Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Clan des Siciliens
    note moyenne
    3,9
    2226 notes dont 156 critiques
    répartition des 156 critiques par note
    54 critiques
    48 critiques
    31 critiques
    19 critiques
    4 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Le Clan des Siciliens ?

    156 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1927 abonnés Lire ses 10 390 critiques

    5,0
    Publiée le 8 mai 2013
    Grand classique du cinèma français alliant savamment scènes spectaculaires, psychologie, sentiments et suspense! Jean Gabin en parrain sicilien, Alain Delon en gangster ambitieux, Lino Ventura en inspecteur dèsorientè! il y a largement de quoi s'enflammer avec une telle affiche! Trois monstres sacrès pour ce polar carrè à la mise en scène efficace d'Henri Verneuil! Rèalisè en 1969, "Le clan des siciliens" n'a pas pris une ride, mais dont, en authentique classique, il ne peut que se flatter! L'atmosphère, les dialogues aux petits oignons de Josè Giovanni (" Si ils la gardent plus de deux jours, je vous fais sauter, vous et toute votre kermesse") et la mythique musique d'Ennio Morricone y sont pour beaucoup! Mais ce film repose aussi sur trois grandes gueules qui ont fait de ce « clan » un essentiel du cinèma policier! In-con-tour-na-ble...
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,5
    Publiée le 1 mars 2014
    Avec "Le Clan des Siciliens", Henry Verneuil nous livre un polar à la Française devenu un "classique" de notre cinéma au fil du temps. Il réunit pour l'occasion trois grandes figures du cinéma Français, Alain Delon, Lino Ventura et Jean Gabin, et c'est bien là le principal attrait du film, la direction d'acteur est impeccable, les trois ne se marchent pas dessus, sont plutôt sobre et démontrent une nouvelle fois leur classe. Le scénario est assez classique, mais bien construit, c'est une histoire de braquage bien rythmé et intéressante. Malheureusement, on pourra regretter une mise en scène qui manque parfois de folie et qui est par moment trop conventionnelle. Rien non plus qui gâchera le plaisir de ce polar honnête et efficace, marqué par des scènes sublimes (à l'image de l'évasion de l'introduction), la musique inoubliable de Morricone et une intrigue bien ficelée. Ce n'est pas le meilleur film de son réalisateur ou des acteurs (dans les deux cas, il y a une belle concurrence) mais un bon polar qui se regarde sans déplaisir.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 185 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    4,0
    Publiée le 2 décembre 2010
    ''Deux heures d'un suspense éblouissant'' indique la bande annonce française et pour une fois c'est parfaitement exact ,même 40 ans plus tard. Gabin et Ventura qui aimaient les bonnes histoires se sont régalés et nous avec. Le scénario est parfait ,les dialogues à couper au couteau ,la musique bien adaptée et la mise en scène y est à la hauteur avec quelques plans surprenant chez Henri Verneuil ,mais fort bienvenus. On peut citer le ballon qui roule vers le couple enlacé,le jouet avion qui tournoie en signe prémonitoire ou le triple accueil final à l'aéroport avec Delon en prime dans la cabine téléphonique. Verneuil est un grand metteur en scène français insuffisamment reconnu par les cinéphiles. Bien sur, il a quelques faiblesses qu'il cache pudiquement du reste comme la scène d'amour derrière le rocher ,quelques loupés comme l'accueil de Gabin sapé comme un dandy, recevant Sydney Chaplin derrière un bureau crasseux et surtout celle de l'enfant retrouvant sa mémoire devant la télévision. Il n'empêche;ses films sont toujours passionnants et très respectueux des spectateurs.Ils sont en plus intelligents et éducatifs avec dans chacun un ou deux très grands moments de cinéma.Reste à signaler qu' Irina Demick est bien belle avec ses robes trop courtes et que Ventura est bien savoureux avec sa cigarette neuve au bec et le craquement de l'allumette que l'on attend longtemps.
    jimmyc
    jimmyc

