Mon AlloCiné
    L'Ivresse de l'argent
    note moyenne
    3,1
    343 notes dont 60 critiques
    3% (2 critiques)
    17% (10 critiques)
    32% (19 critiques)
    32% (19 critiques)
    13% (8 critiques)
    3% (2 critiques)
    Votre avis sur L'Ivresse de l'argent ?

    60 critiques spectateurs

    Plog_Le Comte
    Plog_Le Comte

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 222 critiques

    3,5
    Tout comme "The Housemaid", "L'Ivresse de l'argent" possède une ambiance froide et métallique, témoin de la maniaquerie de Sang-Soo, qui livre un film très réussi tant au niveau visuel qu'à celui du scénario, qui tend cependant à être un peu poussif dans sa dernière demi-heure. Sang-Soo plonge son spectateur dans le cynisme et les mensonges de l'aristocratie coréenne, ne manquant pas de spoiler: La suite sur Plog Magazine, les Critiques des Ours: http://lescritiquesdesours.blogspot.fr/2013/01/livresse-de-largent.html
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 2 106 critiques

    3,5
    Juste après avoir revisité « La servante », film de Kim Ki-Young (1960) qui décrivait la lente destruction d’une cellule familiale après l’embauche d’une servante névropathe, Im Sang-Soo choisit d’observer la décadence d’une riche famille d’industriels dirigée d’une main de maître par Madame Baek (sublime Youn Yuh-jing). On parle ici des chaebols, conglomérats coréens tenus par une seule famille qui ne semblent se nourrir que de l’argent sale comme le montre la scène d’ouverture dans l’immense coffre-fort rempli de billets de banque. Youngjak, jeune homme ambitieux remplit bien malgré lui le rôle d’homme à tout faire au sein de cette famille complètement désincarnée ou plus personne n’a vraiment conscience de la place qu’il y occupe. Le père rongé par l’humiliation et obsédé par le sexe caresse lascivement la bonne au beau milieu du repas familial, la mère utilise Youngjak comme un objet sexuel pendant que le fils tente difficilement de se faire une place au sein du l'entreprise, seule la fille, Nami, amoureuse de Youngjak semble avoir gardé une once d’humanité. Im Sang-Soo a une vision pour le moins cynique de la classe dirigeante de son pays qui a été contaminée par le capitalisme symbolisé par l’homme d’affaire américain en tractation avec la famille Baek que Sang-Soo a prénommé Robert Altman en hommage au réalisateur tout récemment disparu à l'époque du film . Devant ce goût insatiable pour l’argent, Altman lui-même prédit à la société coréenne des lendemains qui déchantent. Cette thématique de la décadence programmée rappelle funestement « Les Damnés » de Visconti (1969). La machine s’emballe quand le père las de son rôle de pantin décide de s’enfuir avec la servante. C’est sans doute trop demander à Madame Baek habituée à tirer seule les ficelles. Comme chez Visconti la mort rôde tout au long du film dans cette immense demeure high-tech, sublime mais glaciale où l’on déguste les grands crus français dans d’immense verres. Le constat est terrible et si Sang-Soo tente d’adoucir son propos avec une fin en forme de rédemption c’est bien la première partie du métrage qui en fait toute sa force.
    Cecile M
    Cecile M

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 85 critiques

    1,5
    La bande annonce est tellement vendeuse que je suis allée voir ce film sans vraiment me poser de question - Erreur - l’esthétique est travaillée c'est sûr mais pas suffisant, le film est long et clairement chiant, le scénario est mauvais à souhait ! belle performance de torse toutefois
    lucasCappello
    lucasCappello

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Un chef d'oeuvre de perfection. Visuellement éblouissant.
    Thierry M
    Thierry M

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 2 381 critiques

    3,0
    c' est parfois cocasse , mais ca fait du bien , quelle famille !!!!!!
    Sloughi
    Sloughi

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 46 critiques

    5,0
    Après THE PRESIDENT'S LAST BANG et HOUSEMAID, Im Sang Soo revient avec un thriller sulfureux et fascinant: plongée au coeur des compromissions entre politique et économie. Manipulation, chantage, argent, morale et sexe, tout est possible. Porté par une magnifique mise en scène, le film est une claque.
    -> Sacha <-
    -> Sacha <-

