Mon AlloCiné
The Grand Budapest Hotel
note moyenne
4,2
14594 notes dont 1152 critiques
19% (220 critiques)
43% (491 critiques)
23% (261 critiques)
9% (106 critiques)
4% (44 critiques)
3% (30 critiques)
Afficher toutes les critiques
Votre avis sur The Grand Budapest Hotel ?

106 critiques de 2 et 2,5 étoiles

Dominique V.

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 206 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 28/02/2014

Je comprends ce que tout le monde peut trouver à l'univers de Wes Anderson en général et à ce film en particulier : décors incroyables, personnages étonnants, du rythme, des couleurs très travaillées, un casting trois étoiles. Mais, j'ai beau m'accrocher, je n'y rentre décidement pas. Pour moi, ce n'est qu'une succession anarchique, tromboscopique et bavarde, de scènes plus loufoques les unes que les autres et de personnages désincarnés. Le temps, dans cette course effrénée, m'a paru, paradoxalement, bien long !

puce6386

Suivre son activité 345 abonnés Lire ses 1 074 critiques

2,5Moyen
Publiée le 22/03/2014

Une comédie de Wes Anderson qui, comme à son habitude, nous plonge dans un univers imaginaire et insolite au travers d’un film créatif, kitsch, farfelu, très graphique et à l’imagerie extraordinaire, à l'histoire rocambolesque et à la narration follement rythmée. On apprécie l’excellent travail sur les décors, les costumes et les éclairages. Cependant, l’excès de superficialité et de froideur, l’irréalisme, la mise en scène déshumanisée, le visuel factice et le manque d’émotion nous rendent, comme la plupart du temps avec le réalisateur, complètement hermétique à son oeuvre et à son sujet. De plus, le très joli casting du film est assez mal exploité, étant simplement cantonné à des personnages de façade, aux personnalités vides. Une réalisation que l’on oublie finalement vite ! "Moonrise Kingdom" avait plus d’intérêt et de substance !

Jean-Luc F.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 26 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 28/02/2014

Avec toutes ces étoiles sur AlloCiné je me suis précipité au cinéma en me disant enfin un bon film en 2014, avec en plus une brochette d'acteurs incroyable. Quelle déception ! Les acteurs sont excellents il n'y a rien à dire, la photo est superbe mais qu'est-ce qu'on s'ennuie ! Il ne se passe rien d'intéressant, ce n'est qu'une succession de scènes invraisemblables sur un scénario tiré par les cheveux. Et en plus c'est très long !

antony Z.

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 588 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 01/03/2014

A voir une presse si élogieuse sur un long métrage, il faut se méfier... pourtant, les premières critiques spectateurs sont unanimes et le considèrent également entre l'excellence et le chef d’œuvre. C'est pourquoi même si cet univers m'attirait peu, mon intérêt a été suscité. S'en fut une importante déception. Une comédie? ah... malheureusement, je n'ai pas été réceptif à cet humour. L'histoire au final porte peu d'intérêt. La réalisation avec de jolis décors un peu "kitch" pleins de couleurs est intéressante mais ça s'arrête là pour moi. En outre, soit vous adhérerez à cet univers et cet humour soit vous vous ennuierez profondément. Le film met longtemps à démarrer en plus. heureusement qu'il ne dure qu'une bonne heure et demie.