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 133 critiques

    5,0
    Publiée le 13 octobre 2013
    Ennio Morricone ouvre le film avec sa cultissime bande originale ,Roger Sartet (Alain Delon )sort de un fourgon cellulaire menotté,il se dirige vers le tribunal pour être jugé ,Le commissaire Le Goff (Lino Ventura )attend son arrivée ,alors que le clan des siciliens avec à sa tête Vittorio Manalese (Jean Gabin)prépare avec l 'aide de ses fils son évasion spectaculaire afin de préparer un projet fou ...Voici l 'intronisation des personnages qui va s'articuler autour de une chasse à l 'homme sans répit entre le flic et le truand froid, qui prépare le plus audacieux vol de bijoux à la Galerie Borghèse transférés de Rome à New-York par avion .Après avoir commis" l 'impardonnable" il se retrouvera alors pourchassé par ses propres complices devenant ainsi la cible des deux camps.. Henri Verneuil réalise un film policier parfaitement maîtrisé tour à tour haletant et percutant ,le trio des "monstres sacrés" se réunissent ici pour la première et dernière fois mais cette unique collaboration sera la tornade de 1969..... La caméra survoltée, capte le regard bleu acier de Alain Delon dans le rôle du "chien fou "véritablement insaisissable pour la police ,et immortalise la présence du patriarche Jean Gabin dans un rôle à contre emploi tout en suivant les efforts démentiels du commissaire(Lino" Le Goff" Ventura) pour atteindre sa proie ...Adapté du roman de Auguste le Breton et dialogué par l 'immense José Giovanni ,Le Clan des Siciliens est un bijoux cinématographique servant de référence à beaucoup de cinéastes français par la suite . Le Maestro Ennio Morricone utilise des guitares, une batterie, un orchestre à cordes, une guimbarde et la mélodie du thème principal est sifflée ,il évoque ainsi la Sicile de part ses variations .. La charge émotionnelle qui se dégage de cette composition au sein du film est indéniablement (comme à son habitude)....Brillante ...
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 650 abonnés Lire ses 4 876 critiques

    5,0
    Publiée le 5 mars 2019
    Le scénario allie magnifiquement enquête policière pour retrouver Sartet et les préparatif du braquage. Cette enquête permet d'accentuer la tension autour d'un braquage qu'on sait qu'il va être tragique, mais comment et pourquoi ?! La triangulaire fonctionne à merveille, avec d'abord le commissaire Le Goff/Ventura vs Sartet/Delon, puis Sartet vs Malanese/Gabin avant un final d'anthologie. Un scénario assez bien ficelé pour se demander qui va s'en sortir et comment. Le seul petit bémol vient de l'adultère paraît bien timorée mais qui semble suffire pour qu'une femme tombe en pâmoison pour un bad boy. Néanmoins, le film est prenant servi par une B.O. culte, des acteurs au sommet, une braquage ambitieux et des faces à faces mythique. Site : Selenie
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 563 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    5,0
    Publiée le 22 mai 2009
    La rencontre entre trois monstres sacrés du cinéma français justifie à elle seule la vision du film. Mais comme d'excellents acteurs ne suffisent pas pour faire un bon film, Henri Verneuil se dote d'un scénario bien ficelé même si sa construction est assez classique. La mise en scène est sobre et la musique d'Ennio Morricone est vraiment superbe.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 567 abonnés Lire ses 5 461 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2009
    Henri Verneuil (Peur sur la ville - 1975) réalise ici un polar de très bonne facture, devenu au fil du temps, un classique, grâce à sa brochette d’acteurs (Jean Gabin, Lino Ventura, Alain Delon), « trois monstres sacrés du cinéma Français », évoluant au sein d’un film de gangsters passionnant et qui commence sur les chapeaux de roue avec la brillante évasion orchestrée par le chef du clan des Siciliens. S’ensuit ensuite un audacieux hold-up avec le détournement d’un DC-8 ! Si le film captive plus qu’il n’en faut, on n’oubliera pas de saluer la très belle B.O signée Ennio Morricone.
    Stephenballade
    Stephenballade

