Mon AlloCiné
    Cartel
    note moyenne
    1,8
    4973 notes dont 858 critiques
    3% (30 critiques)
    11% (94 critiques)
    16% (137 critiques)
    19% (162 critiques)
    23% (201 critiques)
    27% (234 critiques)
    Votre avis sur Cartel ?

    858 critiques spectateurs

    shindu77
    shindu77

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 441 critiques

    1,5
    Publiée le 23 juillet 2019
    C'est une purge. Comment peut-on réunir un tel casting pour un film aussi catastrophique. Tout est mauvais ou presque.
    Hermes12
    Hermes12

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

    1,0
    Publiée le 7 mars 2019
    Un scénario plat, une mise en scène plate, des personnages plats des acteurs plats, un fin plate, tout les plat dans ce film ! Seul les décors et l'ambiance sortent un peu de la platitude pour être presque caricaturaux. Bref, rien à sauver de ce film.
    Housecoat
    Housecoat

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 6 critiques

    2,0
    Publiée le 4 février 2019
    Malgré des premières minutes assez pénibles, l'apparition du nom de Cormac McCarthy, au scénario, écrivain de No Country For Old Men, avait de quoi créer l'espérance d'un film qui puisse poser une nouvelle réflexion sur la nature de l'homme, un espoir que les dialogues suivants vont joliment évaporer. Ecrire un roman et écrire un scénario sont deux notions différentes, et The Counselor qui ne bénéficie pas du talent des Frères Coen à l'adaptation en subit très rapidement le tassage. Ridley Scott va démontrer n'avoir aucune idée de comment aborder les écrits qu'il a entre les mains en commençant par perdre une heure entière en futilités. Le réalisateur s'embourbe tellement dans une démarche prétentieuse qu'il n'essaye même pas de cacher les délires philosophiques artificiellement déblatéré par ses personnages. Passant par des scènes complètement inutiles dont la plupart redéfinissent le sens du mot "gêne" spoiler: (Cameron Diaz qui s'envoie en l'air avec une bagnole) , le film va constamment jongler entre plusieurs fils rouges qui, si ils ont du sens dans la représentation du fonctionnement très complexe d'un cartel de la drogue, vont en revanche embrouiller la narration et passer à côté de l'essentiel. Qui sont les personnages ? Quels sont leurs fonctions ? Leurs motivations ? Quel est la finalité derrière cet enchevêtrement ? Les bonnes prestations des acteurs peinent à justifier un film qui ne semble être qu'une excuse pour deux heures de tirades pompeuses récitées pour une seule morale: les cartels sont méchants. D'une vacuité malheureusement cohérente avec l'errance du réalisateur de la première moitié des années 2010.
    labadens
    labadens

    Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 4 février 2019
    Avec ses images bling bling, sa description sentant bon la naphtaline du cartel et son casting bankable attifé n'importe comment, "Cartel" faisait franchement peur. Seul le nom de Cormac McCarthy au scénario laissait entrevoir un minimum d'espoir. Manque de bol, "Cartel" se place juste à côté du "Savages" d'Oliver Stone, autre film boursouflé sur un sujet similaire. Et c 'est bavard, mais bavard ! Des dialogues dont on peux se moquer totalement du contenu, inutile, n' entrant pas dans le cadre de l' histoire. Sans être totalement catastrophique, grâce notamment à la superbe photographie et au sens de l'image de Sir Ridley nous concoctant de plus une poignée de plans gores franchement sympathiques, "Cartel" semble bouffé par ses ambitions, tentant vainement de hisser une simple intrigue de série B au rang de récit super giga profond sur la vie, la mort et les félins catégorie maouss. Immense écrivain, McCarthy se complique l'existence et semble incapable de rendre limpide son scénario, étirant ses dialogues et ses situations à l'extrême, accouchant de séquences interminables au décalage un brin forcé et artificiel, comme si McCarthy se sentait obligé de charger la mule afin de camoufler la banalité de son script. Simples pantins sans âme, vides de sens et dont le sort nous est totalement indifférent, les personnages caricaturaux ont beau être interprétés par un casting impressionnant, aucun d'entre aux ne parvient à tirer son épingle du jeu ni à rendre "Cartel" véritablement intéressant. Attention Ridley, je vais vraiment finir par croire que tu as définitivement jeté l'éponge !
    tristan stelitano
    tristan stelitano