poet75

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 473 critiques

2,5Moyen
Publiée le 27/02/2014

"Moonrise Kingdom", le précédent film de Wes Anderson, m'avait tellement ému et enthousiasmé que, forcément, j'attendais beaucoup de ce nouvel opus. Trop sans doute car, il me faut le reconnaître, je suis plutôt déçu! Certes "The Grand Budapest Hotel" ne manque pas d'atouts: l'imagination folle de Wes Anderson est à l'oeuvre. On a droit à des décors fantastiques, à des personnages loufoques à souhait, à une mise en scène des plus inventives... Mais alors, me dira-t-on, que faut-il de plus? Il faut une histoire! Il ne faut pas uniquement inventer des personnages étonnants, il faut les faire vivre de manière à toucher le spectateur (ce que Wes Anderson avait parfaitement réussi en évoquant les amours enfantines dans "Moonrise Kingdom"). Ici, il n'y a rien que du divertissement: de qualité bien évidemment, mais rien de plus! A la fin du film, il nous est affirmé que le réalisateur s'est inspiré des oeuvres de Stefan Zweig pour décrire ce monde finissant de la Mitteleuropa. Je ne doute pas que ce soit vrai, mais j'ai eu le sentiment, en voyant le film, qu'il ne restait quasiment rien de Zweig sinon des décors fantasmés et une atmosphère, mais qu'on avait plutôt affaire à une sorte de succédané des aventures de Tintin en Syldavie dans "Le Sceptre d'Ottokar"! Je n'ai rien contre Tintin, mais j'attendais autre chose de ce film que ces aventures rocambolesques et cartoonesques autour d'un meurtre et d'un vol de tableau. C'est amusant, c'est divertissant, mais cela ne m'a pas fait vibrer une seule seconde! 6/10

brunetol

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 166 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 15/03/2014

Wes Anderson est un vieil enfant riche qui joue encore au train électrique. Avec ses moyens illimités il peut s'offrir des tas de décors en carton-pâte, des aiguillages chromés, des locomotives profilées et des wagons de l'Orient Express. Il me fait penser au tonton maniaque qui chaque dimanche vous emmenait de force voir au grenier les dernières trouvailles de son "réseau" Marklin HO, arbres et parterres de fleurs en plastique, figurines savamment peinturlurées selon des modèles authentiques qu'on trouve dans les revues de modélisme. Tout ça ne fait pas un film, et réveille plutôt de mauvais souvenirs d'enfance. Oui bien sûr il y a du Tintin là-dedans (époque "Sceptre d'Ottokar"), une direction artistique pointilleuse frisant la pathologie, une imagination qui peut paraître débordante, mais qui est surtout très référencée et vaine à animer toute cette quincaillerie, ce paradis pour brocanteur. Non seulement je me suis ennuyé, mais j'ai trouvé le film morbide, d'une virtuosité trop voyante, entachée de tics de mise en scène agaçants (comme cette manie de faire des petits travellings rapides jusqu'à l'overdose). La mécanique tourne à vide, les acteurs sont traités comme des marionnettes (le film multiplie les caméos ad nauseam, on se croirait à une soirée de bienfaisance du Festival de Cannes), la parodie totalitaire est lourde, maladroite et scolaire ("Jacky au Royaume des Filles" est bien plus réussi sur ce plan-là). Ce qui fonctionnait dans "Moonrise kingdom" grâce aux enfants et aux décors naturels patine ici dans l'encaustique, la surcharge permanente. C'est de la pâtisserie sophistiquée, mais bourrative et dont on voit vite qu'en fait elle est rassise.

Marc  Panofsky

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 244 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 13/03/2014

Je reprends une partie de la critique d'un spectateur (Poet75) : ""The Grand Budapest Hotel" ne manque pas d'atouts: l'imagination folle de Wes Anderson est à l'oeuvre. On a droit à des décors fantastiques, à des personnages loufoques à souhait, à une mise en scène des plus inventives... Mais alors, me dira-t-on, que faut-il de plus? Il faut une histoire! Il ne faut pas uniquement inventer des personnages étonnants, il faut les faire vivre de manière à toucher le spectateur... " Ça résume bien mon sentiment. Je suis resté totalement extérieur face à ce pudding cinématographique, un peu comme une belle pomme sans aucune saveur. Un Américain qui prend un accent anglais. Il a beau faire, il n'aura jamais la classe d'un British.

Yves G.

Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 1 052 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 12/03/2014

Wes Anderson est lentement entré dans la cour des grands Avec Quentin Tarantino, Jim Jarmusch ou Terence Mallick, iIl fait désormais partie de ces (rares) réalisateurs qui attirent un large public sur la foi de leur seule signature. Cette signature est reconnaissable entre mille de "La Famille Tenenbaum" à "Moonrise kingdom" en passant par "La vie aquatique" ou "A bord du Darjeeling Limited" : des histoires de transmission entre un père et le fils qu'il s'est choisi, une bande d'acteurs fidèles (Bill Muray, Owen Wilson Jason Schartzmann, Adrien Brodie, Willem Dafoe ...), un comique de situation qui flirte avec l'absurde, des enfants déjà vieillis et des adultes jamais matures, des plans tirés au cordeau qui rappellent la bande dessinée, des costumes qui ressemblent à des déguisements, des couleurs primaires qui piquent les yeux ... "The Grand Budapest Hotel" reprend tous ces ingrédients dans un film d'1h40 qui passe aussi vite que la lecture d'un album de 64 pages de Tintin. L'action est une course poursuite qui nous tient en haleine - sans jamais nous essouffler. Comme le résume parfaitement Le NouvelObs : c'est Stephan Zweig aux pays des Pieds Nickelés ! La critique crie au génie. Et elle a raison. Nombreux parmi vous ont déjà vu ce film et m'ont dit le plaisir qu'ils y avaient pris. Et pourtant je peine à communier dans ce torrent de louanges. je reconnais volontiers que "The Grand Budapest ..." est travaillé, abouti, complexe, riche, délicat. Le problème : "The "Grand Budapest ..." ne m'émeut pas, comme si tous ces échafaudages ne conduisaient nulle part, si ce n'est plus près du ciel un jour de printemps, alors que j'ai oublié mes lunettes de soleil.

leprince

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 35 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 01/03/2014

Une coquille vide cartoonesque très convenue. On retrouve l'univers d'Anderson mais tout est très lissé et sans surprise.

tixou0

Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 518 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 19/02/2014

C'est l'histoire d'un palace aujourd'hui disparu - le "Grand Hôtel Budapest". Ou plutôt celle d'un "homme aux clefs d'or", Gustave H., qui fait marcher ledit palace au nom et pour le compte d'un mystérieux propriétaire. Nous sommes à la fin 1932, dans un pays fictif et germanophone de la Mitteleuropa, dans lequel de cruels "ZZ" s'apprêtent à prendre le pouvoir. Le sémillant jeune quinqua (Ralph Fiennes) a deux péchés mignons : une gourmandise de gérontophile pour les vieilles (voire très vieilles) amies (riches clientes de l'hôtel) et une obsession pour un parfum capiteux, une vraie signature. Il se trouve un "disciple", improbable, un jeune réfugié de quelque pays oriental en guerre (qu'il rebaptise "Zero"), qui lui rappelle son propre apprentissage de groom. Quand il apprend le décès soudain et suspect d'une de ses conquêtes, Madame D. (Tilda Swinton - méconnaissable), il se lance dans la recherche de la vérité sur cette mort, avec Zero. Un fils indigne, Dmitri (Adrien Brody), son ignoble factotum, Jopling (Willem Dafoe), un exécuteur testamentaire aux idées embrouillées, Kovacs (Jeff Goldblum), un majordome français singulier, Serge X. (Mathieu Amalric), un chef de la police que Gustave a connu enfant, Henckels (Edward Norton) : voilà quelques-uns des protagonistes intervenant dans cette (en)quête. Où il est question d'un tableau flamand d'une valeur inestimable, d'un détour par la case "prison" pour le concierge (dans une forteresse ressemblant à celle de "La Grande Illusion"), d'une romance "sucrée" pour Zero avec Agatha (Saoirse Ronan), à l'angiome en forme de carte du Mexique, de "sports d'hiver" très hasardeux, etc. Ce récit, abondamment illustré, étant fait par un Zero âgé (F. Murray Abraham - qui ne ressemble en rien au Zero jeune/Tony Revolori - passons..) à un jeune écrivain (Jude Law), dans les années 60, alors que le palace vit ses derniers feux, dans un pays maintenant derrière le Rideau de fer. Lequel (Tom Wilkinson) le transcrit à la fin des années 80. Cet emboîtage des histoires ne présente d'autre intérêt que le prétexte à un passage habile, en remontant le temps, d'un format cinématographique à un autre (sans aller cependant jusqu'au N & B pour l'essentiel du récit..). Cette coquetterie stylistique, ou plutôt cette gratuité, ne serait pas grave, si le reste se tenait. Hélas, la singularité andersonnienne trouve ici ses limites. Le château d'images (avec de nombreuses trouvailles..) ne s'arc-boute pas sur une vraie cohérence. Des pistes sont ouvertes, puis négligées. La galerie de personnages, même quand ils sont réussis, reste vaine, globalement - et le casting, prestigieux, n'arrange rien (trois petits tours, et puis s'en vont... pour nombre d'entre eux) : non pas figures secondaires, mais silhouettes fantoches (Harvey Keitel, Owen Wilson, Bill Murray, Jason Schwartzman, Léa Seydoux...). L'ensemble séduit par moments (surtout esthétiquement), mais déçoit généralement : ce n'est plus déconcertant, mais illogique, non pas déconstruit, mais non-construit, peu harmonieux, branlant comme la "courtisane au chocolat", étriquée et fragile, sous une façade séduisante. Et que diable vient faire ici Stefan Zweig ?... C'est une convaincue de l'excellence (habituelle) des films de Wes Anderson qui vous le dit - à regret !

