Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Enfants Loups, Ame & Yuki
    note moyenne
    4,4
    5794 notes dont 420 critiques
    répartition des 420 critiques par note
    159 critiques
    173 critiques
    57 critiques
    21 critiques
    6 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Les Enfants Loups, Ame & Yuki ?

    420 critiques spectateurs

    Robin M
    Robin M

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 283 critiques

    4,5
    Publiée le 8 septembre 2012
    | http://lecinemaduspectateur.wordpress.com/2012/09/08/les-enfants-loups/ | Les grands noms sont rares dans le milieu du cinéma d’animation, mais Mamoru Hosoda s’est automatiquement placé comme l’héritier du demi-dieu Hayao Miyazaki. Hosoda est un perfectionniste, il suffit de voir le sublime qui se dégage de ses paysages: les arbres, les plantes, les décors deviennent des pièces d’orfèvrerie. C’est dans cette nature, pourtant endémique, que surgit le fantastique. Cette immersion dans le réel visuel lui donne une connotation douce et presque légitime. Les marques de fabrique des oeuvres nippones répondent présentes: Perfectionnisme et Poésie du Merveilleux. Cependant, Hosoda apporte son propre fonctionnement narratif qui diffère de Miyazaki. Si ce dernier choisit d’ouvrir un monde nouveau et fabuleux à son spectateur – que ce soit la tribu de “Princesse Mononoké” au monde parallèle du “Voyage de Chihiro” en passant par le monde sous-marin de “Ponyo sur la Falaise” -, Mamoru Hosoda prend à contre-pied le récit miyazakien. Il ne favorise ni le dépaysement, ni la novation, ni la progression dans ce monde stupéfiant. Chez Hosoda, la narration consiste soit à la transformation du réel par le fantastique (“La Traversée du Temps”, 2007) ou à la progression du fantastique dans le réel (“Summer Wars”, 2010), soit aux moyens mis en place par ses protagonistes pour occulter leur différence (“Les Enfants Loups”, 2012). La différence est pourtant cruciale. Car, en ne s’attardant par sur la féerie, Hosoda crée de véritables psychologie humaine. Il ne ballade pas ses personnages, il les fait vivre. Ils se libèrent de leur caractéristique pictural pour devenir des êtres à part. Par cette prouesse, Hosoda se distingue du film d’animation standard qui empathie constamment de son statut même de film d’animation. L’animation rime dans l’imaginaire collectif avec enfance et ficelles (visibles) mélodramatiques. Le caractère pictural empêche l’identification, et les histoires rocambolesques et absurdes (puisque les enfants sont moins cartésiens) interdisent une quelconque probabilité. Pourtant, on pourrait dire que Hosoda cherche le fantastique: Ame et Yuki ne sont-ils pas mi-loup mi- humain ? Mais, ce n’est pas cette caractéristique qui les définit. Ame sera une petite fille pleine de vie, Yuki un être fragile. Après tout, le film aura pour sujet non pas ces enfants extraordinaires, mais le portrait de cette mère courage (Hana) qui permettra l’épanouissement de cette famille contre vents et marées. La frontière entre animation et oeuvre filmique se voile également sous le talent de Hosoda. Au delà de la consistance psychologique de ses personnages, Hosoda se place en véritable réalisateur. Il construit ses cadres et ses plans avec les mêmes armes que ses collègues qui travaillent hors de l’animation. Il filme ses corps animés comme s’il voulait nous montrer qu’ils étaient des êtres en chair et en os. Il ne se contraint pas dans sa mise en scène, puisque l’animation permet tout, mais il filme à la manière d’un Casavettes. On pourrait croire qu’il a posé une caméra dans les pièces de la maison d’Hana et qu’il laisse déambuler et vivre, sous nos yeux, des êtres qui sont pourtant la définition même d’imaginaire: car dans une oeuvre filmique (en général) si la psychologie est fictive, le physique lui renvoie toujours à une réalité hors-caméra. Hosoda montre comme un respect envers ses protagonistes qui se laissent approcher. Il utilise aussi des plans surprenants pour l’animation: des plans d’ensemble, des plans dans lesquels les personnages déambulent de dos, ou encore des plans qui cachent leur visage. Il porte un regard sur eux qui leur donne une présence charnelle. Le visage est le maître du cinéma d’animation, c’est le moyen d’excellence pour que le spectateur comprenne l’émotion que le personnage doit faire transparaître. Mais Hosoda préfère à cela la retenue et les détails de la gestuelle, de la voix. Pourtant il s’inscrit dans l’art du manga où la finesse de l’émotion est la moins subtile, il dépasse les lacunes de ses prédécesseurs. Il crée des entités qui acceptent d’être le temps d’une oeuvre les sujets d’un récit qui leur est propre et il donne de l’humanité à ce qui en à le moins. Les oeuvres d’Hosoda sont singulières dans le monde de l’animation. Il transcende les genres cinématographiques, accouplant la beauté formelle de l’animation, la puissance de la mise en scène et la finesse psychologique des grands observateurs de l’âme humaine.
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 1 848 critiques

