Mon AlloCiné
    Alceste à bicyclette
    note moyenne
    3,6
    2882 notes dont 502 critiques
    7% (36 critiques)
    37% (184 critiques)
    32% (159 critiques)
    16% (82 critiques)
    6% (30 critiques)
    2% (11 critiques)
    Votre avis sur Alceste à bicyclette ?

    502 critiques spectateurs

    Plog_Le Comte
    Plog_Le Comte

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 222 critiques

    3,5
    Publiée le 28 janvier 2013
    "Alceste à Bicyclette" est un film très drôle. Ceux qui apprécient Fabrice Luchini seront ravis. Au top de sa forme, il livre ici la performance qu'on attend de lui, à travers un personnage reclus, bougon, désagréable, méchant mais parfois attachant. Le duo qu'il forme avec Lambert Wilson fonctionne très bien. Wilson, lui, surprend dans ce répertoire comique, et s'en sort très bien. Les décors et les costumes sont très bien travaillés et fonctionnent comme les extensions des personnages (la maison de Luchini et ses jolis murs decrepit, les costumes de Wilson). En revanche, on peut reprocher au film son manque de souffle et son rythme, qui s'articule entre séquences de répétitions (de la pièce qu'ils préparent, Le Misanthrope) et scénèttes drôlatiques (balades à vélo, repas). Les séquences de répétitions sont parfois lourdes, de par leur côté "théâtre enregistré" (Le Guay pose sa caméra et se contente de filmer ses talentueux comédiens). L'assemblage ainsi obtenu est inégal, laissant parfois le spectateur sur le bord de la route, se demandant où il va. C'est dommage, car certains éléments narratifs sont bien préparés et bien orchestrés. Le Guay frôle de temps en temps le côté parisianiste et nombriliste (regard sur la province pas forcément flatteur, sauvé par le caractère empoté des deux parisiens immigrés) qu'on reproche tant à Pascal Bonitzer. La fin, amère et à contre-courant du reste du film, pourra en surprendre certains. "Alceste à Bicyclette" est une comédie plaisante et franchement sympathique, mais qui souffre, hélas, d'un léger problème de structure. Source: Plog Magazine, les Critiques des Ours http://lescritiquesdesours.blogspot.fr/2013/01/alceste-bicyclette.html
    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 828 critiques

    2,0
    Publiée le 21 mai 2013
    film plat qui fait étalage du talent oratoire de lucchini pourtant fan de celui-ci je me suis ennuyé dans ce film de belles vues de l'île de ré en morte saison un affrontement théâtral de deux grands acteurs à part cela rien à dire
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 1 619 critiques