Aurélie Bouillet

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 7 critiques

2,5Moyen
Publiée le 13/03/2014

Difficile de parler de ce film. Je pourrais vous faire un copier-coller des informations glanées sur internet : Wes Anderson s'est inspiré des livres de Stefan Sweig, il a été influencé par tel ou tel réalisateur....mais non ! En fait, ce film m'a laissé la même impression que "Moonrise Kingdom", celle d'avoir été déconnectée de ma pensée et de mes sentiments. En effet, je n'ai rien ressentit de fort, cette histoire ne m'a pas inspiré de grandes réflexions, j'ai été réduite à l'état de contemplative passive. Ça semble très négatif lu comme cela. Pourtant, je n'ai pas trouvé ça franchement désagréable.

20centP

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 179 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 08/03/2014

The Grand Budapest Hôtel ne m'aura pas réconcilié avec le cinéma de Wes Anderson. Une belle distribution, de jolies images mais cet univers enfantin reste un théâtre de très petites choses. Le jeu de Ralph Fiennes et la succession rocambolesque font plutôt penser à Tintin. Passé la première demi-heure, qui procure le même plaisir fugace que de déballer une pochette surprise, je ne suis pas suffisamment pris par l'histoire pour m'intéresser au film et aux personnages. Paradoxalement, la distribution est trop riche en confiant des rôles mineurs à d'aussi célèbres acteurs.

Ramm-MeinLieberKritiker-Stein

Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 531 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 11/03/2014

Si la mise en scène, le casting, et même les décors en ont époustouflé plus d'un, engrangeant un flot d'étoiles et de bons débuts au box-office (américain et français confondus), cette œuvre laisse un sentiment amer en bouche. Wes Anderson à cette manie énervante de rendre prévisible la plupart de ses scènes, utilisant le burlesque dès que possible pour tenter d'émerveiller le spectateur mais aussi de le faire rire. Voyage, hôtel, voyage, hôtel... Voilà le rythme incessant de ce (très) long-métrage, juste assez saisissant et drôle pour une seule heure. Mais sûrement pas une de plus... Décevant.

HarryCaul

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 11 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 28/02/2014

Joli. Un côté portrait de stars avec instagram moins joli. Pas si drôle bien que joyeux. Parfois poétique. Mais vain parce que le film n'a rien à dire. Et puis trop long. Aussi: un peu prétentieux sous le verni dandy.

landofshit0

Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 1 729 critiques

2,5Moyen
Publiée le 20/06/2014

Anderson veut faire de The Grand Budapest Hotel un film au rythme enlevé,agrémente d'un ton burlesque. Seulement le rythme n'emporte que rarement et le ton burlesque ne fonctionne que très rarement. Le burlesque n'est pas assez poussé,il est surtout peut inventif tout ce que fait Anderson à deja été fait ailleurs en mieux. Les gens courts,les portes claques,mais ou va cette histoire nulle part. Il n'y a rien de communicatif là dedans,combler les manques par de l’énergie en continu n'arrive pas a masquer le ratage comique dont fait preuve Anderson avec The Grand Budapest Hotel.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top