    4,0
    Publiée le 1 septembre 2012
    autant j'avais été déçu par le dernier film de Goro (fils de miyazaki) qui manquait de personnalité, autant celui ci possède des qualités qui méritent l'attention....Le soin apporté à l'image, à la musique et la mise en scène sont indéniables et rappellent effectivement Miyazaki.....Mamoru Hosoda a le sens de la poésie et du dialogue et ne tombe pas dans la mièvrerie ni la platitude....On en a donc pour son argent même si j'ai trouvé que le scénario n'était pas le point fort du film, pas plus que l'imaginaire si délicieux au maitre Miyazaki...Qu'à cela ne tienne, on tient ici un univers original, avec ces enfants loups qui vont faire face à la dureté des relations avec les hommes et les enfants quand on possède de telles différences.... spoiler: Le secret des enfants loups ne sera conservé que jusqu'à un certain point car l'affectif a parfois d'intransigeantes exigences... un bon film d'animation en définitive, même si je n'ai pu rentrer totalement dans le film (à mon regret), mais je peux vous dire que je me suis régalé à certains moments des commentaires de deux petites filles (6 ans) et de leurs yeux qui avalaient littéralement cette histoire o combien sympathique...J'ai aimé...
    Tumtumtree
    Tumtumtree

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 374 critiques

    3,5
    Publiée le 17 janvier 2013
    4,4/5 (note le 16 janvier 2013) : n'est-ce pas un peu excessif ?!? C'est plus que "Princesse Mononoké" (4,2). Il y a un problème, non ? Ce film d'Hosoda est certes charmant et comporte quelques belles scènes mais il relève tout de même d'une simple chronique sociale et familiale. La dimension fantastique n'est qu'une métaphore pour évoquer la question de la différence et de la tolérance. Cela génère une suite de scènes assez terre à terre et soulève des problématiques qui ne vont pas très très loin... Et on n'échappe pas aux bons sentiments. Je reconnais néanmoins que c'est un très bon film et que l'évocation de la Nature y est très belle. Quand il sera noté 3,8/5 et "Princesse Mononoké" 4,9/5, tout sera rentré dans l'ordre...
    Zbrah
    Zbrah