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,5
    Publiée le 12 janvier 2019
    Ridley Scott nous plonge dans l'univers d'un Cartel de la drogue avec un scenario qui dès le début, l'intrigue a bien du mal à ce mettre en place, le rythme est absent et au final le twist est bâclé voir grotesque. Dommage, car la distribution a du potentielle.
    moket
    moket

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 1 742 critiques

    3,5
    Publiée le 22 décembre 2018
    Un thriller mésestimé mais plutôt chic, dont le casting fait saliver. Ridley Scott sait toujours bien filmer, le scénario tient en haleine malgré quelques scories et le film a parfois des fulgurances vraiment glauques. Il n'est pas parfait mais est bien loin de mériter le désamour dont il est victime.
    pitof-pitof 2.0
    pitof-pitof 2.0

    Suivre son activité 5 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 10 août 2018
    Je sais pas trop pour la version ciné mais la version longue vaut largement un 3,5/5 ou 4/5. La réalisation est charmante et la mise en scène est très soigné. OK le scénario n'est pas très explicite mais c'est exactement ce qui me plait. Les dialogues sont intelligemment écrits , ils contribuent énormément à discerné qui est qui et fassent jouir de quelque moment philosophique (La discussion sur "les diamants" et "Il existe qu'un seul Dieu et non des Dieux). Ce film, mine de rien se révèle d'être extrêmement profond et très subtile et d'une noirceur sublime (La discussion téléphonique entre l'avocat et l'un des responsables du cartel) . Les acteurs livres une prestation digne de leurs talents. Toutefois Cameron Díaz se démarque plus du reste grâce au personnage qu'elle incarne qui répond au nom de "Malkina". spoiler: Une calculatrice sans pitié et cynique qui semble être à la poursuite d'une vengeance de la mort d'un être cher depuis longtemps. Bref c'est une superbe réalisation très sous-estimé et qui mérite d'être vu au moins une fois. Ce sera un 4/5 pour ma part.
    Sharleen P
    Sharleen P

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 11 août 2019
    Mais pourquoi...? Pourquoi être un réalisateur de renom exceptionnel et s'offrir un casting 5 étoiles, une bande son qui tien du génie, des décors de rêve avec une idée qui aurai pu... Comment on a pu en arriver à un tel désastre alors qu'il y avait absolument tout pour que ça fonctionne ? Les personnages sont finalement des caricatures ambulantes (ils devaient être tous sous acides pour jouer aussi mal et aussi grossièrement), l'histoire a un déroulement digne de se retrouver écrit sur un rouleau de papier toilette... Je suis déçue, et encore je mesure mes propos. Effarée qu'on m'ai vendu un ticket pour aller me baigner dans la mer de Tahiti et de me retrouver à me tremper le cul dans un caniveau. Bref, si vous avez très très très très envie de perdre deux grandes et longues heures de votre vie, faites vous plaisir. (1 pour la musique... Eux ils ont fait leur job et l'ont bien fait au moins)
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 327 critiques