    1,0
    Publiée le 10 juillet 2013
    Malgré un pitch et une affiche laissant clairement entendre qu’on n’est pas face au blockbuster de l’année mais bien devant un film d’auteur, j’avoue que j’attendais beaucoup de cette confrontation entre deux fantastiques acteurs amoureux du théâtre et de leur joute verbale enflammée. Au final, "Alceste à bicyclette" restera, pour moi, comme un sommet de prétention, la fois bobo, bavard et terriblement long ! Il faut dire que le réalisateur, Philippe Le Guay, n’y est pas aller de main morte et a cumulé tous les ingrédients du film d’auteur typiquement parisien avec les acteurs théâtreux qui snobent l’industrie du cinéma et vomissent tout ce qui a attrait à la télévision, son adoration limite sectaire pour la littérature classique, ses scènes d’intimité sans le moindre intérêt, ses ballades à vélo sur l’Ile de Ré… Dans cette optique, "Alceste à bicyclette" impose, comme une évidence, que le Misanthrope est une merveille, appréciée de tous et à laquelle on en peut pas attenter… soit un postulat de départ un peu autoritaire qui ne laisse pas beaucoup le choix aux spectateurs. Difficile, dès lors, de ressortir de ce film sans considérer comme "inférieure" toute personne n’ayant pas lu l’intégrale de Molière… ce qui est assez moyennement agréable lorsqu’on se trouve effectivement dans cette catégorie ! D’ailleurs, le principal défaut du film est, sans doute, de s’adresser à un public d’initiés, qui connaît parfaitement l’histoire du "Misanthrope"... à défaut de quoi il est quasiment impossible de saisir les allusions constante du scénario à l’œuvre de Molière (à commencer par le rôle perturbateur de Francesca, inspirée de Célimène), le spectateur "inculte" (dont je fais partie) ne pouvant, tout au plus que comprendre que les deux héros sont une projection d’Alceste et Philinte. Le réalisateur a visiblement oublié qu’il n’était pas au théâtre mais bien sur un plateau de cinéma… oubliant, au passage, les règles les plus élémentaires de montage (certaines coupures piquent les yeux), de dialogues (tout sonne faux ici) et, plus étonnant, de direction d’acteur ! Bien qu’étant fan de Fabrice Lucchini et de Lambert Wilson (deux de nos meilleurs acteurs actuels), je me suis particulièrement emmerdé devant leurs interminables répétitions, qui n’est, au final, rien d’autre que de la lecture de texte, parfois émaillée de commentaires sur l’œuvre. Le Guay aurait été bien avisé de se souvenir qu’au cinéma, les spectateurs ne sont pas en admirations devant des acteurs au seul motif qu’ils connaissent leur texte par cœur… même s’il s’agit d’un texte "noble". Même leurs scènes hors répétitions sont d’un ennui puissant puisque Lucchini se contente d’être la caricature de lui-même (le drôlerie en moins) et Wilson a du mal à faire oublier son improbable brushing, les deux acteurs étant, il est vrai, peu aidés par des dialogues très artificiels. Quant aux seconds rôles, ils souffrent de la surexposition des deux vedettes et se voient privés de toute substance, y compris Maya Sansa qui campe une voisine italienne sans intérêt (si ce n’est le prétexte fumeux de balancer une italienne lors de répétitions… à l’italienne). J’avoue, d’ailleurs, que je n’ai absolument pas compris ce que le réalisateur a voulu dire avec ce film (le réalisateur semblant se mettre du côté du misanthrope contre le gentil de l’histoire qui aura eu le tort de déraper une fois), de même que je ne comprend pas la bienveillance des critiques sur le ridicule de certaines scènes, à la fois éculées et hors de propos (les chutes à vélo, la bagarre sur le marché, le déballage final…) mais également sur le dispersement inutile du scénario vers certaines sous intrigues (la rancœur du chauffeur de taxi envers Gauthier, les aspirations de comédienne de l’actrice porno…). Bref, "Alceste à bicyclette" est, pour moi, un monstrueux raté d’une invraisemblable prétention, qui semble sorti d’un univers complètement déconnecté de la réalité et où il ne se passe finalement rien. Seuls points positifs : l’échange sur la "double péné à 8h du matin" qu’on n’attend pas là (mais qui fait un peu intellectuel qui s’encanaille) et l’enrichissement de ma culture personnelle puisque, maintenant, je sais que le misanthrope de Molière s’appelle Alceste.
    Critique de Monique Pantel dans Europe 1
    Critique de Monique Pantel dans Europe 1

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 240 critiques

    5,0
    Publiée le 8 mars 2014
    Oh la la, c'est un délice ! C'est magnifique. Alors Serge Tanneur, c'est un grand acteur joué par Fabrice Lucchini. Il s'est retiré sur l'Île de Ré, il en a marre de tout. Heureusement, Lambert Wilson, qui lui est toujours un grand acteur, vient le chercher pour jouer avec lui Alceste de Molière. Alors Luchini fait la gueule, il a pas du tout envie, Lambert fait le beau, et c'est le jeu de cache-cache entre ces deux adorables emmerdeurs qui font du vélo sur l'Île de Ré tout en citant Molière. Moi j'en pouvais plus, j'étais... et alors j'ai re-applaudi en plein film.
    schemaman
    schemaman