    Suivre son activité 195 abonnés Lire ses 1 197 critiques

    4,5
    Publiée le 19 avril 2018
    Ah mes amis, qu’est-ce que ça fait du bien de se replonger dans les vieux films ! D’une part parce que la nostalgie du temps passé ne tarde pas à se faire sentir au vu des véhicules d’antan et quand on découvre combien il était encore facile de se garer à Paris, d’autre part parce qu’en ce temps-là le cinéma français savait faire des films, et enfin parce que c’est la seule et unique fois où Jean Gabin, Alain Delon et Lino Ventura sont réunis dans le même film. Trois monstres sacrés du cinéma hexagonal pour les trois rôles les plus importants de ce film. Inutile de faire durer davantage le suspense, le titre nous dirige sans détour vers un polar comme Henri Verneuil savait les faire, classé aujourd’hui comme un classique incontournable. Les trois acteurs occupent sans surprise les rôles qui leur ont été attribués. Si je dis « sans surprise », c’est en raison de leur profil de comédien. Ainsi on retrouve Jean Gabin dont l’immense charisme est au service d’un patriarche, à la tête d’une famille qui ne vit que pour la famille et à travers la famille, dont les origines siciliennes servent le cliché de la mafia. Attention, ça ne veut pas dire pour autant que tous les siciliens sont des mafieux ou des membres de la pègre, loin de là et fort heureusement. Mais (hasard !), Gabin occupe ce rôle-là. A ses côtés, nous avons Alain Delon dont tous les traits de la jeunesse viennent servir son personnage, un criminel notoire qui (hasard !) est en tôle. Et enfin, la ténacité de Lino Ventura vient alimenter les talents nécessaires au poste de commissaire, dont les méthodes se révèleront peu conventionnelles. Mais bizarrement, les trois têtes d’affiche ne seront jamais réunies sur un même plan de caméra. Nous avons seulement deux confrontations directes, la première entre Delon et Ventura, et déjà on sent qu’il se passe quelque chose de spécial. Du côté de Sartet (Alain Delon), on sent le défi, l’arrogance. Du côté du commissaire Le Goff (Lino Ventura), on ressent tout le mépris qu’il a pour ce jeune criminel. On n’a même pas besoin de voir son visage ! Le voir simplement de dos suffit à faire ressortir toute son incroyable présence, attentif comme jamais et désireux de voir enfin le point final mettre un terme à une enquête qu’on devine difficile et mouvementée. Le casting, complété par Irina Demick (laquelle, en la personne de Jeanne, amène du charme et un peu de glamour dans ce monde on ne peut plus sérieux), André Pousse (Malik) et Amedeo Nicosia (Tony), est certes prestigieux, mais nous savons tous qu’un casting, aussi renommé soit-il, ne suffit pas à faire un bon film. Reposant sur le roman éponyme d’Auguste Le Breton, le scénario a été rédigé avec une rare maestria. Il mène de front plusieurs intrigues, lesquelles sont toutes habilement entremêlées : une implacable chasse à l’homme, et un affrontement entre un jeune loup et un vieux parrain qui n’a de cesse de monter en intensité par l’irrémédiable hostilité grandissante entre les deux hommes. Henri Verneuil, qui a participé à l’écriture du scénario, parachève le boulot avec une réalisation impeccable, superbe de tension et de suspense. Très tôt, il fait parler toute sa maîtrise en la matière avec la longue séquence de l’antique panier à salade (« antique » parce que j’écris cette note aujourd’hui, soit près de cinquante après la sortie du film). Non seulement il a su installer le suspense et la tension qui y est liée, mais en plus il sait les faire durer. On regrettera presque que les dialogues n’ont été créés par la plume inimitable de Michel Audiard. Qu’importe, "Le clan des siciliens" se veut sérieux, et assurément il l’est. Même s’il n’y a rien à redire dessus, les répliques sont bonnes et certaines fusent pour sortir du lot, la plus notable d’entre elles n’étant pas une réplique mais… une baffe monumentale ! ☺ Bref mieux vaut réfléchir à deux fois avant de s’adonner à « la photo d’art »… "Le clan des siciliens" aurait pu se contenter d’être purement et simplement un polar, comme Verneuil l’avait fait avec le mémorable "Mélodie en sous-sol". Provoquée par le twist final amené par le gamin, une petite touche de dramaturgie vient parachever l’intrigue. Cela permet de mettre le mot « Fin » sur la traque, sur l’hostilité que se témoignent Vittorio Malanese et Roger Sartet, et sur les jeux dangereux auxquels se livre Sartet. Rien n’a été laissé au hasard, et aucune question ne reste en suspens dans l’esprit du spectateur. Au contraire, celui-ci aura la sensation d’avoir vu un excellent film. Il faut dire que la Fox a donné les moyens à Verneuil, du fait qu’elle avait pour but de distribuer le film aux Etats-Unis. Le cinéaste a mis à profit le budget alloué en allant filmer les avions au plus près sur le tarmac. Il en résulte des séquences impressionnantes. Après, les effets visuels sont ce qu’ils sont aujourd’hui, mais pour l’époque, ils étaient au top ! Cependant, il y a des inexactitudes concernant la compagnie aérienne : non seulement elle n’utilisait pas de DC-8 mais principalement des DC-4, mais en plus, n’étant pas autorisée à opérer hors des Etats-Unis, elle a cessé son activité en 1950 en se faisant acheter par la Pan American ! Quelques autres inexactitudes parsèment le film, comme le développement du négatif sous lumière rouge alors qu’il doit se faire dans le noir complet, ou comme la scène un peu forte de café lors du découpage de la tôle d’acier dont le bruit est supposé être en réalité strident, sans même parler du dégagement d’odeur d’acier surchauffé. Pas de quoi enlever toute la qualité du film qui vous fera passer efficacement deux heures de votre temps, même si ces petits bémols m’empêchent de donner la note maximale. Il n’empêche qu’on termine ce film sur une bonne note, assez paradoxale si on y réfléchit bien : Malanese a beau n’être rien d’autre qu’un malfrat spoiler: (quoiqu’avec un côté noble par rapport au point d’honneur qu’il met à ne tuer personne) , on éprouve de la peine pour lui. Plusieurs raisons probables expliquent certainement ce sentiment : son âge, cette force tranquille qui le caractérise, et puis… on l'aime, notre Gabin national !
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 182 abonnés Lire ses 3 046 critiques