    4,0
    Publiée le 18 avril 2018
    "Vanité des vanités, tout est vanité", professait Qohelet dans l'Ecclésiaste il y a plusieurs millénaires. Il était alors la définition de ce qui était purement vain, futile et illusoire. Aujourd'hui, il renvoie à une notion d'orgueil et d'auto-satisfaction. Deux sens qui diffèrent sur le papier, mais se répondent avec une doucereuse harmonie chez Ridley Scott. Prétextant suivre la descente aux enfers d'un avocat dans la distribution de stupéfiants, le réalisateur a un but autrement plus ambitieux : capturer les tréfonds de l'âme humaine. Filmer un monde qui court à sa perte, en ne cherchant jamais à le rattraper. Armé d'un script signé Cormac McCarthy (auteur de No Country for Old Men ou La Route) et d'une volonté de trancher net, The Counselor (titre autrement plus adapté que Cartel) fait preuve d'un nihilisme inédit de la part de Ridley Scott. Il est en effet peu commun de voir un film prenant autant de distance par rapport à ses personnages, pour la plupart peu recommandables, et aussi peu de précaution quand il s'agit de les entrechoquer avec leur destinée. Ne vous y trompez pas: Ridley Scott ne propose pas l'errance de dépravés dans un monde d'excès et de se complaire dans le chic toc. Ici, ce qui motive le réalisateur, c'est de révéler l'infinie petitesse chez ces individus qui se sont rêvés grands et se retrouvent écrasés par leur propre décadence. Scott filme ici des vaniteux, des faibles et des pervers. Des individus qui se voilent la face, font mine d'accepter leur férocité en admettant leur cupidité ou en vivant avec des félidés (un guépard en l'occurrence), et se retrouvent abasourdis par le massacre qu'ils provoquent. La première heure opaque, où le clinquant le dispute à la saleté, où les trafiquants dissertent sur le sexe et la violence, est aussi bien écrite que troublante. Derrière de longues séquences dialoguées, allant du vulgaire au raffiné, apparait la volonté de relier deux mondes en apparence distincts et qui sont pourtant bien indissociables. Leur collision est aussi logique que dévastatrice. Alors que la première partie disséminait une impression de drame à venir, on assiste carrément à une apocalypse dans la deuxième. Soyez prévenus: rares sont les films à se montrer aussi cruels envers leurs protagonistes. Même quand le bon sens et les sentiments se révèlent en eux - en général bien trop tard - ils deviennent aussi pathétiques qu'insignifiants. D'une décision hâtive, uniquement dirigée par l'avidité, ils lancent une chaîne, dont les maillons sont aussi fragiles qu'interchangeables, menaçant à tout moment de la retourner contre eux. Et c'est pourtant avec un aplomb certain que R.Scott filme ces créatures pitoyables, magnifiées par une troupe d'interprètes prodigieux (M. Fassbender, Javier Bardem, Penelope Cruz et Cameron Diaz et Brad Pitt), et vouées à l'un des carnages les plus hypnotiques de récente mémoire. Un carnage sans nom (à l'instar de son anti-héros, ou héros négatif au choix) et sans retour. Son film le plus noir et le plus étincelant.
    iloveyoudarling
    iloveyoudarling

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 11 janvier 2018
    Je ne comprend pas les mauvaises critiques concernant ce film. Certes ça manque peut-être un peu de rythme mais la réalisation est magnifique et les acteurs sont excellents, mention spéciale a Mme Diaz ! Très bon film noir, je recommande.
    B3o
    B3o