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 365 critiques

    5,0
    Publiée le 13 février 2015
    « Les enfants loups, Ame et Yuki » est tout simplement beau. Peu importe sous quel angle on l’observe, le film de Mamoru Hosada est sublime. Pour commencer avec l’intrigue, il faut d’ores et déjà souligner qu’elle est loin d’être simplette. En effet, lorsqu’Hana rencontre l’homme de sa vie, jamais elle n’aurait pu concevoir que celui-ci était en réalité un loup. De lui, elle aura deux enfants. Mais lorsque le père disparait, la jeune femme n’aura d’autre choix que celui d’assumer son nouveau statut de mère sans aucun soutien. Élever seule deux enfants n’est déjà pas évident, alors imaginez deux enfants qui peuvent se transformer en loups à leur gré ! D’autant plus que les années passant, Ame et Yuki suivent deux voies on ne peut plus opposées, chacun préférant l’un des deux différents aspects de leur identité. En naviguant entre conte fantastique et drame familial, l’épopée de cette mère transmet de fortes valeurs humaines. Comme quoi l’amour maternel est plus fort que tout surtout. C’est ainsi à un magnifique destin de femme auquel se trouve confronté le spectateur, une femme qui ne renonce à rien et qui est prête à tout surmonter pour ses enfants. Tant de courage ne peut qu’émouvoir. Les occasions de verser une larme ne seront pas rares, mais à aucun moment le film ne donne l’impression que c’était le but. Pas de tire-larme inutile donc, l’amour simple et sincère suffit à embarquer émotionnellement n’importe qui aux côtés de Hana, Ame et Yuki. Le film peut également être qualifié de beau du fait de son animation et de son chara-design. « Les enfants loups, Ame et Yuki » dispose d’une identité propre, ne ressemblant à rien de connu. Les personnages sont fins, croqués avec un soin marqué. Les transformations en loups sont elles aussi de qualité, tout comme les rares scènes d’action. Une animation divine pour un propos sublime. Bref, c’est un régal pour l’esprit, pour le cœur comme pour les yeux. C’est un énorme coup de cœur, un film magnifique comme j’aimerais en voir plus souvent.
    Tiwayker
    Tiwayker

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 528 critiques

    2,5
    Publiée le 20 novembre 2015
    L'animation japonaise est très bien réalisé, l'histoire reste banal, les personnages sont tout de même attachant. Sympathique à voir. Légèrement sur-noté je pense.
    Jerem69tt
    Jerem69tt

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 375 critiques

    4,5
    Publiée le 15 novembre 2013
    Superbe. Ce film est un régal. C’est pratiquement le seul type de film que les japonais (dessin animé) font de bien mais ils le font très bien. C’est une beauté qui mélange les émotions : entre joie, tristesse ou encore souffrance ; ce film est la biographie d’une mère qui au courage élèvera ses enfants dans la difficulté. Peut-être un brin rapide sur la première partie et un brin trop long sur la fin, le rythme comme la musique ou l’animation est pourtant bien maitrisé. Pour ceux qui aiment Myasaki, aucune chance d’être déçu ; pour ceux qui l’apprécie sans plus, ce film vaut le détour, ce n’est en rien une perte de temps. Même si quelques détails auraient pu être améliorés, rare sont les films qui touchent le spectateur à ce point.
    gjolivier1982
    gjolivier1982

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 325 critiques

    3,0
    Publiée le 17 décembre 2012
    Joli film certes mais il ne mérite pas tant de critiques élogieuses. Il n'arrive jamais au niveau des chef d'œuvre de Miyazaki, la faute à quelques maladresses dans le scénario et quelques longueurs également il faut l'admettre. Une déception liée certainement aux critiques dithyrambiques...
    Sionsono2
    Sionsono2

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 757 critiques

    4,0
    Publiée le 16 juin 2014
    Un véritable bijou d'animation japonaise que voici. Touchant, vraiment beau, avec un sens et un discours proche mais plus réaliste que le studio Ghibli. Les dessins sont magnifiques, les personnages touchant, sans compter une histoire où tout se cache sous une certaine peur. La peur de ce que les autres vont penser en fin de compte. Certainement que certains réagiront mal, car ils sont inconnus à cette découverte! Je recommande fortement cet animé profond sur une vie autre, différente, marginalisée.
    JiMorrison27
    JiMorrison27

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 349 critiques

    3,5
    Publiée le 12 septembre 2012
    Poétique, beau, touchant, triste et profond Les Enfants Loups, Ame & Yuki est une œuvre étonnante aussi bien visuellement que dans son discours ; le récit souffre parfois de quelques longueurs mais parvient tout de même à nous maintenir dans un degré d'émotion intense et à émouvoir autant qu'il émerveille...
    AlexTorrance
    AlexTorrance