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 154 critiques

    1,0
    Publiée le 19 janvier 2013
    Tout est bancal et rien ne semble crédible ni intéressant dans ce film. En un mot ça ne "raccorde" pas. Et le prétentieux mais génial Lucchini sombre avec un Lambert Wilson toujours aussi mauvais acteur. Le scénario frôle l'idiotie avec une histoire qui est juste improbable et nous ennuie, les soi-disants effets comiques semblent être sortis d'une discussion de café de fin de repas, la préparation du film semble avoir été réduite à zéro tout comme le texte hors celui de Molière. La photo est d'une rare nullité, ainsi que les "costumes" si tant est qu'on puisse parler de "costumes", le décor est pénible et absolument pas mis en valeur, enfin la musique affligeante et longue de Montand "à bicyclette" donne une idée de la platitude des idées qui encombrent ce film. L'île de Ré, filmée sous un temps épouvantable n'a aucun attrait sauf le plaisir de nous rappeler tel ou tel coin. Je ne parle pas de l'italienne, du jacuzzi qui se met à tourbilloner et de la nymphette actrice porno : tout cela est d'un bête rarissime.... On est à l'opposé de la finesse et du plaisir que nous a donné les femmes du 6ème. Et même Luchini dit trop vite le texte de Molière et reste trop dans son registre de la diction parfaite pour qu'on puisse se délecter de son contenu. Il n'est pas agréable de voir pendant 1 h et quelque un acteur mal rasé, mal habillé, mal coiffé dont on imagine facilement qu'il a mauvaise haleine. Quant à Lambert Wilson, il donne carrément l'impression d'être un précieux enfariné (horrible maquillage "blanc"). Comment un réalisateur peut-il penser que le spectateur aura du plaisir ainsi ?
    Grosse merde
    Grosse merde

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 30 critiques

    3,5
    Publiée le 17 janvier 2013
    On était en droit d'attendre beaucoup de ce film, ravis de voir Philippe Le Guay retrouver son acteur fétiche, Luchini, deux ans après le succès des "Femmes du sixième étage". Alors bien sûr, on est vite déçu, tant le scénario est prévisible (une histoire d'amour plutôt convenue) et répétitif (vélo-répétition-vélo...). Mais pourtant le charme opère, grâce au merveilleux tandem Luchini-Wilson, qui donne lieu à un affrontement d'ego jubilatoire. Luchini, né pour joué le personnage d'Alceste, est parfait dans son rôle de vieux reclus désagréable, de misanthrope donc. Il en est de même pour Lambert Wilson, qui apporte le charisme nécessaire à son rôle, et compose un personnage intéressant, l'acteur féru de théâtre classique mais qui préfère suivre la logique commerciale et tourner pour tf1. L'occasion de quelques réfléxions intéressantes sur le métier. Un film d'acteurs donc, qui explosent une fois réunis à l'occasion de joutes théâtrales, s'affrontant dans la langue de Molière à grands coups d'Alexandrins. Pour notre plus grands bonheur. Du côté de la réalisation, Philippe Le Guay ne propose rien transcendant, mais ne tombe jamais dans le piège du théâtre filmé, et nous offre quelques belles vues de l'île de Ré en pleine saison morte.
    Guy Montagné S
    Guy Montagné S

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 16 février 2013
    Nous l'avons vu hier soir, j'en ai rêvé toute la nuit. Voir ces deux monstres sacrés du cinéma français s'affronter dans ce combat d'amitié cruel et drolatique est absolument jouissif. On pourrait craindre à priori que l'histoire de ces deux comédiens qui répètent le "Misanthrope" puisse apparaître comme de la cuisine inter professionnelle théâtreuse. Il n'en est rien; ce n'est que le support d'un affrontement hilarant où l'égoïsme, la jalousie, l'arrivisme, la cruauté d'êtres humains grotesques nous fait passer un moment passionné. On sort de là remué en se disant : Merde, c'est déjà fini.
    Misoramengasuki
    Misoramengasuki