    Suivre son activité Lire ses 11 critiques

    1,0
    La cuvée du "film chiant venant de cannes" est arrivée ! C'est mal foutu, long et pénible. Une esthétique ronflante et gratuite. Tout ça fait qu'on peut s'enfoncer dans son fauteuil et laisser morphée nous tirer de ce cauchemars.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    1,5
    Comme dans ses premiers films où il dénonçait déjà avec cynisme les abus de la classe dirigeante, Im Sang-Soo parvient à créer un malaise chez son spectateur. Mais là où son discours social se faisait, dans The housmaid notamment, à travers une mise en scène intimiste, ici tout est filmé à travers un regard froid et aseptisé qui donne davantage de place à la beauté plastique des décors qu’aux personnages eux-même. L’inhumanité de ces individus est bien dérangeante mais leur manque de profondeur, peut-être lié à leurs interprétations désincarnées, et la mise en suspens continuelle du conflit sous-jacent font perdre son mordant à cette étude des dérives du capitalisme coréen.
    Fauve Z.
    Fauve Z.

    Suivre son activité 18 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Encore une fois conquise, le thème est accrocheur j'adore énormément la façon dont cela est filmé, de bons acteurs dont certain que nous avons pu voir dans ces anciens films.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 467 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    3,0
    C'est l'histoire d'un homme travaillant pour une famille riche et puissante et qui en découvre un peu plus au fil du temps sur les secrets, les magouilles, les cachotteries et les désirs de ses employeurs. Ce n'est pas une histoire originale mais Im Sang-soo sait la traiter avec un sens aigu de la mise en scène, dans des décors aussi propres qu'aseptisés, bénéficiant d'une photographie impeccable qui met en valeur ses acteurs, tous excellents. La beauté de l'image vient en contraste avec les vices cachés d'une famille d'ordures que le réalisateur dépeint en faisant un parallèle avec les grandes puissances coréennes actuelles, n'hésitant pas à être assez radical dans son message. Reste malheureusement beaucoup de longueurs, surtout vers la fin où il y a bien vingt minutes de trop.
    Manu711
    Manu711

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 723 critiques

    4,0
    Peut-être que je vais m’emballer dans ma critique, mais à chaud, j’en ressors vraiment content. Je ne m’attendais pas à un grand film, juste quelque chose de bien sans plus. Et bien j’ai eu un truc qui se situe un peu entre les deux : vraiment pas mal du tout, sans être un chef d’œuvre. Mais ça vaut le coup d’œil. D’autant plus que c’est pas tous les jours non plus qu’on a l’occasion de voir un film sud-coréen. Alors au début on ne comprend pas tout, l’intrigue tourne autour de presque 10 personnages, et pour mieux garder leur ambigüité, rien ne nous est trop expliqué. Alors on est un peu paumé. Mais fort heureusement les premières ficelles sont rapidement tirées et posent ainsi la base du scénario de ce film : on va voir avoir droit à une ribambelle de secrets et de vengeances (ben oui, c’est un film sud-coréen) à l’intérieur même de l’une des familles les plus riches du pays. Plus ça avance et moins on est vraiment surpris en fait, il faut dire que c’est assez manichéen dans l’approche. Mais c’est tellement bien foutu que ça passe. La réalisation d’Im Sang-soo est très léchée, se permettant même de solides travellings, ou bien même d’autres séquences avec une caméra vraiment libre et qui contribue donc à nous immiscer dans l’histoire volage que nous sommes en train d’assister. Ce film manque peut-être un tout petit peu de folie, mais les relations sont tellement ambigües entre les personnages que j’en suis ressorti vraiment charmé, et par moment presque hypnotisé par les acteurs, tous vraiment corrects dans leurs rôles. Alors s’il n’y a pas de retournements de situation majeurs (bien qu’un petit jumpscare assez inutile mais rigolo finalement), le film parvient à compenser l’intérêt qu’il suscite grâce à une forme très efficace. Je ne parlerai pas de chef d’œuvre, mais on tient là un film très honnête, parfois malsain, souvent drôle (je commence à adorer cette ambiance sud-coréenne et l'absurdité de certaines situations), tout en gardant ce côté touchant et intrigant (quelle écriture) des personnages. Do-nui Mat est également une sacrée critique de cette haute société coréenne qui vit dans l’abondance et la luxure et qui – renfermée sur elle-même – se retrouve finalement assez malheureuse. On pourrait en venir à disserter sur la définition du bonheur mais passons, il est tard et ce n’est pas le sujet. Une vraie bonne surprise qui vaut le coup d’œil.
    Florent F.
    Florent F.