    3,5
    Publiée le 1 juin 2017
    Le film passe l'épreuve du temps essentiellement parce qu'il propose une affiche de toute beauté, avec trois des plus grands acteurs français de l'époque. La réalisation d'H. Verneuil est comme d'habitude un peu scolaire tandis que le scénario de J. Giovani ne fait pas vraiment la part belle aux bons mots. Reste que l'intrigue porposée est assez prenante, avec une bonne description du milieu et un vrai amour pour la représentation de gangsters débrouillards pour échapper aux autorités. Du coup, le personnage de Ventura apparaît comme effacé, absent des débats presque tandis que nos trois monstres sacrés ne seront jamais réunis à l'écran. Reste que le coeur du film, l'audacieux braquage dans l'avion, reste un fameux moment, surtout qu'autour, Verneuil et Giovani organisent une vraie montée en tension. C'est donc du solide travail d'artisan, appliqué et populaire, bien mené et qui propose une spoiler: résolution radicale . Du bon spectacle à l'ancienne, un peu décevant pour ma part. D'autres critiques sur thisismymovies.over-blog.com
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 139 abonnés Lire ses 2 978 critiques

    3,5
    Publiée le 20 février 2016
    Trois monstres sacrés du cinéma français (Gabin, Delon, Ventura), un compositeur de génie (Morricone) et le réalisateur du "Singe en hiver" ou de "Mélodie en sous-sol" réunis dans un même long métrage. Il y a de quoi baver. Ce film de gangsters est totuefois doté d'un scénario beaucoup trop classique. L'histoire ne présente pas de grosses surprises et il manque cruellement de dialogues marquants et mordants à la Michel Audiard. Le plaisir est là mais l'orgasme n'est pas venu. Un bon polar.
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 1 904 critiques

    3,5
    Publiée le 19 janvier 2012
    Un classique du film de gangsters français au casting éblouissant (Jean Gabin parfait dans son rôle de parrain, Alain Delon dans son rôle de gangster qu’il affectionne tant et Lino Ventura en flic tenace), à la musique légendaire mais à la mise en scène peut être un peu plan-plan (et qui en tout cas a vieilli). Reste un incontournable au final prenant.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 571 critiques

    3,5
    Publiée le 5 janvier 2014
    « Le Clan des Siciliens », c’est avant tout un casting prestigieux. C’est la rencontre entre trois acteurs, trois pointures, trois monstres sacrés du cinéma français: Jean Gabin, Lino Ventura et Alain Delon. « Le Clan des Siciliens », c’est aussi un classique incontournable de notre cinéma, une référence du polar un film qui ne vieilli pas d’un poil malgré 44 ans au compteur. Et pour terminer, « Le Clan des Siciliens », c’est un film culte. Encore un film qui montre que le cinoche français de l’époque avait une sacrée gueule. Six ans après avoir réalisé une « Mélodie en sous-sol » des plus abouties, Henri Verneuil reprend une trame similaire, puisque dans ce « Clan des Siciliens » il s’agit également d’un casse, mais cette fois ci pas de biftons de banque, mais de bijoux (qui au passage valent un gros paquet de pèze). Le début est très prenant, ensuite, l’histoire patine un peu mais continue de garder un déroulement cohérent. Tout s’accélère de nouveau à partir de l’embarquement dans l’avion. On parle d’avion? On parle donc de la scène spoiler: du détournement qui même si elle n’est pas un modèle de crédibilité reste un exemple en matière d’efficacité. On croirait voir une séquence Melvillienne. Côté casting, il y a pas photo, celui qui fait la meilleure impression c’est Lino Ventura. Jean Gabin, pour le coup (et c’est surprenant) livre une prestation assez fade. Au même titre qu’Alain Delon qui est tout de même un sacré cran en dessous des deux premiers nommés. Même si ce film ne tient pas toutes ses promesses, il remplit tout de même assez bien son contrat. C’est suffisant.
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 908 critiques

