Mon AlloCiné
Le Prophète
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Prophète" et de son tournage !

Succès littéraire

Le Prophète est un livre du poète libanais Khalil Gibran. Cet ouvrage à succès traduit en plus de 40 langues et vendu à plus de 100 millions d’exemplaires ne cesse d’être réédité depuis sa première publication en 1923. Très vite les producteurs ont décelé le potentiel cinématographique du livre et ont compris que l'animation serait idéale pour retranscrire cette histoire.

Promotion

Salma Hayek a fait la promotion du film lors de son passage au Liban. C'est le pays natal de l'auteur du Prophète, Khalil Gibran. L'actrice, qui produit et donne de la voix pour le long métrage, a elle-même des origines libanaises par son père.

Festival de Toronto

Le long métrage d'animation a été présenté au Festival International du film de Toronto 2014.

Un projet vieux de 10 ans

C'est au milieu des années 2000 que le projet Le Prophète a commencé à émerger quand le producteur délégué Steve Hanson s’est lancé dans une quête qui devait durer huit ans pour obtenir les droits du best-seller intemporel de l’auteur libanais.

A l'origine, un ensemble de courts

Le dessin animé était au départ une suite de courts-métrages animés. Au moment où Salma Hayek a rejoint l’équipe de production, elle s’est prononcée en faveur d’une trame narrative unique pour établir le lien entre chacun des « chapitres » inspirés par le livre de Khalil Gibran. "J’ai proposé d’utiliser une histoire principale pour accompagner les poèmes et rendre ainsi le film plus accessible, plus familial. Ensuite, on s’est demandé qui pourrait trouver la “colle” censée faire tenir tous ces éléments ensemble", explique-t-elle. 


Pour imaginer ce fil conducteur, les producteurs se sont tournés vers le scénariste Roger Allers qui a travaillé sur les scénarios de plusieurs Disney incontournables comme La Belle et la Bête et Aladdin.

Note d'intention

Salma Hayek a découvert livre Le Prophète grâce à son grand-père paternel. Elle explique au sujet du film : "Nous souhaitions proposer au public quelque chose de différent, à travers les poèmes intégrés au film : l’idée étant qu’ils aient un moment pour eux, sans narration qui vous dise quoi penser, grâce à de la poésie, des images et de la musique. Quelque chose qui vous mette face à vous-mêmes, dans lequel vous pouvez piocher et puiser sans avoir besoin de comprendre tout de suite le poème. Chacun peut ainsi prendre ce dont il a besoin et avoir un moment avec lui-même. Même les enfants…"

Principale difficulté

Pour le scénariste et réalisateur Roger Allers, la principale difficulté résidait dans le fait que dans le livre, il n'y a pas vraiment d’histoire : "En fait, Le Prophète n’est pas un récit. Je ne pouvais m’appuyer que sur trois éléments narratifs : un homme qui attend un navire pendant des années, qui se met à parler à la population, puis qui finit par monter à bord du bateau. Voilà toute l’histoire", se souvient-il, en poursuivant : "Je devais réfléchir à la personnalité de cet homme. Pourquoi reste-t-il ici ? J’ai effectué des recherches sur Khalil Gibran et utilisé des bribes de son passé. Je me suis aussi inspiré d’autres livres de l’auteur pour créer un peu de tension aux moments cruciaux du récit."

Souvenirs de jeunesse

Le scénariste Roger Allers a peuplé le film de personnages inspirés par de véritables personnes qu’il a rencontrées quand il vivait en Crète dans sa jeunesse. Il se rappelle : "Le propriétaire baraqué du café ressemble à un homme que j’ai beaucoup observé pendant l’année que j’ai passée en Crète après l’université. Le marchand de dattes décontracté avec son énorme moustache, c’est le genre de types qu’on peut voir sur les marchés ou dans les rues. Tous ces personnages sont nés de l’observation ; ils sont tous inspirés par de vraies personnes."

Le choix de la 2D

Dans le but d'honorer le ton lyrique du livre, Roger Allers a choisi la 2D. Un format qui est également propice à éviter l’humour ironique et le rythme frénétique propres à de nombreux films d'animation d'aujourd'hui : "Le livre de Gibran aborde toutes les grandes questions de l’existence. Il parle de l’amour et de la mort, des enfants et du travail. Pour rendre justice à son oeuvre, ce film ne pouvait pas jouer sur le ridicule."

Création des décors

New Machine Studios et le directeur artistique danois Bjarne Hansen se sont chargés de la création des décors du village. Roger Allers explique pourquoi il les a choisis : "J’ai découvert Bjarne via le blog où il poste les splendides petites aquarelles de scènes enneigées qu’il peint chaque année pour des cartes de Noël. Il n’y a pas de neige dans Le Prophète, mais j’ai été séduit par la fraîcheur et la simplicité du travail de Bjarne. Je voulais qu’on ressente la couleur éclaboussant le papier. Bjarne adopte ce genre d’approche et nous avons collaboré pour savoir comment représenter cette île, cette ville et cette lumière éclatante qu’on ne trouve qu’en Méditerranée."


Bjarne Hansen a utilisé via une palette de pinceaux Photoshop personnalisés des couleurs chaudes comme l'histoire se passe en Afrique du Nord ou en Europe du Sud : "Nous avons créé ce style aquarelle pour suggérer les choses au lieu de les montrer. J’aime regarder les images produites avec la subtilité et la qualité d’un dessin. C’est ce que j’ai essayé d’obtenir."
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Madame (2017)
  • Justice League (2017)
  • Au revoir là-haut (2017)
  • Happy Birthdead (2017)
  • Le Brio (2017)
  • Le Musée des merveilles (2017)
  • Tout l'argent du monde (2017)
  • Jalouse (2017)
  • Carbone (2017)
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
  • Marvin ou la belle éducation (2016)
  • Maryline (2017)
  • Le Sens de la fête (2017)
  • Battle of the Sexes (2017)
  • Epouse-moi mon pote (2017)
  • M (2017)
  • Coco (2017)
  • L'Expérience interdite - Flatliners (2017)
  • Sales Gosses (2016)
  • La Lune de Jupiter (2017)
Back to Top