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 486 critiques

    4,0
    Publiée le 11 novembre 2012
    En 2006, alors que Miyazaki demeure le seul et unique maître de l’animation japonaise à la notoriété mondiale, sort un bien beau long-métrage. L’adaptation très réussie d’une nouvelle à succès : La Traversée du temps. Un nom se faisait alors au pays des mangas, celui de Mamoru Hosoda. Tandis qu’il s’inscrivait par la même occasion sur la liste des réalisateurs à suivre, c’est en 2009 qu’un public et une critique à l’unisson faisaient de nouveau l’éloge du dernier film d’animation japonais non-signé Ghibli : le très bon Summer Wars – sorte de jeu-vidéo cinématographique aussi riche graphiquement parlant que maîtrisé côté scénario. Pas de doute, un nouveau représentant de l’animation était né. Cependant, ce n’est qu’en cette année 2012 qu’apparaitra Les Enfants Loups Ame & Yuki, désormais le plus apprécié de la courte – mais brillante – filmographie de Mamoru Hosoda… Plus qu’un simple film, Les Enfants Loups est une véritable plongée au cœur du conte japonais. La légende. Le mythe. Tout ce qui donna naissance à bon nombres de créatures fantastiques capable de faire rêver ou de terrifier… Ici, il s’agit surtout du côté fantasmatique, mis en avant par une histoire d’amour qui a du mordant – sans mauvais jeu de mot (enfin si mais non). Par ailleurs, celle-ci aura beau frôler la mièvrerie à plusieurs reprises, elle conviendra toujours à n’importe quel public. Il est d’ailleurs impressionnant de voir à quel point l’animation japonaise possède ce don d’unir les spectateurs de tout âge. De les mettre sur un pied d’égalité le temps d’un film. Plus étonnant encore : les quelques gamins de la salle se sont tenus correctement durant les deux heures – ce qui n’a aucune chance d’arriver devant un Disney. Il y a ce côté apaisant qui contribue amplement au dépaysement provoqué par le simple visionnage d’un long-métrage japonais. Chez Les Enfants Loups, on le perçoit dans le moindre décor. Le plus petit bout de nature animé – le plus petit bruit de cigale – produit cette atmosphère si reposante que l’on a envie de se laisser guider, aveuglément, vers chaque seconde succédant à la précédente. La durée n’est pas un problème et, de toute façon, le temps n’est plus qu’un artifice inexistant dans cette montagne isolée de tout. Ainsi, lorsque la touchante histoire d’amour entre une étudiante et un homme-loup arrive à son terme, c’est un conte initiatique qui prend le dessus et nous narre les aventures et mésaventures de la jeune veuve – à travers la voix de Yuki, jeune fille débordant d’énergie qui apporte au long-métrage une certaine frivolité bienvenue… Malgré tout, cette bonne humeur ne durera qu’un temps. Plus que n’importe quoi, c’est la mélancolie qui règne avant tout sur Les Enfants Loups. Le mélodrame est omniprésent. Néanmoins, rien de trop tire-larme. Simplement une initiation sans illusions mielleuses à la vie. Les récits de deux enfants pas comme les autres qui en viennent à choisir deux voies diamétralement opposées pour finalement trouver sa place où bon leur semble. Le récit d’une femme qui donnerait tout pour procurer à ses louveteaux une once de bonheur – ce dont elle se croit incapable par manque de confiance. Je n’en dirai pas davantage sur Ame & Yuki. Faites comme moi et laissez vous guider par l’enivrante poésie qui se dégage du long-métrage…En conclusion, Ookami kodomo no Ame to Yuki ne sera pas le premier chef-d’œuvre de Mamoru Hosota. Cependant, il n’en demeure pas moins un troisième grand film que l’on peut sans problème distinguer de ses prédécesseurs tant l’aisance du réalisateur à conter des thèmes divers et variés semble si bien s’accorder à sa polyvalence. Les Enfants Loups est encore une fois une très belle œuvre de Mamoru Hosoda.
    Damockless
    Damockless