    5,0
    Publiée le 31 décembre 2008
    Le Clan des Siciliens est adapté du roman d'Auguste Le Breton. José Giovanni aux dialogues, Verneuil au scénario et à la réalisation. Et surtout, le trio de choc du cinéma français de l'époque : Gabin, Ventura et Delon. L'affiche, qui les voit pointer chacun un pistolet face aux spectateurs, est mythique. Rien que pour ces trois monstres sacrés qui aujourd'hui nous manquent terriblement, le film se doit d'être vu. Gabin est le chef de la famille Manalese, Delon est le truand Roger Sartet, un jeune chien fou qui va proposer au patriarche sitôt son évasion orchestrée un casse audacieux. Voler une collection de bijoux. Scène qui est d'anthologie puisque l'avion détourné par les bandits s'est véritablement posé sur une autoroute en construction. Lino Ventura, qui peut paraître un petit peu en retrait, est le flic obstiné Le Goff. En effet, il n'aura de cesse de traquer Sartet, celui-ci s'arrangeant à chaque fois pour lui filer entre les doigts notamment lors de la séquence de l'hôtel. Chaque personnage a son thème musical et à cette occasion, il est impossible de ne pas parler de la bande-son extraordinaire composée par le grand Ennio Morricone. Certains la trouve trop répétitive. Moi, je pense qu'à chaque fois, elle fout le frisson. Sorti en 1969, le film attira plus de 4,8 millions de spectateurs et inspira tout une série de réalisateurs asiatiques comme Johnnie To ou John Woo. Même si parfois Gabin fait sourire en mafieux, l'atmosphère inimitable et un trio d'acteurs inoubliables font de ce film un polar de choix.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 656 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    2,0
    Publiée le 21 juillet 2010
    Un policier emblématique de la période dorée du cinéma français.Celle où on l'on prenait le temps de poser des intrigues subtiles.Celle où les hommes agissaient selon un code d'honneur.Celle des immenses acteurs surtout."Le Clan des Siciliens" reste dans toutes les mémoires,car il réunit pour la première et unique fois,Jean Gabin,Lino Ventura et Alain Delon.3 monstres sacrés qui se renvoient la balle avec jubilation.Evidemment,ils participent sacrément au halo de qualité entourant le film.Henri Verneuil nous livre sur un plateau ce polar à gros moyens pour l'époque,misant sur une tension naturelle et une musique inoubliable de Ennio Morricone(ah la guimbarde...).Traqué par un flic brut de décoffrage et opiniâtre(Ventura,imposant),un gangster en cavale aux pulsions violentes(Delon,efficace)se réfugie chez un parrain sicilien pointilleux sur la moralité(Gabin,hiératique).Une réunion prétexte à une auscultation des codes familiaux propres aux Italiens et à la perte par l'appât du gain.Verneuil est conscient de son matériau.Tendu,sobre et alerte;son polar ne vaut pas un Melville mais se défend bien avec ses armes.Et surtout,qui peut se targuer de l'imiter dans sa démarche aujourd'hui? Le temps perdu...
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 409 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    4,5
    Publiée le 20 juillet 2010
    Certes, on aurait préféré voir Delon, Ventura et Gabin se réunir devant la caméra de Melville. Verneuil, en adaptant avec brio cette histoire efficace et réaliste, dont la scène d'un des hold-ups les spéctaculaires jamais filmés, réussit tout de même à réaliser ce qui est sans conteste le meilleur film de gangsters que nous ait jamais offert le cinéma français. Cette œuvre incontournable, avec sa superbe musique signée par Ennio Morricone, a permis une nouvelle fois de prouver que 7ème art hexagonal est parfaitement comparable à celui importé d'Hollywood.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top