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 380 critiques

    3,0
    Publiée le 7 octobre 2013
    "Alceste à bicyclette" n'est pas un chef d'oeuvre, mais une comédie assez réussie grâce à la qualité des deux interprètes principaux. Fabrice Luchini et Lambert Wison sont de vieux routiers des planches et leurs moments d'improvisation, leur art de jouer avec la langue de Molière, offrent de vrais moments de plaisir. Le film est construit sur la mise en miroir du tandem Serge / Gauthier avec le duo Alceste / Philinte du "Misanthrope", avec en arrière-plan le personnage de Francesca / Célimène. Dans les deux cas, une histoire d'amitié mise à mal par le rapport à la vie, au succès, aux conventions sociales et à l'amour. Ce mécanisme fonctionne, même s'il a un côté "exercice de style" qui en fixe les limites. Autre défaut, plus gênant et fréquent dans le cinéma français: l'incapacité à restituer en arrière-plan un environnement crédible. Placer l'action dans un lieu isolé, OK, mais le choix de l'île de Ré donne au film un côté narcissique pas très agréable (les tirades sur les prix de l'immobilier!), que le regard soi-disant ironique sur le microcosme culturel qui la peuple ne parvient pas à dissiper. Quelques ingrédients auxquels on ne croit pas: la jeune fille de l'hôtel qui se lance dans le porno, la série "Docteur Morange", aux défauts outranciers par rapport aux vraies séries télévisées. J'aime bien, sans plus - et puis ça m'a rappelé qu'il faudrait quand même que je lise "Le Misanthrope" un jour...
    shimizu
    shimizu

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 228 critiques

    4,5
    Publiée le 4 février 2013
    Moment totalement jubilatoire : deux monstres de la comédie, complètement opposés, se font la cour, se moquent et se déchirent, dans le cadre reposant et bourgeois de l'île de Ré. Ces deux hommes, à l'ego surdimensionné, ne font pas la différence entre amitié et rivalité, entre estime et jalousie, et ils se font l'accolade comme ils s'engueulent, ils s'aiment comme on se hait, comme on médite sa vengeance froidement. Mais c'est aussi un merveilleux hommage au chef d'oeuvre de Molière, le texte en illumine le film et le nourrit. C'est vrai que c'est l'un des plus beaux textes de la littérature française. La délectation de Wilson et Luchini lorsqu'ils le disent est tout à fait contagieuse. Et si on corse le tout avec une belle histoire d'amour tronquée, ça donne un excellent film réjouissant que je conseille en ce temps de frimas!
    Maya-Salomé
    Maya-Salomé

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 3 février 2013
    Un film très travaillé avec trois excellents acteurs. Drôle, dramatique, captivant.. Fin inattendue, qui achève subtilement ce chef d'oeuvre ! Alceste à Bicyclette est un film de qualité comme on aimerait en voir plus souvent.
    Cecile G.
    Cecile G.

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 21 février 2013
    Alceste à bicyclette a un point en commun avec “Prénom Carmen” : il parle d’autre chose que de son sujet manifeste. Alceste à bicyclette est un film sur la séduction sexuelle, la manipulation mentale et leurs points aveugles, donc un film sur les Liaisons Dangereuses. Comme les Liaisons, il tourne autour d’un indicible. Ne manque même pas l’innocence séduite : Zoé s’est éveillée à l’art dramatique, sa paix n’y résistera sans doute pas. Malgré quelques poteaux indicateurs un peu lourds, ce film est une merveille de subtilité sans gratuité : Rohmer revisité par Nanni Moretti
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 788 abonnés Lire ses 5 002 critiques

    2,0
    Publiée le 4 septembre 2014
    Cela m'arrive de temps en temps : je suis dans l'incapacité totale (ou presque) de noter un film. D'un côté il faut reconnaître à Philippe Le Guay une vraie ambition ici, une direction d'acteurs impeccable, de belles idées et même une certaine audace, soit beaucoup de choses que l'on ne voit pas tous les jours dans le cinéma français. Et pourtant, je ne me suis jamais vraiment passionné pour l'œuvre, lui trouvant donc des qualités incontestables, mais auxquelles je n'ai pas été plus sensible que cela, trouvant même à plusieurs reprises que l'entreprise tournait à vide, le réalisateur n'étant même parfois pas loin du nombrilisme. Reste cette fin, mais n'est-elle pas en définitive le résumé parfait du film ? Alors que celle-ci est totalement inattendue, sombre, désespérée, bref, tout le contraire de ce qu'on imaginait, voilà que je n'y ai adhéré qu'à moitié, peut-être tout simplement parce qu'elle tombe un peu comme un cheveu sur la soupe quant à ce qu'avait bâti le scénario jusque-là... Bref, si « Alceste à bicyclette » est à saluer à de nombreux égards, j'en suis sorti presque frustré, regrettant qu'un film aussi singulier ne m'ait pas transporté aussi loin que je l'aurais souhaité. Dommage.
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 226 critiques