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 21 critiques

    3,5
    Publiée le 29 décembre 2017
    Même s’il est devenu un peu sénile, je l’aime bien le Ridley Scott des années 2010, il garde un sens de l’esthétique même dans ces pires films (Prometheus), de l’ambiance, de la classe même, et pour ce film il y’a un petit relent de trashouille bien sentie ou ça décapite bien comme il le faut. Le principal problème de Cartel, c’est qu’il faut attendre au moins une heure pour que la structure narrative prenne vraiment forme et sens, il faut donc patienter gentiment pendant une heure et se contenter d’une classe visuelle, d’acteur bankables qui ne cachetonnent pas (sauf Bardem), d’errances parfois bienvenus, de fulgurances complètement imprévisibles (du style de Cameron Diaz qui se tape une Ferrari !). Du coup on ne sait pas trop ou ça va pendant cette heure, ça se laisse regarder, il y’a une vague ambiance qui mêle classe, austérité et désespoir (en transition avec la seconde partie), mais il faut admettre que c’est bordélique. Mais c’est quand ça commence à être violent que ça devient intéressant, déjà la direction artistique devient de plus en plus oppressante (quand Fassbender est dans le bar en PLS, la lumière est tellement belle), le scénario prend enfin de la consistance, tout s’agence mieux, et on n’a plus l’impression de voir des séquences sans liens (ce qui dans le cas présent n’est pas dérangeant, ça retranscrit bien une idée d’errance, de désespoir, mais ça reste bancal). 
On une belle illustration du pouvoir démiurge d’un Cartel, on ressent vraiment qu’il nous dépasse, qu’il a toujours une longueur d’avance sur nous, et quelque part je me dis que si la première partie est autant brouillonne c’est pour que ce sentiment ait plus de sens dans la seconde moitié…
    Don Diego de Las Vega
    Don Diego de Las Vega

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 20 août 2017
    Film sans queue ni tête. Le plus insupportable c'est Cameron Diaz, elle est ridicule. Il faut qu'elle arrête de tout miser sur le physique car ça y est c'est désormais une vieille malgré l'abus du bistouri. Bon après cet Aparté sur la vieille Diaz, ça va sans dire que sa performance d'acteur est nul. Performance d'acteur de Penelope Cruz ridicule. Performance d'acteur de Fassbender pas crédible du tout. Bref sur le point de jeu d'acteur seul le géniallissime Bardem et Pitt s'en sortent mais juste par leur talent. Pour finir et pour être tout à fait honnête, l'écriture des dialogues c'est du costaud ; au fait c'est comme si on avait donné de la confiture aux cochons.
    Critik D
    Critik D

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 282 critiques

    2,0
    Publiée le 3 août 2017
    Le casting de ce film me faisait énormément d'oeil, comment passer à côté. Pourtant on ne le dira jamais assez, grand casting n'est pas un gage de qualité et je dois avouer que je ne me suis pas du tout intéressé à ce film. Les images défilaient et je décrochais au fur et à mesure. Est-ce que je n'étais pas dans de bonnes dispositions pour visionner ce film ? Avais-je un manque d'intérêt pour le sujet ? Je ne saurais répondre à la question, en tout cas je l'ai trouvé très long et sans grand intérêt malgré les performances des acteurs qui sont toutefois très intéressantes.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 14 juillet 2017
    J'ai tenu 20 Minutes devant ce film des bon acteurs mais alors vraiment c'est tout , dommage mais vraiment la c'est a dormir debout !!
    Hortense H
    Hortense H

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 8 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juin 2017
    "Cartel" épouse un point de vue narratif organisé alors que le titre original s'affirmait plus personnifié. En pleine oraison romantique, l'avocat va transposer sa destinée vers une réalité tragique que le règne occidental a créée. L'achat d'un diamant annonçant son mariage avec son amante l'incite au fourvoiement. Le maillage scénaristique est construit pour l'avertir de cette tribulation dont il semble se méprendre : chaque personnage concerné édifie les conditions probables de sa perte jusqu'à ce que la variable se produise et les conduise vers l'irréparable. Ces scénarios apprivoisés par les trafiquants sont enchâssés par Malkina (sublime Cameron Diaz), décidée à dompter ces événements quasi initiatiques. En douanière acérée, elle sectionne les axes envisagés, les nivelle, faisant osciller les protagonistes jusqu'au brisement des lignes et au non détournement. La bande originale est souvent magistrale, incisive et profonde. Un film contemporain froid, classieux ; le scénario est parfois alambiqué, mais l'émotion nouvelle que l'ensemble procure suffit pour l'apprécier puis l'encenser.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top