Mon AlloCiné
Le Crocodile du Botswanga
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Crocodile du Botswanga" et de son tournage !

Case Départ : le succès surprise

Le duo Ngijol-Eboué avait cassé la baraque de manière surprenante avec le film Case Départ, sorti il y a 3 ans. La comédie traitant avec humour d'une période historique douloureuse avait fait plus d'1 million d'entrées dans les salles. 

On ne change pas une équipe qui gagne

Comme dans Case Départ, Fabrice Eboué et Lionel Steketee sont de nouveau à la réalisation de ce long-métrage. Thomas Ngijol et Fabrice Eboué y sont encore les têtes d'affiches. D'autres acteurs secondaires de "Case Départ" sont également de la partie : Eriq Ebouaney, Etienne Chicot, Franck de Lapersonne et Marie-Philomène Nga. Enfin, on notera que Blanche Gardin, qui possédait un petit rôle dans "Case Départ", collabore au scénario de ce nouveau film. 

Are you ready ???

Cinq anciens comédiens du Jamel Comedy Club participent à ce long-métrage : Thomas Ngijol, Fabrice Eboué, Blanche Gardin, Claudia Tagbo et Amelle Chahbi

Fatal Botswanga

La première rencontre entre Lionel Steketee et Fabrice Eboué sur un plateau de tournage a eu lieu dans Fatal (2010). A cette occasion, Fabrice Eboué était l'un des acteurs secondaires du film tandis que Lionel Steketee endossait le poste de 1er assistant-réalisateur. 

Un couple qui a du mal à se quitter

Dans la vie comme dans le travail, le couple Fabrice Eboué-Amelle Chahbi ne se lâche plus. Ainsi, on a pu les voir ensemble dans le Chihuahua de Beverly Hills (en tant que doubleurs), Denis et bien évidemment Le Crocodile du Botswanga. A noter que la pièce de théâtre Amour sur place ou à emporter, écrite par le couple en 2011, connaitra une adaptation sur grand écran en 2014. On vous laisse imaginer qui seront les acteurs principaux... 

Thomas Ngijol est... Hitler !

Dans la scène où le Président Bobo s'exprime à la foule, le réalisateur Lionel Steketee a avoué l'avoir filmé comme Leni Riefenstahl filmait Hitler dans ses discours... 

Un rôle inspiré par un VRAI dictateur !

Fabrice Eboué s'est énormément documenté sur les dictateurs, leur entourage (notamment leurs épouses) et leur manière d'hypnotiser la foule : "J’ai une vraie passion pour tout ce qui est prise de parole – les tribuns, les pasteurs évangélistes ou même certains dictateurs. Les mécanismes de leur prise de pouvoir m’interpellent, ce qui ne veut pas dire que je les cautionne ! Je ne regarde pas un discours de Mussolini pour me gargariser du fascisme, mais j’observe le personnage. J’essaie d’en démonter les rouages. Ce sont souvent des gens charismatiques, des personnalités. Passer cela au filtre de mon esprit comique dans une histoire qui ait du sens aujourd’hui m’intéressait". Le réalisateur ajoute que c'est Dadis Camara, l'ancien Président fantasque de la République de Guinée qui l'a inspiré pour composer le personnage de Bobo : "Il a fait un coup d’État, il humiliait ses ministres avec un côté clownesque absolu. Comme il le disait lui-même, il a grandi dans une case et s’est élevé jusqu’aux plus hautes fonctions de l’État. Il a fini par être accusé d’une tuerie dans un stade. L’un de ses lieutenants lui a tiré une balle dans la tête. Il s’en est sorti mais a été diminué et écarté du pouvoir. Son histoire est assez emblématique du destin de nombreux dictateurs africains."

Un film tourné...un peu partout.

Si certains plans filmés en intérieur ont été réalisés à Paris, l'essentiel du tournage s'est en revanche déroulé à Cuba (comme cela avait été le cas dans Case Départ). Etant donné que certains endroits de La Havane ressemblaient à ceux de certaines villes africaines, le choix a été logique. En ce qui concerne les scènes de safari, le tournage s'est déroulé durant une semaine en Afrique du Sud. 

Un rôle méthodiquement préparé

Pour interpréter un dictateur fou, Thomas Ngijol s'est non seulement documenté en écoutant des vidéos de certains hommes politiques, mais il est également retourné dans son pays d'origine afin de reproduire au mieux certaines attitudes des habitants et se réapproprier l'accent de son ethnie : "Dans la ville où j’habite quand je vais au Cameroun, les gens sont très sanguins. Dans la rue, il y a un franc-parler. Je n’avais pas envie de trahir cet esprit, cette réalité humaine que j’ai essayé d’apporter au rôle."

Des anecdotes surréalistes... mais vraies !

Fabrice Eboué a reconnu que certaines anecdotes ne seraient sans doute pas prises au sérieux par une grande majorité du public (bien que parfois véridiques) : "Quand je parle d’un remède miracle vendu par le président du film, c’est une réalité. Un président africain a vraiment fabriqué son propre remède contre le Sida, un médicament à base de plantes à prendre le jeudi soir uniquement pour que ça fonctionne. Des gens vont dire que c’est gonflé, mais je n’invente rien ! Mon but n’est pas de rire du Sida, mais de dire "regardez dans quel monde on vit !""

Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Frères Sisters (2018)
  • La Nonne (2018)
  • Un Peuple et son roi (2017)
  • Première année (2018)
  • L'Amour est une fête (2018)
  • BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018)
  • I Feel Good (2017)
  • L'Ombre d'Emily (2018)
  • La Prophétie de l'horloge (2018)
  • Mademoiselle de Joncquières (2017)
  • Le Poulain (2017)
  • Climax (2018)
  • Photo De Famille (2018)
  • Les Sept mercenaires (1960)
  • Fou d'amour (2015)
  • Zorba le Grec (1964)
  • Galveston (2018)
  • En eaux troubles (2018)
  • Peppermint (2018)
  • Les Déguns (2018)
Back to Top