    5,0
    Publiée le 18 janvier 2016
    Deux comédiens, sur l'île de Ré, doivent répéter des scènes du Misanthrope. Ils se connaissent bien, mais se chamaillent aussi. La comédie tournera au vinaigre. Très beau film de Le Guay. Un film très intelligent sur un scénario original, des dialogues de qualité avec pas mal d'humour, des comédiens plus qu'excellents, une réalisation vive avec une belle photographie de l'île de Ré, aussi bien la nature, que les rues de l'île. Une belle chanson au milieu de tout cela. C'est un vrai chef d'oeuvre, tout en intelligence et en émotion (les réticences des critiques parisiens sont consternantes, pareil pour la note IMDb).
    Nyns
    Nyns

    Suivre son activité 126 abonnés Lire ses 42 critiques

    2,0
    Publiée le 4 avril 2017
    Philippe Le Guay rend hommage a deux incontournables du patrimoine français de façon originale et inattendue, le Misanthrope de Molière (Alceste...) et l’Île de Ré (à bicyclette...). L'idée est simple et rapidement dévoilée, ce qui s'en suit colle presque trop à ce que l'on peut s'imaginer avec le sujet et les acteurs choisis. Fabrice Luchini fait du Luchini et s'en donne même à cœur joie, c'est presque un rôle sur mesure en fin de compte car les idées de son personnage sur la comédie (dans le sens jouer la comédie), ressemble beaucoup à ce que l'on connaît de lui de notoriété publique. Je trouvais l'idée sympathique tout compte fait, j'adore cette pièce, et d'en parler même de cette façon là me semblait audacieux. Seulement erreur, ce à quoi on assiste ici n'est ni du théâtre et j'en est bien peur, ni du cinéma. L'histoire en sois n'a rien de fantastique, et je pense qu'avec une telle tête d'affiche le réalisateur a beaucoup trop misé sur sa présence à l'écran, et malheureusement cela n'a pas évincé l'absence du reste. Je pense que l'idée était de dénoncer le jugement, et d'en apporter les preuves, que le Misanthrope est une pièce classique d'une époque révolue, car comme on le sait tous Molière était avant-gardiste mais avec cette pièce, c'est d'autant plus troublant. C'était intéressant certes dans la démarche, je trouve juste le rendu un poil en dessus de nos espérances. On assiste a une succession de scènes qui découle d'un épisode dénué de passion, si ce n'est dans la récitation d'alexandrins, en ce cas autant aller au théâtre...
    Vixare
    Vixare

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 257 critiques

    4,0
    Publiée le 22 août 2014
    Un vrai film d'acteurs qui fait revivre le théâtre de Molière de la plus belle des manières, dans le cadre dépaysant de l'île de Ré. On assiste à la rivalité théâtrale entre un Luchini au départ fantomatique, reclus en ermitage et le jeune et "vendu" aux productions alimentaires interprété par un Lambert Wilson qui baigne dans le milieu sinistre du cinéma. Les deux acteurs rivalisent de charme et de talent, mais aussi de coups bas pour prendre le dessus sur l'autre et nous offrir de touchants moments de comédie. L'ensemble se laisse voir avec beaucoup de plaisir et un réel enchantement pour le théâtre classique, revisité, alors que la vision critique et acerbe de Philippe Le Guay sur une une société aux repères perdus est intéressante, bien que partiellement critiquable. L'ensemble apparaît donc très original et très plaisant, évitant de tomber dans le piège du film pédant, trop intellectualisé et donc très vite chiant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top