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 221 critiques

    4,0
    Publiée le 22 juin 2013
    Si comme moi, vous êtes relativement peu emballé par les films d'animation en général, prenez toutefois la peine de lancer celui ci. En effet, l'histoire est intrigante et poétique. On se prend d'affection pour ces personnages et leurs déboires. Les émotions passent, et les presque 2H00 du film absolument pas gênantes. Cool :)
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 407 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 23 janvier 2016
    Jeune étudiante âgée de 19 ans, Hana tombe amoureuse d'un jeune camarade solitaire et mystérieux, qui va lui apprendre qu'il est en réalité un homme-loup sans que cela ne change en rien ses sentiments... C'est le portrait d'une femme forte qui va vite devoir élever seule ses deux enfants, tout en cachant au monde leur secret par peur qu'ils en subissent les conséquences, que dresse Mamoru Hosoda. Il montre son évolution à travers le temps mais aussi l'évolution de ses deux enfants et la façon dont elle le vivra. Quand l'un, plus maladroit et fragile, sera plus attiré par son côté loup, l'autre, plus sportive et pleine de vie, s'épanouira comme humaine, tout en essayant de contrôler ses pulsions animales. Entre tolérance, épanouissement, déchirement et dureté de la vie, il aborde divers thèmes et met ses protagonistes face à diverses situations compliquées et la vie en général. Et quelle réussite ! Mamoru Hosoda livre là un animé aussi beau que simple et touchant. Il s'intéresse surtout à la vie au quotidien (la découverte de l'école, le travail...) et montre les enfants grandir, s'épanouir ou non et s'orienter chacun vers un avenir différent. Il n'insiste pas forcément sur le côté fantastique, qui est ici intégré à la vie des protagonistes et qui sert surtout à rajouter des contraintes et des perspectives différentes. Et ça marche totalement, l'émotion prend de bout en bout, sans rentrer forcément dans la surenchère. Dès le début, on s'attache aux protagonistes et Mamoru Hosoda donne une puissance dramatique autour des personnages et enjeux, en les traitant avec tendresse et beauté et c'est un vrai plaisir et avec émotion, que de suivre les joies, les peines et le quotidien de cette famille, tout comme la façon dont la mère se sacrifie pour ses enfants. L'ensemble est bien rythmé et Mamoru Hosoda donne de l'importance à tous les personnages, que ce soit d'abord la mère, puis la jeune fille et enfin le garçon. Il prend son temps pour bien les développer et dresse des tableaux riches, beaux et consistants. Les dessins sont superbes et l'animation parfaite, c'est un régal visuel en plus de l'être par le fond et l'émotion, le tout bien accompagné par une bien belle partition musicale. Véritable ode à la nature et la liberté de pensée, plusieurs scènes sont mémorables et l'ensemble de l'oeuvre est parcourue par un vrai souffle, une élégance ainsi que quelques envolées poétiques à couper le souffle. Un animé aussi bouleversant qu'élégant où Mamoru Hosoda dresse plusieurs portraits avec justesse, émotion et tendresse, pour un ensemble inoubliable, sublimé par de magnifiques dessins et nous faisant passer par tout un éventail d'émotions.
    Adrien Callewaert
    Adrien Callewaert

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 20 critiques

    5,0
    Publiée le 12 février 2014
    Pour moi le meilleur film de mamoru hosoda. Je le place dans mon top anime. Mignon, touchant, prenant, et magnifique de pars sa fin. Un film a voire et revoir.
    Mapofparis
    Mapofparis

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 351 critiques

    4,0
    Publiée le 1 septembre 2012
    De l'humour, de la poésie mais aussi du drame et des sentiments troublés en compagnie d'Ame et Yuki, le nouveau vent de fraîcheur en provenance du Japon et du créateur de l'excellent Summer Wars. Encore une fois avec le cinéma d'animation de l'archipel, vous pouvez y aller les yeux fermés tant la qualité est au rendez-vous, que vous soyez petits ou grands. Comme quoi, il n'y a pas que Ghibli dans la vie!
    Dory D.
    Dory D.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 126 critiques

    5,0
    Publiée le 6 septembre 2012
    Comment doit grandir un enfant-loup ? C’est la question qui taraude la douce et frêle Hannah. Il n’y a pas de réponse. Elle le sait. Alors elle laisse grandir ses deux enfants pour leur laisser, plus tard, le choix. Mais quel choix ? Suivre les traces de leur père ? C’est bizarre, je n’ai pas vu d’enfants-loups dans ce film. Mais seulement des enfants privés de père et de repères. Et un magnifique portrait de femme aussi souriante que désemparée. Il est des douleurs si fortes qu’elles font aimer la vie. Ce film, aux ciels fabuleux, en est une preuve de plus.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top