    Suivre son activité 17 abonnés Lire sa critique

    1,0
    Une bande annonce prometteuse pour un film soporifique, horriblement mal joué, qui n'en finit plus de ne plus finir... Un amoncellement de clichés en une pyramide chancelante, du début à la fin, qui finit par s'écrouler de manière magistrale, au summum du mauvais goût ruisselant de "bons sentiments" mal amenés et peu crédibles. Une vraie déception, en somme...
    alex7584
    alex7584

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 74 critiques

    3,5
    La qualité de la mise en scène et la beauté de la photographie compensent les longueurs de ce film qui dénonce les travers de l'âme humaine...!
    sophie p.
    sophie p.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 31 critiques

    2,0
    Quel dommage que parmi tous les films coréens qui existent, ce soit celui-là qui ai été "choisi" pour être diffusé internationalement. L'intrigue est inintéressante au possible et génère tous les clichés possibles sur la Corée, en extrapolant le tout : argent, sexe, entreprise, pouvoir. L'histoire ne tient pas la route, et ne donne qu'une image erronée du cinéma coréen. Une seule étoile pour les acteurs qui jouent vraiment bien.
    Toutou to you
    Toutou to you

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 599 critiques

    4,5
    Film en compétition à Cannes en 2012 et susceptible de remporter la Palme D'Or, The The Taste Of Money de Sang-soo Im se veut avant tout être une lente description d'un milieu corrompu et nous invite à suivre le parcours d'un homme tiraillé par des principes antithétiques. Réalisateur talentueux et qui ose (The Housemaid, Une Femme Coréenne), Sang-soo Im livre une oeuvre d'une beauté formelle éclatante, lente et appliquée, un peu froide et rigide. Sans doute trop sèche pour le plus grand nombre, L'Ivresse De L'Argent est un drame subtil, à l'apathie troublante, qui préfère la peinture acerbe mais classique à la représentation spectaculaire. On savait de la Corée Du Sud qu'elle abritait nombre de talents, Im en fait partie, cela ne fait aucun doute. Son métrage, d'une douceur qui rompt étrangement avec les faits décris, bénéficie d'une mise en scène qui place les comédiens au centre de l'histoire. Bien dialogué, les personnages de The Taste Of Money sont crédibles, parfaitement en phase avec les thèmes traités. Depuis 10 ans, Young-Jak travaille pour une riche famille. Il est aussi fidèle qu'épris de réussite sociale. Mais comme souvent, le pouvoir, le désir de puissance ne font pas bon ménage avec la sensibilité des âmes et Young-Jak se retrouve mêlé à des luttes intestines complexes... Évitez ce film si vous aimez les cadences infernales. L'Ivresse De L'Argent joue dans la cour des grands films qui n'ont pas qu'un message vertueux et qui symbolisent autant qu'ils dépeignent. Ainsi, cette Corée qui vit dans l'opulence, cette famille riche comme Crésus et qui corrompt pour asseoir son pouvoir. D'ailleurs, l'oeuvre de Im s'amuse à rendre compte, avec un certain humour, de l'avilissement tout comme des passions fatales. C'est beau, c'est fort, c'est du cinéma distingué et j'en redemande. Filmé dans un scope (2.35 : 1) magnifique, écrit intelligemment et avec une très bonne direction d'acteurs. 4,5/5 (excellent)
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top