de grotesques tenues vestimentaires. Il en va de même pour Brad Pitt. Quant à Bruno Ganz on peut se demander ce qu'il fait là.
    Carmen Cru
    Carmen Cru

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 55 critiques

    2,0
    Publiée le 26 novembre 2013
    Le triste héros rêvait de palaces et finit dans un taudis. Là, pour l'aider à tuer le temps, les méchants lui font cadeau d'un DVD et IL A MÊME PAS DE QUOI LE REGARDER, LE GARS ! Du coup, il pleure sur tant d'injustice. " C'est trop injuste ", qu'il pleurniche. Pourtant pas faute d'avoir été prévenu et par Bardem et Pitt encore, pas les premiers rigolos venus. Mais bon. A ce moment du film, le spectateur a déjà vérifié trois fois que sa montre n'était pas arrêtée et, le décorateur semblant avoir épuisé son catalogue d'intérieurs cosy ou high-tech et le chef op son stock de vues du désert - seuls vrais intérêts du machin - , le sort du bonhomme lui est à peu près aussi indifférent que la fin de l'histoire dont il a de tout façon perdu le fil depuis longtemps.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top